@Richard_Mille #Bonbon

Collection Richard Mille Bonbon

L’horlogerie ludique et acidulée

La Cote des Montres™ le 16 janvier 2019



« Il n’y a aucun sens à donner aux bonbons, c’est pour ça que ce sont des bonbons », assurait le héros de Charlie et la Chocolaterie, film adapté du livre de Roald Dahl. Avec cette nouvelle Collection Richard Mille Bonbon, Richard Mille s’emploie pourtant à le faire mentir effrontément.

Les 10 modèles déclinent 60 couleurs pop et acidulées, tant dans les 6 boîtiers en Carbone TPT® et Quartz TPT® (le turquoise étant une première mondiale) et les petits bonbons de la ligne Fruits que dans les céramiques bicolores des 4 boîtiers et l’habillage des grands bonbons de la ligne Douceurs. C’est le tour de force de Cécile Guenat, directrice artistique de la Collection Richard Mille Bonbon, que d’avoir osé insinuer l’esprit ludique et frondeur de l’enfance dans l’univers de la haute horlogerie et de l’artisanat d’art. En mariant de manière imprévisible audace technique et créativité colorée, elle s’est proposé de revisiter des confiseries d’anthologie comme la guimauve, le réglisse ou les glaces à l’italienne.




La couleur chez Richard Mille

Dans le langage commun de l’horlogerie, les matières sérieuses ont des couleurs sérieuses. Le noir et le gris règnent. Dans le langage Richard Mille, la polychromie est une preuve d’inventivité technique et un langage à part entière. Ainsi, à côté du titane, de l’or et du Carbone TPT®, Richard Mille a progressivement développé une palette large et vive. Elle est mise au service d’une expression horlogère unique, qui cherche à dépasser les limites de la faisabilité et se joue des classiques.



Dès 2008, l’utilisation de pierres fines avait donné un éclat particulier à la RM 018 Tourbillon Boucheron. Ses rouages en œil-de-tigre massif introduisaient une couleur inédite et bigarrée en plein cœur d’un calibre à tourbillon. En 2013, la RM 59-01 Tourbillon Yohan Blake citait de manière littérale les couleurs du champion jamaïcain. Un boîtier en composite chargé aux nanofibres de carbone teinté en vert abritait un calibre squelette aux ponts en aluminium Anticorodal Pb109 bicolore, vert et jaune. À nouveau, une explosion de couleurs occupait le cœur horloger, mais à des fins narratives.

La suite logique de ces incursions dans des teintes inédites fut le Quartz TPT®. Introduit dans les collections Richard Mille à partir de 2015, il a ouvert la palette des coloris de boîte quasiment à l’infini. Ses couches de quartz superposées sont liées par une résine, qui peut être teintée avec un important degré de liberté. Ce fut d’abord en rouge avec quelques accents noirs sur une RM 011.

Puis en blanc et noir avec une RM 27-02 Rafael Nadal, avant l’édition de la RM 27-03 aux couleurs du drapeau du champion espagnol, jaune et rouge. La même année, une série de trois montres dédiées aux 50 ans de carrière de Jean Todt étendait l’expertise chromatique au bleu roi.



D’autres matériaux ont été expérimentés, voire inventés, pour accompagner cette quête au long cours. Dès 2014, une céramique TZP avait été déclinée en vert pour offrir une lunette couleur fairway à la RM 38-01 capteur de g, portée par le golfeur Bubba Watson. L’année suivante, la RM 07-02 Pink Lady Sapphire marquait une nouvelle étape avec sa boîte entièrement taillée dans du saphir, teint en rose durant sa synthèse même.

Boîtiers, composants de mouvement, Richard Mille a toujours employé la couleur, le plus souvent dans une seule nuance. L’apparition dans les collections de la RM 68-01 Tourbillon Cyril Kongo en 2016 témoignait d’une approche encore plus variée et subtile de la couleur. En reproduisant l’effet de la peinture aérosol sur mur, ce calibre graffé et multicolore introduisait un nouveau langage.



C’était celui d’un échange entre une marque de haute horlogerie ultra-technique et le champ plus iconoclaste de l’art urbain. Cette confrontation entre expression artistique et processus technique sous-jacent est également à l’œuvre dans la Collection Richard Mille Bonbon.

Une autre source historique de polychromie dans les collections Richard Mille remonte à 2005 avec les RM 007. Plusieurs versions aux lunettes serties de rubis ou d’émeraudes avaient fait usage de pierres précieuses de couleur. Et dans la série limitée RM 007 Tutti Frutti, ce sont des gemmes multicolores qui symbolisaient le mélange de fruits, prélude aux deux lignes, Fruits et Douceurs, de la Collection Richard Mille Bonbon.

Bien plus qu’une simple démonstration de technicité, la maîtrise de la couleur témoigne d’un parti pris affirmé de l’horlogerie Richard Mille.

L’emploi de la polychromie, particulièrement dans ses variantes les plus vives et pop, devient en lui-même outil d’expression. C’est ainsi que sont nés entre autres le rouge cerise, le vert kiwi, et un turquoise inédit pour la collection Bonbon.




La Collection

« Bonbon », la simple évocation de ce mot suffit à nous faire sourire et suggère à la fois plaisir, partage et convivialité. Cette collection est turbulente, élégante, frondeuse, ludique, en un mot : créative ! Pour moi, c’était vraiment l’occasion de m’amuser et de retomber en enfance. Ce projet très audacieux qui a duré dix-huit mois est fidèle à l’esprit de la Maison, une marque sérieuse qui sait oser.
Cécile Guenat, Directrice artistique




Ligne Fruits

La ligne Fruits, qui se compose de 6 modèles, joue de la multiplication de bonbons miniatures, authentiques petites œuvres d’artisanat d’art disséminées sur les cadrans des modèles RM 07-03, RM 37-01 et RM 16-01.



Ils donnent envie de piocher dans la bonbonnière. D’attraper au hasard un rouleau de réglisse, une sucette torsadée, un quartier d’orange confit dans un sucre qui pique la langue. Ici, les références aux bonbons sont un hommage tant au plaisir coupable de se sucrer les papilles qu’à la minutie indissociable de l’horlogerie. Qu’elles se nomment Litchi et Myrtille (RM 07-03), Citron et Fraise (RM 16-01), ou Cerise et Kiwi (RM 37-01), ces constructions en volume sont hautes en couleur, pleines de détails et craquantes à souhait.



L'idée d'une collection horlogère sur le thème des friandises est spontanément venue à Cécile Guenat, directrice artistique. « C'est une inspiration naturelle parce que la couronne de la RM 07-01 me rappelait les bonbons… La boîte de la RM 016 me faisait quand à elle penser à un réglisse. L’idée était également de revisiter les collections existantes, de leur apporter un coup de peps, de fun. On découvre pour cette collection 16 friandises différentes qui évoluent dans un décor propre à chaque pièce. » C’est de ce regard à la fois décalé et gourmand porté sur des montres très techniques que sont nés 3000 petits bonbons. En effet, chacun de ces 6 modèles sera édité à 30 exemplaires, différemment parés de 8, 12 ou 16 petits sujets miniatures.

RM 16-01 Fraise (16 bonbons) & RM 16-01 Citron (12 bonbons)

Envie de piocher dans la bonbonnière. D’attraper au hasard un rouleau de réglisse, une sucette torsadée, un quartier d’orange confit dans un sucre qui pique la langue.



Les miniatures sont entièrement peintes à la main à l’acrylique pour simuler au mieux l’éclat et le grain d’un nappage de sucre, la couleur qui va faire pétiller le regard.

Les sujets sont ensuite chassés sur des cadrans ajourés. Les plaques squelettées en titane grade 5, sont sablées et anglées à la main. Ces composants horlogers sont aussi pensés pour garantir le meilleur arrimage des petits bonbons rapportés qui ont donc préalablement subi des tests d’arrachement, de vibrations et d’humidité permettant de confirmer que jamais elles ne s’échapperaient de leur « bonbonnière ».



Aux motifs centraux, ceux qui font saliver, sont adjoints à ceux des réhauts (différents pour chaque modèle) et des couronnes. Afin d’associer un cadre coordonné et d’assurer une complémentarité des teintes, le contour des cadrans est lui aussi coloré. Les couronnes qui représentent des cupcakes glacés de rose, ou des rouleaux qui font penser à des beignets, sont des éléments techniques qui participent également à cette histoire...



« On s’éloigne délibérément de l’horlogerie classique, tant par la multiplicité, la miniaturisation et le caractère ludique des fruits et des bonbons, que par leurs couleurs acidulées et leur stylisation. »
Cécile Guenat

Le galbe tridimensionnel de ces boîtes rappelle la souplesse naturelle d’une pâte de Fruits, la texture tendre d’une guimauve, et la solidité d’un berlingot qui craque sous la dent.

RM 37-01 Kiwi (16 bonbons) & RM 37-01 Cerise (15 bonbons)

Telles des poupées russes en sucre candi, ces petits bonbons sont autant de confiseries placées à l’intérieur d’autres friandises car les boîtiers eux-mêmes sont composés d’ingrédients gourmands. Les lunettes sont taillées dans des blocs de Carbone TPT® dont la teinte noire rappelle immanquablement la couleur naturelle des pâtes à la réglisse tandis que leur carrure est un rappel fruité grâce au Quartz TPT®, matière exclusive à Richard Mille et susceptible d’être déclinée dans pratiquement n’importe quelle couleur. D’où ces superpositions multipliées de rouge, jaune, violet, entremêlées de noir à propos desquelles Cécile Guenat explique que c’est « la combinaison du Quartz TPT® et du Carbone TPT® qui a permis d’obtenir les dégradés dans des couleurs assez flash ». Cette alternance du noir avec des teintes vives a donné naissance à des boîtes aux allures de glace napolitaine.



La technologie mise en œuvre n’est pas sans évoquer la minutie exigée par la pâtisserie où l’équilibre entre nature des ingrédients, proportions et temps de cuisson est décisif. « Chaque nouvelle couleur est le résultat d’innombrables tests. Nous utilisons des fils pré-imprégnés pour observer les interactions entre chaque constituant et chaque résine. Nous évaluons le résultat visuel après cuisson », explique Aurèle Vuilleumier, responsable R&D chez Richard Mille, précisant que « la réaction chimique de chaque nouveau pigment, toujours naturel, est spécique. Avant d’être prête à l’emploi, une couleur requiert un an de développement. » C’est le respect de la rigueur d’un tel processus qui a permis la création du Quartz TPT® turquoise spécialement pour la RM 07-03 Myrtille.



Le tonneau étroit et long du boîtier RM 37-01, le gabarit moins cintré et plus ramassé de la RM 07-03, le rectangle incurvé et adouci de la RM 16-01, chacune des formes retenues est aussi emblématique des créations de la marque par son dessin qu’évocatrice de la suavité des douceurs sucrées. Le galbe tridimensionnel de ces boîtes rappelle la souplesse naturelle d’une pâte de fruits, la texture tendre d’une guimauve ou la solidité d’un berlingot qui craque sous la dent.



« Au-delà de l’agencement esthétique assez géométrique des petits bonbons, je voulais aller plus loin en créant de véritables motifs. »
Cécile Guenat

RM 07-03 Litchi (10 bonbons) & RM 07-03 Myrtille (8 bonbons)


Ligne Douceurs

Textures et saveurs. Matières et couleurs. Le pouvoir d’évocation de la ligne Douceurs s’étend sur toute la surface des quatre friandises de grande ampleur.



Sucette. Cupcake. Réglisse. Marshmallow. Quatre douceurs, quatre couleurs, quatre spirales de saveurs qui renvoient à l’enfance. Ces quatre modèles sont réalisés en céramique bicolore, dont le rendu crémeux suggère le fondu en bouche. Leurs cadrans en forme de maxi bonbons sont réalisés en émail grand feu, hormis celui de la RM 16-01 Réglisse, en métal chrome noir. Les motifs qui se déploient sur les larges surfaces sont d’une grande variété.



Les RM 37-01 Sucette, RM 07-03 Cupcake et RM 07-03 Marshmallow possèdent toutes un cadran réalisé grâce à l’une des techniques les plus nobles employées dans la haute horlogerie : l’émaillage grand feu. Il consiste à ménager des cavités creusées dans des plaques d’or rose ou gris pour y déposer la poudre d’émail qui dessinera le motif. Ici employé à des fins nouvelles, il est détourné de son utilisation classique, plutôt figurative, pour permettre d’inventer ce vert, ce jaune, ce rose à la fois tendres et évocateurs de l’univers gourmand de la Collection Richard Mille Bonbon. Mais les modalités de cuisson et de glaçage de ces confiseries artisanales diffèrent de la technique traditionnelle.



Comme un sucre que l’on veut faire cristalliser, comme un chocolat qu’il faut tempérer, l’émail grand feu est un art exigeant qui conditionne la tenue et la brillance de la matière.

Cécile Guenat précise qu’ici, à l’inverse « nos émaux grand feu sont réalisés sans contre-émail. Cela nous permet de gagner en épaisseur. Mais c’est une fabrication d’une complexité immense. »

RM 16-01 Réglisse (4 bonbons) & RM 37-01 Sucette

D’autre part, un émail est habituellement lapidé, c’est-à-dire arasé, pour que le motif final n’excède pas la hauteur désirée. Ce polissage lisse et aplanit les surfaces. Là encore, Cécile Guenat observe : « Nous avons choisi de ne pas lapider mais de sabler l’émail sur la RM 07-03 Marshmallow afin de garder du volume et l’aspect de la matière. C’est ainsi que nous obtenons par exemple l’aspect moelleux de la guimauve sur son cadran. » Quelques éléments de décor sont toutefois lapidés pour créer la transparence caractéristique des bonbons acidulés, comme ceux qui composent le cadran de la RM 37-01 Sucette et de la RM 07-03 Cupcake.



Enfin, les cadrans des modèles RM 07-03 Cupcake et RM 07-03 Marshmallow ne sont pas réalisés d’un seul tenant, mais combinent plusieurs plaques.

« Vraiment différente des autres, la RM 37-01 Sucette propose une palette de verts plus « sérieux » qui fonctionne très bien avec l’or rouge. »
Cécile Guenat



Les Douceurs y ont un statut équivalent à celui des guimauves géantes et des sucettes grandes comme des têtes de poupée : on les convoite, mais on ne les picore pas.

RM 07-03 Cupcake & RM 07-03 Marshmallow

« Les 6 plaques en émail grand feu de la Marshmallow sont réalisées séparément avant d’être assemblées puis disposées les unes à côté des autres. En décidant de ne pas ajouter de bordures au cadran, nous avons accueilli une forme d’aléatoire. L’épaisseur de l’émail grand feu atteint donc le niveau du réhaut et des index. Cela aussi représente un défi technique », poursuit Cécile Guenat. Cette construction modulaire permet de suggérer des juxtapositions qui soulignent le réalisme des volumes par des effets de texture accentuant le côté gourmand de ces torsades et spirales. Quant au modèle RM 16-01 Réglisse, l’aspect lisse du grand rouleau de réglisse noir taillé dans un bloc de titane étampé et recouvert de chrome noir disposé en son centre rappelle la cire de carnauba qui enrobe traditionnellement cette sucrerie au goût prononcé. Cette finition horlogère, bien éloignée de sa vocation classique de suggestion d’un noir technique, apporte ici une apparence gourmande.



À nouveau, les couronnes sont mises à contribution et interviennent comme un ingrédient final, un arôme supplémentaire. Leur forme, leur couleur, leur diamètre sont autant de références à un univers gustatif, accompagnant parfaitement le travail chromatique sur les boîtes. Lunettes et fonds sont réalisés en céramique. Taillée dans la masse pour suivre le bombé naturel emblématique des modèles Richard Mille, cette dernière possède la moelleuse douceur de la guimauve ou l’onctuosité de la crème pâtissière, effet visuel inhabituel en horlogerie. En or rouge ou en or gris, les bandes de carrure créent de discrets effets de brillance rappelant un glaçage culinaire.



Chacune de ces quatre références sera éditée à 30 exemplaires. De quoi compléter les vitrines de la grande confiserie de Richard Mille. Les Douceurs y ont un statut équivalent à celui des guimauves géantes et des sucettes grandes comme des têtes de poupée : on les convoite, mais on ne les picore pas. On les savoure longuement, patiemment. Retour en enfance garanti.

« J’ai été inspirée par les teintes pastel et la douceur de la matière de la confiserie retrouvée en sablant l’émail, technique assez rare en horlogerie. »
Cécile Guenat

 PUBLICITÉ
  • Audemars Piguet Sapphire Orbe
  • Ester Ledecká rejoint l’équipe Richard Mille
  • Audemars Piguet Royal Oak Frosted Gold Carolina Bucci
  • Bvlgari Bvlgari Ladies
  • Corum « Eleganza »
  • Corum Mini Bubble
  • Yuliya Levchenko, cadette des partenaires Richard Mille
  • Richard Mille RM 71-01 Automatic Tourbillon Talisman
  • Chopard Montre à secret Red Carpet 2018
  • Cara Delevingne interprète la campagne « Don’t Crack Under Pressure » de TAG Heuer
  • IWC
  • Zenith
  • Audemars Piguet
  • Audemars Piguet
  • Schwarz Etienne
  • TAG Heuer
  • Hublot
  • Urwerk
  • Girard-Perregaux
  • Hermès
  • Bell & Ross
  • Bulgari
  • Breitling
  • Louis Vuitton
  • Vacheron Constantin
  • Cartier
  • TAG Heuer
  • Jaeger-LeCoultre
  • Richard Mille
  • A. Lange & Söhne
  • Roger Dubuis
  • Hublot
  • Girard-Perregaux
  • Ulysse Nardin
  • Jacob & Co.
  • Zenith
  • Panerai
  • Omega
  • Richard Mille
  • Rebellion
  • Richard Mille
  • Richard Mille
  • Girard-Perregaux
  • Hublot
  • Panerai
  • Vacheron Constantin
  • Richard Mille
  • IWC
  • SIHH
  • Breguet
  • Hublot
  • Bucherer
  • Bucherer
  • Bucherer
  • Richard Mille
  • Bucherer
  • Dubail
  • Hublot
  • Hublot
  • Chanel
  • CHANEL prend une participation dans la Manufacture KENISSI
  • Le SIHH et Baselworld harmonisent leurs dates à partir de 2020
  • La Fondation de la Haute Horlogerie accueille Breitling comme nouvelle marque partenaire
  • Richard Mille annonce son retrait du SIHH
  • CHANEL prend une participation dans Montres Journe SA
  • Kering nomme Patrick Pruniaux directeur général de ses maisons horlogères suisses
  • Swatch Group a décidé de quitter Baselworld
  • Hublot nomme Benoit Lecigne comme directeur général de tous les pays sous sa responsabilité
  • Bucherer annonce l'acquisition de Tourneau LLC
  • La Fondation de la Haute Horlogerie accueille Zenith comme nouvelle marque partenaire
  • Richemont announces changes to its Senior Executive Committee
  • Nouveau réveil pour la marque historique Vulcain
  • Romain Réa nommé nouveau CEO d'Antiquorum Management Ltd
  • Bucherer annonce son acquisition du distributeur d’horlogerie The Watch Gallery LTD de Londres
  • La Maison Bucherer célèbre les Journées Européennes des Métiers d’Art les 31 mars et 1er avril
  • Jaeger-LeCoultre vous donne rendez-vous chez Bucherer
  • Girard-Perregaux au SIAR, Salón Internacional Alta Relojería pour la 4e année consécutive
  • Le Paris Saint-Germain se met au rythme de Richard Mille
  • Montres rares par Paul Miquel, la collection impossible
  • Julien Haenny, nouveau Directeur Général chez Anonimo
  • Exposition Passion for Watches pour les amateurs de belles montres
  • Richard Mille a été victime d’un cambriolage dans ses bureaux parisiens
  • Girard-Perregaux présente une exposition exclusive au Printemps du Louvre
  • F1 : Richard Mille félicite Romain Grosjean pour son exceptionnel début de saison
  • Bucherer remet le prix de la femme de l’année à Sophie Marceau !
  • M. Davide Cerrato rejoint Montblanc comme Directeur de la Division Montres
  • Soyez horloger, le temps d’un atelier !
  • Les Journées de la Passion® du 14 au 15/11/2015
  • Zenith est sur la ligne de départ du Castellet !
  • Audemars Piguet célèbre les succès de Serena Williams & Stan Wawrinka
  • Audemars Piguet accueille Freida Pinto comme ambassadrice
  • Audemars Piguet présente son Directeur de la Création Claude Emmenegger
  • Crésus, Carte Noire & La Revue des Montres lancent les « Rendez-vous haute précision »
  • A. Lange & Söhne parraine les Classic Days au Château de Dyck
  • Cresus ouvre une nouvelle boutique à Lille
  • Exposition « Stone in Store » de Thierry Courtadon chez Hublot Vendôme
  • Le Schneider Electric Marathon de Paris à l’heure TAG Heuer
  • L'artiste suisse Robin Meier sélectionné pour présenter la 1ère commission d'art Audemars Piguet
  • Corum « Bridging Art and Mechanics »
  • Serena Williams remporte son 19e Grand Chelem, équipée de son Audemars Piguet
  • Patek Philippe renforce sa présence à Genève
  • Jean-Sébastien Gerondeau nommé Directeur Général Montblanc France
  • Audemars Piguet présente sa nouvelle campagne publicitaire 2015
  • Jessica Chastain, nouvelle ambassadrice Piaget
  • Lettre ouverte à Thomas Jordan, président de la Banque Nationale Suisse
  • Hublot & Italia Independent annoncent une collaboration de trois ans
  • Perrelet : Tristan Boyer de Bouillane nommé Directeur Général
  • Cresus présente son nouveau site e-commerce et ouvre deux nouvelles boutiques
  • Audemars Piguet fête le succès de Stan Wawrinka, nouvel ami de la marque
  • Kering finalise l'acquisition de la marque de Haute horlogerie Ulysse Nardin
  •  PUBLICITÉ

    Vous aimez cette montre ?

    beaucoup
    passionnément
    pas du tout

      PUBLICITÉ
      Pages les plus consultées
    1 montres Rolex, 2 montres Richard Mille, 3 montres Audemars Piguet, 4 montres Cartier, 5 montres Hublot, 6 montres Patek Philippe, 7 montres Vacheron Constantin, 8 montres Baume & Mercier, 9 montres Omega, 10 montres Jaeger-LeCoultre, 11 montres IWC, 12 montres A. Lange & Söhne, 13 montres Tag Heuer, 14 montres Zenith, 15 montres Breitling, 16 montres Panerai, 17 montres Bell & Ross, 18 montres BRM, 19 montres Chopard, 20 montres Girard-Perregaux, 21 montres Blancpain, 22 montres Roger Dubuis, 23 montres Breguet, 24 montres Chanel, 25 montres Tudor, 26 montres Louis Vuitton, 27 montres Montblanc, 28 montres Corum, 29 montres Piaget, 30 montres Dior, 31 montres Van Cleef & Arpels, 32 montres Bulgari, 33 montres Ebel, 34 montres L.Leroy, 35 montres JeanRichard, 36 montres Jaquet Droz, 37 montres Chaumet, 38 montres H. Moser & Cie, 39 montres Yema, 40 montres Urwerk, 41 montres Schwarz Etienne, 42 montres Hermès, 43 montres Perrelet, 44 montres Bucherer, 45 montres Eterna, 46 montres Bombardier, 47 montres RJ, 48 montres Ikepod, 49 montres Ralf Tech, 50 montres Salon Belles Montres, 51 montres Alpina, 52 montres Grand Prix de Genève, 53 montres Parmigiani, 54 montres Anonimo, 55 montres Franck Muller, 56 montres Manufacture Royale, 57 montres F. P. Journe, 58 montres Porsche Design, 59 montres Ange Barde, 60 montres Greubel Forsey,