L’événement

Comment l’Omega Speedmaster
est devenue la Moonwatch

We choose to go to the Moon
« Nous choisissons d'aller sur la Lune »

La Cote des Montres™ le 21 juillet 2009



Les tests de la NASA

La succession d’événements ayant permis à la Speedmaster Omega de devenir la légendaire Moonwatch – la seule montre-bracelet approuvée par la NASA pour toutes ses missions habitées – a été racontée si souvent qu’il est parfois difficile de faire la part entre le mythe et la réalité.

L’histoire vraie, non enjolivée, est pourtant si remarquable qu’elle mérite de remonter un instant jusqu’aux années 1960 et de relater ici comment la Speedmaster fut initialement sélectionnée, avec quatre autres chronographes, pour être soumise à une batterie de tests impitoyables, comment elle a surclassé les marques concurrentes pour faire partie de chaque mission habitée de la NASA depuis le lancement, le 15 mai 1963, de la capsule Faith 7 (qui faisait partie du programme Mercury) avec, à son bord, l’astronaute Gordon Cooper.




Choisie pour concourir

L’aventure de la Moonwatch commença au début des années 1960, lorsque deux employés de la NASA achetèrent des montres de manière anonyme chez plusieurs détaillants horlogers de Houston ; l’OMEGA Speedmaster fut ainsi acquise chez Corrigan’s qui était à l’époque le meilleur magasin horloger de la ville.

Les hommes de la NASA achetèrent ainsi cinq chronographes de différentes marques dans le but de les tester et de trouver la montre la plus adaptée à être portée dans l’espace.



Alors que le programme spatial Mercury (dont la capsule ne pouvait abriter qu’un seul homme) était dans sa phase finale, la NASA préparait déjà les missions des programmes Gemini (deux hommes) et Apollo (trois hommes).

Parmi leurs nombreuses missions, les astronautes des programmes Gemini et Apollo seront appelés à réaliser les premières sorties dans l’espace. A cet égard, il était impératif de disposer d’une montre-bracelet qui soit capable de supporter les conditions extrêmes régnant dans l’espace et qui fasse partie intégrante de l’équipement d’astronaute.



Pour la petite histoire, avant même d’être le modèle choisi par la NASA, une Speedmaster avait déjà été dans l’espace au poignet de l’astronaute Wally Schirra lors de la mission Mercury 8, le 3 octobre 1962.

Chaque fois qu’un astronaute en sortie dans l’espace tourne son poignet, la montre passe de l’ombre au rayonnement solaire et la température grimpe d’un coup de plus de 100°C. Sur la lune, l’objectif déclaré du président Kennedy et de la NASA, les conditions sont plus difficiles encore : les températures à la surface lunaire oscillent en effet entre -160°C et +120°C.

Une série de tests rigoureux a donc été développée pour déterminer quelle montre était la plus apte à répondre aux défis extrêmes de l’espace.




Les procédures de tests de qualification

Les montres reçues par la NASA furent soumises à une série de tests rigoureux et de procédés de présélection appelés « procédures de tests de qualification ». Voici, brièvement décrites, ces procédures auxquelles les montres furent soumises :

  1. Les montres sont remontées juste avant chaque phase de tests.
  2. La fonction chronographe doit être active durant chaque test et durant les périodes entre deux tests. Le chronographe doit être (ré)enclenché immédiatement avant et après chaque test et, en cas de délai, à des intervalles de deux à six heures entre les tests.
  3. Le contrôle de la précision horaire de la montre doit être effectué avant et après chaque test à des intervalles d’une heure durant les tests (lorsque possible) et à des intervalles de deux à six heures entre les tests en cas de délai. Au début de chaque période de contrôle de la précision horaire, le chronographe doit être enclenché et les données suivantes notées :
    • Identification de la montre
    • Temps réel (heures, minutes, secondes)
    • Temps indiqué par la montre testée (heures, minutes, secondes)

    Lorsque le contrôle de précision est effectué durant une période de tests, la fonction chronographe ne doit pas être arrêtée et les points suivants doivent être notés :
    • Identification de la montre
    • Temps réel (heures, minutes, secondes)
    • Temps indiqué par la montre testée (heures, minutes, secondes)
    • Temps écoulé tel qu’indiqué par le chronographe (heures, minutes, secondes)

  4. Lors de chaque contrôle de précision, le boîtier, le verre, le cadran, le bracelet, les poussoirs ainsi que l’éventuelle présence d’humidité sous le verre doivent être vérifiés. Tout dommage doit être noté.
  5. Une montre doit être retirée du test si l’un des problèmes suivants est relevé :
    • Défaut total de fonctionnement de la montre avec incapacité de remise en route
    • Défaut total de fonctionnement du chronographe avec incapacité de remise en route
    • Deux défauts de fonctionnement de la montre quelque soit leur nature, même si la capacité de remise en route est établie
    • Verre fendu ou brisé
    • Tige du remontoir ou poussoirs du chronographe cassés.

Sur les six chronographes sélectionnés, trois furent éliminés durant une première série de tests, et sur les trois montres restantes, seule l’OMEGA Speedmaster répondit pleinement aux standards particulièrement élevés fixés par la NASA. Plus de quarante ans plus tard, l’OMEGA Speedmaster fait encore partie de toutes les missions spatiales habitées de la NASA et demeure encore et toujours la seule montre à avoir été portée sur la lune.




Puis il n’en resta plus que trois…

Seules trois montres sur les six chronographes testés survécurent aux exigences de cette phase de présélection. Les finalistes furent ensuite soumises à 11 tests qui constituèrent les épreuves les plus rigoureuses jamais endurées par des garde-temps dans l’histoire de l’horlogerie.

Le 29 septembre 1964, la NASA commanda « pour test et évaluation » deux Speedmaster au prix unitaire de US$ 82.50 (selon le cours du change du jour) ; en Suisse, ces montres étaient alors proposées dans les magasins horlogers au prix de CHF 415. La NASA avait en outre stipulé que ces montres devraient êtres livrées au plus tard le 21 octobre 1964.



1. Hautes températures
48 heures à la température de 71°C (160°F) suivies de 30 minutes à 93°C (200°F) – ceci à une pressure de 5,5 psia (0,35 atm) et à une humidité relative n’excédant pas 15%.

2. Basses températures
Quatre heures à la température de -18°C (0°F).

3. Température - Pression
Pression maximale en chambre de pression de 1.47 x 10-5 psia (10-6 atm) et température élevée à 71°C (160°F). La température doit être ensuite descendue à -18°C (0°F) en 45 minutes puis élevée à nouveau à 71°C (160°F) en 45 minutes. Quinze autres cycles doivent être accomplis.

4. Humidité relative
Une durée totale de 240 heures à des températures variant entre 20°C et 71°C (68°F et 160°F) avec une humidité relative minimale de 95%. La vapeur utilisée doit avoir un pH entre 6,5 et 7,5.



5. Atmosphère saturée en oxygène
L’objet à tester doit être placé dans une atmosphère constituée à 100% d’oxygène à une pression de 5,5 psia (0,35 atm) pendant 48 heures. Toute performance en dehors des spécifications ou des tolérances, des traces visibles de brûlures, la création de gaz toxiques, des mauvaises odeurs ou la détérioration des joints ou des lubrifiants constituent un échec au test. La température ambiante doit être maintenue à 71°C (160°F).

6. Chocs
Six chocs de 40 G dans six directions différentes. Durée de chaque choc : 11 millisecondes.

7. Accélération
L’équipement doit subir une accélération linéaire de 1 G à 7,25 G en 333 secondes le long d’un axe parallèle à l’axe longitudinal du vaisseau spatial.

8. Décompression
Quatre-vingt-dix minutes dans un vide poussé à 1,47 x 10-5 (10-6 atm) et à une température de 71°C (160°F) et 30 minutes à 93°C (200°F).

9. Hautes pressions
L’équipement doit être soumis à une pression de 23,5 psia (1,6 atm) durant une période minimale d’une heure.

10. Vibrations
Trois cycles (latéral, horizontal, vertical) de 30 minutes, la fréquence variant de 5 à 2000 cps puis retour à 5 cps en 15 minutes. L’accélération moyenne par impulsion doit être d’au moins 8,8 G.
11. Nuisances acoustiques
130 db sur une échelle de fréquences de 40 à 10’000 Hz. Durée : 30 minutes.




Les résultats

Les tests furent achevés le 1er mars 1965. Parmi les trois chronographes de marques différentes encore en lice, une marque avait échoué à deux reprises au test portant sur l’humidité relative puis cessa totalement de fonctionner lors du test de résistance à la chaleur : la large aiguille des secondes s’était pliée et enroulée autour des autres aiguilles.

Le verre du chronographe de la deuxième marque s’était déformé et détaché du boîtier durant le test à la chaleur. Ce même malencontreux incident survint avec le deuxième modèle de cette marque durant le test de décompression.

Seule l’OMEGA Speedmaster passa tous les tests avec succès. A l’époque, les expérimentateurs de la NASA écrivirent : « Les tests opérationnels et environnementaux portant sur les trois chronographes sélectionnés sont terminés. Suite à ces tests, les chronographes OMEGA ont été calibrés et distribués aux trois membres de l’équipage GT-3 (Gemini Titan III) ».



Cette annonce sobre et réservée était de fait l’ordonnance officielle stipulant qu’à partir de ce jour, l’OMEGA Speedmaster était la seule montre approuvée pour tous les vols spatiaux habités de la NASA et participerait pleinement à l’héritage d’OMEGA. Tout aussi significatif, un communiqué de la NASA daté du 1er mars 1965 signalait que « … les astronautes montrent une préférence unanime pour le chronographe OMEGA par rapport aux deux autres marques à cause de sa plus grande précision, de sa meilleure fiabilité et de sa facilité d’opération ».

Petite note ironique : OMEGA n’apprit l’aventure spatiale de la Speedmaster qu’après publication d’une photographie montrant Ed White durant la première sortie dans l’espace d’un astronaute américain en juin 1966, lors de la mission Gemini 4.

Source : Documentation et correspondance de la NASA, 1961 – 1965.

La Speedmaster à travers le temps


Speedmaster 1957

Speedmaster 1966


Speedmaster 1969

Speedmaster 1975


Speedmaster 1980

Speedmaster 1985


Speedmaster 1989

Speedmaster 1994


Speedmaster 1999

Speedmaster 2003 Snoopy


Speedmaster 2004

Speedmaster 2007


Speedmaster 2007

Speedmaster 2009

Speedmaster Professionnal Moonwatch

Montres Apollo 11 « 40e Anniversaire » Edition Limitée

La montre Omega Speedmaster Apollo 11 « 40 e Anniversaire » Edition Limitée

Le premier alunissage d’un vol spatial habité qui eu lieu le 20 juillet 1969 (date UTC - Temps Universel Coordonné) fut la plus grande et la plus passionnante aventure scientifique dans l’histoire de l’humanité. Neil Armstrong posa pied sur notre astre le 21 juillet à 02:56 (heure GMT). Dix-neuf minutes plus tard, lorsque Buzz Aldrin le rejoignit avec, à son poignet, une OMEGA Speedmaster, une légende était en train de naître. Petite note historique : le compteur électronique de bord connaissant des défaillances, Armstrong avait laissé sa montre OMEGA à bord du module lunaire par mesure de sécurité.

Deux versions OMEGA Speedmaster Professional Moonwatch Apollo 11 « 40e Anniversaire » Edition Limitée célèbrent aujourd’hui cette aventure : l’une en acier inoxydable (7969 pièces), l’autre en platine (69 pièces).


L’édition limitée en acier inoxydable

Ces garde-temps distinctifs sont dotés du calibre OMEGA 1861, un mouvement descendant du calibre 321 qui équipait la Speedmaster originale. Prolongeant le boîtier, le bracelet en acier inoxydable, a été retravaillé pour inclure le système breveté à vis et goupille d’OMEGA.



Le cadran noir rappelle celui de la Speedmaster Professional Moonwatch – avec quelques différences significatives toutefois : le compteur des petites secondes présente, sous la forme d’une petite médaille, une adaptation du fameux logo de la mission Apollo 11 représentant un aigle s’apprêtant à se poser sur la lune et tenant dans ses serres un rameau d’olivier (symbole de paix) avec la terre se profilant en arrière-plan. Le logo de cette mission avait été dessiné par Michael Collins, le pilote du module de commande. Troisième homme de l’équipage, Collins était resté dans la capsule Apollo 11 alors qu’Armstrong et Aldrin posèrent pied sur la lune grâce au module lunaire.

Les aiguilles des heures et des minutes ainsi que la seconde du chronographe (à pointe rouge) sont revêtues de Super-LumiNova ; les aiguilles des compteurs des heures et des minutes du chronographe sont blanches et la petite seconde, brossée et rhodiée, offre un élégant contraste avec la médaille légèrement creusée.




Un petit pas

Le cadran présente l’inscription « OMEGA Speedmaster PROFESSIONAL », au-dessous duquel figure en rouge « 02:56 GMT », l’heure exacte à laquelle Neil Armstrong fit son premier « petit pas » sur la lune.

Tout comme la Moonwatch originale, le cadran de cette édition limitée « 40e Anniversaire » est protégé par un verre Hésalite. Ce robuste composé acrylique possède la propriété de ne pas se briser en petits morceaux, une caractéristique essentielle dans des conditions d’apesanteur où tout débris de verre pourrait s’avérer extrêmement dangereux. Le verre Hésalite de cette nouvelle Moonwatch présente également un petit symbole OMEGA gravé sur sa face intérieure.

Le fond du boîtier est frappé d’un médaillon avec l’aigle de l’Apollo 11 ainsi que des mots « THE FIRST WATCH WORN ON THE MOON », du numéro de la montre de cette édition limitée (0000/7969) et de « July 21, 1969 », date à laquelle Armstrong et Aldrin marquèrent notre satellite de leur empreinte – l’heure exacte (02:56 GMT) étant quant à elle imprimée sur le cadran.

L’OMEGA Speedmaster Professional Moonwatch Apollo 11 « 40e Anniversaire » Edition Limitée est délivrée dans un écrin noir contenant également une médaille en argent 925 de 42 mm de diamètre (le même diamètre que la montre) sur laquelle ont été gravés le logo de la mission et les mots « APOLLO 11, 40th ANNIVERARY ». Le revers de la médaille est quant à lui gravé des mots « THE EAGLE HAS LANDED », « LAUNCHED JULY 16 1969 », « LANDED JULY 20, 1969 » et « RETURNED, JULY 24, 1969 » et présente les nom et logo d’OMEGA. Un certificat d’authenticité ainsi qu’une enveloppe contenant une serviette de polissage noire et des informations relatives à ce vol spatial historique complètent l’ensemble.



L’édition limitée en platine

Une édition très limitée bénéficiant d’un luxe sans limite
Une version en platine de l’OMEGA Speedmaster Professional Moonwatch Apollo 11 « 40e Anniversaire » est également lancée dans une édition limitée à 69 pièces. Le boîtier et le bracelet à vis et goupille sont en platine. Sur le cadran, le médaillon du compteur de la petite seconde est en or jaune 18 carats, tout comme la petite seconde elle-même. Les aiguilles des heures et des minutes ainsi que les aiguilles des fonctions 30 minutes et 12 heures du chronographe sont quant à elles en platine.

Cette élégante version est accompagnée d’une médaille en or jaune 18 carats de 42 mm de diamètre produite en édition limitée et numérotée et sur laquelle ont été gravés le logo de la mission et les mots « APOLLO 11, 40th ANNIVERARY ». Comme la médaille en argent accompagnant le modèle en acier inoxydable, le revers de cette médaille est gravé des mots « THE EAGLE HAS LANDED », « LAUNCHED JULY 16 1969 », « LANDED JULY 20, 1969 » et « RETURNED, JULY 24, 1969 » et présente les nom et logo d’OMEGA.

Le fond du boîtier présente le logo de la mission en or 18 carats ainsi que les mots « Apollo 11, 40th Anniversary ». Il présente également, sur son anneau extérieur en platine, les mots : « The first Watch Worn on the Moon », « PT950 » (référence à la teneur en platine) et « July 21, 1969 », la date à laquelle Neil Armstrong et Buzz Aldrin marchèrent sur la lune.

Comme le modèle en acier inoxydable, cette version en platine de la Speedmaster Professional Moonwatch Apollo 11 « 40e Anniversaire » est dotée d’un verre en Hésalite et du calibre OMEGA 1861.

Sur le cadran, le numéro de cette édition limitée (00/69) gravé au bas du petit logo de la mission rappelle subtilement combien cette montre est spéciale.



La Speedmaster Professional Moonwatch Apollo 11 « 40ème Anniversaire » Edition Limitée en platine est délivrée dans un superbe coffret en bois agrémenté d’une élégante marqueterie. Le numéro de l’édition limitée (00/69) et le logo de la mission Apollo 11 sont gravés en relief sur le couvercle du coffret. Les dates « 1969 » (l’année de la mission Apollo 11) et « 2009 » (40e anniversaire de la mission et année de production de cette édition limitée) sont gravées sur les pieds en acier. Ce coffret contient également un certificat d’authenticité.

Ces exquis garde-temps seront initialement exclusivement disponibles à la Boutique OMEGA qui ouvrira ses portes cette année sur la Cinquième Avenue à New York.



Le rôle historique d’OMEGA

Dans des siècles, les historiens continueront à étudier avec admiration la mission Apollo 11. Pour la toute première fois, des hommes ont quitté notre planète, ont marché sur un autre astre et sont retournés sur terre sains et saufs. OMEGA sera toujours fière du rôle qu’elle a joué dans la plus grande aventure scientifique de tous les temps.

 PUBLICITÉ
  • TAG Heuer présente 3 nouveaux modèles femme de sa célèbre collection MONACO
  • Chopard montre Lotus Blanc
  • De nouvelles couleurs pour la collection Millenary d’Audemars Piguet
  • Van Cleef & Arpels Montre sautoir Cerf-Volant
  • CHANEL CODE COCO
  • Corum Heritage Sublissima
  • Girard-Perregaux Cat’s Eye La Fenice
  • Piaget Altiplano - 60 ans et toujours jeune
  • Promesse « Les Exceptionnelles » by Baume & Mercier
  • Van Cleef & Arpels Montre Papillon Secret
  • Vacheron Constantin
  • Ulysse Nardin
  • Audemars Piguet
  • Girard-Perregaux
  • Baume & Mercier
  • Bucherer
  • Girard-Perregaux
  • Hublot
  • Schwarz Etienne
  • Bell & Ross
  • Tag Heuer
  • Tag Heuer
  • Anonimo
  • Corum
  • Montblanc
  • Hublot
  • Girard-Perregaux
  • Hublot
  • Bell & Ross
  • F. P. Journe
  • Louis Vuitton
  • Vacheron Constantin
  • Richard Mille
  • Vacheron Constantin
  • Bell & Ross
  • Vacheron Constantin
  • Louis Vuitton
  • Tag Heuer
  • Anonimo
  • Bell & Ross
  • Maier
  • Zenith
  • Bucherer
  • Hublot
  • Rolex
  • Corum
  • Vacheron Constantin
  • Fondation Haute Horlogerie
  • Hublot
  • Zenith
  • Panerai
  • Cartier
  • Richard Mille
  • Bucherer
  • Tag Heuer
  • Richard Mille
  • Tag Heuer
  • Tudor
  • Girard-Perregaux
  • Hublot
  • MATWATCHES
  • Bucherer
  • Girard-Perregaux
  • Girard-Perregaux
  • Roger Dubuis
  • Bucherer
  • Richard Mille
  • Girard-Perregaux
  • Breitling
  • Hublot
  • Richemont announces changes to its Senior Executive Committee
  • Nouveau réveil pour la marque historique Vulcain
  • Romain Réa nommé nouveau CEO d'Antiquorum Management Ltd
  • Bucherer annonce son acquisition du distributeur d’horlogerie The Watch Gallery LTD de Londres
  • La Maison Bucherer célèbre les Journées Européennes des Métiers d’Art les 31 mars et 1er avril
  • Jaeger-LeCoultre vous donne rendez-vous chez Bucherer
  • Girard-Perregaux au SIAR, Salón Internacional Alta Relojería pour la 4e année consécutive
  • Le Paris Saint-Germain se met au rythme de Richard Mille
  • Montres rares par Paul Miquel, la collection impossible
  • Julien Haenny, nouveau Directeur Général chez Anonimo
  • Exposition Passion for Watches pour les amateurs de belles montres
  • Richard Mille a été victime d’un cambriolage dans ses bureaux parisiens
  • Girard-Perregaux présente une exposition exclusive au Printemps du Louvre
  • F1 : Richard Mille félicite Romain Grosjean pour son exceptionnel début de saison
  • Bucherer remet le prix de la femme de l’année à Sophie Marceau !
  • M. Davide Cerrato rejoint Montblanc comme Directeur de la Division Montres
  • Soyez horloger, le temps d’un atelier !
  • Les Journées de la Passion® du 14 au 15/11/2015
  • Zenith est sur la ligne de départ du Castellet !
  • Audemars Piguet célèbre les succès de Serena Williams & Stan Wawrinka
  • Audemars Piguet accueille Freida Pinto comme ambassadrice
  • Audemars Piguet présente son Directeur de la Création Claude Emmenegger
  • Crésus, Carte Noire & La Revue des Montres lancent les « Rendez-vous haute précision »
  • A. Lange & Söhne parraine les Classic Days au Château de Dyck
  • Cresus ouvre une nouvelle boutique à Lille
  • Exposition « Stone in Store » de Thierry Courtadon chez Hublot Vendôme
  • Le Schneider Electric Marathon de Paris à l’heure TAG Heuer
  • L'artiste suisse Robin Meier sélectionné pour présenter la 1ère commission d'art Audemars Piguet
  • Corum « Bridging Art and Mechanics »
  • Serena Williams remporte son 19e Grand Chelem, équipée de son Audemars Piguet
  • Patek Philippe renforce sa présence à Genève
  • Jean-Sébastien Gerondeau nommé Directeur Général Montblanc France
  • Audemars Piguet présente sa nouvelle campagne publicitaire 2015
  • Jessica Chastain, nouvelle ambassadrice Piaget
  • Lettre ouverte à Thomas Jordan, président de la Banque Nationale Suisse
  • Hublot & Italia Independent annoncent une collaboration de trois ans
  • Perrelet : Tristan Boyer de Bouillane nommé Directeur Général
  • Cresus présente son nouveau site e-commerce et ouvre deux nouvelles boutiques
  • Audemars Piguet fête le succès de Stan Wawrinka, nouvel ami de la marque
  • Kering finalise l'acquisition de la marque de Haute horlogerie Ulysse Nardin
  • Hublot et l’Ajax prolonge leur partenariat
  • Une neuvième édition pour le salon Rocollection
  • Yann Guichard et Zenith arrivent second de la Route du Rhum
  • Passion for Watches : Le rendez-vous incontournable des passionnés de belles montres
  • JeanRichard partenaire du LOU Rugby
  • Soirée Bell & Ross aux Invalides
  • La Maison Louis Vuitton inaugure sa Manufacture Horlogère : La Fabrique du Temps
  • La boutique de Richard Mille Paris s'installe avenue Matignon
  • Le chef italien Carlo Cracco, nouveau partenaire Richard Mille
  • Walter Lange fête ses 90 ans
  •  PUBLICITÉ
      PUBLICITÉ
      Pages les plus consultées
    1 montres Rolex, 2 montres Audemars Piguet, 3 montres Hublot, 4 montres Patek Philippe, 5 montres Richard Mille, 6 montres Omega, 7 montres Cartier, 8 montres Jaeger-LeCoultre, 9 montres Vacheron Constantin, 10 montres Breitling, 11 montres Tag Heuer, 12 montres IWC, 13 montres Baume & Mercier, 14 montres Zenith, 15 montres Breguet, 16 montres Montblanc, 17 montres A. Lange & Söhne, 18 montres Panerai, 19 montres Chanel, 20 montres Chopard, 21 montres Blancpain, 22 montres Girard-Perregaux, 23 montres Tudor, 24 montres Louis Vuitton, 25 montres Piaget, 26 montres Bell & Ross, 27 montres Corum, 28 montres Roger Dubuis, 29 montres BRM, 30 montres Dior, 31 montres Ebel, 32 montres Ulysse Nardin, 33 montres L.Leroy, 34 montres Bucherer, 35 montres Jaquet Droz, 36 montres JeanRichard, 37 montres Porsche Design, 38 montres Anonimo, 39 montres Bulgari, 40 montres Hermès, 41 montres Parmigiani, 42 montres Maier, 43 montres Schwarz Etienne, 44 montres Cresus, 45 montres Van Cleef & Arpels, 46 montres Oris, 47 montres Yema, 48 montres Franck Muller, 49 montres MB&F, 50 montres Perrelet, 51 montres MATWATCHES, 52 montres Urwerk, 53 montres Romain Jerome, 54 montres Harry Winston, 55 montres F. P. Journe, 56 montres Graham-London, 57 montres Frédérique Constant, 58 montres H. Moser & Cie, 59 montres HYT, 60 montres Chaumet,