Nouveautés mai 2006

Opus 6 Rare Timepieces

6ème Opus pour amateurs (très) avertis.

La Cote des Montres™ le 14 mai 2006



Opus ? Encore ! ?

Hamdi Chatti
L'an dernier, l'équipe Harry Winston avait pourtant annoncé une pause dans la production Opus. Mais, guidée par le nouveau Directeur général de Harry Winston Rare Timepieces, Hamdi Chatti, elle n'a pas hésité à réactiver cette plate-forme riche et porteuse d'innovations pour la haute horlogerie.

La rencontre de deux esprits visionnaires

Hamdi Chatti propose à Robert Greubel et Stephen Forsey de les rencontrer pour leur présenter son projet, sans engagement. La discussion prend rapidement des allures de brainstorming passionné. Un quart d'heure suffira à convaincre les deux "horlogers inventeurs", établis à La Chaux-de-Fonds, de se lancer dans la fantastique aventure. Et deux jours plus tard, Greubel rappelle Chatti pour lui soumettre les idées développées…

Opus 6 Rare Timepieces

Le projet

Harry Winston et Greubel Forsey :
Une association virtuose qui donne le tournis…

Opus 6 se fera donc en un temps record - à peine six mois séparent les premiers contacts de Baselworld - et en collaboration étroite avec Robert Greubel et Stephen Forsey, l'un Français, l'autre Anglais, tous deux architectes mécaniciens, inventeurs du Double Tourbillon 30° et associés depuis plus de 10 ans.

Robert Greubel et Stephen Forsey, inventeurs du Double Tourbillon 30°

Né en France en 1960 et disposant d'un don exceptionnel pour la micromécanique, Robert Greubel répare des montres dans le magasin de son père. Titulaire d'un Certificat d'aptitude professionnelle en horlogerie, il poursuit ses études, découvre la conception des plus grandes complications et sort diplômé de l'Ecole d'horlogerie de Dreux (France). Puis il entre chez IWC en qualité de prototypiste et participe au projet de Grande Complication. Engagé également comme prototypiste chez Renaud & Papi, société d'Audemars Piguet, il deviendra rapidement associé et co-directeur général. Puis, en 1992, il rencontre Stephen Forsey, horloger anglais de génie. Né en 1967 à St-Albans, capitale de l'Angleterre au temps des Romains située à une trentaine de kilomètres au nord de Londres, et où l'on fabriqua des dizaines de milliers de chronomètres de marine, Forsey travaille d'abord chez Asprey où il restaure des pièces anciennes. Mais c'est en Suisse, avec Robert Greubel, qu'il excellera dans les grandes sonneries et les répétitions, les carillons et les quantièmes perpétuels.

Harry Winston Opus 6 Rare Timepieces
 1     2     3     4     5   

La montre

Encore un tourbillon ?

Oui, mais - Opus oblige - pas n'importe lequel: un tourbillon nouveau, à nul autre pareil, qui apporte sa pierre à l'édifice de la précision, un tourbillon-roi, libéré visuellement de sa cage et affranchi des rouages, avec deux guichets pour l'heure et les minutes. En deux mots le tourbillon ultime. Tandis que l'entreprise chaux-de-fonnière s'attèle à adapter son mouvement au projet, les équipes Harry Winston, de leur côté, mettent toute leur énergie à créer autour de ce futur mouvement de très haute technicité une architecture totalement inédite.



Un tourbillon 30 degrés ? Bizarre…

Fidèle à l'esprit Harry Winston - "l'exceptionnel et rien d'autre" -, ce tourbillon ne pouvait évidemment pas n'être qu'un tourbillon. Preuve éclatante qu'il reste encore des territoires à explorer dans la très haute horlogerie, celui-ci réunit donc deux prouesses techniques. La première se cache dans la forme même du module: incliné à 30 degrés - d'où son nom "Tourbillon Emotion 30°" - que seuls les meilleurs horlogers sont à même de réaliser. Pourquoi 30 degrés? Pour permettre au balancier d'osciller en permanence dans tous les plans (la compensation des différences de marche dues à l'attraction terrestre n'étant plus limitée au seul plan vertical) et offrir à la montre une précision parfaite.

…mais d'une pureté exceptionnelle

Seconde prouesse: outre l'affichage des heures/minutes et de la petite seconde, au moyen de trois guichets, on a beau regarder, scruter, passer le cadran au peigne fin, on ne voit que le tourbillon. Tout simplement parce que les rouages sont invisibles, ou plutôt parce qu'ils ont été excentrés sous le pont masquant toute la partie droite du cadran! Harry Winston et Greubel Forsey ont donc réussi à intégrer ce fantastique module à l'esprit Opus, créant une montre virtuose: le pont est vissé sur le fond de la boîte, libérant le tourbillon de sa traditionnelle cage et offrant à la vue un mécanisme suspendu d'une pureté absolue car affranchi des rouages qui tendent d'habitude à le vampiriser. Résultat: une merveille de précision, dont la profondeur est due en partie à son inclinaison, qui peut être admirée dans toute sa splendeur, en 3 dimensions.

Opus 6 : la maturité

Naissance d'une Idée

Avec son système satellite d'affichage de l'heure, Opus V offrait à la postérité un garde-temps débordant de créativité et de technicité maîtrisée. Si, avec son design sobre, Opus 6 prend une autre voie que celle de la surenchère, elle n'en contient pas moins un esprit horloger d'une complexité inédite, répondant en cela parfaitement à deux exigences du concept Opus: réunir deux des plus grands talents de l'horlogerie contemporaine et surprendre par la virtuosité d'un mouvement.

A mécanisme compliqué, architecture sophistiquée.

L'idée étant de placer le tourbillon au centre et de tout construire autour, le défi consistait donc à marier la boîte au mouvement. La réponse de Harry Winston: une boîte de type Ocean avec une architecture intérieure qui part du tourbillon et structure le cadran sur deux niveaux en intégrant l'affichage. Ainsi, si le tourbillon est vissé sur le fond de la boîte, le guichet de la petite seconde se situe à 11h sur le premier niveau, tandis que sur le second niveau, à 3h, s'affichent les heures et les minutes dans deux guichets distincts réunis dans un même hublot. La glace bombée est agrémentée d'une bulle située au-dessus de ce dernier.

Sous le signe du "6"…

L'histoire Opus 6 et sa genèse

Ce mécanisme constitue une merveille de technicité et… d'esthétique. Plus d'un resteront sans voix devant la pureté et surtout l'ingéniosité de ce cadran "à étages". En effet, il suffit de regarder la montre de face pour voir se dessiner, par chevauchement optique à la fois sur le fond de la boîte, le pont (1er niveau avec guichet de la petite seconde) et le hublot (2e niveau avec guichets des heures/minutes), le chiffre "6". Pourquoi "6"? Parce qu'il s'agit de la 6e édition d'Opus, que ce chiffre marque l'année de sa sortie - 2006 - et que ce garde-temps d'exception ne sera produit qu'en 6 exemplaires, signe de son extrême exclusivité. Et comme si cela ne suffisait pas, les concepteurs de la boîte ont ajouté un autre détail ludique. Admirez cette fois la boîte de profil, et vous verrez le chiffre "6" se transformer en une esperluette - vous savez, le signe "&" - reliant le nom des deux "associés", Harry Winston et Greubel Forsey, gravés sur le pourtour du cadran.

Des finitions d'exception pour une montre étonnante

design - précision - détails - artisanat

Les amateurs très avertis reconnaîtront la qualité des finitions habillant Opus 6. Comme le grenage argenté du pont du 1er niveau ou le satiné de l'or argenté des hublots, contrastant à merveille avec le bleu nuit du fond de la boîte mais se mariant parfaitement avec l'or blanc de la lunette. Dans le même esprit, les indicateurs des heures, minutes et secondes sont en or rougi. L'observateur attentif remarquera que les ponts du tourbillon, fabriqués sur mesure, constituent une véritable pièce d'architecture dont les montants reprennent la forme des arches chères à Harry Winston et que l'on retrouve à 3h en guise de protège-couronne.

Inspirations

La plate-forme Opus

Une histoire courte qui en dit long…

La plate-forme Opus vise avant tout la réunion de deux personnalités écrivant une page de l'histoire horlogère, c'est une partition à quatre mains chaque fois différente, mais toujours interprétée avec virtuosité, c'est l'association d'artisans passionnés dont l'envie est de bâtir une oeuvre plus grande qu'eux.


Opus 1

Opus 2

Opus 3

Opus 4

Opus 5

Ainsi en 2001, Opus 1, chronomètre à résonnance de François-Paul Journe, crée l'événement. Parce que c'est la première fois que deux maisons s'associent pour mener à bien un projet de haute horlogerie, et aussi parce qu'il s'agit d'un exploit technique sans précédent, surtout si l'on sait qu'il n'aura fallu que 8 mois pour achever cette série limitée de 18 modèles.

Tourbillon avec quantième perpétuel sur la face arrière signé Antoine Preziuso, Opus Two constitue une suite logique. Un air de famille pour un résultat très différent : le concept Opus est définitivement lancé et Harry Winston prouve qu'il reste encore tant de choses à inventer.

En 2003, Harry Winston et Vianney Halter emmènent le concept vers des cimes que la haute horlogerie n'avait pas encore explorées : montre totalement nouvelle, Opus 3 présente rien moins que trois premières mondiales (mouvement, forme et fonction).

Si elle semble plus traditionnelle (boîte d'inspiration Premier Harry Winston), Opus 4 n'en est pas moins une montre d'exception, cosignée avec Christophe Claret. Totalement réversible, elle présente une face «technique» avec tourbillon et répétition minute dotée d'un timbre cathédrale, et une face «romantique» avec grande lune et quantièmes indiqués sur le pourtour du cadran.

En association avec Felix Baumgartner, Opus V crée une fois de plus l'événement en 2005, avec un garde-temps inédit. L'heure s'affiche en effet par un système «satellite» : 3 petits cubes portant chacun 4 chiffres, disposés en satellites sur un système rotatif en 3 dimensions, donnent l'heure à tour de rôle en tournant sur 2 axes.

Gageons qu'Opus 6 fera également sensation…

Le mouvement Émotion 30°

Opus 6 célèbre la révolution dans la révolution

La raison de l’époque avait choisi le plan vertical puisque, hors de la mathématique et de la poche de la jaquette, il n’y avait point de solution. Et très justement, les « lumières » du XVIIIe ne pouvaient pas forcément prévoir qu’un jour, les montres se porteraient au poignet, et que bien plus tard un balancier et son spiral seraient bercés dans un ballet aérien de cages tournantes…

En ce début de troisième millénaire cependant, deux Inventeurs Horlogers – le Français Robert Greubel et l’Anglais Stephen Forsey - ont imaginé la « révolution dans la révolution » en plaçant un Tourbillon à l’intérieur d’un Tourbillon, de manière à ce que le complexe dispositif annule en permanence les écarts de marche dus à l’attraction terrestre, et ceci dans toutes les positions usuelles qu’une montre-bracelet prend au poignet de son porteur.



Pour l’Opus 6, Harry Winston et Greubel Forsey ont associé au mouvement Emotion 30° un système d’affichage numérique mécanique à trois compteurs circulaires indiquant les heures, les minutes et les secondes. Cette construction inédite permet un accès visuel immédiat et total au précieux mécanisme qui semble sortir d’un rêve, détaché de toute contrainte matérielle.

Emotion 30° évoque à la fois la dimension technique d’Opus 6, mais aussi et surtout la force de la mise en scène d’un ballet unique au monde : celui des deux cages tournantes. L’angle de 30° compris entre les Tourbillons assure la meilleure performance chronométrique pour une hauteur idéale de la montre. De même, la vitesse de rotation de 4 minutes pour la cage la plus grande offre une mobilité optimale au balancier, en lui évitant l’exposition prolongée à l’attraction terrestre dans les positions les moins favorables de la montre. Un engrenage conique composé d’une roue et d’un pignon à dentures profilées spécifiquement pour le mouvement Emotion 30o anime la petite cage avec une grande efficacité de transmission.

Emotion 30o tire sa force motrice de deux barillets à rotation rapide montés en série. La réserve de marche est d’au moins trois jours ou 72 heures.

Cette rencontre créative entre la tradition séculaire d’Harry Winston et l’expérience de Greubel Forsey ne pouvait être plus appropriée : l’inventivité et le purisme, deux valeurs fondamentales partagées par les deux partenaires sont au premier plan dans l’esprit de cet Opus 6.

Emotions fortes

Opus 6 met en scène le ballet des cages tournantes…

Opus 6 est une scénographie horlogère: rien, absolument rien ne vient troubler le spectacle parfaitement réglé des cages tournantes, ni passage d’aiguilles, ni train de rouages superposés. Seul, un écran bleu nuit glisse la plate-forme à l’arrière-plan, une manière douce de conduire le regard sur l’incroyable ballet des mobiles orchestré par la lumière et l’harmonie.



Pas d’ouverture de cadran non plus, moins encore, pas de cadran du tout: l’Architecture d’Opus 6 insuffle au nouveau boîtier dessiné par Harry Winston et Greubel Forsey un premier rôle: avec la complicité du seul mouvement, la carrure sert de support direct aux affichages protégés par des capots ajourés.

A l’exception de la roue de petite moyenne tout en évidence qui transmet l’énergie nécessaire au mouvement en échange d’une précision hors norme, le mécanisme des deux Tourbillons évolue en toute liberté à la vitesse d’un quart de tour par minute pour la grande cage extérieure et d’un tour en 60 secondes pour la cage intérieure incliné, assurant une position idéale au balancier dans pratiquement toutes les positions d’Opus 6 portée au poignet. Les Inventeurs Horlogers Robert Greubel et Stephen Forsey ont voulu réaliser pour cette 6e édition de l’Opus un mouvement entièrement dédié à la plus essentielle des complications de l’Art Horloger.

Finesse également remarquable de l’Architecture d’Opus 6, l’étagement en terrasses des trois affichages du temps, avec à gauche l’indication de la seconde et à droite celles des heures et minutes par deux disques co-axiaux.

Une grande réussite d’Opus 6 reste l’impression immédiate d’une immense clarté et d’une complexité traduite en beauté. Aucun décor superflu ne vient ralentir la puissance de cette Œuvre, dont le no 6 appliqué sur l’avant du boîtier sert de lien entre deux signatures qui ont décidé d’unir leurs philosophies pour porter au plus haut niveau leurs savoir-faire pour une fois partagés.

 PUBLICITÉ
  • Hermès Klikti
  • Cartier Révélation d’une Panthère
  • Girard-Perregaux Cat’s Eye Day and Night Haute Joaillerie
  • Total look Hublot à Zermatt
  • Richard Mille RM 07-01 Céramique Noire Sertie
  • TAG Heuer Link – Bella Hadid
  • Cartier Libre
  • Corum Golden Bridge Rectangle Sertie
  • TAG Heuer présente 3 nouveaux modèles femme de sa célèbre collection MONACO
  • Chopard montre Lotus Blanc
  • Breitling
  • Hublot
  • Bucherer
  • Hublot
  • Ulysse Nardin
  • Roger Dubuis
  • Cartier
  • Hublot
  • Bell & Ross
  • Baume & Mercier
  • IWC
  • Montblanc
  • A. Lange & Söhne
  • Zenith
  • Girard-Perregaux
  • Zenith
  • Tag Heuer
  • Hublot
  • Ulysse Nardin
  • Panerai
  • Girard-Perregaux
  • Richard Mille
  • Jaeger-LeCoultre
  • Vacheron Constantin
  • Vacheron Constantin
  • Vacheron Constantin
  • Tag Heuer
  • Montblanc
  • Montblanc
  • Cartier
  • Rolex
  • Rolex
  • Roger Dubuis
  • Girard-Perregaux
  • Anonimo
  • Vacheron Constantin
  • SIHH
  • Hublot
  • Audemars Piguet
  • Zenith
  • Hublot
  • Anonimo
  • BRM
  • Richard Mille
  • Bucherer
  • Bucherer
  • Zenith
  • Richard Mille
  • Tag Heuer
  • Maier
  • Zenith
  • Bucherer
  • Hublot
  • Rolex
  • Corum
  • Vacheron Constantin
  • Fondation Haute Horlogerie
  • Hublot
  • Zenith
  • Panerai
  • Bucherer annonce l'acquisition de Tourneau LLC
  • La Fondation de la Haute Horlogerie accueille Zenith comme nouvelle marque partenaire
  • Richemont announces changes to its Senior Executive Committee
  • Nouveau réveil pour la marque historique Vulcain
  • Romain Réa nommé nouveau CEO d'Antiquorum Management Ltd
  • Bucherer annonce son acquisition du distributeur d’horlogerie The Watch Gallery LTD de Londres
  • La Maison Bucherer célèbre les Journées Européennes des Métiers d’Art les 31 mars et 1er avril
  • Jaeger-LeCoultre vous donne rendez-vous chez Bucherer
  • Girard-Perregaux au SIAR, Salón Internacional Alta Relojería pour la 4e année consécutive
  • Le Paris Saint-Germain se met au rythme de Richard Mille
  • Montres rares par Paul Miquel, la collection impossible
  • Julien Haenny, nouveau Directeur Général chez Anonimo
  • Exposition Passion for Watches pour les amateurs de belles montres
  • Richard Mille a été victime d’un cambriolage dans ses bureaux parisiens
  • Girard-Perregaux présente une exposition exclusive au Printemps du Louvre
  • F1 : Richard Mille félicite Romain Grosjean pour son exceptionnel début de saison
  • Bucherer remet le prix de la femme de l’année à Sophie Marceau !
  • M. Davide Cerrato rejoint Montblanc comme Directeur de la Division Montres
  • Soyez horloger, le temps d’un atelier !
  • Les Journées de la Passion® du 14 au 15/11/2015
  • Zenith est sur la ligne de départ du Castellet !
  • Audemars Piguet célèbre les succès de Serena Williams & Stan Wawrinka
  • Audemars Piguet accueille Freida Pinto comme ambassadrice
  • Audemars Piguet présente son Directeur de la Création Claude Emmenegger
  • Crésus, Carte Noire & La Revue des Montres lancent les « Rendez-vous haute précision »
  • A. Lange & Söhne parraine les Classic Days au Château de Dyck
  • Cresus ouvre une nouvelle boutique à Lille
  • Exposition « Stone in Store » de Thierry Courtadon chez Hublot Vendôme
  • Le Schneider Electric Marathon de Paris à l’heure TAG Heuer
  • L'artiste suisse Robin Meier sélectionné pour présenter la 1ère commission d'art Audemars Piguet
  • Corum « Bridging Art and Mechanics »
  • Serena Williams remporte son 19e Grand Chelem, équipée de son Audemars Piguet
  • Patek Philippe renforce sa présence à Genève
  • Jean-Sébastien Gerondeau nommé Directeur Général Montblanc France
  • Audemars Piguet présente sa nouvelle campagne publicitaire 2015
  • Jessica Chastain, nouvelle ambassadrice Piaget
  • Lettre ouverte à Thomas Jordan, président de la Banque Nationale Suisse
  • Hublot & Italia Independent annoncent une collaboration de trois ans
  • Perrelet : Tristan Boyer de Bouillane nommé Directeur Général
  • Cresus présente son nouveau site e-commerce et ouvre deux nouvelles boutiques
  • Audemars Piguet fête le succès de Stan Wawrinka, nouvel ami de la marque
  • Kering finalise l'acquisition de la marque de Haute horlogerie Ulysse Nardin
  • Hublot et l’Ajax prolonge leur partenariat
  • Une neuvième édition pour le salon Rocollection
  • Yann Guichard et Zenith arrivent second de la Route du Rhum
  • Passion for Watches : Le rendez-vous incontournable des passionnés de belles montres
  • JeanRichard partenaire du LOU Rugby
  • Soirée Bell & Ross aux Invalides
  • La Maison Louis Vuitton inaugure sa Manufacture Horlogère : La Fabrique du Temps
  • La boutique de Richard Mille Paris s'installe avenue Matignon
  •  PUBLICITÉ
      PUBLICITÉ
      Pages les plus consultées
    1 montres Rolex, 2 montres Hublot, 3 montres Audemars Piguet, 4 montres Patek Philippe, 5 montres Richard Mille, 6 montres Omega, 7 montres Cartier, 8 montres Jaeger-LeCoultre, 9 montres Breitling, 10 montres IWC, 11 montres Vacheron Constantin, 12 montres Tag Heuer, 13 montres Zenith, 14 montres A. Lange & Söhne, 15 montres Chanel, 16 montres Montblanc, 17 montres Breguet, 18 montres Panerai, 19 montres Baume & Mercier, 20 montres Piaget, 21 montres Girard-Perregaux, 22 montres Chopard, 23 montres Tudor, 24 montres Corum, 25 montres Blancpain, 26 montres Bell & Ross, 27 montres Roger Dubuis, 28 montres Louis Vuitton, 29 montres Dior, 30 montres BRM, 31 montres Ulysse Nardin, 32 montres L.Leroy, 33 montres Ebel, 34 montres Bulgari, 35 montres Bucherer, 36 montres Jaquet Droz, 37 montres JeanRichard, 38 montres Chaumet, 39 montres Franck Muller, 40 montres Perrelet, 41 montres Ikepod, 42 montres Anonimo, 43 montres Porsche Design, 44 montres Van Cleef & Arpels, 45 montres S.T. Dupont, 46 montres Yema, 47 montres MB&F, 48 montres Graham-London, 49 montres Eterna, 50 montres Hermès, 51 montres Parmigiani, 52 montres De Bethune, 53 montres Ange Barde, 54 montres Ralf Tech, 55 montres Dodane, 56 montres Romain Gauthier, 57 montres Cabestan, 58 montres HYT, 59 montres Concord, 60 montres Jacob & Co.,
     PUBLICITÉ