Nouveautés avril 2007

Master Compressor Extreme LAB

L’exception pour règle

La Cote des Montres™ le 21 avril 2007



Révolutionnaire, la Master Compressor Extrem LAB incarne sans contexte une réalisation d’exception. Fonctionnant sans huile ni graisse, le nouveau Calibre Jaeger-LeCoultre 988C qui équipe cette montre affiche des performances capables de traverser les années sans usure ni altération de ses performances. Même à des températures de moins 40°C, où les huiles et graisses d’une montre classique se figent et provoquent l’arrêt du mouvement, la Master Compressor Extrem LAB continue sa marche imperturbable.



Une nouvelle géométrie de balancier, l’introduction de nouveaux matériaux plus légers et plus résistants dans l’échappement et un régulateur à tourbillon dernière génération permettent au Calibre Jaeger-LeCoultre 988C de fixer de nouvelles normes de précision. Dans son habillage high-tech, la Master Compressor Extrem LAB préfigure les montres de demain. Ce concentré de technique et d’invention, couronné de 6 brevets, ravira les collectionneurs les plus comblés et avertis... car seule une production exclusive et limitée verra le jour.

Une montre concept unique
  • Première montre sans lubrifiant
  • Résistance aux températures extrêmes : - 40° / + 60° C
  • Caractère d’innovation récompensé par 6 brevets
  • Mouvement entièrement repensé et réalisé par Jaeger-LeCoultre
  • Deux ans de réflexion
  • Design high tech: boîtier en carbone et en titane

Des complications-phares
  • Tourbillon automatique avec un grand balancier de 11.5mg x cm2 à inertie variable et haute fréquence de 28'800 aternances/heure
  • Deux fuseaux horaires
  • Indication AM / PM à 12h à aiguille
  • Date brevetée sautante entre le 15 et le 16 liée à l’heure locale, de part et d’autre du tourbillon

Un concept exceptionnel: un mouvement sans huile

Révolutionnaire, la Master Compressor Extrem LAB rend obsolète toute utilisation de lubrifiants dans le mouvement. Toutes les pièces de la montre ont été entièrement repensées pour parvenir à la quête horlogère suprême : la suppression de l’huile pour une utilisation optimale. La mécanique traditionnelle recourt aux huiles et graisses afin d’assurer un fonctionnement idéal des pièces en mouvement. Les huiles et graisses se présentent sous forme d’huile plus ou moins fine pour les pièces avec des vitesses de translation ou rotation élevées, et sous forme de graisse pour les pièces subissant des pressions ou contraintes fortes. Malheureusement les propriétés des huiles et graisses se détériorent avec le temps. Les performances des mécanismes se dégradent si les huiles et graisses ne sont pas remplacées en temps voulu. L’horlogerie n’échappe pas à cette règle. C’est pourquoi seul un mouvement horloger dépourvu de lubrifiant pourrait être considéré comme parfait.

Des essais effectués dans les années 70 sur des mouvements en plastique avaient déjà entrouvert des pistes en vue de supprimer une partie de l’huile et des graisses. Malheureusement, ces montres ne résistaient pas au test du temps qui provoquait des usures dégradant rapidement les performances chronométriques et fonctionnelles. Dans sa quête permanente pour améliorer la fiabilité des montres mécaniques, Jaeger-LeCoultre a déjà renoncé à toute lubrification des roulements à billes des remontages automatiques, en introduisant en série en 2002 déjà, des billes en céramique. Aujourd’hui, l’équipe de recherche de la Manufacture du Sentier va encore plus loin et explore des domaines encore invraisemblables : faire fonctionner un mouvement mécanique dépourvu d’huile. Le nouveau Calibre Jaeger-LeCoultre 988C - fruit de ces recherches - est le premier mouvement mécanique de l’histoire de l’horlogerie à fonctionner de manière précise et fiable sans huile.



Les ingénieurs et horlogers ont eu recours à de nouveaux matériaux et à des nouvelles combinaisons de matériaux pour relever ce défi historique. Le carbo-nitrure EasiumTM fait son entrée en scène dans le monde horloger. D’une dureté élevée, ce matériau présente des propriétés tribologiques extraordinaires et se prête donc particulièrement bien à l’élaboration de paliers de roues pouvant fonctionner à sec. C’est pourquoi l’Easium remplace dans le Calibre Jaeger-LeCoultre 988C les traditionnels rubis, lubrifiés avec une huile fine. Les pivots en acier roulé de l’axe de balancier sont revêtus d’un traitement de surface spécial et oscillent à l’intérieur d’un palier en Easium. Le contre pivot est lui aussi réalisé en Easium. Cette matière a également été sélectionnée pour les deux paliers assurant un pivotement de la cage dans les ponts sans recourir à l’adjonction de pierres en rubis qui elles, nécessitent de l’huile. A proximité du balancier, l’horloger cherchera en vain le rouge des levées en rubis de l’ancre. A leur place, un matériau noir apparaît. Il s’agit de diamant cristallin noir, matériau de synthèse aussi dur que le diamant naturel mais ayant des propriétés de mise en œuvre améliorées. Son frottement sur les dents en silicium de la roue d’échappement ne nécessite pas d’huile pour assurer la longévité de fonctionnement. Tous les pivots en acier roulés des mobiles du rouage sont, quant à eux, recouverts d’un traitement de surface permettant de supprimer l’huile dans les rubis.

A l’autre extrémité du mouvement, la graisse du barillet a elle aussi disparu. A sa place, une poudre de graphite assure un glissement du ressort dans le tambour et de la bride similaire à la graisse traditionnelle. Sa structure moléculaire se présente sous forme d’un empilement de microplaquettes, qui contrairement à la graisse, conserve ses propriétés mécaniques dans le temps et quelles que soient la température et l’hygrométrie. Quant au roulement de la masse oscillante, outre les billes en céramique évoquées ci-dessus, les frottements ont été diminués grâce à une optimisation de la masse, dont les bras sont réalisés en fibre de carbone, le support de masse est ainsi nettement plus léger et rigide. Finalement le segment de masse lui-même surprend, avec son alliage de platine iridium, corps physique non toxique le plus dense qui soit usinable aujourd’hui. L’ensemble du mécanisme de remontage/mise à l’heure est traité Nickel-PTFE afin de supprimer les points de graissage. Le sautoir de quantième est muni d’un frotteur en rubis, travaillant à sec.

Les débuts de siècle sont propices à la création. Espérons pour tous les amateurs de montres qu’en ce début de millénaire, les découvertes de Jaeger-LeCoultre influenceront l’horlogerie du XXIe siècle.

A la recherche de la précision



Après plusieurs années passées dans un métier, on a l’impression de tout savoir, tout maîtriser. Jusqu’à ce qu’un petit rien vienne remettre en cause les convictions les plus certaines. Prenons pour exemple un élément incontournable de la montre mécanique : le balancier. Le balancier le plus performant n’est-il pas de forme circulaire ? Les dernières recherches de Jaeger-LeCoultre prouvent le contraire. Le balancier du Calibre Jaeger-LeCoultre 988C présente en effet une géométrie inédite. De longs essais ont permis de mettre en évidence l’importance de la surfacetotale du balancier sur ses performances aérodynamiques. Plus la surface est importante, plus le frottement aérodynamique est grand, et donc, plus il faut d’énergie pour entretenir les oscillations du balancier-spiral. Cela se fait au détriment de la précision. La géométrie élaborée par Jaeger-LeCoultre, couplée à l’utilisation d’un matériau très dense, en l’occurrence du platine iridium, minimise la surface frottant dans l’air. Ainsi, à inertie constante, ce balancier nécessite moins d’énergie pour osciller qu’un balancier traditionnel.



La géométrie de ce balancier a également été élaborée afin de diminuer le rapport entre la masse du balancier et l’inertie. Une inertie élevée permet d’avoir un régulateur stable, peu sensible aux vibrations et aux chocs quotidiens d’une montre qui perturbent la précision. Toutefois une inertie élevée induit une masse du balancier plus importante, d’où des pertes par frottement mécanique plus importantes, donc une consommation accrue d’énergie pour entretenir les oscillations, et également une différence d’amplitude plus importante entre les positions horizontales et verticales. Le balancier du Calibre Jaeger-LeCoultre 988C a été optimisé afin de réduire la masse totale sans modifier l’inertie déterminée. La forme des bras, les ouvertures et la géométrie permettent un gain de plusieurs points du rapport masse/inertie. Ce facteur influence directement les écarts de réglage aux positions, bien connus des horlogers, à cause de la différence d’amplitude entre les « plats » et « pendus ». Plus le rapport masse/inertie est faible, plus les écarts aux positions s’amenuisent, ce qui permet à l’horloger d’effectuer un réglage plus précis de la montre.



Question précision, le ressort spiral apporte sa contribution. Il bat de manière parfaitement concentrique, afin d’assurer un isochronisme idéal. En effet, non seulement sa courbe finale extérieure est terminée selon les calculs de Philips, mais les horlogers ont en plus réalisé une cornière au centre. La cornière est une déformation du spiral à un endroit précis, proche du point d’attache à la virole, qui modifie ponctuellement la raideur du ressort, et corrige la tendance naturelle d’un ressort à battre de manière excentrée. Seule la combinaison courbe finale extérieure et cornière au centre permet de concevoir un ressort-spiral battant de manière parfaitement concentrique.

Le réglage de précision de ce mouvement s’effectue bien entendu avec des vis placées sur le balancier. Ce procédé, aujourd’hui présent sur tous les calibres automatiques de Jaeger-LeCoultre, a remplacé la traditionnelle raquette, et assure une fiabilité du réglage initial hors pair, imperturbable dans le temps, même en cas de choc accidentel sur la montre. Et pour parfaire le rendement exceptionnel de cet organe réglant, l’aérodynamisme du balancier a été peaufiné en anglant les bras, en profilant la forme des masses, et en intégrant les vis de réglage à l’intérieur des masses. La roue d’échappement est quant à elle réalisée en silicium, avec un gain de poids notable par rapport à l’acier, ce qui à nouveau influence positivement le rendement.

Un tourbillon minute accueille ce régulateur extraordinaire (au sens littéral). La cage du tourbillon est usinée dans des blocs d’alliage de magnésium (un matériau deux fois et demi plus léger que le titane), et contribue à diminuer l’énergie perdue en frottement ce qui permet d’augmenter le rendement exceptionnel du régulateur. Le rythme de 28 800 alternances par heure, l’inertie importante du balancier, 11,5 mg.cm2 et le tourbillon permettent à la Master Compressor Extreme LAB de passer du laboratoire au poignet en toute sérénité.

Avec cette montre, Jaeger-LeCoultre confirme son leadership technique
pour assurer la précision quelles que soient les conditions.


Un habillage high-tech

Dans cette conviction inaltérable que l'achèvement d'une oeuvre d'art se lit dans ses moindres détails, les horlogers et designers de la Manufacture ont porté le jeu de la précision et des fonctions à un degré inédit de raffinement.

L’esthétique de la Master Compressor Extreme LAB est le reflet de la technique qui la compose. Son cadran transparent révèle le cœur du mécanisme horloger, qui a fait l’objet d’un traitement graphique particulièrement réussi. Subtil jeu entre l’aluminium noir du pont de centre ajouré et du rehaut, le blanc des chiffres et index en appliques suspendues et le gris du pont de tourbillon. Le pont de centre est réalisé dans un alliage d’aluminium renforcé avec des particules de carbure de titane, le Ticalium®. La dureté et la résistance mécaniques de cet alliage sont améliorées de 20% sans augmenter la densité. Le boîtier donne la réplique au mouvement, avec son association de carbone, carbonitrure de silicium et titane grade 5. La conception de ce boîtier fait l’objet de trois demandes de brevets. La première pour sa structure inédite : le boîtier interne en fibre de carbone est logé à l’intérieur d’un cerclage en titane. L’avantage évident est un gain de poids, mais l’esthétique résultante est sans doute encore plus remarquable. L’ensemble est couronné par une lunette en carbonitrure de silicium, matériau plus léger qu’une céramique traditionnelle et plus résistant.

La deuxième demande de brevet concerne le montage sur suspension du mouvement. Le silentbloc, fait de polyuréthane souple de couleur rouge, contribue non seulement à éviter toutes infiltrations d’eau au niveau du tube de couronne, mais surtout à isoler mécaniquement le mouvement et sa couronne Compressor. Ainsi ce dernier ensemble est monté flottant et il n’y a donc pas de liaison métal entre le mouvement et le boîtier, par conséquent le mécanisme horloger est protégé des agressions extérieures, tels que chocs violents ou autres vibrations. La couronne, en aluminium éloxé rouge, donne la réplique aux éléments rouges du cadran, du silentbloc amortisseur et du bracelet.

Jaeger-LeCoultre a également soigné le bracelet de cette montre. Sa construction avec le double bracelet superposé, participe à sa solidité et à son look viril. La combinaison inédite de matériaux tels que cuir, toile cordura et alcantara, renforcée avec une bande composite, confère à ce bracelet une apparence tridimensionnelle à la hauteur de la boite à laquelle il s’attache. L’indexation par crantage de la fixation du bracelet pour assurer un ajustement optimal sur la courbure du poignet du porteur fait à son tour l’objet d’une demande de brevet. Après la Master Compressor Extreme World et l’AMVOX2, Jaeger-LeCoultre démontre une nouvelle fois sa capacité à utiliser sa maîtrise de la technique horlogère pour créer des habillages inventifs et fonctionnels, qui contribuent à la performance du garde-temps.

La cellule de recherche Jaeger-LeCoultre

Jérôme Lambert - CEO Jaeger-LeCoultre


Au cœur de la Vallée de Joux, paradis des complications horlogères, Jaeger-LeCoultre cultive depuis 174 ans un esprit de pionnier, caractéristique des habitants de cette région. En effet, seules l’invention et l’adaptation à leur environnement ont permis aux Combiers de survivre à travers les siècles. Antoine LeCoultre, à l’origine de ce qui allait devenir la marque Jaeger-LeCoultre, faisait preuve d’un esprit d’invention particulièrement développé. Les composants horlogers qu’il fabriquait avec les machines qu’il avait lui-même dessinées et fabriquées se révélèrent si précis qu’il dut même inventer de nouveaux instruments de mesure, permettant de mesurer pour la première fois le millième de millimètre. Cet esprit se perpétue aujourd’hui encore au sein de la Manufacture Jaeger-LeCoultre, qui s’est développée autour de la ferme-atelier d’Antoine. Fort de l’expérience accumulée avec plus de 1000 mouvements mécaniques créés depuis ses débuts, et de l’expertise d’une manufacture complète permettant de prototyper les mécanismes les plus novateurs, l’équipe de développement de Jaeger-LeCoultre est en mesure de repousser encore plus loin les limites de l’imaginable en matière d’horlogerie traditionnelle. Les récentes inventions telles que le tourbillon sphérique en 2004, le timbre cristal en 2005 et l’échappement isomètre à ellipse en 2006 le confirment. Ces exploits résultent d’une saine confrontation entre tradition horlogère, technique de pointe pour le développement et la fabrication, et utilisation de nouveaux matériaux. Avec pour résultat que lamarque Jaeger-LeCoultre est considérée comme la plus innovante dans l’horlogerie de haut de gamme.

De par ce processus, de nouveaux métiers sont ainsi nés au cœur de la manufacture horlogère du Sentier, à l’instar des spécialistes de la simulation par ordinateur, des analystes horlogers et des ingénieurs en matériaux, qui cohabitent avec les métiers traditionnels de la branche. De cette émulation naissent les mécanismes qui feront le succès des montres de demain. Afin de renforcer sa démarche visant à dynamiser et améliorer la technique horlogère, Jaeger-LeCoultre a décidé de regrouper ces nouveaux métiers dans une nouvelle cellule, qui complète la structure de développement, laboratoire et prototypage actuelle. Sa particularité est de travailler sur des sujets qui ne sont pas directement liés à des projets de développement de nouvelle montre. Ainsi, elle est chargée de se pencher sur les nouveaux défis de l’horlogerie contemporaine, en termes de précision et fiabilité notamment.

La Master Compressor Extreme LAB est l’expression et le symbole
de la philosophie et du dynamisme de la marque Jaeger-LeCoultre.


Conclusion

La Master Compressor Extrem LAB fait table rase des conventions habituelles. Des années de recherches et d’efforts ont été nécessaires afin de trouver les solutions techniques destinées à résoudre une équation aussi ancienne que l’horlogerie elle-même, tant sous l'angle de la conception et de la technique que du savoir-faire artisanal. Il fallait une marque aussi riche en traditions que Jaeger-LeCoultre pour relever un défi aussi extraordinaire et le maîtriser. Les méthodes de travail traditionnelles et les possibilités offertes par la modernité ont conduit les équipes Jaeger-LeCoultre à créer la Master Compressor Extreme LAB, aux avancées techniques peu communes, qui préfigure les montres de demain.

6 demandes de brevets


Jaeger-LeCoultre Master Compressor Extreme LAB
 1     2     3     4     5   

Jaeger LeCoultre Master Compressor Extreme LAB

Caractéristiques techniques


  • 307 pièces
  • Mouvement mécanique à remontage automatique, Calibre Jaeger-LeCoultre 988C
  • 28 800 alternances/h, 4 hertz
  • Un barillet
  • Tourbillon avec cage en magnésium
  • Deux fuseaux horaires
  • Indication AM/PM pour l’heure locale
  • Calendrier à aiguille au centre qui saute la cage tourbillon
  • Ø mouvement 30,0 mm
  • Hauteur mouvement 7,05 mm
  • Ø boîte 45,0 mm
  • Hauteur boîte 14,80 mm
  • Fonctionnement entre -40° et +60°C
  • Ni huile, ni graisse
  • Masse oscillante en platine-iridium et support carbone
  • Palettes d'ancre en diamant noir
  • Pierres en easium
  • 48 heures de réserve de marche
  • Etanche à 50 mètres
  • Réalisée en carbone et en titane
  • Production annuelle exclusive et limitée
  • Référence: Q179T470































 PUBLICITÉ
  • Hermès Klikti
  • Cartier Révélation d’une Panthère
  • Girard-Perregaux Cat’s Eye Day and Night Haute Joaillerie
  • Total look Hublot à Zermatt
  • Richard Mille RM 07-01 Céramique Noire Sertie
  • TAG Heuer Link – Bella Hadid
  • Cartier Libre
  • Corum Golden Bridge Rectangle Sertie
  • TAG Heuer présente 3 nouveaux modèles femme de sa célèbre collection MONACO
  • Chopard montre Lotus Blanc
  • Breitling
  • Hublot
  • Bucherer
  • Hublot
  • Ulysse Nardin
  • Roger Dubuis
  • Cartier
  • Hublot
  • Bell & Ross
  • Baume & Mercier
  • IWC
  • Montblanc
  • A. Lange & Söhne
  • Zenith
  • Girard-Perregaux
  • Zenith
  • Tag Heuer
  • Hublot
  • Ulysse Nardin
  • Panerai
  • Girard-Perregaux
  • Richard Mille
  • Jaeger-LeCoultre
  • Vacheron Constantin
  • Vacheron Constantin
  • Vacheron Constantin
  • Tag Heuer
  • Montblanc
  • Montblanc
  • Cartier
  • Rolex
  • Rolex
  • Roger Dubuis
  • Girard-Perregaux
  • Anonimo
  • Vacheron Constantin
  • SIHH
  • Hublot
  • Audemars Piguet
  • Zenith
  • Hublot
  • Anonimo
  • BRM
  • Richard Mille
  • Bucherer
  • Bucherer
  • Zenith
  • Richard Mille
  • Tag Heuer
  • Maier
  • Zenith
  • Bucherer
  • Hublot
  • Rolex
  • Corum
  • Vacheron Constantin
  • Fondation Haute Horlogerie
  • Hublot
  • Zenith
  • Panerai
  • Bucherer annonce l'acquisition de Tourneau LLC
  • La Fondation de la Haute Horlogerie accueille Zenith comme nouvelle marque partenaire
  • Richemont announces changes to its Senior Executive Committee
  • Nouveau réveil pour la marque historique Vulcain
  • Romain Réa nommé nouveau CEO d'Antiquorum Management Ltd
  • Bucherer annonce son acquisition du distributeur d’horlogerie The Watch Gallery LTD de Londres
  • La Maison Bucherer célèbre les Journées Européennes des Métiers d’Art les 31 mars et 1er avril
  • Jaeger-LeCoultre vous donne rendez-vous chez Bucherer
  • Girard-Perregaux au SIAR, Salón Internacional Alta Relojería pour la 4e année consécutive
  • Le Paris Saint-Germain se met au rythme de Richard Mille
  • Montres rares par Paul Miquel, la collection impossible
  • Julien Haenny, nouveau Directeur Général chez Anonimo
  • Exposition Passion for Watches pour les amateurs de belles montres
  • Richard Mille a été victime d’un cambriolage dans ses bureaux parisiens
  • Girard-Perregaux présente une exposition exclusive au Printemps du Louvre
  • F1 : Richard Mille félicite Romain Grosjean pour son exceptionnel début de saison
  • Bucherer remet le prix de la femme de l’année à Sophie Marceau !
  • M. Davide Cerrato rejoint Montblanc comme Directeur de la Division Montres
  • Soyez horloger, le temps d’un atelier !
  • Les Journées de la Passion® du 14 au 15/11/2015
  • Zenith est sur la ligne de départ du Castellet !
  • Audemars Piguet célèbre les succès de Serena Williams & Stan Wawrinka
  • Audemars Piguet accueille Freida Pinto comme ambassadrice
  • Audemars Piguet présente son Directeur de la Création Claude Emmenegger
  • Crésus, Carte Noire & La Revue des Montres lancent les « Rendez-vous haute précision »
  • A. Lange & Söhne parraine les Classic Days au Château de Dyck
  • Cresus ouvre une nouvelle boutique à Lille
  • Exposition « Stone in Store » de Thierry Courtadon chez Hublot Vendôme
  • Le Schneider Electric Marathon de Paris à l’heure TAG Heuer
  • L'artiste suisse Robin Meier sélectionné pour présenter la 1ère commission d'art Audemars Piguet
  • Corum « Bridging Art and Mechanics »
  • Serena Williams remporte son 19e Grand Chelem, équipée de son Audemars Piguet
  • Patek Philippe renforce sa présence à Genève
  • Jean-Sébastien Gerondeau nommé Directeur Général Montblanc France
  • Audemars Piguet présente sa nouvelle campagne publicitaire 2015
  • Jessica Chastain, nouvelle ambassadrice Piaget
  • Lettre ouverte à Thomas Jordan, président de la Banque Nationale Suisse
  • Hublot & Italia Independent annoncent une collaboration de trois ans
  • Perrelet : Tristan Boyer de Bouillane nommé Directeur Général
  • Cresus présente son nouveau site e-commerce et ouvre deux nouvelles boutiques
  • Audemars Piguet fête le succès de Stan Wawrinka, nouvel ami de la marque
  • Kering finalise l'acquisition de la marque de Haute horlogerie Ulysse Nardin
  • Hublot et l’Ajax prolonge leur partenariat
  • Une neuvième édition pour le salon Rocollection
  • Yann Guichard et Zenith arrivent second de la Route du Rhum
  • Passion for Watches : Le rendez-vous incontournable des passionnés de belles montres
  • JeanRichard partenaire du LOU Rugby
  • Soirée Bell & Ross aux Invalides
  • La Maison Louis Vuitton inaugure sa Manufacture Horlogère : La Fabrique du Temps
  • La boutique de Richard Mille Paris s'installe avenue Matignon
  •  PUBLICITÉ
      PUBLICITÉ
      Pages les plus consultées
    1 montres Rolex, 2 montres Hublot, 3 montres Audemars Piguet, 4 montres Patek Philippe, 5 montres Richard Mille, 6 montres Omega, 7 montres Cartier, 8 montres Jaeger-LeCoultre, 9 montres Breitling, 10 montres IWC, 11 montres Vacheron Constantin, 12 montres Tag Heuer, 13 montres Zenith, 14 montres A. Lange & Söhne, 15 montres Chanel, 16 montres Montblanc, 17 montres Breguet, 18 montres Panerai, 19 montres Baume & Mercier, 20 montres Piaget, 21 montres Girard-Perregaux, 22 montres Chopard, 23 montres Tudor, 24 montres Corum, 25 montres Blancpain, 26 montres Bell & Ross, 27 montres Roger Dubuis, 28 montres Louis Vuitton, 29 montres Dior, 30 montres BRM, 31 montres Ulysse Nardin, 32 montres L.Leroy, 33 montres Ebel, 34 montres Bulgari, 35 montres Bucherer, 36 montres Jaquet Droz, 37 montres JeanRichard, 38 montres Chaumet, 39 montres Franck Muller, 40 montres Perrelet, 41 montres Ikepod, 42 montres Anonimo, 43 montres Porsche Design, 44 montres Van Cleef & Arpels, 45 montres S.T. Dupont, 46 montres Yema, 47 montres MB&F, 48 montres Graham-London, 49 montres Eterna, 50 montres Hermès, 51 montres Parmigiani, 52 montres De Bethune, 53 montres Ange Barde, 54 montres Ralf Tech, 55 montres Dodane, 56 montres Romain Gauthier, 57 montres Cabestan, 58 montres HYT, 59 montres Concord, 60 montres Jacob & Co.,
     PUBLICITÉ