L'événement

L’ambassadeur Zenith Félix Baumgartner est prêt à franchir le mur du son en chute libre

Arborant au poignet le tout nouveau chronographe
El Primero Stratos Flyback Striking 10th

La Cote des Montres™ le 22 août 2012



En quoi consiste la mission ?

Arborant au poignet le tout nouveau chronographe El Primero Stratos Flyback Striking 10th, l’ambassadeur Zenith Felix Baumgartner s’apprête à faire le grand saut à l’été 2012.




Gagnez une rencontre exclusive avec Felix Baumgartner ainsi que des sacs à dos Red Bull Stratos : du 30 juillet au 30 août 2012, Zenith organise un grand concours lors duquel vous aurez l’occasion de gagner une rencontre exclusive avec Felix Baumgartner ainsi que des sacs à dos Red Bull Stratos.
Il vous suffit pour cela d’estimer le temps de chute de la montre El Primero Stratos Flyback Striking 10th, depuis une altitude de 36 500 mètres.
Participez et gagnez
L’Autrichien s’élancera d’une capsule suspendue à un ballon dans la stratosphère à plus de 36,5 kilomètres d’altitude, soit près de quatre fois plus haut que les avions de ligne. Une mission aux frontières de l’espace estampillée Red Bull Stratos : ce projet tentera de repousser les limites de la résistance humaine fixées il y a plus de 50 ans, avec à la clé quatre records mondiaux :
  1. le plus haut vol en ballon habité
  2. la plus haute chute libre
  3. la plus longue durée de chute libre
  4. et, pour la première fois de l’histoire, le franchissement du mur du son en chute libre.



Accompagné par une équipe d’experts, Felix Baumgartner doit parvenir à une altitude de 36 576 mètres à l’aide d’un ballon stratosphérique et effectuer un saut en chute libre absolument inédit qui le verra atteindre, voire dépasser, la vitesse de 1125 km/h avant de déclencher son parachute. En tentant de réaliser ce rêve qui lui tenait à cœur depuis longtemps, l’aventurier permettra d’enregistrer des données médicales et scientifiques qui seront certainement utiles à ses successeurs. La Manufacture Zenith fait partie des principaux sponsors de l’opération et sera l’unique chronométreur de cette mission extrêmement dangereuse.



L’équipe Red Bull Stratos rassemble les plus grands spécialistes mondiaux de la médecine aérospatiale, de l’ingénierie et de la conception de combinaisons pressurisées, sans oublier la fabrication des capsules et des ballons. L’équipe compte en ses rangs l’ancien colonel de l’US Air Force Joseph Kittinger, qui a atteint l’altitude de 31 333 mètres et détient trois des records que Felix Baumgartner tentera de battre.



Pour se préparer à cet événement, Felix Baumgartner a exécuté le 15 mars 2012 un saut depuis un ballon à une altitude de 21 828 mètres, devenant ainsi le troisième homme seulement à réussir un saut en chute libre de si haut. Un deuxième et dernier test aura lieu entre juillet et septembre.




Des risques mûrement réfléchis

Les risques inévitables inhérents à une telle initiative – et ils sont nombreux – ont été scrupuleusement étudiés. Comme l’explique le docteur Jonathan Clark, directeur médical de la mission, l’organisme de Felix Baumgartner sera soumis à rude épreuve. Les données physiologiques seront contrôlées en temps réel et enregistrées tout au long de la mission. Il y aura différentes phases critiques au cours de l’ascension et de la chute libre. Au départ, le vent devra souffler entre 3 et 6 km/h pour permettre à la capsule et au ballon de décoller en toute sécurité. Toutefois, lors des 305 premiers mètres d’ascension, Felix Baumgartner sera dans l’impossibilité d’effectuer une sortie en urgence car l’altitude sera trop faible pour permettre le déploiement du parachute de secours.



Aux environs de 19 200 mètres, Felix Baumgartner franchira ce qu’on appelle la ligne Armstrong, c’est-à-dire le point où la pression de l’air devient si basse que sans la pressurisation de la capsule ou de la combinaison, les fluides corporels s’évaporeraient : autrement dit, ils commenceraient à bouillir à une température corporelle normale.



Lors du saut témoin effectué à 21 828 mètres en mars 2012, Felix Baumgartner a franchi une couche de la stratosphère à laquelle la température descend à - 68° C. À 36 576 mètres d’altitude, Felix Baumgartner sera aux portes du vide spatial, là où les températures dégringolent.



La résistance de l’air étant inférieure dans la stratosphère, Felix Baumgartner pourra accélérer plus rapidement, le but étant de dépasser le mur du son dans les 30 premières secondes de sa chute avant d’être progressivement freiné par la densité croissante de l’air. Contrôler la position de son corps malgré l’intensité de l’accélération sera un véritable exploit. Lors de sa chute libre, Felix Baumgartner sera protégé par une combinaison spatiale pressurisée. « C’est un saut vers l’inconnu. Personne ne peut prédire comment l’organisme humain peut réagir en dépassant Mach 1 dans un environnement proche de l’espace ».



En phase de descente, le docteur Clark souligne que les scientifiques ont pris toutes les mesures possibles pour éviter que Felix Baumgartner ne perde le contrôle de son corps et se mette à « vriller à plat ». Ceci représente un véritable danger notamment pour les yeux, le cerveau et le système cardiovasculaire. Si le centre de rotation se trouve dans la partie supérieure du corps, le sang se dirige vers les pieds, ce qui peut causer un évanouissement. Mais si le centre de rotation se trouve dans la partie inférieure du corps, le sang inonde la tête et peut entraîner des conséquences allant d’une simple sensation de pression à une hémorragie oculaire et intracrânienne. Plus la vrille dure longtemps, plus elle est dangereuse.



Lors du saut témoin à 21 828 mètres, Felix Baumgartner a pu contrôler sa stabilité de manière très efficace grâce à ses techniques héritées du parachutisme. Par mesure de sécurité, Felix Baumgartner dispose d’un système spécialement développé, doté d’un compteur déployant automatiquement un parachute de freinage s’il est soumis à une accélération de 3,5 G pendant plus de 6 secondes consécutives. Il pourra également déployer le parachute de freinage manuellement en appuyant sur un bouton relié à son gant.



Felix Baumgartner a passé lui-même plusieurs années à étudier les risques et à se préparer mentalement et physiquement dans cette optique. « Franchir le mur du son en chute libre, c’est faire acte de pionnier. Et être pionnier implique toujours un risque. Je n’ai pas besoin de me mettre en danger pour être heureux. Mais j’ai besoin d’un défi. Là, c’est l’apothéose de la chute libre », confie Felix Baumgartner. Son mentor Joe Kittinger, ancien colonel de l’US Air Force et actuel détenteur du record, estime également que son protégé a toutes les chances de réussir. « Je lui dis toujours qu’il a besoin des “trois C” : confiance en son équipe, confiance en son équipement et confiance en lui-même. Pour l’instant, il a tout ça ».


Une contribution pour l’ensemble de l’humanité

Comme tout système de transport, les vols en haute altitude nécessitent des procédures de sécurité. Cependant, les chercheurs ignorent actuellement s’il est possible de sauter en parachute à très haute altitude. Que peut-il arriver à un être humain fondant sur la planète Terre à une vitesse supérieure à Mach 1 ? Une combinaison spatiale peut-elle fournir une protection suffisante ? Un équipement GPS peut-il fonctionner ? Un parachute de freinage peut-il assurer la stabilisation ?

Dans le monde entier, les réponses à ces questions sont très attendues. Les aviateurs et astronautes souhaitent étendre leur champ d’exploration et l’avènement du tourisme spatial n’est peut-être plus si loin. Les découvertes de la mission Red Bull Stratos pourraient contribuer au développement de systèmes d’évacuation pour les futurs touristes de l’espace et pour les pilotes et astronautes effectuant déjà des vols suborbitaux.

Contributions scientifiques
La mission Red Bull Stratos vise à fournir des informations qui permettront de faire progresser la sécurité aérospatiale. Les avantages potentiels pour la communauté scientifique sont nombreux :

  • Développement d’une nouvelle génération de combinaisons spatiales dotées d’une meilleure mobilité et d’une visibilité accrue, conception de systèmes pour l’évacuation des passagers et de l’équipage dans l’espace.
  • Élaboration de protocoles pour l’exposition à l’altitude et à l’accélération élevée.
  • Étude des effets de l’accélération et de la décélération supersoniques sur le corps humain, intégration des dernières innovations aux systèmes de parachute.


Réduire les risques à haute altitude



Conséquences physiologiques
Sans un soutien médical infaillible, il est impossible de survivre ne serait-ce que quelques secondes à l’air libre dans cette zone de la stratosphère.

La combinaison spatiale et la capsule pressurisée de Felix Baumgartner sont des équipements de vie conçus pour réduire les risques à une altitude aussi élevée. Pour l’heure, aucun protocole médical n’a encore été établi pour préparer l’exposition à ces éléments hostiles. L’équipe Red Bull Stratos a toutefois élaboré des protocoles de traitement inédits en cas d’urgence.



La vitesse du son
Lorsque Felix s’élancera dans la stratosphère à plus de 36 000 mètres d’altitude, il pourrait atteindre le mur du son 5000 mètres plus bas. À cette hauteur, en raison de la différence de température avec le niveau de la mer, Mach 1 représenterait environ une vitesse de 1100 km/h. S’il continuait à accélérer, il atteindrait alors une vitesse dite supersonique.

Les membres de l’équipe Red Bull Stratos sont unanimes : l’altitude de départ sera décisive dans la réussite de la mission. Cette même atmosphère où la densité de l’air est très faible, et qui présente tant de dangers physiologiques, pourrait donc être le meilleur allié de Felix pour atteindre Mach 1. L’air n’opposera pratiquement aucune résistance et l’effet des ondes de choc devrait s’en trouver diminué. Même si Felix pénètrera dans seulement 1 % de l’atmosphère de la Terre, la gravité sera toute de même effective. Il connaîtra un taux d’accélération supérieur à la normale jusqu’au moment où la densité de l’air augmentera. Ensuite, sa vitesse ralentira. À l’approche du sol, la quantité de molécules d’air augmentera ainsi que la température. Felix se trouvera donc à une vitesse minimale lorsqu’il déploiera son parachute à environ 1500 mètres d’altitude.

L’atmosphère
En temps normal, l’atmosphère décline avec l’altitude. En haute montagne, on trouve généralement des températures plus basses. À plus de 10 000 mètres, là où culminent les avions de ligne, les températures dégringolent souvent à -45° C voir -55° C.

Ce refroidissement cesse à l’entrée de la stratosphère, dont l’altitude exacte n’est jamais définie de manière fixe. À l’instar des autres couches de l’atmosphère, la stratosphère débute et s’arrête à différents niveaux en fonction de l’endroit où l’on se trouve. Ces couches dépendent de la température. Ainsi, les mesures sur l’altitude de la stratosphère prises à l’équateur diffèreront de celles enregistrées au pôle Nord. Ces chiffres évoluent également avec les saisons.

C’est la couche d’ozone qui entraîne le réchauffement des températures au sein de la stratosphère. Les molécules d’ozone absorbent l’énergie et restituent la chaleur dans la stratosphère. Cela dit, il fait encore très froid : entre -17 et -23° C.



Valeur scientifique
Comme tout système de transport, les vols en haute altitude nécessitent des procédures de sécurité. Cependant, les chercheurs ignorent actuellement s’il est possible de sauter en parachute en très haute altitude. Que peut-il arriver à un être humain fondant sur la planète Terre à une vitesse supérieure à Mach 1 ? Une combinaison spatiale peut-elle fournir une protection suffisante ? Un équipement GPS peut-il fonctionner ? Un parachute de freinage peut-il assurer la stabilisation ?

Dans le monde entier, les réponses à ces questions sont très attendues. Les aviateurs et astronautes souhaitent étendre leur champ d’exploration et l’avènement du tourisme spatial n’est peut-être plus si loin, avec l’ouverture de bases telles que SpacePort America. Les découvertes de la mission Red Bull Stratos pourraient contribuer au développement de systèmes d’évacuation pour les futurs touristes de l’espace et pour les pilotes et astronautes effectuant déjà des vols suborbitaux.

Météorologie
La météorologie change constamment et Red Bull Stratos n’a d’autre choix que de s’y adapter. Cela implique parfois de commencer les programmes de tests plus tôt, de modifier les équipements ou de déplacer toute l’équipe pendant des semaines. Tous les tests effectués lors de la mission dépendent entièrement de la météo.

Pour satisfaire à la réglementation de la Federal Aviation Administration (FAA), le ballon Red Bull Stratos ne pourra décoller si le ciel est couvert à plus de 50 % ou si la visibilité vers l’horizon est inférieure à 4,8 kilomètres. Un ciel découvert permet en effet de mieux suivre l’ascension du ballon et le déroulement du saut de Felix. Le météorologiste de Red Bull Stratos informera l’équipe des créneaux disponibles pour les tests de lancement des ballons stratosphériques grâce à un programme informatique de prévision des conditions météo par modélisation.

Les vents jouent toujours un rôle important dans le décollage des ballons, pas seulement au niveau du sol. Si l’énorme ballon est pris dans le vent, la grue de lancement, qui pèse plusieurs tonnes, peut endommager l’équipement et mettre en danger toutes les personnes au sol. Si les vents soufflent à 9 km/h ou plus au niveau du sol, il y a de grandes chances que l’organisme de contrôle annule l’opération. C’est pourquoi on préconise des vents inférieurs à 6 km/h. Le tout est de ne pas se précipiter. Un dépôt de givre ou de glace trop important sur le ballon serait également dangereux car ceci pourrait considérablement alourdir son poids.


Technologie



Casque et combinaison pressurisée
La partie externe de la combinaison pressurisée se compose d’un matériau à la fois ignifugé et isolant face aux très basses températures (entre -25 et -55° C environ entre le saut et la phase de descente). L’intérieur de la combinaison est également rempli de gaz assurant la pressurisation. Le casque, équipé d’un régulateur d’oxygène, fournira à Felix Baumgartner de l’oxygène à 100 % issu de différentes sources.



Parachutes
À plus de 7 500 mètres, aucun parachute n’est fiable à 100 %. Or, Felix Baumgartner s’élancera à 36 576 mètres. Spécialement développé pour répondre à ses besoins, le système de pointe Red Bull Stratos se compose d’un parachute principal, d’un parachute de sauvetage, d’un parachute de freinage unique et d’un sys¬tème d’oxygénation. Si tout se déroule comme prévu, Felix Baumgartner déploiera seulement son parachute principal. Pour cela, il devra ralentir pour atteindre une vitesse d’environ 275 km/h. Toutefois, si son corps commençait à vriller de manière incontrôlée ou perdait toute stabilité dans la première phase du saut, Felix pourrait déployer le petit parachute de freinage, conçu spécifiquement pour le stabiliser à vitesse supersonique.



Capsule
La capsule pressurisée de la mission Red Bull Stratos a été développée pour servir d’équipement de vie à Felix Baumgartner durant ses trois heures d’ascension en ballon jusqu’à plus de 36 000 mètres. Felix prendra place dans une sphère intérieure d’1,8 mètre de diamètre contenant différents indicateurs et instruments. Elle sera pressurisée de manière à réduire le risque de malaise dû à la décompression sans que Felix n’ait besoin de gonfler sa combinaison durant l’ascension. Plus de 150 tests ont été effectués par les ingénieurs afin de développer des coussinets d’absorption capables d’amortir les chocs subis par les capteurs durant l’atterrissage du parachute.



Ballon haute altitude
Plus fin qu’un film plastique, le ballon Red Bull Stratos est gonflé d’hélium comme la plupart des ballons de haute altitude. Plus léger que l’air, non inflammable et non toxique, l’hélium est le gaz idéal car il permet en outre l’ascension du ballon. L’enveloppe du ballon se compose de fines pellicules de polyéthylène haute performance découpées en forme de peaux de banane, d’une épaisseur de seulement 0,02 mm. Au total, ces pellicules couvrent une surface de 16 hectares, de quoi emballer environ 5 018 400 sandwiches !


Felix Baumgartner



Né à Salzbourg (Autriche) en 1969, Felix Baumgartner a commencé les sauts en chute libre à l’âge de 16 ans avant de se perfectionner au sein de l’escadron de compétition et de démonstration de l’armée autrichienne.

En 1988, il réalise ses premières démonstrations de chute libre avec Red Bull. Le courant passe tout de suite entre cette jeune société anticonformiste et l’aventurier des hautes altitudes. Depuis, les deux parties n’ont jamais cessé leur collaboration.



Dans les années 1990, Felix Baumgartner sent qu’il a fait le tour avec les sauts en chute libre traditionnelle et décide de s’initier au BASE Jump, technique consistant à s’élancer en parachute à partir d’une construction ou d’un point fixe. Les réflexes fulgurants et la précision nécessaires à ces sauts effectués à basse altitude lui permettent ainsi de développer sa technique de saut travaillée en haute altitude.



Célèbre pour avoir été le premier à survoler la Manche à l’aide d’une aile en carbone, Felix Baumgartner a battu plusieurs records de BASE jump et a été nominé aux World Sports Awards ainsi qu’aux NEA Extreme Sports Awards dans deux catégories. Pilote d’hélicoptère chevronné, l’Autrichien soutient activement Wings for Life - Spinal Cord Research Foundation, institut de recherche médicale spécialisé dans les lésions de la moelle épinière. S’il reconnaît que la mission Red Bull Stratos représente un saut dans l’inconnu, sa volonté de la réussir est inébranlable. « Si ce projet est un succès, nous pourrons exploiter des données inédites à ce jour », souligne Felix Baumgartner. « Et je serai extrêmement fier d’y avoir contribué ».




Records et date clés

Les records de saut et les accomplissements majeurs de Félix


2012 - (15 mars):Premier saut témoin de la mission Red Bull Stratos en ballon à haute altitude et capsule pressurisée : chute libre de 21 828 mètres au-dessus de Roswell (Nouveau-Mexique). Vitesse maximum : 586,91 km/h. Felix Baumgartner est la troisième personne à survivre à un saut exécuté à une telle altitude.
2007:BASE jump réalisé depuis le plus haut édifice au monde, la Taipei 101 Tower à Taïwan (509 mètres).
2006:Felix Baumgartner décroche sa licence de pilote d’hélicoptère à la Twin Air Helicopter School de Van Nuys aux États-Unis.
2004:BASE jump réalisé dans la grotte de Marmet au parc national de Velebit en Croatie (190 mètres). Record du monde de BASE jump depuis le pont le plus haut du monde, le viaduc de Millau, à 343 mètres.
2003:Première traversée de la Manche (de Douvres à Calais) avec une aile carbone.
2001:Nominé aux World Sports Awards de Londres dans la catégorie Sports extrêmes.
1999:Record mondial de BASE jump réalisé depuis les tours Petronas de Kuala Lumpur en Malaisie (452 mètres).


Une montre taillée pour l'ultime défi aéronautique



Précision et fiabilité : voici depuis 1865 les maîtres mots de la Manufacture Zenith, fabricant d’instruments de chronométrage et de navigation pour l’aviation civile et militaire. Et ce n’est pas un hasard si c’est un garde-temps Zenith qui sera le premier à franchir le mur du son aux portes de l’espace, solidement fixé au poignet de Felix Baumgartner. Une fois de plus, l’ambassadeur de choc de la marque mettre à rude épreuve la fiabilité des montres Zenith. Ces dernières ont en effet l’habitude des tests en conditions extrêmes. En 1970, un modèle El Primero avait ainsi traversé l’Atlantique attaché au train d’atterrissage d’un Boeing 707 sur le vol AF015 Paris-New York. Soumise à de terribles écarts de températures et de pression ainsi qu’à des secousses constantes, la montre avait maintenu sans sourciller sa cadence de 36’000 alternances par heure et sa précision à la seconde près. Elle ne nécessita aucun ajustement à l’arrivée, à part l’inévitable réglage dû au changement de fuseau horaire.



Comme tous les modèles de la marque, cette montre est totalement en phase avec les valeurs Zenith : authenticité, audace et plaisir. Authenticité, car elle incarne l’esprit pionnier de la marque et l’excellence du savoir-faire traditionnel. Audace, par sa conception et sa technologie. Et naturellement, plaisir car elle a le pouvoir de faire rêver celui qui la porte. Fidèle au modèle Rainbow Flyback développé pour l’armée de l’air française en 1997, la Stratos est équipée du mouvement de chronographe automatique le plus précis au monde, le légendaire El Primero, sans oublier les fonctions flyback et Striking 10th, ce qui fait d’elle un partenaire idéal pour accompagner l’exploit de Felix Baumgartner. Les montres et les instruments de vol utilisés à l’intérieur du cockpit sont soumis à de brusques variations de pression, des vibrations intenses et de violentes accélérations allant de 9 à 11G. Grâce à sa robustesse, El Primero Stratos se montre intraitable et sera de nouveau au rendez-vous lorsque Felix Baumgartner tentera de repousser les limites de la résistance humaine.


Les trois couleurs Zenith



Au niveau visuel, les trois compteurs de couleur différente font écho au premier chronographe El Primero lancé en 1969, pourvu d’un cadran tricolore extrêmement inhabituel pour l’époque conçu afin d’améliorer la lisibilité. Le compteur des heures à 6 heures, de couleur gris anthracite, accentue la longueur de l’unité de temps mesurée. Il est contrebalancé par le gris clair du compteur des secondes à 9 heures, qui symbolise la nature flottante du temps, et le compteur des minutes à 3 heures, de couleur bleu nuit pour suggérer son statut intermédiaire.

Outre la fonction chronographe, El Primero Stratos est équipé d’une fonction Striking 10th pour faciliter l’affichage des dixièmes de seconde. Couplée au mode flyback, elle se révèle particulièrement utile en aviation, puisqu’elle permet aux pilotes l’arrêt, la remise à zéro et la relance du chronographe en un seul geste.

El Primero Stratos Flyback Striking 10th

Des conditions les plus extrêmes en termes de température, de basse pression, de vitesse, de frottements, d’impacts…



Lors de la mission Red Bull Stratos dans la stratosphère, les montres Zenith seront confrontées aux conditions les plus extrêmes en termes de température, de basse pression, de vitesse, de frottements, d’impacts, etc.



Si le saut est réussi, Zenith sera le premier à voir une de ses montres franchir le mur du son aux portes de l’espace. Le directeur général de Zenith Jean-Frédéric Dufour dévoile les raisons qui l’ont poussé à soutenir ce projet : « Nous avons souvent été des précurseurs dans des domaines inexplorés et avons accompagné les projets les plus fous. C’est cette faculté à proposer des idées nouvelles et à croire en l’aboutissement de nouveaux développements techniques qui est la plus fascinante chez Zenith. Nos montres ont participé à certaines des plus grandes aventures de l’humanité, aux côtés de l’explorateur Roald Amundsen dans sa découverte des pôles Nord et Sud, de Mahatma Gandhi dans sa lutte pacifique pour l’indépendance de l’Inde, du Prince Albert de Monaco dans son engagement pour l’écologie, de Louis Blériot dans sa traversée de la Manche, de John Fitzgerald Kennedy au cours de son action politique, de l’intrépide Colonel John Blashford-Snell dans ses nombreuses expéditions, dont celle au Népal, sans oublier la mission Pole2Pole de Johan Ernst Nilsson. Felix Baumgartner est de la même étoffe que ces pionniers et nous sommes très enthousiastes à l’idée que le modèle El Primero Stratos Flyback Striking 10th l’accompagne dans l’exploit qu’il va tenter ».

Zenith El Primero Stratos Flyback Striking 10th
 1     2     3     4     5   


Zenith El Primero Stratos Flyback Striking 10th

Données techniques


Mouvement:El Primero 4057B, Automatique
Calibre:13 1/4``` (Diamètre : 30 mm)
Hauteur :6,60 mm
Composants :326
Rubis:31
Fréquence:36’000 A/h – (5 Hz)
Réserve de marche:supérieure à 50H
Finition: masse oscillante avec un motif « Côtes de Genève »
Boîtier, Cadran et Aiguilles
Materiau :acier
Diamètre:45,5 mm
Glace :verre saphir traité antireflet sur ses deux faces
Fond:verre saphir transparent
Etanchéité:10 ATM / 100 mètres
Cadran:argent soleillé avec 3 compteurs de couleurs
Index et chiffres:rhodiés facettés avec Superluminova SLN C1
Aiguilles:rhodiées facettées avec Superluminova SLN C1
Fonctions:Heures et minutes au centre
Petite seconde à 9 heures
Affichage de la date à 6 heures
Chronographe:affichant les 1/10e de seconde :
Compteur 60 minutes à 6 heures
Compteur 60 secondes à 3 heures
Affichage 1/10e de seconde par l’aiguille du chronographe
Bracelet et boucle:Bracelet en alligator noir avec triple boucle déployante en acier
Bracelet en métal avec triple boucle déployante en acier

 PUBLICITÉ
  • Van Cleef & Arpels Montre sautoir Cerf-Volant
  • CHANEL CODE COCO
  • Corum Heritage Sublissima
  • Girard-Perregaux Cat’s Eye La Fenice
  • Piaget Altiplano - 60 ans et toujours jeune
  • Promesse « Les Exceptionnelles » by Baume & Mercier
  • Van Cleef & Arpels Montre Papillon Secret
  • Panthère de Cartier par Sofia Coppola
  • Panthère de Cartier
  • Cartier Panthère Royale
  • Hublot
  • Girard-Perregaux
  • Hublot
  • Bell & Ross
  • F. P. Journe
  • Louis Vuitton
  • Vacheron Constantin
  • Richard Mille
  • Vacheron Constantin
  • Bell & Ross
  • Vacheron Constantin
  • Louis Vuitton
  • Tag Heuer
  • Anonimo
  • Bell & Ross
  • Ulysse Nardin
  • Bulgari
  • Anonimo
  • Roger Dubuis
  • IWC
  • Hublot
  • Breitling
  • A. Lange & Söhne
  • Ralf Tech
  • Zenith
  • HYT
  • Hublot
  • Corum
  • Panerai
  • Breitling
  • Corum
  • Vacheron Constantin
  • Fondation Haute Horlogerie
  • Hublot
  • Zenith
  • Panerai
  • Cartier
  • Richard Mille
  • Bucherer
  • Tag Heuer
  • Richard Mille
  • Tag Heuer
  • Tudor
  • Girard-Perregaux
  • Hublot
  • MATWATCHES
  • Bucherer
  • Girard-Perregaux
  • Girard-Perregaux
  • Roger Dubuis
  • Bucherer
  • Richard Mille
  • Girard-Perregaux
  • Breitling
  • Hublot
  • Richard Mille
  • Breitling
  • Girard-Perregaux
  • Cartier
  • Rolex
  • Nouveau réveil pour la marque historique Vulcain
  • Romain Réa nommé nouveau CEO d'Antiquorum Management Ltd
  • Bucherer annonce son acquisition du distributeur d’horlogerie The Watch Gallery LTD de Londres
  • La Maison Bucherer célèbre les Journées Européennes des Métiers d’Art les 31 mars et 1er avril
  • Jaeger-LeCoultre vous donne rendez-vous chez Bucherer
  • Girard-Perregaux au SIAR, Salón Internacional Alta Relojería pour la 4e année consécutive
  • Le Paris Saint-Germain se met au rythme de Richard Mille
  • Montres rares par Paul Miquel, la collection impossible
  • Julien Haenny, nouveau Directeur Général chez Anonimo
  • Exposition Passion for Watches pour les amateurs de belles montres
  • Richard Mille a été victime d’un cambriolage dans ses bureaux parisiens
  • Girard-Perregaux présente une exposition exclusive au Printemps du Louvre
  • F1 : Richard Mille félicite Romain Grosjean pour son exceptionnel début de saison
  • Bucherer remet le prix de la femme de l’année à Sophie Marceau !
  • M. Davide Cerrato rejoint Montblanc comme Directeur de la Division Montres
  • Soyez horloger, le temps d’un atelier !
  • Les Journées de la Passion® du 14 au 15/11/2015
  • Zenith est sur la ligne de départ du Castellet !
  • Audemars Piguet célèbre les succès de Serena Williams & Stan Wawrinka
  • Audemars Piguet accueille Freida Pinto comme ambassadrice
  • Audemars Piguet présente son Directeur de la Création Claude Emmenegger
  • Crésus, Carte Noire & La Revue des Montres lancent les « Rendez-vous haute précision »
  • A. Lange & Söhne parraine les Classic Days au Château de Dyck
  • Cresus ouvre une nouvelle boutique à Lille
  • Exposition « Stone in Store » de Thierry Courtadon chez Hublot Vendôme
  • Le Schneider Electric Marathon de Paris à l’heure TAG Heuer
  • L'artiste suisse Robin Meier sélectionné pour présenter la 1ère commission d'art Audemars Piguet
  • Corum « Bridging Art and Mechanics »
  • Serena Williams remporte son 19e Grand Chelem, équipée de son Audemars Piguet
  • Patek Philippe renforce sa présence à Genève
  • Jean-Sébastien Gerondeau nommé Directeur Général Montblanc France
  • Audemars Piguet présente sa nouvelle campagne publicitaire 2015
  • Jessica Chastain, nouvelle ambassadrice Piaget
  • Lettre ouverte à Thomas Jordan, président de la Banque Nationale Suisse
  • Hublot & Italia Independent annoncent une collaboration de trois ans
  • Perrelet : Tristan Boyer de Bouillane nommé Directeur Général
  • Cresus présente son nouveau site e-commerce et ouvre deux nouvelles boutiques
  • Audemars Piguet fête le succès de Stan Wawrinka, nouvel ami de la marque
  • Kering finalise l'acquisition de la marque de Haute horlogerie Ulysse Nardin
  • Hublot et l’Ajax prolonge leur partenariat
  • Une neuvième édition pour le salon Rocollection
  • Yann Guichard et Zenith arrivent second de la Route du Rhum
  • Passion for Watches : Le rendez-vous incontournable des passionnés de belles montres
  • JeanRichard partenaire du LOU Rugby
  • Soirée Bell & Ross aux Invalides
  • La Maison Louis Vuitton inaugure sa Manufacture Horlogère : La Fabrique du Temps
  • La boutique de Richard Mille Paris s'installe avenue Matignon
  • Le chef italien Carlo Cracco, nouveau partenaire Richard Mille
  • Walter Lange fête ses 90 ans
  • Walter Lange fête ses 90 ans
  •  PUBLICITÉ
      PUBLICITÉ
      Pages les plus consultées
    1 montres Rolex, 2 montres Hublot, 3 montres Audemars Piguet, 4 montres Richard Mille, 5 montres Patek Philippe, 6 montres Omega, 7 montres Cartier, 8 montres Jaeger-LeCoultre, 9 montres Tag Heuer, 10 montres Vacheron Constantin, 11 montres IWC, 12 montres Breitling, 13 montres Zenith, 14 montres Montblanc, 15 montres Baume & Mercier, 16 montres Panerai, 17 montres Breguet, 18 montres Girard-Perregaux, 19 montres A. Lange & Söhne, 20 montres Chopard, 21 montres Bell & Ross, 22 montres Tudor, 23 montres Piaget, 24 montres Blancpain, 25 montres Chanel, 26 montres Corum, 27 montres Louis Vuitton, 28 montres Roger Dubuis, 29 montres Dior, 30 montres BRM, 31 montres Ebel, 32 montres Jaquet Droz, 33 montres L.Leroy, 34 montres Bulgari, 35 montres Ulysse Nardin, 36 montres JeanRichard, 37 montres Bucherer, 38 montres Graham-London, 39 montres Porsche Design, 40 montres Perrelet, 41 montres Parmigiani, 42 montres Franck Muller, 43 montres Hermès, 44 montres F. P. Journe, 45 montres Chaumet, 46 montres Jacob & Co., 47 montres MB&F, 48 montres Yema, 49 montres Harry Winston, 50 montres Anonimo, 51 montres HYT, 52 montres MATWATCHES, 53 montres Vianney Halter, 54 montres Romain Jerome, 55 montres Oris, 56 montres Eterna, 57 montres Cresus, 58 montres Van Cleef & Arpels, 59 montres H. Moser & Cie, 60 montres Ange Barde,