Histoire BRM

« BRM s’adresse aux champions, aux gagnants. Aucune autre montre au monde n’est aussi fortement imprégnée des sports mécaniques »

Bernard Richards,
un motoriste des Temps Modernes…

Bernard Richards est né où ?....Dans l’horlogerie !

La Cote des Montres™ le 20 février 2010

Alors qu’il entamait une école d’horlogerie pour, par la suite, intégrer une école Appliquée en micromécanique, ses parents excellaient déjà dans l’art horloger dans leur propre fabrique pour laquelle Bernard Richards développa des séries de montres, stylos, briquets et autres accessoires pour de grands groupes internationaux spécialisés dans l’industrie du luxe.

Emprunt de cette fibre horlogère, cet homme à la personnalité authentique et originale, créa de toute pièce sa première montre, la GP 44, tout premier modèle, véritable reflet de son autre passion directement liée à son inspiration horlogère : les sports mécaniques.

Très rapidement, hostile à une logique de production standardisée en série, puis encouragé par le succès de sa première création, Bernard Richards crée BRM en 2002, la seule manufacture française allant aux antipodes d’une logique de production horlogère standardisée en série.
Véritable motoriste passionné, ce sorcier de l’horlogerie comme s’amuse à la baptiser certains aficionados, ne dessine jamais ses montres.

Contrairement aux autres, il fabrique directement un prototype à l’atelier. Son leitmotiv : créer et concevoir lui-même ces merveilles de mécaniques horlogères en mettant « les mains dedans » comme il se plait à le dire.

« La matière », Bernard Richards l’attaque avec un logiciel ho combien précieux et infaillible : ses mains ! Puis, l’alliance de titane, l’arcap, la fibre de carbone ou de verre, l’acier et l’or Rose usinés par enlèvement de matière en feront ces bolides du temps sans communes mesures, véritable optimisation de l’artisanat et condensé de technologie de pointe, qui font le succès de Bernard Richards aujourd’hui.

Totalement indépendante, cette petite manufacture protégée dans un havre de paix du Vexin Normand ne produit que des pièces uniques, entièrement finie à la main.

Chaque modèle imaginé par Bernard Richards a son histoire et bien souvent à caractère insolite. C’est un moteur de moto qui a inspiré la R50 de BRM.

Collectionneurs de moto de courses qui remontent au temps héroïques des « Magic Circus », ce mordu de mécanique se plait à regarder ses moteurs dans le moindre détail jusque sur les circuits de courses… C’est de là que vient son inspiration.

Ce « racing spirit » à l’état pur, profondément ancré dans l’esprit BRM, démarque les créations de Bernard Richards très distinctement de ce qui se fait sur le marché.

Une montre BRM ne laisse pas indiffèrent. Elle devient un rêve obsessionnel, son imperfection de brossage et de polissage brut en dérange certains ou en accroche irrémédiablement d’autres, mais elle ignore l’indifférence !

Ce côté rebel que l’on retrouve chez ce créateur atypique quinquagénaire, guide jusqu’à la logique de production chez BRM. Bernard Richards ne fabrique pas une montre avec des objectifs de vente chiffrés au préalable mais simplement parce qu’elle lui plait. C’est ensuite que le client découvrira ses montres faite de superalliage.

Ce goût du risque parfois que seules les petites structures indépendantes peuvent se permettre laisse de surcroit libre accès à l’imagination pour transformer le rêve en réalité. Bernard richards vend du rêve à ses clients. Ce rêve devient réalité dès qu’ils portent une BRM au poignet… Pourquoi les siens ne le deviendraient-ils pas !

Amusé par les défis, grisé par ceux que les autres ne font pas, cet artisan de l’horlogerie accompagné de celui qu’il se plait à appeler «son incroyable horloger, » présenta ainsi une de ses dernières création, le Tourbillon BRM, à la Foire de Bale 2008.

D’aucun aurait parié que l’extrême complication horlogère du tourbillon rendrait impossible ce caprice d’enfant !

A l’impossible, nul n’est tenu… trois mois et demi après l’idée folle de s’y coller, l’unique Tourbillon français voyait le jour après tant de nuits blanches passées à l’imaginer.

A l’heure même où paraissent ces lignes, d’autres idées folles prennent naissance sous forme de nouveau garde temps, fruit du renouvellement constant de cet artiste grandissant célébrant ses 25 ans d’expérience horlogère.


Quelques dates

1958 : Bernard RICHARDS naît à Paris.

1972 : La famille RICHARDS abandonne la joaillerie au profit de l’horlogerie.

1974 : Bernard RICHARDS entre à l’Ecole d’Horlogerie de Paris.

1976 : Il s’oriente vers l’Ecole de Micromécanique de Paris.

1978 : Il intègre l’Ecole des Pierres Précieuses de Paris.

1981 : Il choisit d’accroître ses connaissances en tri des diamants (plus particulièrement en ce qui concerne leur couleur et qualité) en suivant un stage.

1983 : Bernard RICHARDS rejoint l’affaire familiale et développe sa collection de pendules, montres, stylos et briquets pour de très grandes firmes internationales spécialisées dans le luxe.

1986 : Création de la Société Bernard Richards, spécialisée dans l’usinage de composants pour l’industrie du luxe.

1996 : La Société Bernard Richards déménage dans de nouveaux locaux et investit dans des machines numériques sophistiquées flambant neuves.

2002 : BRM voit le jour, et 6 nouvelles machines numériques rejoignent le parc existant.

2005 : BRM déménage, doublant ainsi sa surface de production, et délaisse toute production pour les grands groupes de l’industrie du luxe.

Issu d’une famille d’horlogers, Bernard Richards a lui-même suivi l’enseignement de l’école d’horlogerie et de micromécanique de Paris avant de confectionner sa propre montre, un modèle unique, reflet de sa passion pour les sports mécaniques et plus particulièrement pour la compétition automobile.

C’est ainsi qu’est née la GP44, tout premier modèle de la gamme BRM, qui a été immédiatement adoptée par une clientèle à la recherche d’authenticité et d’originalité.


Bernard Richards Manufacture

5 personnes et onze tours numériques, abrités dans les locaux spécialement aménagés de son corps de ferme de l’Oise, ont suffi à Bernard RICHARDS pour lancer sa production et la mondialiser.

En 4 ans, sa clientèle n’a cessé de croître, se reconnaissant pour la première fois dans un objet préférant aux stéréotypes sur-polis et sur-anglés l’imperfection d’un brossage et d’un polissage bruts qui rappellent la finition des pièces de voitures de sport.

Chaque montre, entièrement finie à la main et présentant des qualités et des défauts qui lui sont propres est, de ce fait, comparable à un prototype de voiture de course.

Seule manufacture horlogère française, nous créons et usinons entièrement nos montres que nous proposons à une clientèle avertie, férue d’objets uniques et emprunts de l’univers et de l’esprit de la compétition automobile.

De fabrication artisanale, modulable selon les souhaits et les goûts particuliers de nos clients, chaque modèle est une création individuelle et volontairement racée. Il nous est donc apparu primordial de nous équiper de notre propre atelier d’horlogerie, qui compte aujourd’hui un effectif de 6 personnes opérant sur le matériel le plus sophistiqué et le plus récent du marché, nous permettant ainsi de maîtriser chaque étape de la réalisation de nos modèles.

L’usinage de nos pièces ne se conformera jamais à l’usinage standard et en série qui inonde le marché de la montre actuel. BRM affiche au contraire avec détermination l’unicité de sa griffe française, se démarquant très distinctement de tout ce qui s’est toujours fait jusqu’à présent ; pour preuve l’envolée spectaculaire de la demande et l’intervention de délais devenus nécessaires pour obtenir une montre BRM.

Tous les constituants de nos montres proviennent de barres de métal brut ou d’autres matériaux que nous usinons (inox, titane, acier, carbone…). Nous n’étamperons jamais nos pièces, cette pratique étant particulière aux marques désireuses de produire en masse à moindre coût. En revanche, nous réalisons nous-mêmes nos visseries, poussoirs, couronnes, cornes…jusqu’à nos écrins et PLV (présentoirs de vitrine).Nos contrôles sont permanents, le centième de millimètre étant notre tolérance de base. Chaque pièce est vérifiée minutieusement avant montage. Toutes les fonctions de la montre sont contrôlées, son étanchéité testée à tous niveaux.

Le nombre de distributeurs BRM dans le monde, qui ne cesse de croître, compte les boutiques les plus prestigieuses, toutes représentatives de la qualité et du standing de notre marque.

Nous comptabilisons en effet à ce jour plus de 100 points de vente à travers le monde pour seulement 5 ans d’existence.
BRM travaille quotidiennement à accroître et à améliorer sa disponibilité et sa capacité d’écoute à l’égard de sa clientèle, se détournant volontairement à cette intention d’une production annuelle massive.

Ce choix consiste à offrir aux clients BRM la plus large palette d’options possible, afin de leur permettre de personnaliser leur montre (aiguilles, cadrans, boîtiers, bracelets, décalques…), à prendre le temps nécessaire pour répondre au mieux à leurs questions et à leurs attentes, à traiter leurs demandes au cas par cas.

Ainsi, seulement 200 montres par mois, tous modèles confondus, sortent de nos ateliers.

BRM, le Racing Spirit à l'état pur

BRM, née de la force d’engagement et de l’esprit de compétition qui anime Bernard Richards depuis son plus jeune âge, est la seule manufacture horlogère française.

Véritable motoriste de l’horlogerie, Bernard Richards, passionné de mécanique de précision revendique des valeurs telles que dépassement de soi, exploit, plaisir extreme, qu’il s’agisse du sport auto-moto ou de la technologie de pointe.

Fort de son expérience horlogère de plus de 25 ans, BRM fabrique 2000 montres par an tous modèles confondus, dans la manufacture Vexinoise et se détourne ainsi volontairement de toute production annuelle massive.

Le parc machine de BRM représente un investissement global de technologie de pointe à hauteur de 800.000 euros avec l’objectif constant d’être de plus en plus autonome dans la fabrication.

BRM poursuit cette volonté stratégique d’indépendance avec l’investissement début 2008 d’un micro-tour afin d’usiner au sein de la manufacture tous les axes ce qui complète l’achat de 2 machines à tailler les pignons et les roues.

Cette nouvelle étape vient enrichir le parc de machines numériques qui s’élève désormais au nombre de 15.

Ce réel placement sur l’avenir est suivi d’investissement humain puisque depuis 3 ans, 2 à 4 salariés ont été recruté chaque année réunissant une équipe de 21 passionnés répondant tous à la même philosophie d’entreprise : un fort esprit d’équipe, véritable cohésion de groupe chère à Bernard Richards, qui reste indissociable de la réussite de BRM.

Les montres BRM, reflet d’une sophistication mécanique d’exception, plébiscitée par les aficionados des sports mécaniques apportent à ceux qui s’en emparent un garde temps hors du commun.

BRM a vocation de présenter chaque année des pièces exceptionnelles qui reflètent l’univers de son propriétaire préférant aux stéréotypes sur polis et sur anglés l’imperfection d’un brossage et d’un polissage bruts qui n’est pas sans rappeler la finition des pièces de moto et auto sportives.

Aucune autre montre au monde n’est aussi fortement imprégnée des sports mécaniques !


Ce Racing Spirit est ancré dans l’esprit BRM :

Damiers de ligne de départ des compétitions mécaniques sur les boitiers et bracelets, matériaux high-tech exploités pour la construction des voitures de courses utilisés comme composant de montres, nom des modèles reprenant des références de moteur.

BRM partage avec les amateurs de mécanique d’exception la même conception du luxe : des montres personnalisables à souhait, tant par les couleurs que par les matériaux.

De fabrication artisanale, modulable selon les aspirations de ses clients, chaque modèle BRM représente une création individuelle et volontairement racée.

Ce précurseur de l’introduction de la couleur dans l’horlogerie de luxe ne répond qu’à une seule logique de production loin de la standardisation horlogère :

De l’excellence du détail… naît la performance

 PUBLICITÉ
  • Porsche Design
  • Ulysse Nardin
  • Bulgari
  • Corum
  • Corum
  • Corum
  • Anonimo
  • Montblanc
  • Breitling
  • Vacheron Constantin
  • Vacheron Constantin
  • Blancpain
  • Hublot
  • Zenith
  • Girard-Perregaux
  • Jacob & Co.
  • Patek Philippe
  • Bulgari
  • Chanel
  • Hublot
  • Rolex
  • Chanel
  • Chopard
  • Breguet
  • Tudor
  • Zenith
  • Hublot
  • Tag Heuer
  • Rolex
  • Ulysse Nardin
  • Bucherer
  • Montblanc
  • Rolex
  • Tag Heuer
  • Bucherer
  • Rolex
  • Richard Mille
  • Tag Heuer
  • Montblanc
  • Richard Mille
  • Tag Heuer
  • Ralf Tech
  • Salon de Genève
  • H. Moser & Cie
  • Breitling
  • Bucherer
  • Tag Heuer
  • Piaget
  • Tag Heuer
  • Tag Heuer
  • Vacheron Constantin
  • Richard Mille
  • Bucherer
  • Bucherer
  • Hublot
  • Girard-Perregaux
  • Girard-Perregaux
  • Tag Heuer
  • Zenith
  • Tag Heuer
  • Romain Réa nommé nouveau CEO d'Antiquorum Management Ltd
  • Bucherer annonce son acquisition du distributeur d’horlogerie The Watch Gallery LTD de Londres
  • La Maison Bucherer célèbre les Journées Européennes des Métiers d’Art les 31 mars et 1er avril
  • Jaeger-LeCoultre vous donne rendez-vous chez Bucherer
  • Girard-Perregaux au SIAR, Salón Internacional Alta Relojería pour la 4e année consécutive
  • Le Paris Saint-Germain se met au rythme de Richard Mille
  • Montres rares par Paul Miquel, la collection impossible
  • Julien Haenny, nouveau Directeur Général chez Anonimo
  • Exposition Passion for Watches pour les amateurs de belles montres
  • Richard Mille a été victime d’un cambriolage dans ses bureaux parisiens
  • Girard-Perregaux présente une exposition exclusive au Printemps du Louvre
  • F1 : Richard Mille félicite Romain Grosjean pour son exceptionnel début de saison
  • Bucherer remet le prix de la femme de l’année à Sophie Marceau !
  • M. Davide Cerrato rejoint Montblanc comme Directeur de la Division Montres
  • Soyez horloger, le temps d’un atelier !
  • Les Journées de la Passion® du 14 au 15/11/2015
  • Zenith est sur la ligne de départ du Castellet !
  • Audemars Piguet célèbre les succès de Serena Williams & Stan Wawrinka
  • Audemars Piguet accueille Freida Pinto comme ambassadrice
  • Audemars Piguet présente son Directeur de la Création Claude Emmenegger
  • Crésus, Carte Noire & La Revue des Montres lancent les « Rendez-vous haute précision »
  • A. Lange & Söhne parraine les Classic Days au Château de Dyck
  • Cresus ouvre une nouvelle boutique à Lille
  • Exposition « Stone in Store » de Thierry Courtadon chez Hublot Vendôme
  • Le Schneider Electric Marathon de Paris à l’heure TAG Heuer
  • L'artiste suisse Robin Meier sélectionné pour présenter la 1ère commission d'art Audemars Piguet
  • Corum « Bridging Art and Mechanics »
  • Serena Williams remporte son 19e Grand Chelem, équipée de son Audemars Piguet
  • Patek Philippe renforce sa présence à Genève
  • Jean-Sébastien Gerondeau nommé Directeur Général Montblanc France
  • Audemars Piguet présente sa nouvelle campagne publicitaire 2015
  • Jessica Chastain, nouvelle ambassadrice Piaget
  • Lettre ouverte à Thomas Jordan, président de la Banque Nationale Suisse
  • Hublot & Italia Independent annoncent une collaboration de trois ans
  • Perrelet : Tristan Boyer de Bouillane nommé Directeur Général
  • Cresus présente son nouveau site e-commerce et ouvre deux nouvelles boutiques
  • Audemars Piguet fête le succès de Stan Wawrinka, nouvel ami de la marque
  • Kering finalise l'acquisition de la marque de Haute horlogerie Ulysse Nardin
  • Hublot et l’Ajax prolonge leur partenariat
  • Une neuvième édition pour le salon Rocollection
  • Yann Guichard et Zenith arrivent second de la Route du Rhum
  • Passion for Watches : Le rendez-vous incontournable des passionnés de belles montres
  • JeanRichard partenaire du LOU Rugby
  • Soirée Bell & Ross aux Invalides
  • La Maison Louis Vuitton inaugure sa Manufacture Horlogère : La Fabrique du Temps
  • La boutique de Richard Mille Paris s'installe avenue Matignon
  • Le chef italien Carlo Cracco, nouveau partenaire Richard Mille
  • Walter Lange fête ses 90 ans
  • Walter Lange fête ses 90 ans
  • JeanRichard lance le compte à rebours rugbistique
  •  PUBLICITÉ

    Vous aimez cette montre ?

    beaucoup
    passionnément
    pas du tout

      PUBLICITÉ
      Pages les plus consultées
    1 montres Rolex, 2 montres Patek Philippe, 3 montres Audemars Piguet, 4 montres Richard Mille, 5 montres Hublot, 6 montres Omega, 7 montres Cartier, 8 montres Breitling, 9 montres Jaeger-LeCoultre, 10 montres IWC, 11 montres Tag Heuer, 12 montres Zenith, 13 montres Panerai, 14 montres Montblanc, 15 montres Vacheron Constantin, 16 montres Baume & Mercier, 17 montres Breguet, 18 montres Chopard, 19 montres Bell & Ross, 20 montres A. Lange & Söhne, 21 montres Piaget, 22 montres Blancpain, 23 montres Chanel, 24 montres Louis Vuitton, 25 montres Corum, 26 montres Girard-Perregaux, 27 montres Tudor, 28 montres BRM, 29 montres Bulgari, 30 montres Ebel, 31 montres Dior, 32 montres Roger Dubuis, 33 montres Ulysse Nardin, 34 montres Jaquet Droz, 35 montres Porsche Design, 36 montres L.Leroy, 37 montres Parmigiani, 38 montres JeanRichard, 39 montres Anonimo, 40 montres Franck Muller, 41 montres Yema, 42 montres Chaumet, 43 montres MB&F, 44 montres Ralf Tech, 45 montres Hermès, 46 montres Perrelet, 47 montres Jacob & Co., 48 montres Eterna, 49 montres Urwerk, 50 montres Bombardier, 51 montres Ikepod, 52 montres Bucherer, 53 montres H. Moser & Cie, 54 montres Van Cleef & Arpels, 55 montres Vianney Halter, 56 montres Romain Jerome, 57 montres Louis Moinet, 58 montres Harry Winston, 59 montres F. P. Journe, 60 montres Greubel Forsey,