L'histoire des Marques

  • 1791 • J.F. Bautte, horloger, signe ses premières créations et se fait bientôt connaître pour ses modèles extra-plats. Il fonde, à Genève, une société manufacturière abritant sous son toit, de manière fort novatrice, tous les métiers de l’horlogerie de l’époque.

  • 1837 • Jacques Bautte et Jean Samuel Rossel succèdent à l’illustre Jean-François Bautte qui leur laisse, en héritage, un patrimoine industriel et culturel d’une très grande qualité.

  • 1854 • Constant Girard épouse Marie Perregaux.

  • 1856 • de l’union de leurs noms naît la Manufacture Girard-Perregaux.

  • 1867 • Constant Girard présente son Tourbillon sous trois ponts d’or, résultat de nombreuses années de recherche sur, notamment, l’usage de l’or à l’intérieur du mouvement, en tant que métal fonctionnel. Ce chef d’œuvre est primé aux Expositions Universelles de Paris en 1867 et 1889 par une médaille d’or avant d’être jugé hors-concours, car inégalable, en 1901.

  • 1880 • à partir de cette date, le très novateur Constant Girard développe un concept de montres-bracelets, à l’origine destinées aux officiers de la Marine allemande et commandées par l’Empereur d’Allemagne Guillaume 1er. Deux mille montres seront alors produites. Cette production représente la première commercialisation importante de montres-bracelets. Mais cette idée, considérée comme farfelue, n’aura pas de suite. Il faudra, en effet, attendre le début du siècle suivant pour que la montre-bracelet soit populaire et connaisse le développement industriel qui a fait de l’horlogerie suisse un fleuron de son économie, aujourd’hui devenu monopole.

  • 1890 • la Manufacture connaît alors une popularité telle qu’elle va progressivement ouvrir des comptoirs de vente en Amérique du Sud, aux Etats-Unis et au Japon. C’est d’ailleurs en Amérique du Sud que seront retrouvées certaines des montres de poche les plus importantes qui sont aujourd’hui présentées dans le musée privé de la Manufacture. A l’aube du XXème siècle, le Comte Ferdinand von Zeppelin mesurait ses essais aéronautiques au moyen de garde-temps Girard-Perregaux.

  • 1910 • les montres-bracelets font vraiment leur apparition et Girard-Perregaux atteint alors une notoriété considérable.

  • 1928 • Otto Graef, horloger d’origine allemande et propriétaire de la marque MIMO (Manufacture Internationale de Montres Or) reprend le capital-actions de Girard-Perregaux.

  • 1930 • les ventes de montres-bracelets dépassent en nombre, celles des montres de poche. Constant Girard, qui avait anticipé cette application de l’heure portée dès 1880, peut vraiment être considéré comme un visionnaire.

  • 1932 • Girard-Perregaux ouvre une filiale aux Etats-Unis, la marque jouissant alors d’une excellente notoriété sur tout le continent américain.

  • 1940 • la deuxième guerre mondiale n’affectera pratiquement pas l’activité de la Manufacture qui poursuit le développement de la marque Girard-Perregaux tant en Europe que sur le continent américain alors que la marque MIMO se diffuse essentiellement sur les marchés européens.

  • 1948 • pour répondre aux besoins d’une entreprise de renommée internationale, la construction du bâtiment Place Girardet 1, à la Chaux-de-Fonds, est entreprise. Ce bâtiment, restauré en 1988 est toujours aujourd’hui le siège de la Manufacture.

  • 1950 • la Chaux-de-Fonds est devenue une métropole horlogère établie dont Girard-Perregaux est l’une des marques les plus prestigieuses. Manufacture intégrée, elle commerce avec tous les marchés internationaux et développe particulièrement ses affaires en Asie.

  • 1966 • Girard-Perregaux développe et réalise le premier mouvement mécanique à haute fréquence dont le balancier atteint 36.000 alternances par heure.

  • 1969 • la Manufacture conçoit et produit un mouvement à quartz battant 32.768 Hertz, fréquence qui deviendra la base standard de toutes les montres à quartz produites dans le monde entier, y compris celles fabriquées en Asie. Cette fréquence standard peut être considérée comme une véritable révolution technique.

  • 1973 • la Manufacture inscrit un nouveau « best-seller » à sa collection en créant un modèle qui connaîtra un succès mondial sous le nom de Laureato. La boîte, agrémentée d’une lunette octogonale est habillée d’un bracelet intégré.

  • 1981 • les horlogers de Girard-Perregaux entreprennent la réédition de 20 exemplaires du fameux Tourbillon sous trois ponts d’or, montre de poche.

  • 1991 • pour célébrer son bicentenaire, la Manufacture présente la version miniaturisée à la dimension d’une montre-bracelet du « célébrissime » Tourbillon sous trois ponts d’or montre de poche.

  • 1993 • Girard-Perregaux signe un accord de « co-branding » avec FERRARI et créé un chronographe à rattrapante, produit en série limitée, frappé du mythique « petit cheval cabré ». En novembre, le chronographe de forme « tonneau » nommé Richeville est sacré « Best Watch of the Year » au Japon.

  • 1994 • la Manufacture présente, à Bâle, ses deux tout nouveaux calibres mécaniques à remontage automatique extra-plats GP 3000 et GP 3100 qui s’élargirent ensuite à une nouvelle génération de mouvements GP 3200 et GP 3300. En juin,la présentation internationale du chronographe à rattrapante Tribute to Ferrari est organisée à La Chaux-de-Fonds.

  • 1996 • en juillet, la présentation internationale, à La Chaux-de-Fonds, du modèle Pour Ferrari F50 commémorant le cinquantième anniversaire du constructeur italien réunit plus de cinq cents invités et 127 voitures Ferrari de collection. En novembre, le marché japonais rend à nouveau hommage à la Manufacture en consacrant le modèle Vintage 1945 comme « Best of the Year ».

  • 1998 • Girard-Perregaux constitue une filiale au Japon.

  • 1999 • la marque fait son entrée au Salon International de la Haute Horlogerie de Genève. Elle y propose les derniers travaux de son département de Haute Horlogerie – à savoir le développement d’un nouveau Tourbillon sous trois ponts d’or doté d’un mécanisme automatique – ainsi que le dernier-né de ses mouvements manufacturés : un chronographe mécanique à remontage automatique avec roues à colonnes qui viendra équiper le chronographe Vintage 1945. En même temps, la marque présente le dernier modèle de la collection Girard-Perregaux pour Ferrari commémorant le 70ème anniversaire de la constitution de la Scuderia Ferrari qui n’est autre qu’un chronographe à rattrapante avec seconde foudroyante. Le mécanisme de cette montre s’inspire de celui d’une montre de poche, créée par Constant Girard en 1880, exposée dans le musée de la Manufacture. La même année, la Villa Marguerite ouvre ses portes et accueille dès avril, de nombreux visiteurs venus du monde entier.

  • 2000 • en février, Girard-Perregaux ouvre une filiale aux Etats-Unis afin de créer, entre cet immense marché et la marque, une meilleure synergie.

  • 2001 • dans le domaine des mouvements et grâce au nouveau développement du mécanisme d’indication de la date, Girard-Perregaux crée un modèle classique Vintage 1945 Grande date et Phases de lune, association de deux fonctions particulières pour des garde-temps séduisants. En novembre, le titre très envié de « Montre de l’année » récompense le modèle Vintage 1945 Grande date et Phases de lune.

  • 2002-2003 • afin de regrouper ses activités, Girard-Perregaux acquiert un bâtiment industriel à deux pas de celui qu’elle occupe depuis 54 ans à la place Girardet. Sous un même toit sont regroupées toutes les activités industrielles de la Manufacture ainsi que le département R&D. Quant au bâtiment de la Place Girardet 1, il continue d’abriter l’administration Girard-Perregaux, le service clientèle et le département de Haute Horlogerie. L’acquisition d’une villa cossue, bâtie au début du XXème siècle accueille depuis l’été 2002 la marque JEAN RICHARD.

  • 2004 • en mars, Girard-Perregaux présente en grande première mondiale à Shangai, le dernier-né de ses Tourbillons qui combine, avec une remarquable expertise, un mouvement chronographe et un quantième perpétuel. Ce modèle, dédié à Enzo Ferrari, célèbre dix ans de la remarquable collaboration établie entre la marque manufacturière et Ferrari.

  •  PUBLICITÉ
    Toutes les nouveautés
    Tous les événements
    Toutes les brèves
     PUBLICITÉ

    Vous aimez cette montre ?

    beaucoup
    passionnément
    pas du tout

      PUBLICITÉ
    L'ÉMOTION AUTOMOBILE AVEC
    Ferrari 812 Superfast
    Ferrari J50
      Pages les plus consultées
    1 montres Rolex, 2 montres Hublot, 3 montres Audemars Piguet, 4 montres Patek Philippe, 5 montres Richard Mille, 6 montres Omega, 7 montres Jaeger-LeCoultre, 8 montres Cartier, 9 montres Breitling, 10 montres Tag Heuer, 11 montres Panerai, 12 montres Vacheron Constantin, 13 montres IWC, 14 montres Montblanc, 15 montres Breguet, 16 montres Zenith, 17 montres Baume & Mercier, 18 montres A. Lange & Söhne, 19 montres Bell & Ross, 20 montres Piaget, 21 montres Chopard, 22 montres Blancpain, 23 montres Chanel, 24 montres Girard-Perregaux, 25 montres Tudor, 26 montres Roger Dubuis, 27 montres Louis Vuitton, 28 montres Corum, 29 montres Ebel, 30 montres BRM, 31 montres Dior, 32 montres MB&F, 33 montres Bulgari, 34 montres Parmigiani, 35 montres L.Leroy, 36 montres Ulysse Nardin, 37 montres JeanRichard, 38 montres Ferdinand Berthoud, 39 montres Jaquet Droz, 40 montres Hermès, 41 montres Urwerk, 42 montres 29 Vendôme, 43 montres Porsche Design, 44 montres Ralf Tech, 45 montres Franck Muller, 46 montres H. Moser & Cie, 47 montres Bucherer, 48 montres Van Cleef & Arpels, 49 montres Vianney Halter, 50 montres Romain Jerome, 51 montres Christophe Claret, 52 montres Chaumet, 53 montres Ange Barde, 54 montres Anonimo, 55 montres Harry Winston, 56 montres Ressence, 57 montres Yema, 58 montres De Bethune, 59 montres Concord, 60 montres Rebellion,