Pre-SIHH 2014

Tourbillon Royal Oak Concept GMT

Brillant, blanc, épuré et puissant

La Cote des Montres™ le 28 novembre 2013


Brillant, blanc, épuré et puissant, le Tourbillon Royal Oak Concept GMT sera dévoilé au Salon International de la Haute Horlogerie 2014 (SIHH) de Genève. Destiné aux amateurs d’horlogerie d’avant-garde, il ne tolère aucun compromis technique ni esthétique.

Sa carrure en titane sculpté, son bracelet intégré en caoutchouc et sa lunette en céramique blanche mettent idéalement en valeur le cadran aux accents architecturaux, ouvert sur la cage du tourbillon et la fonction GMT, dans une totale harmonie entre boîtier et mouvement. Mais la principale nouveauté 2014 réside dans le parti pris chromatique : un virage blanc incarné par le fascinant pont supérieur en céramique. Un tour de force rendu possible uniquement grâce à la haute maîtrise des matériaux atteinte par Audemars Piguet.




L’évolution du modèle Concept

Hommage avant-gardiste au légendaire modèle octogonal Royal Oak d’Audemars Piguet, la Royal Oak Concept a vu le jour en 2002. Dessinée trente ans plus tôt par Gérald Genta, elle était alors devenue la toute première montre de luxe au monde en acier inoxydable.



Le boîtier ultra résistant en Alacrite 602 du premier modèle Concept avait bénéficié de lignes plus arrondies afin de mieux sublimer la lunette octogonale avec ses huit vis hexagonales, signée Gérard Genta. Le cadran avait été retiré, laissant apparaître les minuscules subtilités mécaniques internes. Ce design ambitieux a été repris dans tous les modèles de la série Concept, depuis le Tourbillon et Chronographe Royal Oak Carbon Concept (2008), garde- temps ultra léger combinant pour la première fois un boîtier et un mouvement en carbone forgé, jusqu’au Tourbillon Royal Oak Concept GMT (2011), muni d’un boîtier en titane ultra léger et hyper résistant doublé d’une lunette octogonale, de poussoirs et d’une couronne en céramique noire.



Cette année, le Tourbillon Royal Oak Concept GMT a délaissé le noir au profit du blanc sur la lunette, la couronne et les poussoirs en céramique, offrant ainsi un contraste plus marqué avec la carrure en titane. Dans un style précurseur qui a fait sa réputation, la Manufacture est allée plus loin en incorporant la céramique au sein même du mouvement, remplaçant le pont supérieur noir du Calibre 2913 par un pont en céramique blanche. L’effet est saisissant : le nouveau Calibre 2930 est métamorphosé et la double symétrie entre les ponts du tourbillon et l’affichage GMT accentue la dynamique du pont aux allures de sablier.


Connaissance des matériaux

La céramique blanche est environ neuf fois plus dure que l’acier : la fabrication de la lunette, des poussoirs, de la couronne et du pont supérieur, de forme particulièrement complexe, s’est donc révélée particulièrement longue.

La céramique est un matériau composite pratiquement inrayable, qui ne peut céder que face à une fraiseuse équipée d’un outil diamant. Façonner les surfaces et les arêtes de céramique brute jusqu’à obtenir une texture polie ou satinée représente un véritable défi technique en raison de la résistance structurelle de ce matériau à l’abrasion. Huit heures de travail environ sont nécessaires pour réaliser une lunette Tourbillon Royal Oak Concept GMT, contre 45 minutes pour une lunette en acier. Outre son aspect velouté exceptionnel, la céramique se distingue par son excellente résistance à l’usure.



Le titane utilisé pour la carrure et le verre saphir allie lui aussi dureté extrême et confort, avec une légèreté deux fois supérieure à l’acier. Un avantage certain vu la générosité du boîtier de 44 mm. Le rehaut interne entourant le cadran, constitué d’aluminium ultra léger, anodisé pour une dureté accrue, confirme la maîtrise approfondie d’Audemars Piguet des métaux et des matériaux high-tech.

Avec ce cocktail audacieux de métaux et de céramique, Audemars Piguet inaugure un nouveau chapitre dans sa quête sans cesse renouvelée d’innovation, amorcée il y a plus de quarante ans avec l’emploi inédit de l’acier inoxydable dans une montre de luxe.


Un tour de force technique

L’élément qui définit les montres Concept Audemars Piguet a toujours été la cohérence unique entre le boîtier et le mouvement. Le « moteur » ultra moderne de la montre se fond à la perfection à l’intérieur du « châssis », dont l’esthétique futuriste s’inscrit à la fois comme un prolongement et une vitrine des merveilles mécaniques internes.

Véritable prouesse technologique, le Calibre 2930 qui anime le Tourbillon Royal Oak Concept GMT est un mouvement à remontage manuel avec tourbillon et double barillet, qui offre une réserve de marche de 10 jours. On notera également la fonction GMT qui permet d’afficher l’heure dans un deuxième fuseau horaire.

Sa précision de marche est assurée par un échappement cadencé à 3Hz (21 600 alt/h), qui effectue une révolution toutes les 60 secondes à l’intérieur de la cage du tourbillon, de manière à compenser les écarts dus à la gravité lorsque la montre est maintenue en position verticale.

La cage du tourbillon comprend 85 composants, qui totalisent un poids de seulement 0,45 gramme. Il faut près de trois jours à un horloger chevronné pour assembler ces 85 composants, dont deux jours complets pour la cage. Plus de deux semaines de travail sont nécessaires pour assembler la montre complète. Audemars Piguet fait partie des rares manufactures pouvant revendiquer une maîtrise totale de cette complication, avec à son actif plus de 25 mouvements différents dotés d’un tourbillon. Chaque composant est biseauté, poli, assemblé et équilibré à la main.

L’affichage GMT permet de lire l’heure instantanément dans un deuxième fuseau horaire. Le réglage de celui-ci s’effectue via le poussoir situé à 4 heures, chaque pression correspondant à un incrément d’une heure. L’affichage du deuxième fuseau horaire, exprimé sur 12 heures, s’articule autour de deux disques superposés pour plus de lisibilité. Le premier disque, effectue un tour complet en 12 heures. Le deuxième, disposé juste en dessous, accomplit une révolution en 24 heures et se divise en deux moitiés : une zone blanche pour le jour et une zone noire figurant la nuit, en complément de la lecture des chiffres.

Grâce au système de double barillet parallèle breveté par Audemars Piguet, le Tourbillon Royal Oak Concept GMT peut fonctionner pendant 10 jours avant d’être remonté manuellement, générant une force constante pendant quelque 237 heures d’autonomie, gage d’une meilleure précision de marche.

L’énergie générée par les deux barillets du Calibre 2930 est transmise simultanément au mobile grâce à un pignon individuel qui permet de les coupler. Un dispositif incontestablement plus efficace que le procédé habituel, consistant à monter en série deux barillets dotés de cinq jours de réserve de marche chacun. Les avantages sont multiples : pression réduite sur le mobile (les frottements des barillets servant à contrebalancer les variations du couple), meilleure précision, autonomie plus élevée et fiabilité accrue.

Le Tourbillon Royal Oak Concept GMT est également doté d’un mécanisme d’indicateur de position de la couronne. Selon la position dans laquelle se trouve la tige de remontoir, l’aiguille positionnée à 6 heures indique la fonction sélectionnée. Les lettres H, N et R correspondent aux trois positions de la tige de remontoir : réglage de l’heure, neutre et remontage, respectivement.

Audemars Piguet Tourbillon Royal Oak Concept GMT
 1     2     3     4     5   

Fiche technique

Audemars Piguet Tourbillon Royal Oak Concept GMT


Référence :RO 26580IO OO D010CA SDT
Mouvement :Calibre 2930 de manufacture, remontage manuel
Diamètre total :35,6 mm (15 ¾ lignes)
Épaisseur :9,9 mm
Nombre de rubis :29
Nombre de composants :291
Réserve de marche :237 heures
Fréquence du balancier :3Hz (21 600 alt/h)
Pont supérieur :En céramique blanche
Finition manuelle pour les ponts, la platine et les éléments ajourés, angles polis, surface limée à la main et effet mat
Boîtier :Titane
Verre saphir et fond :Traités antireflets
Lunette :En céramique blanche
Couronne vissée
et poussoir
:En céramique blanche
Étanchéité : 100 mètres
Cadran :Ajouré
Deuxième fuseau horaire à 3 heures
Indicateur de la position de la couronne à 6 heures
Tourbillon à 9 heures avec pont en aluminium noir anodisé
Aiguilles Royal Oak en or blanc avec revêtement luminescent
Lunette interne en aluminium noir anodisé
Bracelet :En caoutchouc blanc
Boucle :Déployante en titane frappée de l’inscription AP
Fonctions :Affichage 24 heures GMT
Indicateur jour/nuit
Sélection des fonctions
Heures et minutes

 PUBLICITÉ
Tous les shooting
Toutes les nouveautés
Tous les événements
Toutes les brèves
 PUBLICITÉ

Vous aimez cette montre ?

beaucoup
passionnément
pas du tout

  PUBLICITÉ
L'ÉMOTION AUTOMOBILE AVEC
Ferrari J50
Jaguar I-Pace
  Pages les plus consultées
1 montres Rolex, 2 montres Hublot, 3 montres Patek Philippe, 4 montres Audemars Piguet, 5 montres Richard Mille, 6 montres Omega, 7 montres Breitling, 8 montres Panerai, 9 montres Vacheron Constantin, 10 montres Cartier, 11 montres Jaeger-LeCoultre, 12 montres IWC, 13 montres Tag Heuer, 14 montres Montblanc, 15 montres Baume & Mercier, 16 montres Zenith, 17 montres Breguet, 18 montres Chopard, 19 montres A. Lange & Söhne, 20 montres Bell & Ross, 21 montres Piaget, 22 montres Chanel, 23 montres Girard-Perregaux, 24 montres Blancpain, 25 montres Roger Dubuis, 26 montres Louis Vuitton, 27 montres Corum, 28 montres Tudor, 29 montres Dior, 30 montres BRM, 31 montres Ebel, 32 montres L.Leroy, 33 montres Bulgari, 34 montres S.T. Dupont, 35 montres Parmigiani, 36 montres Ralf Tech, 37 montres H. Moser & Cie, 38 montres Ferdinand Berthoud, 39 montres Franck Muller, 40 montres Chaumet, 41 montres Porsche Design, 42 montres Jaquet Droz, 43 montres JeanRichard, 44 montres Hermès, 45 montres Ulysse Nardin, 46 montres Salon de Genève, 47 montres Ressence, 48 montres MB&F, 49 montres Harry Winston, 50 montres Yema, 51 montres Frédérique Constant, 52 montres Perrelet, 53 montres Van Cleef & Arpels, 54 montres Wyler Genève, 55 montres Eterna, 56 montres Urwerk, 57 montres Bucherer, 58 montres HYT, 59 montres Greubel Forsey, 60 montres Christophe Claret,