Modèle 2012

L-evolution-R Chronographe Flyback
à Rattrapante Grande Date

Excès de vitesse

La Cote des Montres™ le 10 juillet 2014



Inspiré par le monde de l’automobile, la dernière née de la collection L-evolution est dotée d’un chronographe flyback à rattrapante et d’une grande date. Alliant maîtrise horlogère et technologie de pointe, cette montre est une nouvelle facette de la ligne la plus provocatrice de Blancpain.

Bentley Continental GT3

Avec un parti pris aussi extrême, Blancpain ne pouvait utiliser que des fibres de carbone pour développer un tel garde-temps. Ses propriétés, légèreté et robustesse, et son esthétisme offrent, en effet, de multiples possibilités de développements. Cette matière high-tech a ainsi été utilisée pour réaliser certains composants de la montre. Prouesses techniques et reflet de la force d’innovation de Blancpain, la lunette, le fond, le cadran, sont en carbone. Pour affirmer ce côté sportif, l’affichage de la grande date reprend une police digitale, des touches de rouge détonnent sur le fond noir, le poussoir à 8h00 rappelle la forme d’un bouchon de réservoir et le compteur à 9h00 est en forme d’écusson.



Au cœur de ce nouveau modèle, le calibre 69F9 avec ses 409 composants et 44 rubis dispose de 40 heures de réserve de marche. Il est doté d’une roue à colonnes qui garantit une réaction précise des poussoirs et d’un embrayage vertical qui évite tout saut inopiné de l’aiguille au démarrage du chronographe. Ce mouvement associe un chronographe flyback à rattrapante et une grande date à double guichet. Complication majeure de l’horlogerie, le chronographe à rattrapante permet la lecture de temps intermédiaire grâce à une aiguille dite rattrapante qui est superposée à la trotteuse. Lorsque l’on actionne la fonction rattrapante à l’aide du poussoir à 8 h, l'aiguille s'arrête permettant la lecture d’un temps intermédiaire, tandis que la trotteuse continue sa marche. Une deuxième pression sur ce poussoir permet à la rattrapante de « rattraper » la trotteuse. La fonction flyback qui permet une remise à zéro et un redémarrage instantané du chronographe, s’actionne en appuyant sur le poussoir à 4 h.



La glace saphir laisse entrevoir ce mouvement à la décoration unique. De nombreuses étapes ont été nécessaires pour arriver à ce résultat. Les composants ont subi un abaissement de matière bicolore microbillé (doré 5N ou rhodié selon les finitions). Quant aux terminaisons traits tirés des ponts en NAC, elles ont cet aspect anthracite si spécifique de ce traitement.

Agrémenté de surpiqures, le bracelet, en alcantara noir est doté d’inserts en carbone rappelant les dernières évolutions en matière développement de voitures de course. Ultime détail, le capot de la boucle déployante est en carbone.

Blancpain L-evolution-R Chronographe Flyback
à Rattrapante Grande Date
 1     2     3     4     5   

Blancpain L-evolution-R Chronographe Flyback
à Rattrapante Grande Date

Réf. : 8886F-1503-52B


Chronographe Flyback à Rattrapante Grande Date, cadran en fibre de carbone, bracelet alcantara avec inserts en fibre de carbone, boucle avec insert en fibre de carbone, automatique

Calibre 69F9
Epaisseur:8,40 mm
Diamètre:32,00 mm
Réserve de marche en heures:40
Rubis:44
Composants:409
Boîtier
Lunette et fond:En fibre de carbone
Carrure et cornes:En or blanc 18ct satiné
Epaisseur:16,04 mm
Diamètre:43,00 mm
Etanchéité:10 bar / 100 m
Fond:Saphir
Entrecornes:23,00 mm

Deuxième victoire de Bentley

dans un thriller à la française

Course Paul Ricard de nuit

Après son succès à Silverstone, deuxième épreuve de la Blancpain Endurance Series, la #7 M - Sport Bentley a remis cela à l’occasion du troisième rendez-vous sur le circuit du Castellet. Au terme des trois heures de course et lors d’une arrivée en nocturne, Guy Smith, Andy Meyrick et Steven Kane se sont imposés pour... 1,1 seconde seulement face à la McLaren #98 ART Grand Prix de Parente-Demoustier-Lapierre.Grâce àce succès, l’équipage de la Bentley Continental GT3 a pris la tête du classement des pilotes dans la Pro Cup. La lutte pour la troisième place fut intense entre les deux Mercedes HTP Motorsport, la #85 de Wolf-Afanasiev-Dusseldorp arrachant le podium dans le dernier tour. La Pro-Am Cup a été remporté par la BMW #12 du TDS Racing pilotée par Catsburg et Hassid alors que la Ferrari #458 GT Corse by Rinaldi de Schmikler-Matschull-Ehret a remporté sa troisième victoire en autant d’épreuves dans le Gentlemen Trophy.

Course Paul Ricard

La course de trois heures sur le circuit du Castellet a débuté par un coup de théâtre : la McLaren #99 ART Grand Prix, leader du championnat en Pro Cup, renonçait dès le premier tour à cause d’une suspension endommagée. Kevin Estre, parti du fond de la grille suite au changement de moteur opéré par l’équipe française après les essais qualificatifs, voulait remonter au plus vite, mais il fut impliqué dans un accrochage avec la Jaguar #14 Emil Frey Racing. Au même moment, son équipier chez ART Grand Prix, Alvaro Parente, menait le début de course après avoir signé sa deuxième pole position de la saison. Le Portugais s’offrait un avantage de 9 secondes au terme de son relais sur Guy Smith (#7 M-Sport Bentley), qui avait doublé le jeune Japonais Katsumasa Chiyo (#35 Nissan GT Academy Team RJN) peu avant la fin de la première heure de course.

Podium classe PRO

Durant le deuxième des trois relais, cette avance fut toutefois réduite à néant. Quelques minutes après l’arrêt en bord de piste de la #8 M-Sport Bentley de Jérôme d’Ambrosio, probablement suite à un problème de transmission, Andy Meyrick doublait Grégoire Demoustier pour prendre les rênes de la course. Au terme de son relais, l’écart entre la seule Bentley et la seule McLaren ART Grand Prix rescapées était de presque 9 secondes. Mais un léger problème sur la roue avant gauche durant le dernier pit-stop de la Bentley supprimait cet avantage et ce n’est que de toute justesse que Steven Kane conservait la tête devant Nicolas Lapierre, nouveau venu sur la McLaren #98 ART Grand Prix. Au gré du trafic rencontré par les deux pilotes, l’écart évoluait de tour en tour pour descendre sous la seconde à moins de 15 minutes du drapeau à damier. Mais Steven Kane ne tremblait pas et il offrait la deuxième victoire consécutive – et le leadership du championnat en Pro Cup – à l’équipe M-Sport Bentley. La lutte pour la troisième place était plus intense encore, Nico Verdonck et Sergei Afanasiev ne se faisant aucun cadeau avec les deux Mercedes du HTP Motorsport. La différence entre les deux équipiers ne dépassait jamais la seconde durant la dernière heure de course. Alors qu’il semblait pouvoir conserver la plus petite marche du podium, le Belge cédait à une attaque du Russe dans le tout dernier tour, Afanasiev terminant avec moins d’une seconde d’avance sur la voiture sœur.

La victoire dans la Pro-Am Cup est revenue au duo Nick Catsburg-Henry Hassid. Le Néerlandais, qui avait placé la BMW #12 du TDS Racing au troisième rang sur la grille de départ, a gagné de nombreuses places durant le deuxième relais, au point de figurer à la 4e place du général au moment de céder le volant à Henry Hassid. Le Français résistait jusqu’au bout à la pression de Francesco Castellacci, au volant de la Ferrari #90 Scuderia Villorba Corse, pour remporter une belle victoire dans la Pro-Am Cup. Suite aux difficultés rencontrées par la BMW #43 de ROAL Motorsport, qui était leader du championnat, c’est toutefois le trio de Villorba Corse (Castellacci-Rizzoli-Gai) qui a pris la tête du classement provisoire en Pro-Am.

Dans le Gentlemen Trophy, Alexander Matschull et Frank Schmickler ont de nouveau dominé les débats. Rejoints par Pierre Ehret, absent à Silverstone, les pilotes de la Ferrari #458 GT Corse by Rinaldi ont pris la tête de la catégorie à la mi-course pour ne plus jamais la lâcher.

 PUBLICITÉ
Toutes les nouveautés
Tous les événements
Toutes les brèves
 PUBLICITÉ

Vous aimez cette montre ?

beaucoup
passionnément
pas du tout

  PUBLICITÉ
L'ÉMOTION AUTOMOBILE AVEC
Ferrari 812 Superfast
Ferrari J50
  Pages les plus consultées
1 montres Rolex, 2 montres Hublot, 3 montres Audemars Piguet, 4 montres Patek Philippe, 5 montres Richard Mille, 6 montres Omega, 7 montres Jaeger-LeCoultre, 8 montres Cartier, 9 montres Breitling, 10 montres Tag Heuer, 11 montres Panerai, 12 montres Vacheron Constantin, 13 montres IWC, 14 montres Montblanc, 15 montres Breguet, 16 montres Zenith, 17 montres Baume & Mercier, 18 montres A. Lange & Söhne, 19 montres Bell & Ross, 20 montres Piaget, 21 montres Chopard, 22 montres Blancpain, 23 montres Chanel, 24 montres Girard-Perregaux, 25 montres Tudor, 26 montres Roger Dubuis, 27 montres Louis Vuitton, 28 montres Corum, 29 montres Ebel, 30 montres BRM, 31 montres Dior, 32 montres MB&F, 33 montres Bulgari, 34 montres Parmigiani, 35 montres L.Leroy, 36 montres Ulysse Nardin, 37 montres JeanRichard, 38 montres Ferdinand Berthoud, 39 montres Jaquet Droz, 40 montres Hermès, 41 montres Urwerk, 42 montres 29 Vendôme, 43 montres Porsche Design, 44 montres Ralf Tech, 45 montres Franck Muller, 46 montres H. Moser & Cie, 47 montres Bucherer, 48 montres Van Cleef & Arpels, 49 montres Vianney Halter, 50 montres Romain Jerome, 51 montres Christophe Claret, 52 montres Chaumet, 53 montres Ange Barde, 54 montres Anonimo, 55 montres Harry Winston, 56 montres Ressence, 57 montres Yema, 58 montres De Bethune, 59 montres Concord, 60 montres Rebellion,