HM8 « Can-Am »

#HM8 #CanAm @MBandF

Horological Machine N°8 « Can-Am »

L’essence de MB&F, l’esprit Can-Am

La Cote des Montres™ le 17 octobre 2016



Au cours de la dernière décennie, les Horological Machines de MB&F ont largement exploité deux concepts architecturaux forts : la forme angulaire et l’affichage prismatique de la montre Amida des années 1970, revisités dans les HM5 puis dans la HMX ; et la mise en valeur du rotor astéro-hache qui a pris la vedette à la surface des HM3, la ligne MB&F la plus répandue à ce jour.



Horological Machine N°8 (HM8) réunit ces particularités dans un design inspiré par les voitures de course surpuissantes du Can-Am. Résultat : un objet sculpté en 3 dimensions, lancé à grande vitesse sur le poignet.

Messieurs, démarrez vos moteurs. Sentez-les VROMBIR !

La HM8 renaît des cendres des voitures turbo du Can-Am, un championnat où « tout était permis » aujourd’hui disparu et qui aurait célébré ses 50 ans en 2016.



Le Canadian-American Challenge Cup, plus connu sous le nom de Can-Am, était un championnat de sport automobile qui s’est tenu de 1966 à 1987 et pour lequel Bruce McLaren a développé sa toute première voiture. McLaren, de même que d’autres constructeurs tels que Lola, Chaparral, BRM, Shadow et Porsche, ont tous créé des écuries dédiées à ce championnat. Comme il n’y avait presque pas de restrictions, on pouvait se permettre des moteurs de toutes cylindrées, des modèles turbo ou suralimentés, et à peu près toutes les formes d’aérodynamisme. Cette grande liberté a favorisé le développement de technologies d’avant-garde dans de multiples domaines et des moteurs extrêmement puissants ont vu le jour.



La HM8 Can-Am se présente dans un boîtier rebondi et néanmoins angulaire. Deux prismes optiques offrent un affichage vertical des heures sautantes bidirectionnelles et des minutes traînantes, alors que le rotor astéro-hache identitaire se dévoile en surface. Mais les véritables vedettes de la HM8 sont les « arceaux de sécurité » polis, inspirés par les voitures Can-Am, et qui s’étendent avec majesté de l’avant de la Machine à l’arrière gracieusement fuselé. Paradoxalement, cette machine de course entièrement mécanique est électrisante.



Maximilian Büsser, fondateur de MB&F, dit de la HM8 : « Je crois que c’est une des pièces les plus cool que j’ai jamais créée. »

Usinés dans des blocs massifs de titane grade 5 puis méticuleusement polis à la main, les arceaux luisent tels des miroirs tubulaires.



Le moteur de la HM8 se dévoile en pleine lumière sous un couvercle en verre saphir quasiment invisible. Les vagues circulaires dessinées sur le mouvement apparaissent à travers le centre ajouré du rotor astéro-hache en or bleui, alors que les disques des heures et des minutes sont visibles dans les coins.



L’étendue du verre saphir dégage complètement la vue sur le mouvement, sa transparence assurant le rétro-éclairage de l’affichage afin de le rendre plus lisible de jour. La lumière permet également de charger les chiffres recouverts de Super-LumiNova sur les disques des heures et des minutes et d’obtenir un maximum de visibilité de nuit. La forme de la HM8 ne se limite pas à suivre la fonction, elle l’amplifie.

La HM8 Can-Am se présente en deux versions : or blanc/titane et or rose/titane.


HM8 Can-Am en détails

Inspiration
Dans sa jeunesse, le fondateur de MB&F Maximilian Büsser rêvait de devenir designer automobile. Comme ce n’était pas possible, il a fini par se tourner vers les montres, quoique… il ne faudrait pas grand-chose pour agrandir la HM8 à la taille d’une voiture, glisser un moteur de plus de 1'000 chevaux sous le capot en verre saphir et placer un jeu de pneus lisses sous le châssis.



Alors que les arceaux polis relient la HM8 aux supercars du Can-Am au niveau visuel, c’est plutôt l’esprit rebelle de la compétition dérèglementée qui a inspiré sa création.

Boîtier, arceaux de sécurité et verres saphir
A première vue, on dirait que le moteur de la HM8 est recouvert par un verre saphir circulaire, positionné au-dessus du rotor astéro-hache, mais ce n’est pas le cas. La pièce de saphir s’étend à toute la surface du boîtier et des zones métallisées forment une bordure bleutée. Le verre associé aux arceaux latéraux, les carters d’huile du dessous et l’affichage par prismes optiques soulignent la créativité horlogère déployée pour la HM8.



Les arceaux sont en titane grade 5, métal qui réunit les qualités voulues de légèreté et de solidité. Cependant, cette robustesse présente un inconvénient : le titane n’étant pas très malléable, il est difficile d’obtenir la longue courbe désirée et il faut usiner chaque arceau dans un bloc de métal massif. Le titane de grade 5 Ti-6Al-4V utilisé est un alliage de titane pur, de 6% d’aluminium, de 4% de vanadium et de petites quantités de fer et d’oxygène. Il est sensiblement plus dur que le titane commercialement pur et il constitue une excellente combinaison de légèreté, de solidité et de résistance à la corrosion.

Au verso de la HM8, on découvre un autre clin d’oeil à l’automobile : à l’image de beaucoup de moteurs de voitures qui ont leur carter d’huile placé en-dessous, la HM8 est dotée d’un double carter sous son propre moteur.



Moteur
La HM8 Can-Am est animée par un module d’heures sautantes bidirectionnelles et de minutes traînantes développé en interne, monté sur un mouvement de base Girard Perregaux. Le mouvement est inversé, afin de placer le rotor en surface, et modifié, pour assurer le fonctionnement du module d’affichage prismatique. Les finitions sont d’une qualité exceptionnelle, comme il se doit quand un mouvement s’offre ainsi au regard. La réserve de marche est de 42 heures.



Indications et prismes réflecteurs
Sur la HM8, l’affichage des heures sautantes bidirectionnelles et des minutes traînantes est effectué par des disques qui se chevauchent (un pour les heures, un pour les minutes), entièrement recouverts de Super-LumiNova. Les chiffres apparaissent grands sous l’effet d’un masque qui occulte la luminescence tout autour.



Les disques, qui tournent à plat au-dessus du mouvement, sont visibles dans les coins, sous le couvercle transparent du moteur. Néanmoins, les indications s’affichent à la verticale sur un « tableau de bord » à l’avant du boîtier. Pour ce faire, MB&F a collaboré avec un fabricant de verre optique de haute précision pour développer des prismes en saphir qui renvoient la lumière des disques à 90°. En outre, ils augmentent la taille des chiffres de 20% afin d’assurer une lisibilité optimale.

La HM8 dispose de prismes respectifs pour les heures et les minutes. Ils sont cunéiformes et leurs angles ont été calculés avec précision pour faire en sorte que les chiffres luminescents soient réfléchis (et inversés) de l’horizontale vers la verticale, sans réfraction (déviation). Une lentille convexe frontale assure le grossissement.

En matière de précision optique, le saphir est bien plus difficile à travailler que le verre. Il a donc fallu un long développement et une production méticuleuse pour créer des glaces qui réfléchissent et grossissent les chiffres sans la moindre distorsion. Comme l’heure est réfléchie, les chiffres sont imprimés en miroir sur les disques. Ils s’affichent alors correctement sur le « cadran ».

L’affichage vertical frontal fait de la HM8 Can-Am une montre idéale pour les pilotes, puisqu’il n’est pas nécessaire de lâcher le volant pour lire l’heure.


Le Can-Am

Dans les années 1960, les courses de Formule 1 étaient essentiellement européennes et très règlementées. On ne tolérait que des écarts minimes par rapport aux règles définies pour limiter la vitesse des voitures et les moteurs ne pouvaient absolument pas dépasser les 600 chevaux. Réfractaires à tant de restrictions, quelques pilotes d’Amérique du Nord décidèrent de créer leur propre championnat, le Canadian-American Challenge Cup (plus connu sous le nom de Can-Am). Nombre des grands noms de la course automobile, dont Lola et McLaren, doivent leur naissance à cette compétition. Le Can-Am n’avait fondamentalement pas de règles, si ce n’est d’aller vite !

Le Canadian-American Challenge Cup était un championnat SCCA/CASC pour voitures du Groupe 7 qui s’est tenu de 1966 à 1987, avec à chaque saison deux courses au Canada et quatre aux USA. Etant donné que presque tout était permis, en termes de cylindrée, de puissance et d’aérodynamisme, le Can-Am fut une pépinière d’innovations techniques. Les ailes, la turbo-compression, le surbaissement aérodynamique et les matériaux comme le titane furent perfectionnés pour le Can-Am. Tant que l’on utilisait des voitures biplaces à roues carrossées et que l’on respectait des règles de sécurité de base, on pouvait se qualifier. A son apogée, le Can-Am bénéficiait des technologies de course les plus avancées au monde et, avec des moteurs de 1'000 chevaux, les véhicules bouclaient certains circuits plus rapidement que les voitures de Formule 1, limitées à 500-600 chevaux à l’époque.

Et, si toute cette puissance provoquait un retournement soudain, les étonnants arceaux chromés étaient là pour assurer la sécurité du pilote.

Si l’absence de restrictions était le principal attrait du Can-Am, la course incessante à la performance en matière de puissance, de maniabilité et d’aérodynamisme coûtait extrêmement cher. Quand on peut tout faire pour qu’une voiture aille plus vite, il faut y mettre le prix — si on ne le fait pas, il se pourrait qu’un concurrent le fasse. En 1972, Porsche produisit une 917 équipée d’un moteur 12-cylindres à plat qui atteignait la puissance incroyable de 1'580 chevaux. Appelée Turbopanzer, elle pesait à peine 816 kilogrammes et elle était capable de dépasser les 380 km/h en ligne droite.
En 1973, elle a sans surprise exercé une domination telle que l’on a introduit une règle de consommation minimale de carburant pour la saison suivante.

Mais au début des années 1970, comme il fallait s’y attendre, la crise pétrolière a engendré une récession qui n’était pas propice à une compétition extrêmement coûteuse. Le Can-Am a définitivement pris fin après l’édition de 1987.

MB&F Horological Machine N°8 « Can-Am »
 1     2     3     4     5   

MB&F HM8 Can-Am

Spécifications techniques




Moteur :Moteur horloger tridimensionnel conçu et développé par MB&F à partir d’une base Girard Perregaux
Remontage automatique :Par un rotor en or 22ct
Réserve de marche :42 heures
Fréquence du balancier :28,800a/h / 4Hz
Nombre de composants :247
Nombre de rubis :30
Fonctions :Heures sautantes bidirectionnelles et minutes traînantes affichées par deux prismes optiques réfléchissants et grossissants
Boîtier :Éditions de lancement en or blanc 18ct/titane et or rose 18ct/titane
Dimensions:49 mm x 51.5 mm x 19 mm
Nombre de composants :60
Étanchéité
du carter moteur
:30 m / 90' / 3 atm
Verres :Saphir
Tous les verres (avant, arrière, haut/dessus, bas/dessous) sont en saphir et traités avec un revêtement antireflets sur les deux faces
Bracelet:Cuir d’alligator cousu à la main, bleu marine pour le boitier en or blanc ou marron foncé pour celui en or rose
Boucle :Déployante dans le matériau correspondant au bracelet

 PUBLICITÉ
  • Porsche Design
  • Ulysse Nardin
  • Bulgari
  • Corum
  • Corum
  • Corum
  • Anonimo
  • Montblanc
  • Breitling
  • Vacheron Constantin
  • Vacheron Constantin
  • Blancpain
  • Hublot
  • Zenith
  • Girard-Perregaux
  • Jacob & Co.
  • Patek Philippe
  • Bulgari
  • Chanel
  • Hublot
  • Rolex
  • Chanel
  • Chopard
  • Breguet
  • Tudor
  • Zenith
  • Hublot
  • Tag Heuer
  • Rolex
  • Ulysse Nardin
  • Zenith
  • Zenith
  • Bucherer
  • Montblanc
  • Rolex
  • Tag Heuer
  • Bucherer
  • Rolex
  • Richard Mille
  • Tag Heuer
  • Montblanc
  • Richard Mille
  • Tag Heuer
  • Ralf Tech
  • Salon de Genève
  • H. Moser & Cie
  • Breitling
  • Bucherer
  • Tag Heuer
  • Piaget
  • Tag Heuer
  • Tag Heuer
  • Vacheron Constantin
  • Richard Mille
  • Bucherer
  • Bucherer
  • Hublot
  • Girard-Perregaux
  • Girard-Perregaux
  • Tag Heuer
  • Romain Réa nommé nouveau CEO d'Antiquorum Management Ltd
  • Bucherer annonce son acquisition du distributeur d’horlogerie The Watch Gallery LTD de Londres
  • La Maison Bucherer célèbre les Journées Européennes des Métiers d’Art les 31 mars et 1er avril
  • Jaeger-LeCoultre vous donne rendez-vous chez Bucherer
  • Girard-Perregaux au SIAR, Salón Internacional Alta Relojería pour la 4e année consécutive
  • Le Paris Saint-Germain se met au rythme de Richard Mille
  • Montres rares par Paul Miquel, la collection impossible
  • Julien Haenny, nouveau Directeur Général chez Anonimo
  • Exposition Passion for Watches pour les amateurs de belles montres
  • Richard Mille a été victime d’un cambriolage dans ses bureaux parisiens
  • Girard-Perregaux présente une exposition exclusive au Printemps du Louvre
  • F1 : Richard Mille félicite Romain Grosjean pour son exceptionnel début de saison
  • Bucherer remet le prix de la femme de l’année à Sophie Marceau !
  • M. Davide Cerrato rejoint Montblanc comme Directeur de la Division Montres
  • Soyez horloger, le temps d’un atelier !
  • Les Journées de la Passion® du 14 au 15/11/2015
  • Zenith est sur la ligne de départ du Castellet !
  • Audemars Piguet célèbre les succès de Serena Williams & Stan Wawrinka
  • Audemars Piguet accueille Freida Pinto comme ambassadrice
  • Audemars Piguet présente son Directeur de la Création Claude Emmenegger
  • Crésus, Carte Noire & La Revue des Montres lancent les « Rendez-vous haute précision »
  • A. Lange & Söhne parraine les Classic Days au Château de Dyck
  • Cresus ouvre une nouvelle boutique à Lille
  • Exposition « Stone in Store » de Thierry Courtadon chez Hublot Vendôme
  • Le Schneider Electric Marathon de Paris à l’heure TAG Heuer
  • L'artiste suisse Robin Meier sélectionné pour présenter la 1ère commission d'art Audemars Piguet
  • Corum « Bridging Art and Mechanics »
  • Serena Williams remporte son 19e Grand Chelem, équipée de son Audemars Piguet
  • Patek Philippe renforce sa présence à Genève
  • Jean-Sébastien Gerondeau nommé Directeur Général Montblanc France
  • Audemars Piguet présente sa nouvelle campagne publicitaire 2015
  • Jessica Chastain, nouvelle ambassadrice Piaget
  • Lettre ouverte à Thomas Jordan, président de la Banque Nationale Suisse
  • Hublot & Italia Independent annoncent une collaboration de trois ans
  • Perrelet : Tristan Boyer de Bouillane nommé Directeur Général
  • Cresus présente son nouveau site e-commerce et ouvre deux nouvelles boutiques
  • Audemars Piguet fête le succès de Stan Wawrinka, nouvel ami de la marque
  • Kering finalise l'acquisition de la marque de Haute horlogerie Ulysse Nardin
  • Hublot et l’Ajax prolonge leur partenariat
  • Une neuvième édition pour le salon Rocollection
  • Yann Guichard et Zenith arrivent second de la Route du Rhum
  • Passion for Watches : Le rendez-vous incontournable des passionnés de belles montres
  • JeanRichard partenaire du LOU Rugby
  • Soirée Bell & Ross aux Invalides
  • La Maison Louis Vuitton inaugure sa Manufacture Horlogère : La Fabrique du Temps
  • La boutique de Richard Mille Paris s'installe avenue Matignon
  • Le chef italien Carlo Cracco, nouveau partenaire Richard Mille
  • Walter Lange fête ses 90 ans
  • Walter Lange fête ses 90 ans
  • JeanRichard lance le compte à rebours rugbistique
  •  PUBLICITÉ

    Vous aimez cette montre ?

    beaucoup
    passionnément
    pas du tout

      PUBLICITÉ
      Pages les plus consultées
    1 montres Rolex, 2 montres Audemars Piguet, 3 montres Richard Mille, 4 montres Hublot, 5 montres Patek Philippe, 6 montres Omega, 7 montres Jaeger-LeCoultre, 8 montres Cartier, 9 montres IWC, 10 montres Breitling, 11 montres Tag Heuer, 12 montres Panerai, 13 montres Vacheron Constantin, 14 montres Zenith, 15 montres Baume & Mercier, 16 montres Breguet, 17 montres Montblanc, 18 montres Bell & Ross, 19 montres Blancpain, 20 montres Chopard, 21 montres Piaget, 22 montres Girard-Perregaux, 23 montres Chanel, 24 montres A. Lange & Söhne, 25 montres Tudor, 26 montres Corum, 27 montres Louis Vuitton, 28 montres Roger Dubuis, 29 montres Dior, 30 montres BRM, 31 montres Ebel, 32 montres Bulgari, 33 montres Porsche Design, 34 montres Ulysse Nardin, 35 montres L.Leroy, 36 montres Parmigiani, 37 montres Jaquet Droz, 38 montres JeanRichard, 39 montres Bucherer, 40 montres Perrelet, 41 montres Franck Muller, 42 montres Yema, 43 montres MB&F, 44 montres Chaumet, 45 montres Graham-London, 46 montres Anonimo, 47 montres Hermès, 48 montres Jacob & Co., 49 montres Wyler Genève, 50 montres Greubel Forsey, 51 montres HYT, 52 montres Christophe Claret, 53 montres Harry Winston, 54 montres Van Cleef & Arpels, 55 montres Eterna, 56 montres Urwerk, 57 montres Alpina, 58 montres Hautlence, 59 montres Ressence, 60 montres Ralf Tech,