@Richard_Mille #RM25_01 #Tourbillon #Adventure #SylvesterStallone @TheSlyStallone

RM 25-01 Tourbillon Adventure Sylvester Stallone

La technique au service de l’aventure

La Cote des Montres™ le 08 août 2018



Développé en collaboration avec Sylvester Stallone, le nouveau tourbillon chronographe RM 25-01 Adventure témoigne la volonté de Richard Mille et de l’artiste d’opérer dans les milieux naturels les plus hostiles. Rambo, héros du roman éponyme de David Morell, incarne depuis plus de trente ans l’aventurier par excellence. Apparu au cinéma pour la première fois sous les traits de Sylvester Stallone en 1982, ce personnage déchiré par une guerre sans merci aura grandement marqué la carrière de Sly, le révélant au monde entier comme l’Acteur des films d’action hollywoodiens. Avec ses fonctions inédites jusqu’ici au coeur d’une montre, la RM 25-01 aurait pu trouver place au poignet de John Rambo. Véritable OVNI horloger, elle est, selon Sylvester Stallone, « parée pour l’aventure ».



Originellement nomade, l’homme continue, même sédentarisé, d’avoir soif d’aventure et de découverte. Alors que les nouvelles technologies permettent de se situer au centimètre près en n’importe quel lieu du monde, les explorateurs d’aujourd’hui cherchent à éprouver leurs capacités à résister dans des conditions de survie périlleuses. L’approche technique mise en oeuvre dans la RM 25-01 a eu pour objectif de mettre à leur disposition l’outil leur garantissant d’évoluer, où qu’ils soient, en toute sécurité. Stallone a toujours montré une préférence marquée pour les montres aux volumes affirmés. Nombreux ont remarqué dans The Expendables 3, le film qu’il a réalisé, la RM 032 montée sur un bracelet rouge vif. Cette RM 25-01 se devait de reprendre la forme ronde favorisant une lecture précise du temps tout en permettant d’accueillir une boussole, instrument indispensable à tout aventurier et demandé par Stallone pour sa montre. Côté mouvement, le calibre tourbillon RM25-01 intègre le meilleur de la technique Richard Mille.



Sa platine et ses ponts usinés dans du titane grade 5 maintiennent efficacement une mécanique associant la complication du tourbillon et la complexité d’un nouveau mouvement chronographe dit « de compétition ». Plusieurs mois auront été nécessaires aux ingénieurs de la marque pour optimiser le calibre : ils ont réussi à en réduire le poids tout en augmentant sa précision ainsi que la fiabilité de la mesure du temps sur le long terme. La diminution de l’inertie générale s’accompagne ainsi d’une consommation d’énergie réduite de 50 %. La qualité de la réserve de marche de 70 heures, vérifiable à l’aide des indicateurs de couple et de fonction, anime un affichage atypique de l’heure sur 24 heures, indispensable s’il advient à son propriétaire d’être privé de la vue du repère que constitue le soleil. Mise à l’honneur sur ce boîtier rond, la combinaison du titane et du Carbone TPT®, carbone inaltérable et désormais signature graphique de la marque, permet de limiter considérablement le poids de la montre.


La RM 25-01, étanche jusqu’à 100 mètres, est livrée avec deux lunettes amovibles spécifiques. L’une est une boussole en titane grade 5 traitée DLC, composée d’une lunette fixe et d’une lunette tournante, et venant se fixer rapidement sur la carrure grâce à un système de type « baïonnette ». Son couvercle en Carbone TPT® accueille un miroir et une ouverture à 12 heures pour une orientation plus précise avec l’aiguille de la boussole. Ses glaces saphir avec traitement antireflets multicouches sont revêtues d’une barrière antimagnétique pour éviter toute perturbation entre le mouvement et la boussole. Un niveau à bulle, situé à 4 heures, permet d’assurer le positionnement bien à plat de la montre pour un meilleur ajustement de visée. Une fois détachée, la boussole peut être fixée sur une plaque en Carbone TPT®. Idéale pour l’orientation, elle affiche entre autres informations les lignes indiquant la direction à suivre lors d’une progression suivant un cap et une carte.



Cette boussole peut être remplacée par une lunette bidirectionnelle en Carbone TPT® et titane, indiquant les quatre points cardinaux et disposant d’un disque gradué sur 360° et d’une échelle 24 heures. Son utilisation ne requiert aucun calcul. Il suffit de placer l’aiguille des heures face au soleil puis de régler la lunette tournante de manière à ce qu’elle pointe l’heure locale inscrite sur cette dernière et permette au porteur de situer le nord, l’est, le sud et l’ouest, quel que soit l’hémisphère dans lequel il se trouve. Situé à 2 heures, un compartimen en titane grade 5 fermé hermétiquement peut recevoir des pastilles de purification d’eau permettant de rendre buvable, en 30 à 120 minutes selon son degré de pollution, un litre d’eau de n’importe quelle provenance.



Pour parfaire l’esprit d’aventure émanant de cette édition limitée de 20 pièces pensée avec Sly, un bracelet sculptural en caoutchouc naturel à motif de camouflage et une solide boucle ardillon en titane grade 5 viennent maintenir fermement contre le poignet cet imposant boîtier aux courbes ergonomiques comme seule la marque sait les concevoir.



Prix HT : 791 500 € - 934 000 CHF

Les multiples facettes de Sylvester Stallone



Acteur iconique du cinéma d’action des années 80, Sylvester Stallone est un personnage paradoxal aux multiples facettes. Lorsque John Simonian, mon partenaire américain, nous a présentés, j’ai été frappé par sa gentillesse, son sens de l’humour et de la dérision. Sa personnalité est apaisée, très attachante, authentique, sincère. C’est également un artiste dont j’ai découvert le travail très personnel, nourri par sa passion des plus grands peintres et sculpteurs. Il ne triche pas. Stallone endosse tout seul la responsabilité de ses créations. Je trouve cela fort, puissant. Nous sommes devenus amis, et nous avons découvert que nous avions des envies, des passions communes. C’est un amoureux de la mécanique sous toutes ses formes, et on retrouve cela dans ses sculptures. Bien entendu, il adore aussi les montres et aime en porter, notamment celles aux diamètres assez imposants. Alors naturellement, un jour est née l’idée de faire quelque chose ensemble. La RM 25-01 ne res- semble à aucune autre montre ayant jamais existé. Comme la personnalité de Sylvester elle-même, elle est totalement affranchie. Son développement a été particulièrement long et difficile, et l’objet s’intègre totalement dans la philosophie de la marque: il est extrême, conçu dans des conditions extrêmes, utile, sophistiqué, complexe mais ultrarésistant: une pièce ultime !

Sylvester Stallone entouré de sa femme et de ses filles, cérémonie des Golden Globes, janvier 2017


Les multiples facettes de Sylvester Stallone

Sylvester Stallone, c'est évidemment Rambo. Et réciproquement. Et la saga Expendables, un savant cocktail de muscles et de testostérone. Mais pas seulement. Stallone est à la fois un acteur, un réalisateur, un producteur et une immense star internationale comme seul Hollywood sait en inventer. Beaucoup plus étonnamment, c’est aussi, et depuis fort longtemps, un artiste qui se défend comme peintre et a même exposé au musée d’Art moderne de Nice. Et bien sûr, un grand collectionneur d’art et de montres... aux diamètres souvent assez impressionnants.



16 mai 2015. Les invités se pressent autour de la galerie contemporaine du musée d’Art moderne de Nice. Soirée de vernissage ordinaire. Ordinaire ? Pas tout à fait. Car l’artiste qui expose ce soir dans l’espace généralement dévolu aux jeunes talents est un acteur américain culte, connu dans le monde entier, mais moins pour son œuvre de peintre que pour avoir donné naissance au personnage de Rocky. En plein festival de Cannes, les médias internationaux et même la chaîne américaine Fox News ont néanmoins fait le déplacement jusqu’à Nice. Pourquoi ? Pour venir découvrir l’exposition intitulée « Véritable amour ». La foule est au rendez-vous. Il y a tellement de monde à l’intérieur qu’il est difficile de voir les tableaux. Notamment, en ouverture, le portrait intitulé Trouver Rocky et qui date de... 1975.

Signe que Sylvester Stallone peint depuis longtemps. C’est d’ailleurs ce tableau qui a inspiré le film, et non l’inverse, contrairement à ce que l’on pourrait penser.


Sylvester Stallone peint à la brosse et au couteau, à l’ancienne, 1990

Sylvester Stallone devant Untitled

« Je savais que je voulais faire Rocky, confie alors l’artiste. Ça tournait dans ma tête, et si je n’étais pas sûr de ce à quoi ça devait ressembler, j’ai décidé que j’allais essayer de le mettre en image. C’est un mec qui vient de la ville, et son monde est sombre, c’est la nuit, le violet... Il n’a pas vraiment connu de bons moments dans la vie. J’ai délibérément repris de manière assez mécanique des mots et expressions des pages sportives des journaux : “10 rounds“, “argent“, “boxe”... Et avec un tournevis, je l’ai sculpté en incisant les traits du visage dans la pâte encore fraîche... et le résultat m’a satisfait. C’est en partant de cela que j’ai écrit le scénario. » Que la célébrité de l’artiste doive jusqu’ici plus au film qu’à sa peinture n’a cependant pas empêché Harry Bellet, critique d’art au quotidien Le Monde, de le reconnaître dans sa recension de l’exposition :



Untitled, bronze. 2,74 m

Eve, bronze. 1,82 m

« Avouons-le au risque de surprendre, on peut ne pas aimer le style expressionniste exacerbé de Stallone, qu’on imaginait de toute façon assez mal en artiste minimaliste, mais force est de constater que “c’est peint”, comme on disait autrefois dans les ateliers. Les amateurs de belles matières, en particulier, seront à la fête : Stallone maîtrise admirablement l’art difficile de l’empâtement — qui vire si facilement à la croûte, défaut auquel il échappe, mais toujours d’un rien. Il sait travailler les jus, les glacis, n’hésite pas à inciser la pâte ou au contraire à la charger de “drip” à la Jackson Pollock, en laissant la peinture liquide couler en lacis, voire utilisant la truelle pour projeter la couleur sur la toile. »

Hands of Time, huile et acrylique, 62 x 52,4 cm

L’artiste revendique d’ailleurs son goût prononcé pour l’expressionnisme russe et allemand, et assure admirer l’audace de Kazimir Malevitch et de Francis Bacon. L’acteur qui peint tous les jours — et est donc tout sauf un amateur du dimanche —, ne s’est pas contenté de Rocky. Il a portraituré presque tout le monde, de James Dean à Michael Jackson. S’il se laisse captiver par les icônes américaines, telles que reproduites sur les unes du magazine Life, il préfère en révéler leur dimension plus sombre, plus noire, plus inquiétante.

Sylvester Stallone devant son atelier

« À travers cela, » ironise alors Stallone dans une interview au magazine américain Hollywood Reporter, « j’essaie de prouver que John Rambo a un subconscient. J’ai toujours été fasciné par Life, précise-t-il. La couverture seulement. Elle montrait généralement les acteurs, la “royauté“ de l’Amérique dans un contexte élogieux... toujours parfaitement éclairé. Je me suis dit que mon Life à moi exprimerait à l’inverse la menace sous-jacente. » Sylvester Stallone considère, non sans humour, que son activité de peintre a ceci de similaire avec son personnage de Rambo qu’il s’imagine perdu dans une forêt hantée qui est toujours une source d’inspiration très cinématographique. Façon aussi pour lui d’expliquer que, comme tout un chacun, les célébrités ont au-delà de leur profession une autre vie, plus personnelle. C’est cette veine, parallèle, qu’il entend creuser aujourd’hui. « La fin de la carrière et de la notoriété d’une célébrité est un peu triste parce que vous vous sentez encore plein d’énergie alors que les opportunités se raréfient. Même les plus grandes stars connaissent une mort professionnelle. C’est un sujet sombre que j’ai exploré, mais depuis, je suis passé à autre chose. »
Et c’est tant mieux.

Sylvester Stallone dans son atelier

Son art révèle une personnalité beaucoup plus complexe que ne laissaient percevoir ses rôles. « Je pense que la peinture est la forme d’art la plus authentique, la plus honnête, parce que c’est simple, ça ne pardonne pas. »

S’il la pratique depuis quarante ans, peu de fans de l’acteur et d’amateurs d’art connaissent cette dimension de Sylvester Stallone qui nourrit cette véritable passion depuis l’âge de huit ans et a également étudié l’art. « J’ai toujours cultivé cet aspect de ma personnalité, » confie-t-il, « surtout lorsque je suis devenu une star des films d’action. » À travers ce travail quotidien à l’atelier, aussi humble que gratifiant puisque plutôt bien perçu par le monde de l’art, l’acteur renouvelle sa créativité... en découvrant aussi de nouvelles raisons de vivre.



Il fallait le voir débarquer de la soirée des Oscars de 1977, l’expression comme encore marquée par le chaos du ring — griserie de la victoire tant espérée? —, chemise à jabot parme ouverte sur un torse puissant mais pas encore ciselé, puis dédier, impérial, la statuette du meilleur film reçue cette année-là pour « son » Rocky, « à tous les Rocky du monde entier ».

Ce soir-là, à Los Angeles, Sylvester Stallone, fils d’un immigré italien des Pouilles, gamin désœuvré de Hell’s Kitchen à New York, comédien passé par l’enfer des productions à la chaîne devient le roi du monde. L’inconnu d’hier encore peut désormais s’asseoir à la table des stars du moment : Nicholson, Hoffman, Redford, etc. Magie d’une nuit sur Hollywood Boulevard ; la suite sera plus inattendue encore.

Sylvester Stallone et le réalisateur Ryan Coogler sur le tournage de Creed, l’héritage de Rocky Balboa, 2015

Le cinéma de Stallone, soucieux d’exprimer la revanche des déclassés, des opprimés, des sans- grade sur toute une société — pas encore devenu celui de la vengeance de First Blood —, s’est affiché sur les écrans des insolentes années 80. Un soupçon de Kazan, un peu de Capra, beaucoup de sincérité et des scènes d’action âprement découpées. Mais Sly, comme allaient le baptiser ses légions de fans à travers le monde, forgera précocement son propre mythe. Au risque de s’y perdre, musculeux Narcisse. L’heure n’est plus à Gary Cooper ou à Jimmy Stewart. Avec Ronald Reagan, derrière Wall Street, l’Amérique ne veut laisser aucun doute sur sa puissance et sa fierté retrouvées n’hésitant pas, par mauvaise conscience, à dissimuler ses fils cabossés, John Rambo en tête. Saluons Stallone d’avoir su donner à son époque ce à quoi elle aspirait en termes d’icône et de virilité. Il incarne dès lors ce que furent pour les générations précédentes John Wayne, Steve McQueen ou Clint Eastwood: une image indiscutable de l’homme.


Cliffhanger, 1993

Rocky reçoit le prix du meilleur film à la cérémonie des Oscars en 1977

La grossière erreur commise par nombre de critiques restera d’avoir pris Sylvester Stallone pour ce qu’il n’est pas. Lui-même admet que sa silhouette, son physique et sa timidité, tout ce qui le rend si proche du Rocky Balboa originel, n’ont pas joué en sa faveur. Car c’est oublier ce que sa profonde sensibilité a de bouleversant: « Je crois que je me glisse plus facilement dans mon personnage lorsque je ne suis pas en paix avec moi-même. » La réussite de Sly tient à sa capacité, fondée sur sa force de caractère et une singulière sagacité, de toujours se réinventer, se régénérer malgré les vicissitudes et les drames qui ont émaillé son parcours hors norme, là où d’autres auraient préféré renoncer. Lorsque, fin 1982, sort aux États-Unis le premier Rambo, le mythe — en réalité fruit d’un travail acharné et de sacrifices — est d’emblée consacré. Rocky, boxeur-loser qui devient un méga- champion, déchaîne les passions et les foules, et se retrouve, triomphe oblige, copié, raillé. Parvenu au faîte de sa carrière, ami de Warhol, Stallone est objet de fascination.


Rocky, 1976

New York Cowboy, 1984, avec Dolly Parton

Dix années furent nécessaires à Sylvester Stallone pour émerger du désert artistique dans lequel l’avaient abandonné un public et des professionnels pourtant conquis jadis. C’est finalement le Stallone trois fois marié et cinq fois père qui reprendra le dessus et l’acteur, auteur et peintre, qui auront le dernier mot. « J’ai appris à prendre la vie avec plus de naturel, confie-t-il. Libéré de mes appétits, de mes exigences, je me suis fié au destin. J’étais tellement sérieux au sujet de tout. » Producteur et scénariste avisé, Sly apparaîtra en papy flingueur sur sa propre franchise, Expendables : Unité spéciale. À soixante-et-onze ans, avec presque autant de longs-métrages à son actif et toujours de belles promesses cinématographiques, il peut être certain d’appartenir à jamais à la légende.


Rocky II, 1979

Rambo, 1982

« Sly » en 10 dates

1946
Naissance à New York de Sylvester Enzio Gardenzio, fils de Frank Sr. et Jacqueline Stallone. Son père est coiffeur-esthéticien, sa mère, ancienne promotrice de combats de catch et astrologue. Il grandit dans le Queens, puis dans le Maryland.

1970
Après avoir étudié l’art dramatique à Miami, première apparition à l’écran en 1970 dans The Party at Kitty and Stud’s, film « pour adultes » ressorti plus tard sous le titre suggestif de L’Étalon italien. Années de vaches maigres où il enchaîne les apparitions : Rebel, Klute, Bananas…

1976
Sortie de Rocky dont il a écrit le scénario et assuré le rôle principal. D’office, la critique le compare à Marlon Brando. L’année suivante Rocky décroche trois Oscars — dont celui du meilleur film — ainsi que cinq nominations aux Golden Globes. Sa carrière est lancée.

1982
Année faste puisque sortent simultanément Rocky III : L’Œil du tigre et le premier opus de Rambo, mettant en scène les deux personnages emblématiques de la carrière de Stallone. L’acteur rapporte à lui seul plus de 375 millions de $ au box-office mondial. Le voilà consacré « superstar ».

1984
Après une tentative infructueuse dans la comédie musicale avec New York Cowboy, Sly revient au sommet. Grâce aux succès de Rambo II : La Mission et Rocky IV, il « pèse » désormais plus de 600 millions de $ et devient l’icône de l’Amérique triomphante. Une apothéose.

2006
Après une traversée du désert de presque dix ans, c’est un Stallone mûri et nostalgique qui renoue pour un sixième volet avec le personnage de Rocky. Le public est au rendez-vous comme il le sera l’année suivante pour John Rambo, opus le plus sanglant de la singulière saga guerrière.

2010
Son retour en grâce se confirme avec Expendables : Unité spéciale, film de mercenaires qu’il interprète et met en scène, et qui réunit le gratin du cinéma d’action des années 1980-1990. Ce blockbuster, ainsi que les deux suites dont il signe également les scénarios, dynamitent le box-office.

2013
Première rétrospective de Sylvester Stallone, non plus l’acteur mais l’artiste, au Musée russe de Saint-Pétersbourg en collaboration avec la galerie Gmurzynska. Trente-huit ans après avoir signé sa première toile, la star a droit à la reconnaissance du monde de l’art contemporain.

2015
En reprenant le rôle de Rocky Balboa, devenu l’entraîneur d’un jeune et bouillonnant boxeur (Michael B. Jordan) dans Creed, Sly retrouve les faveurs de la critique qui l’a si souvent malmené. Son interprétation est couronnée par un Golden Globe et une nomination aux Oscars.

2018
Lancement de la montre Adventure en association avec Richard Mille. Une montre emblématique et exclusive née des passions qui unissent les deux hommes : action, aventure, luxe et raffinement.

Anatomie de la RM 25-01



Indicateur de couple
et de réserve de marche

Grâce à ces indicateurs, l’affichage des performances chronométriques est très lisible.

2 lunettes
interchangeables

La RM 25-01 permet d’alterner la lunette bidirectionnelle avec la lunette boussole.

Lunette de journée
bidirectionnelle

Cette lunette en Carbone TPT® indique les quatre points cardinaux et présente un disque gradué sur 360° et une échelle 24 heures.

Couronne dynamométrique
avec indicateur de fonction

Ce dispositif de sécurité permet d’éviter le remontage forcé. Lorsque l’on tire sur la couronne, l’aiguille indique le remontage, la mise à l’heure ou la position neutre.



Lunette boussole et capot
La boussole en titane grade 5 se fixe à la carrure par un système de « baïonnette ». Elle possède un miroir avec une ouverture à 12 h donnant l’orientation précise au moyen de l’aiguille de la boussole.

Capsule à pastilles purificatrices d’eau
La capsule hermétique en Carbone TPT® peut recevoir 5 pastilles permettant de rendre buvable, en 30 à 120 minutes en fonction de son degré de pollution, un litre d’eau de n’importe quelle provenance.

Mouvement chronographe
compétition

Réalisé en titane grade 5, le mouvement tourbillon a requis plusieurs mois de recherche. L’optimisation du mouvement a permis de réduire de 50 % la consommation d’énergie.

Niveau à bulle
Contenu dans la capsule en titane, le niveau permet de s’assurer du positionnement bien à plat de la montre, indispensable pour garantir la précision de visée avec l’aiguille de la boussole.

La technique au service de l’aventure

RM 25-01
Tourbillon Adventure
Sylvester Stallone



Développé en collaboration avec Sylvester Stallone, le nouveau tourbillon chronographe RM 25-01 Adventure témoigne la volonté de Richard Mille et de l’artiste d’opérer dans les milieux naturels les plus hostiles. Rambo, héros du roman éponyme de David Morell, incarne depuis plus de trente ans l’aventurier par excellence. Apparu au cinéma pour la première fois sous les traits de Sylvester Stallone en 1982, ce personnage déchiré par une guerre sans merci aura grandement marqué la carrière de Sly, le révélant au monde entier comme l’Acteur des films d’action hollywoodiens. Avec ses fonctions inédites jusqu’ici au cœur d’une montre, la RM 25-01 aurait pu trouver place au poignet de John Rambo. Véritable OVNI horloger, elle est, selon Sylvester Stallone, « parée pour l’aventure ».



Originellement nomade, l’homme continue, même sédentarisé, d’avoir soif d’aventure et de découverte. Alors que les nou- velles technologies permettent de se situer au centimètre près en n’importe quel lieu du monde, les explorateurs d’aujourd’hui cherchent à éprouver leurs capacités à résister dans des conditions de survie périlleuses. L’approche technique mise en œuvre dans la RM 25-01 a eu pour objectif de mettre à leur disposition l’outil leur garantissant d’évoluer, où qu’ils soient, en toute sécurité.



Stallone a toujours montré une préférence marquée pour les montres aux volumes affirmés. Nombreux ont remarqué dans The Expendables 3, le film qu’il a réalisé, la RM 032 montée sur un bracelet rouge vif. Cette RM 25-01 se devait de reprendre la forme ronde favorisant une lecture précise du temps tout en permettant d’accueillir une boussole, instrument indispensable à tout aventurier et demandé par Stallone pour sa montre. Côté mouvement, le calibre tourbillon RM25-01 intègre le meilleur de la technique Richard Mille.

Montage du mouvement RM25-01

Sa platine et ses ponts usinés dans du titane grade 5 main- tiennent efficacement une mécanique associant la complication du tourbillon et la complexité d’un nouveau mouvement chronographe dit « de compétition ». Plusieurs mois auront été nécessaires aux ingénieurs de la marque pour optimiser le calibre : ils ont réussi à en réduire le poids tout en augmentant sa précision ainsi que la fiabilité de la mesure du temps sur le long terme.

Éléments de la lunette boussole

La diminution de l’inertie générale s’accompagne ainsi d’une consommation d’énergie réduite de 50 %. La qualité de la réserve de marche de 70 heures, vérifiable à l’aide des indicateurs de couple et de fonction, anime un affichage atypique de l’heure sur 24 heures, indispensable s’il advient à son propriétaire d’être privé de la vue du repère que constitue le soleil. Mise à l’honneur sur ce boîtier rond, la combinaison du titane et du Carbone TPT®, carbone inaltérable et désormais signature graphique de la marque, permet de limiter considérablement le poids de la montre.

Usinée dans du Carbone TPT®, cette plaque peut accueillir la boussole de la RM 25-01 pour une orientation plus précise
à l’aide d’une carte

La RM 25-01, étanche jusqu’à 100 mètres, est livrée avec deux lunettes amovibles spécifiques. L’une est une boussole en titane grade 5 traitée DLC, composée d’une lunette fixe et d’une lunette tournante, et venant se fixer rapidement sur la carrure grâce à un système de type « baïon- nette ». Son couvercle en Carbone TPT® accueille un miroir et une ouverture à 12 heures pour une orientation plus précise avec l’aiguille de la boussole. Ses glaces saphir avec traitement antireflets multicouches sont revêtues d’une barrière anti- magnétique pour éviter toute perturbation entre le mouvement et la boussole. Un niveau à bulle, situé à 4 heures, permet d’assurer le positionnement bien à plat de la montre pour un meilleur ajustement de visée.

Une fois détachée, la boussole peut être fixée sur une plaque en Carbone TPT®. Idéale pour l’orientation, elle affiche entre autres informations les lignes indiquant la direction à suivre lors d’une progression suivant un cap et une carte.



Cette boussole peut être remplacée par une lunette bidirectionnelle en Carbone TPT® et titane, indiquant les quatre points cardinaux et disposant d’un disque gradué sur 360° et d’une échelle 24 heures. Son utilisation ne requiert aucun calcul. Il suffit de placer l’aiguille des heures face au soleil puis de régler la lunette tournante de manière à ce qu’elle pointe l’heure locale inscrite sur cette dernière et permette au porteur de situer le nord, l’est, le sud et l’ouest, quel que soit l’hémisphère dans lequel il se trouve. Situé à 2 heures, un compartiment en titane grade 5 fermé hermétiquement peut recevoir des pastilles de purification d’eau permettant de rendre buvable, en 30 à 120 minutes selon son degré de pollution, un litre d’eau de n’importe quelle provenance.

Pour parfaire l’esprit d’aventure émanant de cette pièce pensée avec Sly, un bracelet sculptural en caoutchouc naturel à motif de camouflage et une solide boucle ardillon en titane grade 5 viennent maintenir fermement contre le poignet cet imposant boîtier aux courbes ergonomiques comme seule la marque sait les concevoir.

Les montres rondes à complications

Focus


2009
RM 025 Manual Winding Tourbillon Chronograph Diver’s Watch



La RM 025 est animée par un calibre tourbillon chronographe en titane grade 5. Son étanchéité de 30 atmosphères et sa lunette tournante unidirectionnelle respectent la norme ISO 6425, condition de l’homologation en tant que montre de plongée.


2012
RM 031 High Performance Chronometer



La RM 031 est une pièce alliant traditions horlogères et concepts précurseurs. Orthodoxe dans sa conception, elle répond à la volonté d’obtenir le calibre mécanique le plus régulier au monde. L’objectif est atteint avec une variation maximale de seulement 20 secondes par mois, exploit inégalé.


2012
RM 039 Manual Winding Tourbillon Flyback Chronograph - Aviation



Ce calibre avec heures, minutes, secondes, date surdimensionnée, chronographe flyback, fonctions UTC et décompteur, sans oublier le sélecteur de fonctions et un indicateur de réserve de marche aura nécessité la création de 1000 composants inédits. Elle est à ce jour la montre la plus complexe réalisée par Richard Mille.


2014
RM 36-01 Manual Winding Tourbillon Competition G-Sensor
Sébastien Loeb



Ce calibre tourbillon est doté d’un indicateur pour les 70 heures de réserve de marche, d’un sélecteur de fonctions et d’un capteur de g placé au centre du verre saphir. Une simple rotation permet de régler ce dernier sur la nature des g à enregistrer (accélération, décélération, virage).

Richard Mille RM 25-01 Tourbillon Adventure Sylvester Stallone

Spécifications techniques




Calibre RM 25-01 : mouvement tourbillon à remontage manuel avec affichage de l’heure sur 24 heures, minutes, fonction chronographe, indicateurs de réserve de marche, de couple et de fonction.

Diamètre : 50,85 mm x 23,65 mm.

Caractéristiques principales

Réserve de marche
Environ 72 heures (échelle numérique à gauche du barillet).

Platine de mouvement et ponts en titane grade 5
La platine traitée PVD gris et les ponts sont réalisés en titane grade 5, un alliage biocompatible qui offre une très grande résistance à la corrosion et une rigidité remarquable permettant ainsi un très bon fonctionnement du train d’engrenage. Cet alliage est composé à 90 % de titane, 6% d’aluminium et 4% de vanadium. Cette combinaison accroît encore ses propriétés mécaniques.
La platine squelettée et les ponts ont été soumis à des essais complets de validation afin d’optimiser leurs capacités de résistance.

Mouvement chronographe compétition
Plusieurs mois ont été nécessaires aux ingénieurs de Richard Mille pour réduire le poids du calibre et optimiser au maximum le mouvement, notamment au niveau de la précision du calcul du temps et de sa fiabilité sur le long terme. Cela a donné naissance à de multiples innovations, comme le dessin et la fabrication de nombreuses pièces en titane à l’instar des leviers afin de réduire l’inertie et, ainsi, la consommation d’énergie de 50%. Il en résulte une importance diminution de la friction sur l’axe et l’élimination des sauts ou tressaillements de l’aiguille du chronographe pendant le démarrage et l’arrêt de la mesure du temps.
Utilisation : le poussoir à 8 heures permet de démarrer et d’arrêter la fonction chronographe. Le poussoir à 10 heures remet les aiguilles à zéro.

Indicateur de couple
Il transmet une information sur la tension du ressort-moteur et permet d’optimiser l’utilisation de la fonction chronographe. En dessous de 53 dNmm, le ressort est trop détendu ; en revanche, au-dessus de 65 dNmm, la tension excessive peut nuire au fonctionnement du mécanisme, voire l’endommager. Ces indications apparaissent sur l’échelle numérique à droite du barillet.

Indicateur de fonction
Lorsque l’on tire sur la couronne, l’aiguille indique le remontage, la mise à l’heure ou la position neutre, comme sur le sélecteur de changement de vitesses d’une voiture. Une aiguille à 4 heures affiche le mode sélectionné : W (remontage) – N (neutre) – H (mise à l’heure des aiguilles).

Balancier à inertie variable
Ce type de balancier garantit une plus grande fiabilité en cas de choc et lors de l’assemblage et du démontage du mouvement : la précision s’en trouve donc améliorée à long terme. L’index de la raquette est supprimé. Le réglage plus fin et répétable de l’inertie est rendu possible par 4 masselottes orientables.



Barillet à rotation rapide (un tour en 6 heures au lieu de 7,5 heures)
Ce type de barillet présente les avantages suivants :
  • L’adhérence interne du ressort de barillet est considérablement réduite, améliorant ainsi les performances,
  • Excellent delta de la courbe de ressort du barillet avec une réserve de marche au rapport idéal entre performance
    et régularité.

Cliquet de barillet à recul progressif
Ce dispositif apporte un gain appréciable (environ 20 %) au remontage, surtout lorsque le ressort est peu armé. Il contribue également à une bonne répartition de la tension interne du ressort de barillet.

Denture du barillet et du pignon de grande moyenne à profil de développante
Le profil en développante centrale de ces dentures exerce une pression selon un angle optimal de 20°, ce qui améliore l’efficacité de l'engrenage et compense les éventuelles variations d'engagement. Il en résulte une excellente transmission du couple et une nette amélioration du rendement.

Mécanisme de mise à l’heure modulaire côté fond et modulaire
Il présente les avantages suivants en termes de longévité et d’entretien : - Ce module étant monté en dehors du mouvement, il peut être remplacé sans toucher à la platine lors d’une intervention ou d’une opération d’entretien, - Le montage ou le démontage de ce module à partir du fond ne nécessite pas le retrait des aiguilles ni du cadran.

Vis spline en titane grade 5 pour les ponts
Par leur forme, ces vis offrent un meilleur contrôle du couple de serrage pendant l’assemblage. De ce fait, elles résistent parfaitement aux opérations de montage ou de démontage et sont peu sujettes au vieillissement.

Autres caractéristiques

  • Diamètre du mouvement : 38,95 mm
  • Épaisseur : 8,37 mm
  • Diamètre du tourbillon : 12,30 mm
  • Diamètre du balancier : 10,00 mm
  • Nombre de rubis : 35
  • Balancier : en GLUCYDUR, à 2 bras, 4 vis de réglage
  • Moment d’inertie: 11.50 mg.cm², angle de levée 53°
  • Fréquence : 21’600 alternances par heure (3 Hz)
  • Spiral : elinvar par Nivarox®
  • Dispositif antichoc : KIF ELASTOR KE 160 B28
  • Pont de centre en titane
  • Arbre de barillet : chronifer sans nickel (DIN x 46 Cr 13 +S), présentant les propriétés suivantes : inoxydable, antimagnétique, trempé

Boitier en carbone tpt® et titane
Le Carbone TPT® est un matériau exclusif au rendu visuel singulier. Remarquable par son graphisme ondulé, il est constitué de multiples couches de filaments parallèles, eux-mêmes obtenus après l’écartement de fils de carbone. Ces couches d’une épaisseur maximale de 30 microns sont imprégnées d’une résine puis empilées sur une machine spécifique qui modifie l’orientation des fibres de 45° entre deux couches. Chauffé à 120°, à une pression de 6 bars, le Carbone TPT® est alors prêt à être usiné sur une machine CNC, dans l’usine de boîtiers du groupe Richard Mille.
Le boîtier de la RM 25-01 est étanche à 100 mètres, grâce à deux joints toriques en Nitril. Il est assemblé au moyen de vis spline en titane grade 5 et de rondelles en acier inoxydable 316L.

Vis spline en titane grade 5 pour le boitier
Ces vis permettent une meilleure maîtrise du couple de vissage. Peu sensibles aux manipulations lors des montages et des démontages, elles sont assurées d’un très bon vieillissement.



Boussole
La boussole se compose d’une lunette fixe et d’une lunette tournante toutes deux en titane grade 5 traité DLC et de verres saphirs. Elle se fixe à la carrure par un système « baïonnette ». Son couvercle fait appelle au Carbone TPT® et possède un miroir avec une ouverture à 12h permettant une orientation plus précise avec l’aiguille de la boussole.
Le niveau à bulle contenu dans la capsule en titane permet de mettre la montre bien à plat pour une plus grande précision lors d’une visée avec l’aiguille de la boussole. Une fois démontée, la boussole peut être fixée sur une plaque en Carbone TPT®. Idéale pour l’orientation, elle affiche un certain nombre d’éléments dont des lignes gravées indiquant la direction à suivre lors d’une progression suivant un cap et une carte.

Lunette de journée bidirectionnelle
La boussole en titane peut être remplacée par une lunette de « journée » selon le désir du porteur. Cette seconde lunette en Carbone TPT® et titane grade 5 dispose de l’indication des quatre points cardinaux, d’un disque gradué sur 360° et d’une échelle 24 heures. Les inscriptions spécifiques de la lunette RM 25-01 permettent de s’orienter dans l’hémisphère Nord mais également dans l’hémisphère Sud sans le moindre calcul, simplement en sélectionnant la bonne échelle.

Container étanche
Cette capsule en titane grade 5 fermée hermétiquement peut contenir des pastilles de purification d’eau afin de rendre n’importe quelle source d’eau potable.

Couronne dynamométrique
Ce dispositif de sécurité permet d’éviter le remontage forcé, source de problèmes tels que le bris de la tige ou la surtension du ressort du barillet.

Rehauts
Rehauts supérieur et inférieur métal avec traitement galvanique noir et index remplis d’un matériau luminescent homologué. Rehaut inférieur en métal avec traitement galvanique noir.

Cadran
En saphir (0.40 mm d’épaisseur) traité antireflet (des 2 côtés), protégé par 8 brides en silicone insérées dans les rainures supérieure et inférieure du réhaut.

Glace
  • Côté lunette : en saphir (dureté 1 800 Vickers) traité antireflet (des 2 côtés)
    Épaisseur : 3.30 mm
  • Fond du boîtier : en saphir traité antireflet (des 2 côtés)
    Épaisseur : 1.90 mm au centre et 2.81 mm à la périphérie


Finitions

Mouvement
  • Anglages polis à la main
  • Blocages polis à la main
  • Ponts étirés à la main après traitement PVD
  • Sections fraisées microbillées
  • Points de contact rodés et polis
  • Pivots brunis

Pièces en acier
  • Surfaces microbillées
  • Anglages polis à la main

Roues dentées
  • Moulures diamantées
  • Décorations circulaires sur les faces
  • Rhodiage (avant taillage de la denture)
  • Les corrections sont minimales afin de préserver la géométrie des roues et leur performance

 PUBLICITÉ
  • Corum Mini Bubble
  • Yuliya Levchenko, cadette des partenaires Richard Mille
  • Richard Mille RM 71-01 Automatic Tourbillon Talisman
  • Chopard Montre à secret Red Carpet 2018
  • Cara Delevingne interprète la campagne « Don’t Crack Under Pressure » de TAG Heuer
  • Chopard Happy Palm, la montre du Festival de Cannes
  • Bvlgari Divas’ Dream
  • Caroline de Maigret et sa montre Chanel “Boy.Friend”
  • Velvet et la diva Roger Dubuis
  • Nafi Thiam, championne d’heptathlon, fait son entrée chez Richard Mille
  • Jaeger-LeCoultre
  • Richard Mille
  • RJ
  • TAG Heuer
  • Hublot
  • Hublot
  • Montblanc
  • Ulysse Nardin
  • Omega
  • Roger Dubuis
  • Bucherer
  • Zenith
  • Rolex
  • Anonimo
  • TAG Heuer
  • Leica
  • Reservoir
  • Hublot
  • Bell & Ross
  • RJ
  • Ralf Tech
  • Chopard
  • Hublot
  • IWC
  • Anonimo
  • Dubail
  • TAG Heuer
  • Hublot
  • Richard Mille
  • Richard Mille
  • Bucherer
  • Zenith
  • RJ
  • Hublot
  • Rolex
  • TAG Heuer
  • Panerai
  • Panerai
  • Hublot
  • TAG Heuer
  • Chopard
  • Hublot
  • Baume
  • Richard Mille
  • Bucherer
  • Zenith
  • Zenith
  • Zenith
  • Zenith
  • Richard Mille
  • Swatch Group a décidé de quitter Baselworld
  • Hublot nomme Benoit Lecigne comme directeur général de tous les pays sous sa responsabilité
  • Bucherer annonce l'acquisition de Tourneau LLC
  • La Fondation de la Haute Horlogerie accueille Zenith comme nouvelle marque partenaire
  • Richemont announces changes to its Senior Executive Committee
  • Nouveau réveil pour la marque historique Vulcain
  • Romain Réa nommé nouveau CEO d'Antiquorum Management Ltd
  • Bucherer annonce son acquisition du distributeur d’horlogerie The Watch Gallery LTD de Londres
  • La Maison Bucherer célèbre les Journées Européennes des Métiers d’Art les 31 mars et 1er avril
  • Jaeger-LeCoultre vous donne rendez-vous chez Bucherer
  • Girard-Perregaux au SIAR, Salón Internacional Alta Relojería pour la 4e année consécutive
  • Le Paris Saint-Germain se met au rythme de Richard Mille
  • Montres rares par Paul Miquel, la collection impossible
  • Julien Haenny, nouveau Directeur Général chez Anonimo
  • Exposition Passion for Watches pour les amateurs de belles montres
  • Richard Mille a été victime d’un cambriolage dans ses bureaux parisiens
  • Girard-Perregaux présente une exposition exclusive au Printemps du Louvre
  • F1 : Richard Mille félicite Romain Grosjean pour son exceptionnel début de saison
  • Bucherer remet le prix de la femme de l’année à Sophie Marceau !
  • M. Davide Cerrato rejoint Montblanc comme Directeur de la Division Montres
  • Soyez horloger, le temps d’un atelier !
  • Les Journées de la Passion® du 14 au 15/11/2015
  • Zenith est sur la ligne de départ du Castellet !
  • Audemars Piguet célèbre les succès de Serena Williams & Stan Wawrinka
  • Audemars Piguet accueille Freida Pinto comme ambassadrice
  • Audemars Piguet présente son Directeur de la Création Claude Emmenegger
  • Crésus, Carte Noire & La Revue des Montres lancent les « Rendez-vous haute précision »
  • A. Lange & Söhne parraine les Classic Days au Château de Dyck
  • Cresus ouvre une nouvelle boutique à Lille
  • Exposition « Stone in Store » de Thierry Courtadon chez Hublot Vendôme
  • Le Schneider Electric Marathon de Paris à l’heure TAG Heuer
  • L'artiste suisse Robin Meier sélectionné pour présenter la 1ère commission d'art Audemars Piguet
  • Corum « Bridging Art and Mechanics »
  • Serena Williams remporte son 19e Grand Chelem, équipée de son Audemars Piguet
  • Patek Philippe renforce sa présence à Genève
  • Jean-Sébastien Gerondeau nommé Directeur Général Montblanc France
  • Audemars Piguet présente sa nouvelle campagne publicitaire 2015
  • Jessica Chastain, nouvelle ambassadrice Piaget
  • Lettre ouverte à Thomas Jordan, président de la Banque Nationale Suisse
  • Hublot & Italia Independent annoncent une collaboration de trois ans
  • Perrelet : Tristan Boyer de Bouillane nommé Directeur Général
  • Cresus présente son nouveau site e-commerce et ouvre deux nouvelles boutiques
  • Audemars Piguet fête le succès de Stan Wawrinka, nouvel ami de la marque
  • Kering finalise l'acquisition de la marque de Haute horlogerie Ulysse Nardin
  • Hublot et l’Ajax prolonge leur partenariat
  • Une neuvième édition pour le salon Rocollection
  • Yann Guichard et Zenith arrivent second de la Route du Rhum
  • Passion for Watches : Le rendez-vous incontournable des passionnés de belles montres
  • JeanRichard partenaire du LOU Rugby
  • Soirée Bell & Ross aux Invalides
  •  PUBLICITÉ

    Vous aimez cette montre ?

    beaucoup
    passionnément
    pas du tout

      PUBLICITÉ
      Pages les plus consultées
    1 montres Rolex, 2 montres Audemars Piguet, 3 montres Richard Mille, 4 montres Hublot, 5 montres Patek Philippe, 6 montres Omega, 7 montres Jaeger-LeCoultre, 8 montres Cartier, 9 montres IWC, 10 montres Vacheron Constantin, 11 montres Panerai, 12 montres Zenith, 13 montres Tag Heuer, 14 montres Breitling, 15 montres Baume & Mercier, 16 montres A. Lange & Söhne, 17 montres Blancpain, 18 montres Girard-Perregaux, 19 montres Montblanc, 20 montres Bell & Ross, 21 montres Tudor, 22 montres Chopard, 23 montres Breguet, 24 montres Roger Dubuis, 25 montres Piaget, 26 montres Chanel, 27 montres Louis Vuitton, 28 montres Dior, 29 montres Corum, 30 montres Ebel, 31 montres BRM, 32 montres L.Leroy, 33 montres JeanRichard, 34 montres RJ, 35 montres Bulgari, 36 montres Jaquet Droz, 37 montres Eterna, 38 montres Ikepod, 39 montres Chaumet, 40 montres Dubail, 41 montres Hermès, 42 montres Franck Muller, 43 montres Parmigiani, 44 montres Porsche Design, 45 montres Van Cleef & Arpels, 46 montres Yema, 47 montres Ange Barde, 48 montres Ulysse Nardin, 49 montres HYT, 50 montres Wyler Genève, 51 montres Vianney Halter, 52 montres Ralf Tech, 53 montres Perrelet, 54 montres Glashütte, 55 montres Bucherer, 56 montres Anonimo, 57 montres Christophe Claret, 58 montres Greubel Forsey, 59 montres Daniel Roth, 60 montres MB&F,