@Richard_Mille #RM70_01 #Tourbillon #AlainProst

RM 70-01 Tourbillon Alain Prost

Un intérêt partagé pour le cyclisme en constante évolution technique

La Cote des Montres™ le 10 octobre 2017



Alain Prost est un artiste de la vitesse autant que Richard Mille est un artiste du temps maîtrisé. La collaboration entre la marque et le 4 fois Champion du Monde de Formule 1, fondateur de l’écurie Renault e.dams, se base sur une indéfectible fidélité et cette fois-ci, ils se sont inspirés de leur intérêt partagé pour le cyclisme. A l’instar de l’aéronautique et de l’automobile où recherche et développement jouent un rôle essentiel, ce sport est en constante évolution technique. Leur œuvre commune ? Le tout nouveau calibre tourbillon RM70-01, équipé d’un totalisateur de kilomètres inédit.



Après de nombreuses discussions avec Alain Prost ainsi qu’avec d’autres cyclistes, Richard Mille s’est aperçu que bon nombre d’entre eux ne connaissent pas précisément le nombre de kilomètres parcouru depuis le début de leur saison. L’inédit totalisateur de kilomètres y remédie en enregistrant très simplement ces distances. A l’aide du poussoir situé à 2 heures, le porteur peut choisir l’une des 5 roues constituant le kilométrage visible dans la fenêtre en titane. Une fois celle-ci sélectionnée, il lui suffit de presser le poussoir à 10 heures pour passer au chiffre supérieur. La seule réflexion requise par l’utilisateur sera d’additionner la distance de la journée au cumul de kilométrage déjà enregistré.


Mécaniquement cependant, l’action est bien plus complexe. Le premier poussoir active la sélection de l’un des 5 rouleaux. L’opération est confirmée lorsque les deux marqueurs jaunes sont parfaitement alignés. Le second poussoir, quant à lui, incrémente la rotation du rouleau qui s’autoverrouille grâce à son sautoir. Afin d’éviter toute manipulation involontaire, une position neutre (N) a été introduite dans cette complication. Grâce à un jeu de ressorts, la fourchette de sélection se repositionnera de manière linéaire, laissant apparaître à 2 heures une flèche pointant le N, confirmation visuelle du verrouillage du mécanisme.



Avec une réserve de marche de 70 heures, visible à 5 heures grâce à un indicateur alimenté par un différentiel planétaire, ce calibre tourbillon à remontage manuel fait appel au titane grade 5 pour la platine et les ponts. L’extrême rigidité du titane permet au calibre de résister efficacement aux trajets les plus accidentés. Les clins d’œil au monde cycliste ne manquent pas, depuis les vis BTR en titane maintenant les ponts au rochet de barillet reprenant le dessin des roues forgées, en passant par la cage de tourbillon ou la couronne dynamométrique qui évoquent un pédalier.



Ce mouvement aux finitions exemplaires possède une très grande profondeur, presque abyssale. Son architecture verticale, alignant l’axe du tourbillon à celui du barillet et sa compacité furent indispensables tant le mécanisme de totaliseur occupe la majeure partie de l’espace au cœur du boîtier.



Et quel boîtier ! Usiné dans du Carbone TPT®, il conjugue parfaitement les lignes tonneau, rectangulaire et asymétrique. Tendues et incurvées, ces lignes uniques garantissent non seulement le port le plus agréable au poignet droit, mais aussi une lecture optimisée de l’heure en fonction du positionnement des mains sur le guidon. Comme à l’accoutumée chez Richard Mille, l’objet a dicté sa forme.



Pour profiter pleinement des qualités dynamiques et mécaniques de la RM 70-01, chaque acquéreur se verra offrir son vélo de route réalisé sur mesure. Développés par Alain Prost et Richard Mille avec le prestigieux constructeur italien Colnago, ces vélos numérotés sont fabriqués et peints à la main aux couleurs de la marque.

Alain Prost

Un sportif légendaire


ALAIN PROST, LE PILOTE
Au volant de la Renault Williams FW15C, dans les rues de Monte-Carlo, Grand Prix de Monaco, 22 mai 1993

J’adore le vélo depuis mon plus jeune âge et j’ai d’ailleurs arpenté toutes les routes du Var où je suis né. Depuis un peu plus d’une dizaine d’années, je suis, notamment grâce à mon ami Alain Prost également passionné de vélo, un témoin attentif des évolutions phénoménales de la discipline.


ALAIN PROST, LE CYCLISTE
Alain Prost s’est mis au vélo en 1992, lors de son année sabbatique. Ici à l’entraînement, non loin de chez lui, en Suisse.
Il parcourt plus de 200 km chaque semaine

Pour avoir régulièrement suivi des étapes du Tour de France dans la voiture des organisateurs, j’ai rapidement réalisé les incroyables performances de ces athlètes hors normes, sans doute les plus endurants au monde, qui font la légende de ce sport. Fasciné par la performance sportive, je suis ébahi par la puissance que les coureurs développent. La révolution qu’a connue le matériel a bien entendu attiré également mon attention : apparition des composites, allègement des matériaux, accroissement des performances de l’assemblage et des transmissions...


ALAIN PROST, COFONDATEUR DE L’ÉQUIPE RENAULT E.DAMS
avec Jean-Paul Driot, cofondateur de Renault e.dams, pendant le championnat de Formula E à Monaco, mai 2017

Étant moi-même accro à la technique et à l’innovation, je suis bien à même d’en apprécier toutes les subtilités. Sans oublier l’aspect compétitif essentiel dans la pratique du vélo qui impose efficacité, performance et rationalisation. Croisant la route de la haute horlogerie, celle du cyclosport qui connaît également un remarquable essor ne pouvait mener qu’à une réflexion puis à une montre particulièrement inspirées.


Saga en images d’un pilote de renom

Alain Prost adolescent entouré de ses trophées gagnés sur les pistes de kart, Saint-Chamond, 1975

Alain, à trois ans, avec sa grand-mère arménienne

Champion de France au Creusot, Prost obtient une bourse pour une école de pilotage, 1974

Lauréat du Pilote Elf, Alain Prost remportant 12 des 13 courses du championnat de Formule Renault en 1976

En 1979, Prost court en Formule 3 et devient champion d’Europe de la spécialité. Mais c’est surtout sa victoire à Monaco (photo) sur la Martini-Renault qui a été remarquée

Au Grand Prix de Monaco, 17 mai 1980

Dans sa McLaren-Ford, Prost marque des points à quatre reprises, Grand Prix d’Angleterre, 1980

La Renault-Turbo dans les méandres du circuit de Monaco, 1981

La Renault RE40 d’Alain Prost le vers la victoire lors du Grand Prix d’Autriche, 1983

S’élançant de la pole position vers le succès devant son public au Grand Prix F1 du Castellet, 1983

Arrêt au stand toujours parfaitement maîtrisé par Prost, Le Castellet, 1983

Tests F1 au Castellet. Malgré quatre victoires, trop de défaillances techniques ont empêché Prost de remporter le titre mondial en 1983

Le casque et les papiers du coureur, 1984

La McLaren de la saison 1986 avec laquelle Prost remportera son deuxième titre mondial est testée au Brésil

Dominateur sur le très rapide circuit d’Hockenheim, Prost sera lâché par sa McLaren à quelques tours de l’arrivée du Grand Prix d’Allemagne, 1987

En 1988, la McLaren-Honda est intouchable. En Allemagne, Prost dans le sillage de Senna, assure le sixième doublé de la saison pour l’équipe anglaise

Avant d’être coéquipiers chez McLaren, Ayrton Senna et Alain Prost en phase de tests au Brésil, 1987

Sur le podium du Grand Prix des États-Unis en 1989, Alain Prost célèbre la première de ses quatre victoires de la saison qui lui vaudront d’être sacré champion pour la 3 e fois

La n° 27 de l’équipe de Ferrari passe à la deuxième place au Grand Prix de F1 des États-Unis, à Phoenix, en Arizona, mars 1991

Grand Prix d’Italie 1996. Le Français, alors consultant pour McLaren, est respecté par les tifosi depuis qu’il a couru pour eux pendant la saison 1990-1991

Fin de carrière victorieuse chez Williams-Renault, avec un quatrième titre, Grand Prix d’Europe, 1993

Prost, patron d’écurie depuis 1997, présente avec la Team Prost Grand Prix la première monoplace portant ses initiales au Grand Prix d’Australie, 1998

Alain Prost et Jean Todt, son homologue chez Ferrari pendant le Grand Prix du Brésil, 1997

Lors des tests de F1, à Jerez, 2000

L’Italien Jarno Trulli a été appelé en renfort par Alain Prost pour remplacer Olivier Panis, accidenté au Grand Prix du Canada, 1997

Vainqueurs du Trophée Andros, à Serre-Chevalier, 2004

Alain Prost au Trophée Andros dans une Opel Astra, à Serre-Chevalier, 2003

Au volant d’une Toyota Corolla au Trophée Andros, Andorre, 2005

Alain Prost aide Niki Lauda, ancien coéquipier et ami de trente ans, à s’équiper pour une démonstration avant le Grand Prix de Formule 1 d’Autriche, à Spielberg, juin 2015

Podium de la course de Formula E de Londres, avec Alain, codirecteur de l’équipe Renault e.dams de Formula E et Nicolas Prost, pilote de la Renault e.dams Z.E.15, Battersea Park, juillet 2016

Conseils d’Alain Prost à son fils Nicolas, lors de la course de Formula E de Long Beach, en Californie, avril 2016

Peet van Zyl, Alain Prost et Richard Mille, complices et passionnés, lors de l’épreuve parisienne de la Formula E à Paris au printemps 2017

Interview Alain Prost

Fou de vélo



Tout le monde ou presque connaît Alain Prost pilote (quatre fois champion du monde de F1) ou patron d’écurie (en F1 puis en Formula E où il est deux fois champion du monde). Ce que l’on sait moins, c’est que, passionné de vélo, il court sérieusement depuis près de vingt-cinq ans toujours en quête de précision, de technique, et proche en cela de la démarche de Richard Mille.

« Sur le vélo, il ne s’agit pas de “claquer“ un chrono à chaque sortie, mais de se situer en termes de rythme cardiaque, de dépense d’énergie, de moyenne, de variation de dénivelés. »

Alain Prost

Votre passion du vélo remonte-t-elle à l’enfance ?
Pas du tout. Même lorsque je faisais de la F1, mon programme d’entraînement ne l’intégrait pas et je ne m’y intéressais pas particulièrement. Je pratiquais plutôt le footing, le ski de fond, la musculation, le golf ou le tennis. Étrangement, je ne me sentais pas à l’aise sur un deux-roues. C’est plutôt un concours de circonstances qui m’y a conduit pendant mon année sabbatique de pilote en 1992. Mon kiné de l’époque, Pierre Baleydier, fou de vélo et ancien coureur lui-même m’a convaincu que ce sport pouvait être une alternative à ma méthode d’entraînement, d’autant plus intéressante que j’avais des problèmes de dos et les genoux douloureux. Ne sachant alors pas trop comment m’affûter physiquement pour mon retour en 1993, j’ai commencé par le VTT et décidé de relever ce challenge.

Préparation au départ pour le mont Ventoux, 1993

Très vite vous avez préféré le vélo de route...
Je voulais m’acheter un VTT et puis j’ai découvert les vélos de course. J’ai été séduit par l’objet et un peu aussi par le côté technique et même technologique avec l’emploi de différents matériaux. Mais surtout, ma bande de potes faisait déjà du vélo de route dans le Sud-Ouest et ils m’ont convaincu de les rejoindre. Au cours de l’été 1992, des membres d’Amaury Sports m’ont parlé de leur projet d’organiser, en marge du vrai Tour de France, une étape destinée aux amateurs. Et comme, cette première édition de « l’étape du Tour » se déroulait entre Tarbes et Pau avec au programme les cols du Tourmalet, du Soulor et de l’Aubisque, notre petite bande s’est inscrite.

C’était d’autant plus inconscient qu’à ce moment-là je pilotais pour Williams-Renault et que j’étais en lice pour le titre. Mais c’est parti comme ça, avec l’obligation de faire bien, donc de s’entraîner dur.

Qu’est-ce qui vous a séduit dans le vélo ?
Même si j’ai découvert un sport très difficile, j’ai tout de suite adoré. C’était bon pour mon physique mais aussi un défi, accentué par le côté « compétition » avec les copains et les concurrents des épreuves cyclotouristes. Je me suis aperçu que grâce à la Formule 1, où le cœur monte souvent à 160, voire 200 pulsations, j’avais une bonne base. Les jambes souffrent, surtout au début, mais une fois qu’on a développé les bons muscles et qu’on les entretient, le plaisir est là. Très vite je me suis senti bien, jusqu’à ne plus pouvoir m’en passer, du fait que cette pratique provoque la production d’endorphines. Et puis c’est un sport « porté ».

Les cadres modernes, vraiment confortables, épargnent les courbatures et je ne subis plus de chocs traumatiques aux genoux ou au dos, comme lorsque je courais en F1 dans des monoplaces dont les suspensions étaient particulièrement dures et le pilotage agressif. C’est une fatigue saine et agréable.

À Sestrières, 1989

Et contrairement à l’auto, il n’y a pas de limite d’âge ?
Si on n’interrompt pas cette pratique, rien n’interdit de continuer jusqu’à un âge très avancé.

Vous étiez réputé être un pilote très technique... qu’en est-il pour le vélo ?
Je l’ai dit, j’adore l’objet. Je possède une dizaine de vélos, dont deux électriques et des VTT. J’aime expérimenter, tester des réglages. Même une nouvelle paire de chaussures peut procurer des sensations différentes.

Vous astreignez-vous à un programme ?
Oui, j’essaie surtout de rouler le plus régulièrement et le plus souvent possible malgré mes activités très diverses (ambassadeur de Renault pour la F1, Consultant Canal Plus, et codirecteur de l’écurie Renault e.dams dont Richard Mille est partenaire).

Je vais d’ailleurs tenter de transporter un vélo dans un camion atelier de l’écurie pour en faire lorsque je serai sur un Grand Prix. L’idéal est évidemment de s’entraîner tous les jours, mais j’ai diminué le home-trainer qui n’est pas très bon pour le dos.

En revanche, je ne suis pas du genre à compiler mes sorties et mes entraînements. Je suis incapable de savoir combien j’ai fait de kilomètres depuis mes débuts à vélo, mais des milliers c’est sûr. Selon les années, je cumule entre 5 000 et 10 000 km, bien moins que les très bons cyclos qui enchaînent plus de 15000 km par an. Je considère donc que ma pratique du vélo se situe entre l’entretien et la compétition, même si en période d’entraînements je peux aller jusqu’à 20 heures de roulage hebdomadaires. Cette année, entre mes obligations professionnelles et les déplacements, je suis plutôt autour de douze heures par semaine.

Vous entraînez-vous aussi pour vous aligner en compétition ?
J’ai des objectifs par rapport aux personnes avec lesquelles je sors à vélo et au club auquel j’appartiens en Provence. En 2017, j’ai prévu cinq courses dont chacune rassemble entre 300 et 1000 participants.

Je participe aussi au Championnat du monde Masters d’Albi. En principe ouvert aux amateurs à partir de 27 ans, et d’un niveau déjà hallucinant, il laisse aux pros qui ne courent pas pendant un an et n’accumulent donc pas de points UCI la possibilité de participer... Je me suis pourtant engagé en sachant que je n’y serais pas au top, mais c’était un objectif.

Alain Prost et Jarno Trulli, roulent ensemble à l’occasion du Grand Prix d’Italie, 1999

Quelles sont vos limites à vélo ?
Sur le plat, ça dépend bien sûr de la vitesse et de la durée. C’est facile de se maintenir longtemps à 30 km/h. Mais c’est toujours un compromis en fonction du terrain.

Je n’ai pas assez de force dans les jambes, et ne suis donc pas un rouleur. Avec mon gabarit (1,65 m pour 58kg au poids de forme), je suis plutôt typé « grimpeur ». Mais les bosses usent aussi. En côte, l’âge permet parfois de gagner en endurance ce qu’on perd en performance. Mais en ce moment je manque d’entraînement alors que c’est justement la qualité de l’entraînement qui permet la performance.

Reconnaissance d‘étape pour le Tour de France, col du Tourmalet, 1995

La montre « vélo » que vous dédie Richard Mille intègre-t-elle cette notion de performance ?
Il faut d’emblée souligner que c’est Richard qui a eu l’idée de cette montre, il en est l’initiateur. C’est lui qui a évoqué la possibilité d’en faire une ensemble car il est également passionné de vélo. Il est d’ailleurs proche de Mark Cavendish qui lui aussi même en roulant, porte une édition limitée. Pour notre montre, Richard est parti sur l’idée de marier sport automobile et vélo.

L’ancien champion de F1 est un sportif accompli et un passionné de technique et de réglages. Il ne possède pas moins de dix vélos pour s’adapter aux types de courses et de terrains

Y a-t-il une approche du temps spécifique à la pratique du vélo ?
Sur le vélo, il ne s’agit pas de « claquer » un chrono à chaque sortie, mais de se situer en termes de rythme cardiaque, de dépense d’énergie (exprimée en calories), de moyenne, de variation de dénivelés. Intégrer toutes ces données, dont certaines sont « compilées » dans la montre que nous avons préparée avec Richard représente un véritable défi en termes de mécanique d’horlogerie. Les cyclistes sont sensibles à tous ces paramètres qui leur permettent de fixer leurs objectifs personnels, mais aussi de mieux se connaître lorsqu’il s’agit de se mesurer à la concurrence ou simplement d’effectuer des sorties en club. Le compteur est d’ailleurs un élément intégré dans la montre.

L’ancien champion de F1 est un sportif accompli et un passionné de technique et de réglages. Il ne possède pas moins de dix vélos pour s’adapter aux types de courses et de terrains

Êtes-vous intervenu au niveau du design ?
Là encore, nous avons eu des discussions épiques avec Richard. Il m’a posé beaucoup de questions d’ordre technique ou esthétique et nos discussions sont parfois parties dans des délires... Mais s’il a écouté mes idées, mes avis, au final c’est lui qui décide. J’ai entièrement confiance dans ses choix. D’ailleurs, il ne s’est jamais trompé. Parmi les principes auxquels la conception des montres que Richard dédie aux sportifs ne déroge jamais, l’un est incontournable : chacune d’elles doit être portée par l’athlète pendant la pratique de son sport.

Comme ce fut le cas avec Rafael Nadal par exemple, même si ça n’a pas été simple au départ de le convaincre de porter une montre en jouant. Pourtant, une fois qu’il l’a essayée il ne l’a plus quittée. Nous avons collaboré et travaillé sur notre montre pendant plus d’un an et demi.

L’ancien champion de F1 est un sportif accompli et un passionné de technique et de réglages. Il ne possède pas moins de dix vélos pour s’adapter aux types de courses et de terrains

Intégrez-vous, comme pour le sport automobile, la notion de danger ?
Même en Formule 1 paradoxalement, j’y ai toujours été sensible et ça reste une préoccupation à vélo. Il y a entre 300 et 1000 engagés dans les courses cyclosportives auxquelles je participe, alors ça frotte toujours un peu, et ça va vraiment très vite. S’il pleut, je ne prends même pas le départ. Et j’essaie de rester à l’écart des risques de chute. Au début du printemps, je suis tombé à « deux à l’heure », et j’ai mis trois semaines à m’en remettre. Sachant ce que coûte en douleurs une chute, j’ai la peur au ventre lorsque je regarde un sprint à la télé. Même si j’ai une certaine notion des trajectoires, je suis de plus en plus prudent dans les descentes. Ça dépend bien sûr de l’état de la route, mais je ne suis pas très bon dans cet exercice. Comme en voiture, il faut surtout anticiper. C’est le secret pour rester en selle !

L’ancien champion de F1 est un sportif accompli et un passionné de technique et de réglages. Il ne possède pas moins de dix vélos pour s’adapter aux types de courses et de terrains

RM 70-01 Tourbillon Alain Prost

La fonction dicte la forme

Profilage de la RM 053 avec double bosselage sur la partie supérieure du boîtier

Profilage de la RM 053 avec double bosselage sur la partie supérieure du boîtier

Une montre requiert un équilibre entre les volumes, les spécificités et les exigences physiques du mouvement mais doit aussi assurer un confort d’utilisation. La forme tonneau utilisée et développée par Richard Mille depuis ses débuts respecte cet équilibre. Qu’il s’agisse d’une montre épaisse ou extraplate, elle garantit un confort optimal en excluant toute gêne dans les mouvements. Mais le travail des lignes a continué d’évoluer avec la montre RM 053 Tourbillon Pablo Mac Donough puisque son volume a été augmenté par l’adjonction d’un double bosselage sur la partie supérieure du boîtier. Ce dernier permet d’incliner de 30° le positionnement du mécanisme et d’introduire un système d’absorption des chocs particulièrement violents auxquels Pablo Mac Donough soumet le mécanisme lors de ses matchs de polo. Richard Mille a déjà démontré à de multiples reprises à quel point l’ergonomie est au cœur de la conception d’une montre. Pour preuve, la RM 59-01 Tourbillon Yohan Blake, née d’une discussion entre Richard Mille et le sprinter jamaïcain constamment à l’affût de la moindre milliseconde.

Équilibre de l’emblématique forme tonneau du boîtier développée par Richard Mille, sur la RM 11-03

Spécialement conçue pour Yohan Blake, ce fut la première totalement asymétrique. Son épaisseur croissante et sa forme étirée entre 2 h et 5 h suppriment tout frottement de la couronne dynamométrique sur le poignet de Yohan Blake lors de ses départs, même lorsque sa posture dans les starting-blocks lui impose de plier le poignet.

Complexité des lignes du boîtier de la RM 70-01, parfaitement adaptées à la pratique cycliste

Une autre façon de conjuguer forme et fonctionnalité apparaît avec la RM 70-01 par la prise en compte de la nécessité pour les cyclistes en plein effort d’incliner leur poignet vers le bas. La forme de ce boîtier complexe conjugue les lignes tonneau, rectangulaire et asymétrique. Alternativement tendues et incurvées, elles ont été dessinées pour garantir le port le plus agréable au poignet droit et une lecture optimisée de l’heure compte tenu du positionnement des mains sur le guidon.

Variation de l’épaisseur du boîtier spécialement conçu pour Yohan Blake


Un développement inspiré



Produite à seulement 30 exemplaires, cette nouvelle création a été développée en collaboration avec Alain Prost, passionné depuis plus de vingt ans par la Petite Reine. C’est cette discipline qui a inspiré Richard Mille.

Toute mécanique mérite que l’on s’y intéresse. Qu’ils soient automobiles, aéronautiques, ou non identifiés, tous les objets en mouvement sont pour Richard Mille autant de sources de curiosité et d’inspiration. Ces dernières saisons, l’intégration dans les vélos de compétition de nouveaux matériaux comme le titane et le Carbone TPT® — matériaux chers à la marque —, a considérablement amélioré leurs performances. En matière d’horlogerie comme de cyclisme, rendements, transmissions, assemblages et résistances doivent être irréprochables.



Il était donc absolument naturel, voire inévitable, que Richard Mille choisisse de se pencher sur le vélo, discipline reposant sur une étroite symbiose entre l’humain et la mécanique, et qui affiche des performances de plus en plus élevées d’année en année. C’est désormais chose faite avec Alain Prost, codirecteur de l’écurie de Formula E Renault e.dams, championne du monde. Partenaire de la marque, il est par ailleurs de longue date ami personnel de Richard Mille.



Leur complicité a permis la mise au point d’une complication inédite. Le calibre RM70-01 intègre en effet un totalisateur kilométrique mécanique permettant de comptabiliser, conformément aux pratiques habituelles des cyclistes, les distances parcourues par son propriétaire. Jamais la fonction n’aura aussi bien dicté la forme que dans cette montre, tant ce boîtier complexe combine harmonieusement les lignes tonneau, rectangulaire et asymétrique.



Tendues et incurvées, ces lignes maintenues par des vis spline et pour la première fois des vis BTR — caractéristiques du cyclisme — ont été dessinées pour garantir le port le plus agréable au poignet droit et une lecture optimisée de l’heure en fonction du positionnement des mains sur le guidon.



Le titane grade 5, matériau fétiche de Richard Mille, est omniprésent dans la RM 70-01. Sa platine traitée PVD et ses ponts microbillés évocateurs des cadres de vélo assurent une rigidité optimale, indispensable pour résister aux parcours les plus accidentés. Avec une réserve de marche de 70 heures, visible à 5 heures grâce à un indicateur alimenté par un différentiel planétaire, la performance chronométrique de ce calibre tourbillon n’est pas en reste, comme en témoignent également les rouages à profil de développante de 20° favorisant un rendement élevé ou encore le barillet à rotation rapide.



Situé à 2 heures, un premier poussoir contrôle une fourchette de sélection pouvant se synchroniser sur l’un des 5 rouleaux ou activer la position neutre. Une pression sur le second poussoir situé à 11 heures engage la rotation du rouleau sélectionné. Ce mécanisme complexe occupant la majeure partie du volume, la compacité maximale requise pour le calibre a été obtenue grâce à une autre prouesse horlogère : l’alignement sur le même axe du tourbillon et du barillet.



Ce boîtier tripartite fait appel au Carbone TPT®, matériau composite très technique et indissociable en horlogerie de la marque Richard Mille. Quasi inaltérable et doté de propriétés physiques hors normes, le Carbone TPT® permet d’obtenir un boîtier allégé sans diminuer sa protection contre les chocs. Idéal à vélo.

Colnago

Le Richard Mille du vélo



Spécialisé dans la production de bicyclettes haut de gamme utilisées par de nombreux coureurs professionnels, Colnago est le fabricant artisanal le plus prisé au monde. Il n’en fallait pas moins pour s’associer avec Richard Mille et Alain Prost dans le développement d’un vélo hors normes. Et ce n’est pas une seule pièce d’exception que vont s’offrir les acquéreurs de la RM 70-01, mais bien deux.



En effet, chacun des acheteurs de la montre Alain Prost recevra en cadeau un C60, vélo entièrement réalisé à la main à Cambiago, par les artisans de chez Colnago, une maison transalpine fondée en 1954 par l’ancien coureur Ernesto Colnago. Devenu un mythe après avoir équipé les plus grands comme le légendaire Fausto Coppi ou encore Eddy Merckx, le fabricant fut le premier au mitan des années 90, à produire des cadres en titane, en aluminium ou en carbone. La recherche des matériaux et la quête de perfection le rapprochent de la démarche de Richard Mille.



Ce Colnago C60 Richard Mille — Alain Prost en série limitée a été conçu en collaboration par les trois partenaires. Il est équipé d’un groupe électronique Campagnolo, le meilleur possible sur le marché. L’assemblage des pièces est entièrement artisanal. Une production soignée, soucieuse du détail, effectuée à la main en Italie. Un long processus qui demande une réelle maîtrise, reconnue dans le monde entier et récompensée par plusieurs titres de champion du monde. Aux couleurs de Richard Mille, chaque vélo de cette édition limitée porte d’ailleurs un trèfle avec les bandes arc-en-ciel de champion du monde, légendaire logo de Colnago.

Richard Mille RM 70-01 Tourbillon Alain Prost

Spécifications techniques




Édition limitée de 30 pièces.

Calibre RM70-01 : Mouvement tourbillon à remontage manuel avec heures, minutes, indicateur de réserve de marche et compteur kilométrique.

Dimensions : 49,48 x 54,88 x 17,65 mm.




Caractéristiques principales

Réserve de marche : Environ 70 heures (±10%).

Platine et ponts en titane grade 5
La platine et les ponts sont réalisés en titane grade 5, un alliage biocompatible qui offre une très grande résistance à la corrosion et une rigidité remarquable permettant ainsi un très bon fonctionnement du train d’engrenage.
Cet alliage est composé à 90% de titane, 6% d’aluminium et 4% de vanadium. Cette combinaison accroît encore ses propriétés mécaniques, c’est pourquoi, il est fréquemment utilisé dans l’industrie aérospatiale et l’aéronautique.
Un traitement PVD noir a également été appliqué sur la platine.

La platine et les ponts ont été soumis à des essais complets de validation intensifs afin d’optimiser leur capacité de résistance.

Totalisateur kilométrique mécanique
Le réglage du totalisateur kilométrique s’effectue à l’aide de deux poussoirs en titane grade 5.
Situé à 2 heures, le premier poussoir contrôle une fourchette de sélection pouvant se synchroniser au choix sur l’un des 5 rouleaux ou mettre la complication en position neutre. Une pression sur le second poussoir situé à 10 heures permet d’incrémenter la rotation du rouleau sélectionné.
S’inspirant des indicateurs de vitesses des manettes de dérailleur, des marqueurs situés sur le compteur permettent de confirmer la sélection visuellement.
Le totalisateur kilométrique mécanique permet d’enregistrer des distances allant jusqu’à 99 999 kilomètres mais peut également faire office d’aide-mémoire, le mécanisme offrant la possibilité d’indiquer des dates ou des horaires.
Ce mécanisme occupant la majeure partie du mouvement, l’exigence d’un calibre à la compacité maximale fut requise et obtenue grâce à l’alignement sur le même axe du tourbillon et du barillet.

Indicateur de reserve de marche
Situé à 5 heures sous la forme d’une jauge alimentée par un différentiel planétaire.

Balancier à inertie variable équilibré
Le balancier à inertie variable avec ressort à courbe terminale assure une plus grande fiabilité en cas de choc et lors du montage et du démontage du mouvement. Il garantit aussi une plus grande exactitude chronométrique à long terme.

Barillet à rotation rapide (un tour en 6 heures au lieu de 7,5 heures)
Ce type de barillet présente les avantages suivants :
  • Phénomène de collage du ressort de barillet largement diminué et amélioration des performances
  • Excellent delta de la courbe de ressort du barillet. Le choix s’est fixé sur le ratio idéal de réserve de marche / performance / régularité

Cliquet de barillet à recul progressif
Ce dispositif permet une efficacité accrue lors du remontage (environ 20%), en particulier en début du processus. Élimination de la surtension du ressort de barillet.

Denture du barillet et du pignon de grande moyenne à profil de développante
Le rouage à profil de développante au centre avec un angle de pression de 20° favorise le roulement, supporte mieux les différences d’entre axe, assure une excellente transmission du couple et un rendement nettement amélioré.

Vis BTR et vis spline en titane grade 5 pour les ponts
Ces vis permettent une meilleure maîtrise du couple de vissage.
Peu sensibles aux manipulations lors du montage et du démontage, elles sont assurées d’un très bon vieillissement.


Autres caractéristiques

  • Dimensions du mouvement : 37,10 mm x 29,73 mm
  • Épaisseur : 10,70 mm
  • Diamètre du tourbillon : 12,40 mm
  • Diamètre du balancier : 10,00 mm
  • Nombre de rubis : 32
  • Balancier : Glucydur, 2 bras et 4 vis de réglage
  • Moment d’inertie : 11,50 mg.cm², angle de levée 53°
  • Fréquence : 21 600 alternances par heure (3 Hz)
  • Spiral : Elinvar par Nivarox®
  • Dispositif antichoc : KIF Elastor de KE 160 B28
  • Arbre de barillet : en Chronifer sans nickel (DIN x 46 Cr 13 + S), présentant les propriétés suivantes : non oxydable, antimagnétique, trempé

Boîtier
A la fois tonneau, rectangulaire et asymétrique, les lignes tendues et incurvées de la RM 70-01 ont été conçues pour garantir le plus grand agrément au poignet et une lecture de l’heure optimisée.
Le boîtier tripartite fait appel au Carbone TPT®, un matériau au rendu singulier obtenu par superposition de centaines de couches de carbone grâce à un système de dépose automatisé modifiant de 45° l’orientation des fibres entre deux couches. Chauffé à 120° dans un autoclave similaire à ceux utilisés pour les pièces aéronautiques, le matériau est alors prêt pour être usiné chez Richard Mille. Lors de cette étape, les différentes couches de Carbone TPT® se révèlent de manière aléatoire, faisant de chaque montre une pièce unique. Inaltérable et doté de propriétés physiques hors normes, le Carbone TPT® permet un allégement du boîtier et une protection idéale contre les chocs.

Le boîtier est étanche à 50 mètres, grâce à deux joints toriques en Nitril. Il est assemblé au moyen de 20 vis spline en titane grade 5 et de rondelles en acier inoxydable 316L résistantes à l’usure.

Vis Spline en titane grade 5 pour le boîtier
Ces vis permettent une meilleure maîtrise du couple de vissage.
Peu sensibles aux manipulations lors du montage et du démontage, elles sont assurées d’un très bon vieillissement.

Couronne dynamométrique
Ce dispositif de sécurité permet d’éviter le remontage forcé, source de problèmes tels que le bris de la tige ou la surtension du ressort du barillet.

Réhaut
Rehaut supérieur en titane.

Glace
Côté lunette : en saphir (dureté 1,800 Vickers) traité antireflet (des 2 côtés).
Épaisseur : 1,50 mm
Fond du boîtier : en saphir traité antireflet (des 2 côtés)
Epaisseur : 1,20 mm au centre et 2,08 mm à la périphérie

Finitions

Mouvement
  • Anglages polis et étirés à la main
  • Ponts satinés sus et sous
  • Blocages polis à la main
  • Sections fraisées microbillées
  • Points de contact rodés et polis
  • Pivots brunis
  • Revêtement PVD

Pièces en acier
  • Surfaces microbillées
  • Surfaces sus-satinées
  • Anglages polis à la main
  • Sections étirées

Roues dentées
  • Moulures diamantées
  • Décorations circulaires sur les faces
  • Traitement de surface ou rhodiage (avant taillage de la denture)
  • Retouches minimales sur les rouages pour préserver géométrie et performance

 PUBLICITÉ
  • Van Cleef & Arpels Montre sautoir Cerf-Volant
  • CHANEL CODE COCO
  • Corum Heritage Sublissima
  • Girard-Perregaux Cat’s Eye La Fenice
  • Piaget Altiplano - 60 ans et toujours jeune
  • Promesse « Les Exceptionnelles » by Baume & Mercier
  • Van Cleef & Arpels Montre Papillon Secret
  • Panthère de Cartier par Sofia Coppola
  • Panthère de Cartier
  • Cartier Panthère Royale
  • Hublot
  • Girard-Perregaux
  • Hublot
  • Bell & Ross
  • F. P. Journe
  • Louis Vuitton
  • Vacheron Constantin
  • Richard Mille
  • Vacheron Constantin
  • Bell & Ross
  • Vacheron Constantin
  • Louis Vuitton
  • Tag Heuer
  • Anonimo
  • Bell & Ross
  • Ulysse Nardin
  • Bulgari
  • Anonimo
  • Roger Dubuis
  • IWC
  • Hublot
  • Breitling
  • A. Lange & Söhne
  • Ralf Tech
  • Zenith
  • HYT
  • Hublot
  • Corum
  • Panerai
  • Breitling
  • Corum
  • Vacheron Constantin
  • Fondation Haute Horlogerie
  • Hublot
  • Zenith
  • Panerai
  • Cartier
  • Richard Mille
  • Bucherer
  • Tag Heuer
  • Richard Mille
  • Tag Heuer
  • Tudor
  • Girard-Perregaux
  • Hublot
  • MATWATCHES
  • Bucherer
  • Girard-Perregaux
  • Girard-Perregaux
  • Roger Dubuis
  • Bucherer
  • Richard Mille
  • Girard-Perregaux
  • Breitling
  • Hublot
  • Richard Mille
  • Breitling
  • Girard-Perregaux
  • Cartier
  • Rolex
  • Nouveau réveil pour la marque historique Vulcain
  • Romain Réa nommé nouveau CEO d'Antiquorum Management Ltd
  • Bucherer annonce son acquisition du distributeur d’horlogerie The Watch Gallery LTD de Londres
  • La Maison Bucherer célèbre les Journées Européennes des Métiers d’Art les 31 mars et 1er avril
  • Jaeger-LeCoultre vous donne rendez-vous chez Bucherer
  • Girard-Perregaux au SIAR, Salón Internacional Alta Relojería pour la 4e année consécutive
  • Le Paris Saint-Germain se met au rythme de Richard Mille
  • Montres rares par Paul Miquel, la collection impossible
  • Julien Haenny, nouveau Directeur Général chez Anonimo
  • Exposition Passion for Watches pour les amateurs de belles montres
  • Richard Mille a été victime d’un cambriolage dans ses bureaux parisiens
  • Girard-Perregaux présente une exposition exclusive au Printemps du Louvre
  • F1 : Richard Mille félicite Romain Grosjean pour son exceptionnel début de saison
  • Bucherer remet le prix de la femme de l’année à Sophie Marceau !
  • M. Davide Cerrato rejoint Montblanc comme Directeur de la Division Montres
  • Soyez horloger, le temps d’un atelier !
  • Les Journées de la Passion® du 14 au 15/11/2015
  • Zenith est sur la ligne de départ du Castellet !
  • Audemars Piguet célèbre les succès de Serena Williams & Stan Wawrinka
  • Audemars Piguet accueille Freida Pinto comme ambassadrice
  • Audemars Piguet présente son Directeur de la Création Claude Emmenegger
  • Crésus, Carte Noire & La Revue des Montres lancent les « Rendez-vous haute précision »
  • A. Lange & Söhne parraine les Classic Days au Château de Dyck
  • Cresus ouvre une nouvelle boutique à Lille
  • Exposition « Stone in Store » de Thierry Courtadon chez Hublot Vendôme
  • Le Schneider Electric Marathon de Paris à l’heure TAG Heuer
  • L'artiste suisse Robin Meier sélectionné pour présenter la 1ère commission d'art Audemars Piguet
  • Corum « Bridging Art and Mechanics »
  • Serena Williams remporte son 19e Grand Chelem, équipée de son Audemars Piguet
  • Patek Philippe renforce sa présence à Genève
  • Jean-Sébastien Gerondeau nommé Directeur Général Montblanc France
  • Audemars Piguet présente sa nouvelle campagne publicitaire 2015
  • Jessica Chastain, nouvelle ambassadrice Piaget
  • Lettre ouverte à Thomas Jordan, président de la Banque Nationale Suisse
  • Hublot & Italia Independent annoncent une collaboration de trois ans
  • Perrelet : Tristan Boyer de Bouillane nommé Directeur Général
  • Cresus présente son nouveau site e-commerce et ouvre deux nouvelles boutiques
  • Audemars Piguet fête le succès de Stan Wawrinka, nouvel ami de la marque
  • Kering finalise l'acquisition de la marque de Haute horlogerie Ulysse Nardin
  • Hublot et l’Ajax prolonge leur partenariat
  • Une neuvième édition pour le salon Rocollection
  • Yann Guichard et Zenith arrivent second de la Route du Rhum
  • Passion for Watches : Le rendez-vous incontournable des passionnés de belles montres
  • JeanRichard partenaire du LOU Rugby
  • Soirée Bell & Ross aux Invalides
  • La Maison Louis Vuitton inaugure sa Manufacture Horlogère : La Fabrique du Temps
  • La boutique de Richard Mille Paris s'installe avenue Matignon
  • Le chef italien Carlo Cracco, nouveau partenaire Richard Mille
  • Walter Lange fête ses 90 ans
  • Walter Lange fête ses 90 ans
  •  PUBLICITÉ
      PUBLICITÉ
      Pages les plus consultées
    1 montres Rolex, 2 montres Hublot, 3 montres Audemars Piguet, 4 montres Richard Mille, 5 montres Patek Philippe, 6 montres Omega, 7 montres Cartier, 8 montres Jaeger-LeCoultre, 9 montres Tag Heuer, 10 montres Vacheron Constantin, 11 montres IWC, 12 montres Breitling, 13 montres Zenith, 14 montres Montblanc, 15 montres Baume & Mercier, 16 montres Panerai, 17 montres Breguet, 18 montres Girard-Perregaux, 19 montres A. Lange & Söhne, 20 montres Chopard, 21 montres Bell & Ross, 22 montres Tudor, 23 montres Piaget, 24 montres Blancpain, 25 montres Chanel, 26 montres Corum, 27 montres Louis Vuitton, 28 montres Roger Dubuis, 29 montres Dior, 30 montres BRM, 31 montres Ebel, 32 montres Jaquet Droz, 33 montres L.Leroy, 34 montres Bulgari, 35 montres Ulysse Nardin, 36 montres JeanRichard, 37 montres Bucherer, 38 montres Graham-London, 39 montres Porsche Design, 40 montres Perrelet, 41 montres Parmigiani, 42 montres Franck Muller, 43 montres Hermès, 44 montres F. P. Journe, 45 montres Chaumet, 46 montres Jacob & Co., 47 montres MB&F, 48 montres Yema, 49 montres Harry Winston, 50 montres Anonimo, 51 montres HYT, 52 montres MATWATCHES, 53 montres Vianney Halter, 54 montres Romain Jerome, 55 montres Oris, 56 montres Eterna, 57 montres Cresus, 58 montres Van Cleef & Arpels, 59 montres H. Moser & Cie, 60 montres Ange Barde,