Nouveauté Bâle 2010

TAG Heuer dévoile son nouveau chronographe automatique du 21e siècle doté d’un mouvement avec roue à colonnes intégrée, inaugurant ainsi une nouvelle génération de Carrera, la légendaire série de chronographes de sport conçue par Jack Heuer en 1964, devenue depuis une véritable icône de raffinement.

Carrera Calibre 1887 Chronograph

TAG Heuer : Précurseur des chronographes suisses depuis 150 ans

La Cote des Montres™ le 23 août 2010




TAG Heuer :
incontestablement le champion du monde des chronographes

Depuis cinq générations, TAG Heuer a toujours perfectionné ses ressources et son savoir-faire en vue de maîtriser les fractions de temps les plus infimes. Grâce à son perpétuel renouveau, la marque suisse a su s'imposer en tant que leader inégalé en termes de chronographes de pointe — des complications horlogères à mouvement mécanique parmi les plus sophistiquées et les plus recherchées. Les exemples de prouesses de TAG Heuer en la matière sont innombrables, du compteur de sport Mikrograph précis au 1/100e de seconde en 1916 au Calibre 360, le premier chronographe mécanique de poignet dont le balancier oscille à 360’000 alternances à l’heure qui remporta le Grand Prix d’Horlogerie de Genève 2006 (Prix de la montre Sport).



De nos jours, cette maîtrise est remarquablement mise en évidence par l'incomparable gamme que constituent les 7 mouvements mécaniques pour chronographes TAG Heuer (les Calibres 11 et 12 développés par Dubois-Dépraz, les Calibres 16 et 17 d'ETA, le nouveau Calibre 1887 produit en interne et dévoilé en décembre 2009, le Calibre 36 développé conjointement avec Zénith et enfin le Calibre 360).

Historique

Pour conserver sa place de leader mondial des chronographes de luxe, TAG Heuer doit utiliser des mouvements exceptionnels et novateurs, qui challengent l’horlogerie traditionnelle. Pour défendre ses parts de marché, il lui faut également un accès illimité à des mouvements mécaniques. C'est la raison pour laquelle, début 2006, TAG Heuer s'est attelé à la conception et au développement du Calibre 1887, un mouvement automatique pour chronographe, exceptionnel en termes de fiabilité et de sophistication. Dévoilé au Centre Technologique de McLaren en décembre 2009, ce puissant « moteur » du 21e siècle est lancé sur le marché dans un chronographe Carrera résolument nouveau, au design et aux performances inédits.



Le TAG Heuer Carrera 1887 chronographe vient compléter la mythique collection Carrera lancée en 1964 par Jack Heuer. Directeur général de la marque dans les années 1960 et 1970, Jack Heuer est le génie créatif qui a signé les icônes de la marque telles que la Monaco, la Silverstone ou encore l'Aquaracer (apparue en 1979 avec la « Série 1000 »). Actuellement président honoraire de TAG Heuer, il est toujours aussi actif. Légende de l'industrie horlogère, il a supervisé l’actualisation de chaque nouvelle génération de la collection Carrera.



Le TAG Heuer Carrera 1887 chronographe est une évolution du design de l'icône de 1964, célébrant et soulignant plus que jamais son minimalisme, sa pureté, sa lisibilité et son élégance originels. « Grand Classique » réédité à l'occasion du 150e anniversaire de TAG Heuer, il est fidèle au design et à l'esprit de la version d'origine, mais néanmoins équipé d'un « moteur » résolument nouveau, le Calibre 1887, il inaugure le 3e millénaire des chronographes en termes de taille, de qualité, de performances et de précision.




Le TAG Heuer Carrera 1887 chronographe :
un chef d'œuvre d'ingénierie moderne, développé, produit et assemblé sur le site avant-garde de TAG Heuer en suisse

Le TAG Heuer Carrera 1887 chronographe résume à merveille la prééminence de TAG Heuer en matière de fabrication de mouvements mécaniques et de boîtes de montres. Les principales pièces du mouvement qui l'anime (platine, planche de masse oscillante et ponts), ainsi que sa boîte, sont fabriquées en interne par TAG Heuer dans son usine Cortech à Cornol (Jura).
Ces ateliers à la pointe du progrès sont équipés de machines et robots suisses d’avant-garde capables d'estamper, de fraiser et de terminer les pièces avec une précision de l'ordre du micron. Cortech héberge aussi le premier robot suisse capable de sélectionner et de sertir automatiquement les 39 pierres du Calibre 1887. Cette percée dans l'ingénierie moderne permet de produire un mouvement digne d'une grande « Manufacture » à des coûts très compétitifs – dans le parfait respect de la fameuse philosophie « coûts équitables/justes prix » de TAG Heuer.

Autavia (1933), premier compteur de bord de 12 heures destiné aux secteurs de l'automobile et de l'aviation

Le Calibre 1887 est une plateforme intégrée de mouvement de chronographe à roue à colonnes/pignon oscillant de technologie très avancée. Il a été développé à partir d'éléments sous la propriété intellectuelle de Seiko Instruments Inc (SII), qui les a conçus et brevetés sous le nom de TC78 en 1997/99, s'imposant ainsi comme l'une des plus récentes constructions dans l'univers des chronographes de pointe (dont la plupart remontent aux années 1970 ou au début des années 1980).

Calibre 11

Après avoir acquis les droits de propriété intellectuelle auprès de SII, TAG Heuer a consacré les trois dernières années à reconstruire et redévelopper des composants clés tels que les ponts de l’assortiment et la platine, ainsi qu’à apporter des adaptations et des modifications techniques majeures notamment un système excentrique permettant le réglage en position du pignon oscillant (initialement breveté par Edouard Heuer en 1887).

Roue à colonnes

TAG Heuer s'est également associé à 22 fabricants de composants de qualité (parmi lesquels 21 suisses) en vue de redévelopper d'autres composants majeurs tels que l'assortiment, les amortisseurs de chocs et les éléments de raquetterie.

Le Calibre 1887 doté d’un système HER (High Efficiency Rewinding) réputé pour être le dispositif de remontage le plus efficace au monde

L'assemblage final est réalisé sur une ligne semi-automatique dans un tout nouvel atelier dédié au sein de l’usine TAG Heuer à La Chaux-de-Fonds (Neuchâtel), dans des conditions hors poussière et entièrement hermétiques. La traçabilité de chacun des mouvements, soumis à 116 séquences de mesure dans le cadre d'un contrôle qualité rigoureux, est assurée par un logiciel haute-performance. Des stations entièrement automatisées, personnalisées par un spécialiste suisse de machines T0 et T1, alternent avec celles nécessitant des interventions manuelles –les spécialistes horlogers de TAG Heuer restent ainsi maître de l’ensemble du processus.

Calibre 1887

Le Calibre 1887 inaugure une nouvelle génération de mouvements mécaniques pour chronographes, de très haute qualité et fabriqués en Suisse. Plus de 20 millions de francs suisses ont été investis jusqu'ici dans les sites de Cornol et de La Chaux-de-Fonds ; 50 emplois directs ont été créés, ainsi que de nombreux autres chez les partenaires locaux de TAG Heuer en Suisse. Cet ambitieux et audacieux projet permettra éventuellement à terme de produire plusieurs dizaines de milliers de mouvements par an.

Fangio

Lewis Hamilton et Jenson Button

Lewis Hamilton et Jenson Button


Le TAG Heuer calibre 1887 :
une nouvelle mesure de l'excellence et une nouvelle génération de mouvements pour chronographes mécaniques de très haute qualité

Avec 28 800 oscillations par heure, le Calibre 1887 est constitué de 320 composants et de 39 pierres pour une dimension de 29,3 mm x 7,13 mm. Il dispose d'une réserve de marche de 50 heures. « Moteur » puissant, robuste et d'entretien facile, il abrite une version audacieusement revisitée du pignon oscillant, sa source d'inspiration brevetée par la marque en 1887, assorti d'une roue à colonnes.

Mouvement Calibre 1887

Le pignon oscillant, breveté en 1887 par Edouard Heuer, fonctionne en tandem avec la roue à colonnes, à la manière d’un système de transmission automobile.

Calibre 360

La roue à colonnes, qui assure la coordination des fonctions de départ, d’arrêt et de remise à zéro des aiguilles du chronographe, fonctionne selon le principe d'une boîte de vitesses. La douceur et la précision de l'enclenchement de son bouton-poussoir est l’expression de l'excellence de l’horlogerie haut-de-gamme.

Le Mikrograph (1916), premier compteur de sport précis au 1/100 e de seconde>
Le pignon oscillant fonctionne comme un embrayage. La version optimisée du Calibre 1887 permet au chronographe de s'enclencher en moins de 2/1000e de seconde. Le Calibre 1887 est également doté d'un système HER (High Efficiency Rewinding) est réputé auprès des experts en horlogerie comme étant le dispositif de remontage le plus efficace au monde.
En effet, son mécanisme automatique bidirectionnel délivre une puissance de 30 % supérieure à celle du système d'inversion traditionnel utilisé dans la plupart des chronographes suisses. Le HER est également réputé pour sa grande fiabilité et sa robustesse.

Pignon oscillant


Le TAG Heuer Carrera 1887 chronographe :
Une ré-interprétation moderne du chronographe le plus emblématique des années 1960

Le chronographe TAG Heuer Carrera est réellement né en 1962 dans les paddocks et stands de ravitaillement des « 12 Heures de Sebring », où Jack Heuer, présent comme chronométreur officiel, entendit parler pour la première fois de la célèbre course mexicaine « Carrera Panamericana». Ce chronographe rend également hommage aux contributions décisives apportées par TAG Heuer dans le domaine du chronométrage automobile, avec des innovations telles que le Time of Trip (1911), le premier chronographe de bord pour automobile; le Mikrograph (1916), le premier compteur de sport précis au 1/100e de seconde ; et l'Autavia (1933), le premier compteur de bord de 12 heures destiné aux secteurs de l'automobile et de l'aviation.

TAG Heuer Monaco V4

À l'heure du lancement de la Carrera en 1964, la lisibilité était la priorité absolue de Jack Heuer. En plaçant la division d’1/5e de seconde sur le rehaut, il libéra un espace de 2 mm sur le cadran. Première mondiale, ce fut immédiatement un succès, adopté par les passionnés de montres et de sports automobiles pour son design intemporel et son style épuré, sa fonctionnalité et son élégance minimaliste. Relancée en 1996 et entièrement réinterprétée en 2002, la Carrera est l'une des créations les plus emblématiques de TAG Heuer. Elle a été portée par des centaines de pilotes TAG Heuer, parmi lesquels Juan Manuel Fangio, Kimi Räikkönen ou encore Lewis Hamilton.

Pignon oscillant

Le TAG Heuer Carrera 1887 chronographe, aboutissement de cette histoire exceptionnelle, rend hommage aux 150 ans d’existence de la Maison, connue pour ses chronographes toujours à la pointe du design. A travers son magnifique fond de boîte en glace saphir, il arbore fièrement ses composants phares – le mouvement pour chronographes mécaniques Calibre 1887, avec sa roue à colonnes bleue, son balancier spiral suisse de grande qualité pourvu d’une finition micro-blazée et sa masse oscillante TAG Heuer. La graduation tachymétrique sur la lunette polie satinée évoque son histoire dans le milieu des courses automobiles, et son cadran argent et noir, aux finitions et proportions de qualité, en font un grand classique dans la tradition Carrera. Étanche jusqu'à 100 mètres, son bracelet unique, avec boucle déployante, est muni de doubles poussoirs à pression latérale pour une sécurité maximale, une utilisation aisée et un plus grand confort. La matière luminescente sur les aiguilles et les index assure une lisibilité rapide et optimale, quelles que soient les conditions de luminosité. D'un design pur et sobre, et offrant la même excellente lisibilité que son précurseur de 1964, ce chronographe est doté du tout nouveau mouvement TAG Heuer Calibre 1887. En un mot, le TAG Heuer Carrera 1887 chronographe s’inscrit comme la nouvelle référence tant en terme de technologie que de design.

Tag Heuer Carrera Calibre 1887 Chronograph
 1     2     3     4     5   

Brevet US Stop Watch

TAG Heuer Carrera Calibre 1887 Chronograph (41mm)

Technical description


Movement :TAG Heuer Calibre 1887 – Manufacture movement – Automatic Chronograph - Date
Dial :Black or silver dial with 3 counters:
chronograph hour at 6 o’clock
running second at 9 o’clock
chronograph minute at 12 o’clock
Hand-applied faceted indexes
Polished finished hands
Hour and minute hands with luminescent markers
Monochrome TAG Heuer logo
“CARRERA – CAL. 1887 – SWISS MADE” lettering on the dial
Date at 6 o’clock
Case
Diameter:41mm
Polished steel case
Domed sapphire crystal with double-sided antireflective treatment
Fine brushed and polished bezel with Tachymetre scale
Polished crown and push-buttons
Scratch resistant sapphire caseback
Water resistance:100 m
Bracelet :5-row alternate fine-brushed and polished steel bracelet
or Black alligator strap
Solid steel folding clasp with safety push buttons

Calibre 1887 Classic

Le Calibre 1887

Un nouveau mouvement, une nouvelle mesure de l’excellence



A l’occasion de son 150ème anniversaire, et quelques semaines après la commercialisation de la Monaco V4, TAG Heuer lance un nouveau chronographe, produit et assemblé in-house sur ses sîtes de Cornol (JU) et de La Chaux-de-Fonds (NE). Sur la base d’une plateforme développée par SII (Seiko Instruments Inc.) à la fin des années 1990, dont TAG Heuer a acquis les droits d’utilisation de la propriété intellectuelle, l’équipe de Recherche & Développement de la marque a entièrement industrialisé le Calibre et reconstruit certains composants majeurs autour d’un assortiment suisse haut de gamme afin de gagner en fiabilité et en précision. Entre les ateliers d’usinage et d’assemblage, ce n’est pas moins de 45 personnes qui ont été engagées pour fabriquer ce nouveau mouvement.



La mesure précise du temps est une affaire compliquée, mais depuis le XVIe siècle, l’industrie horlogère suisse excelle dans ce domaine. Ce qui est encore plus difficile, c’est de découper le temps avec précision dans ses fractions les plus petites possibles, en utilisant une des fonctions du chronographe - un mécanisme chronométrique pour mesurer exactement le temps qui s’écoule. Le chronographe est une innovation relativement récente, puisqu’il ne remonte qu’au XIXe siècle. Il représente en fait la complication horlogère la plus complexe en termes de construction et de composantes. Ce sont une fois de plus les horlogers suisses qui en sont les maîtres incontestés, et TAG Heuer en est devenu le pionnier virtuose depuis 1860. Leader mondial dans le domaine des montres de sport et des chronographes d’avant-garde, TAG Heuer innove plus que toute autre marque horlogère. Refusant de se reposer sur ses lauriers, TAG Heuer vient encore de repousser les limites de la fonctionnalité et de la précision du chronographe. Dans un secteur extrêmement concurrentiel, TAG Heuer reste la seule marque horlogère à maîtriser la précision au 1/10e et au 1/100e de seconde dans un mouvement de chronographe automatique mécanique et continue à faire preuve de son engagement pour la qualité et l’excellence.




TAG Heuer : réinventer la tradition horlogère suisse en remettant en question les conventions

L’innovation est une tradition chez TAG Heuer. En s’engageant sans relâche pour la créativité, la qualité et le service, l’entreprise s’est transformée: d’un petit atelier situé dans les montagnes du Jura suisse elle est devenue l’une des marques horlogères les plus prestigieuses du monde !



Depuis l’invention du premier pignon oscillant, breveté en 1887, qui constitue encore de nos jours le cœur de pratiquement tous les chronographes mécaniques, jusqu’au lancement en 2009 de la Monaco V4 entraînée par des courroies, TAG Heuer n’a cessé d’ouvrir de nouvelles voies. En 1911, la maison a lancé le premier chronographe pour tableau de bord d’automobile et d’avion, le fameux Time of Trip, suivi en 1916 par le Mikrograph, le premier chronomètre capable de mesurer au 1/100e de seconde. 1933 voit le lancement de l’Autavia, le premier compteur pour tableaux de bord d’automobile et d’avion. Le Microtimer de 1966 est devenu le premier garde-temps portatif avec une précision de 1/1000e de seconde. En 1969, TAG Heuer a lancée le Chronomatic Calibre 11, le premier mouvement automatique pour chronographe avec micro-rotor. Après avoir présenté le concept chronographe Calibre 360 à BaselWorld 2005, le premier chronographe mécanique précis au 1/100ede seconde, la Maison lance la Link Calibre S en 2007, le premier chronographe électromécanique, précis au 1/100e de seconde.




TAG Heuer : héritage et innovation – le Calibre 1887

Pour poursuivre son "règne" de leader des chronographes de luxe, TAG Heuer doit utiliser des mouvements exceptionnels et novateurs, qui challengent l’horlogerie traditionnelle. Mais pour défendre ses parts de marché, il lui faut également un accès illimité à des mouvements mécaniques pour pouvoir continuer à se distinguer comme leader mondial des chronographes mécaniques."C'est pour cette raison que la marque a décidé en 2006 de passer à la production industrielle de son Calibre 1887, mouvement de chronographe destiné à une production en gros volume et développé en interne à partir d'une plate-forme haut de gamme moderne, fiable, précise et évolutive née à la fin des années 1990."
Ce nouveau calibre exceptionnel à remontage automatique vient rejoindre les Calibres 11, 12, 16, 17, 36 et 360 pour former une flotte comprenant 7 mouvements mécaniques pour chronographes, la gamme la plus étendue qui soit dans le monde de l’horlogerie de luxe. Avec 28.800 oscillations à l’heure, le mouvement du calibre 1887 fait 29,3 mm, comprend 39 pierres et 320 composants fonctionnels. C’est un moteur puissant et un chef d’œuvre époustouflant d’ingénierie ! Fidèle au modèle dont il s’est inspiré, le calibre 1887 compte une version révisitée du pignon oscillant, breveté par Heuer en 1887, et d’une roue à colonne.



Précision
A l’occasion de son 150e anniversaire, TAG Heuer a repensé l’une des plus grandes contributions faites par Edouard Heuer à l’horlogerie : le pignon oscillant de 1887. Cela a donné le chronographe TAG Heuer Calibre 1887, manufacturé en interne.
En remplaçant les deux grandes roues présentes dans les mouvements précédents, le pignon oscillant, composé d’une tige mobile et de deux pignons, permet au chronographe de fonctionner de façon beaucoup plus efficace. Un système de couplage relie la partie chronographe à la partie montre du mouvement avec une précision extrême. Son démarrage ultra-rapide – à la vitesse incroyable de 2/1000ème de secondes – est le garant de la plus grande précision dans la mesure du temps.



Mécanique
La roue de colonne qui gouverne le démarrage, l’arrêt et la remise à zéro offre un déclenchement très doux par bouton-pression, tout en étant d’une précision extrême.




TAG Heuer : le pionnier de la précision et de l’art horloger suisse depuis 150 ans

L’esprit novateur et avant-garde de TAG Heuer ne s’exprime pas seulement dans le caractère original de ses créations, mais également dans la façon dont elles sont réalisées et assemblées. Pour ce faire, la maison réunit ses concepteurs, ses ingénieurs de production et les fait travailler avec d’autres spécialistes venus du secteur horloger, automobile ou médical.



Le Calibre 1887 est le 5e mouvement entièrement assemblé en interne par TAG Heuer. Il rejoint le Microtimer 1/1000 lancé en 2003, le premier chronographe bracelet et instrument de chronométrage précis au 1/1000e de seconde, le Calibre 360 lancé en 2005, le seul mouvement mécanique capable de mesurer et d’afficher 1/100e seconde, le Calibre S lancé en 2007, le chronographe offrant la plus grande facilité de lecture, et encore le V4 avec son mouvement mécanique fonctionnant à l’aide de courroie et d’une masse linéaire montée sur des roulements à billes, lancé en 2009. Afin de pouvoir commercialiser ces mouvements (supprimé « créés à l’interne »), TAG Heuer a constitué une équipe de R&D spécialisée en recherche sur les mouvements. Cet investissement considérable dans la R&D lui a permis de se consacrer entièrement à la qualité et à la recherche, à un niveau avoisinant parfois l’obsession ! Le département d’essai du Laboratoire TAG Heuer en est le meilleur exemple : les critères exigeants du secteur horloger suisse sont respectés, voir surpassés par les exigences de TAG Heuer.



Pour produire le Calibre 1887, TAG Heuer s’adresse aux meilleurs fournisseurs dès lors qu’ils peuvent fournir la meilleure qualité au meilleur prix, mais produit en interne les composants dont elle maîtrise le savoir-faire. La platine et les ponts du mouvement, ainsi que la planche de masse oscillante sont produits à l’usine TAG Heuer de Cornol qui héberge un atelier dédié à la production des composants mécaniques du mouvement. Pour l'assortiment composé du balancier spiral, de la roue d'échappement et de l'ancre, TAG Heuer a choisi de se fournir auprès de Nivarox, le meilleur spécialiste suisse.



Le mouvement est quant à lui assemblé dans un nouvel atelier hors poussière qui fut créé en 2008, lorsque TAG Heuer a agrandi de 30 % son site principal à La Chaux-de-Fonds en construisant un 4e bâtiment. TAG Heuer s’est inspiré d’autres secteurs de la haute technologie pour mettre au point une chaîne de montage semi-automatique révolutionnaire où chacun des mouvements est individuellement suivi par un logiciel très performant. Une fois les opérations achevées à un poste, le mouvement est automatiquement acheminé au poste suivant. Mais l’être humain reste bien entendu maître de l’ensemble du processus. Dans une version moderne du taylorisme classique, l’organisation fluide suit la forme d’un double « U » et permet d’optimiser le processus de production. En fusionnant un savoir-faire artisanal avec de la technologie et des matériaux high-tech, TAG Heuer réalise des produits incroyablement innovants. La chaîne d’assemblage est très flexible et peut facilement intégrer de nouvelles opérations ou s’adapter à d’autres mouvements sans qu’il ne soit nécessaire d’y apporter des changements majeurs. De nouveau, cet équipement ultra moderne est fourni par le meilleur fabricant suisse de machines mécaniques.



Cependant, TAG Heuer ne souhaite pas produire l’intégralité de ses mouvements et continuera d’acheter certains mouvements auprès de fournisseurs suisses renommés, comme Zenith, Dubois-Depraz ou ETA. Le Calibre 1887 n’équipera donc qu’une partie des produits TAG Heuer. En développant parallèlement des mouvements rares et prestigieux en interne, comme par exemple le V4, le mouvement mécanique à entraînement par courroie, TAG Heuer reste fidèle à l’ADN exceptionnel de sa marque, caractérisé par l’innovation, l’avant-garde, l’excellence, la performance et le dépassement de soi.

Calibre 1887 DNA (ADN)

Questions-réponses de Jean-Christophe Babin

Président et PDG de TAG Heuer

1- Qu’est-ce qui vous a poussé à produire en interne votre propre mouvement automatique de chronographe en grande séries ?
L’idée a vu le jour début 2006, au plus fort du boom de l’horlogerie. Nous ne trouvions pas de mouvements mécaniques dans les quantités nécessaires à la marque pour poursuivre sa croissance. Cela nous freinait vraiment. De plus, nous sommes la marque pionnière des chronographes depuis notre brevet déposé en 1887 pour le pignon oscillant. Fiers de cet héritage, nous sentions qu’il était impératif pour TAG Heuer de ne pas seulement dépendre des anciens modèles de fabricants comme Valjoux ou Zenith mais de lancer une nouvelle génération de calibres manufacturés en interne. Nous avons donc entamé des discussions avec le conseil d’administration et concocté un plan qui nous a finalement menés au Calibre 1887. Et nous voilà, trois ans plus tard, prêts à nous lancer dans cette merveilleuse aventure.



Nous voulions inaugurer quelque chose de véritablement exceptionnel pour célébrer le 150e anniversaire de la marque. Quoi de mieux pour prouver nos talents et notre savoir-faire que d’ajouter un nouveau mouvement de chronographe manufacturé chez nous à notre tableau comprenant déjà le Calibre 360, le V4, le Calibre S et le Microtimer ?
Nous sommes maintenant capables d’équiper nos chronographes avec tout un éventail de mouvements présentant chacun un profil de performance différent. Pour rester le numéro un du marché des chronographes de luxe, il est essentiel de pouvoir produire des mouvements compliqués et uniques, mais aussi de disposer d’un accès illimité aux mouvements mécaniques. C’est pourquoi nous avons décidé de produire en interne le Calibre 1887.



2- Pourquoi l’avoir baptisé Calibre 1887 ?
A l’occasion de notre 150e anniversaire, nous voulions rendre hommage à un grand nom de l’héritage de TAG Heuer, le pignon oscillant qui est l’une de nos plus célèbres inventions. Brevetée en 1887, elle compte toujours à ce jour parmi nos plus importantes contributions à l’horlogerie.

En remplaçant les deux grandes roues des mouvements antérieurs, le pignon oscillant a phénoménalement accru l’efficacité des chronographes. C’est un composant véritablement révolutionnaire toujours utilisé aujourd’hui dans presque tous les chronographes mécaniques des grandes marques suisses de montres.

Cela contribue à faire de nous la référence des chronographes et des chronomètres pour les sports de haut niveau. Jack Heuer avait d’ailleurs choisi la devise « Le chronographe par excellence » pour les publicités lancées dans les années 1960.



Nous ne comptons pas fabriquer tous nos mouvements. Nous continuerons à acheter des mouvements aux grands fournisseurs suisses comme Zenith, ETA, Dubois-Depraz, Ronda ou Sellita. Le Calibre 1887 vient étoffer la famille de nos grands mouvements fabriqués en interne tel le Calibre 360 et les calibres développés avec des partenaires comme Dubois Depraz (nouveaux calibres 11 et 12) et Zenith (calibre 36). Dans un même temps, nous continuerons à faire ce que nous faisons de mieux : développer des mouvements rares et totalement révolutionnaires en interne comme le V4 mécanique à transmission par courroies.

3- Le mouvement est-il fabriqué et assemblé dans vos propres usines ?
Pas totalement. Comme la plupart des fabricants, nous nous adressons à des fournisseurs haut de gamme pour certaines pièces lorsque cela s’avère judicieux en termes de coûts et de qualité. C’est par exemple le cas de l’assortiment, que nous achetons à Nivarox. Pour d’autres composants, le résultat est meilleur lorsque nous les produisons nous-mêmes. C’est particulièrement vrai pour les composants clés du Calibre 1887, comme par exemple la platine ou les ponts qui sont fabriqués à Cornol, dans un espace dédié de notre usine de fabrication des boites. Toutes ces machines sont réalisées sur mesure pour nous, par Fleury. Ces installations d’avant-garde (usinage à sec) à contrôle numérique sont entièrement automatisées.

Le mouvement est quant à lui assemblé dans un nouvel atelier créé l’année dernière sur notre site principal de La Chaux-de-Fonds. Nous travaillons avec une ligne de montage semi-automatique sophistiquée dans un environnement totalement dépourvu de poussière.

Chaque mouvement est suivi individuellement. Là encore, cet équipement de pointe nous a été fourni par le meilleur spécialiste suisse des machines T1.

Au final, c’est un projet d’une envergure incroyable, qui a occasionné un investissement de plus de CHF 20 millions seulement en équipements, et déjà généré l’embauche de 45 personnes.

4- Quelle a été la genèse du mouvement ? Quand le projet a-t-il débuté ?
En janvier 2006, nous avons commencé à regarder tous les chronographes mécaniques du marché. Aucun ne satisfaisait totalement notre niveau d’exigence : production en gros volumes, fiabilité imbattable, facilité d’entretien et coûts de fabrication raisonnables. Plutôt que de partir d’une page blanche comme nous l’avons fait avec la V4, nous avons acquis de SII (Seiko Instruments Inc.) l’usage de la propriété intellectuelle de leur mouvement TC 78, un chronographe haut-de-gamme, produit jusqu’ici en petites quantités et utilisé par très peu de marques. Puis nous l’avons repensé pour qu’il puisse accueillir un assortiment (échappement, ancre, balancier , spiral et raquetterie) suisse, ce qui a entraîné un redesign de la platine, des ponts, notamment du pont de chronographe, de la masse oscillante et de la fixation de son roulement. Tous ces changements ont été apportés dans le but d’accroître la précision et la fiabilité de ce chronographe afin qu’il soit conforme aux exigences imposées par nos 60 tests de qualité et que nous puissions l’industrialiser à grande échelle. Au final, un mouvement Swiss Made, produits dans nos murs, qui fait de TAG Heuer une vraie Manufacture.

5- Quand sera lancé le premier chronographe équipé du Calibre 1887 et dans quelle série ?
Le Calibre 1887 sera lancé l’année prochaine. Il n’équipera qu’une petite partie de la production de TAG Heuer.

Questions-réponses de Guy Semon

Vice-président Science & Ingénierie

1- La création du Calibre 1887 doit avoir considérablement sollicité votre installation industrielle. Quelle a été votre approche ?
Un processus de production moderne est une affaire compliquée induisant toute une série de problèmes principalement en termes de qualité, de coûts et de capacités. Pour le Calibre 1887, nous nous sommes concentrés sur la sélection de sites et la mise en commun de ressources pour l’agencement, le groupement, etc. dans deux ateliers : la base de production à Cornol (JU) et l’assemblage à La Chaux-de-Fonds (NE).

Les sites et les structures ont été sélectionnés sur la base d’études d’organisation et de programmation poussées. Notre processus d’assemblage par exemple repose sur des méthodes évolutionnistes sophistiquées. C’est un système totalement novateur qui nous permet de résoudre de nombreux problèmes pratiques : regroupement de machines et de produits en familles, réduction des déplacements des composants, regroupement cohérent des machines et opérateurs, équilibrage des charges, etc. Nous avons utilisé la dernière génération d’appareils automatisés afin d’optimiser le processus de programmation de la ligne d’assemblage des composants du chronographe. C’est une approche extrêmement flexible en termes de volumes et totalement fiable en termes de qualité. Nous pouvons effectuer plusieurs tâches en même temps et passer rapidement de l’assemblage d’un mouvement à un autre sans avoir à modifier de manière majeure la ligne. C’est splendide et vraiment merveilleux à voir.

2- Quelles sont les principales caractéristiques de ce mouvement ? Qu’est-ce qui le différencie des autres mouvements automatiques de chronographe?
Tout d’abord, nous avons un pignon oscillant qui permet au chronographe de démarrer en seulement 2/1’000ème de seconde. Il faut ensuite mentionner la roue bleue à colonnes d’une précision et d’une délicatesse extrêmes. Du jamais vu en matière de fonction de démarrage et d’arrêt du chronographe.
Nous ne voulions pas révolutionner l’horlogerie mais manufacturer un mouvement industriel de haute qualité et haute performance répondant à nos exigences courantes de volumes, notre segment de prix et notre structure de marges.

3- Qui produit le balancier spiral ?
Le spiral de balancier est l’un des éléments les plus difficiles à produire. Nous devions donc trouver un fournisseur de balancier spiral haut de gamme capable de produire de grandes quantités et doté de solides références d’un point de vue technologique mais aussi financier. Nous avons analysé les deux seuls spécialistes répondant à ces critères avant de choisir Nivarox. C’est un choix parfaitement judicieux puisque Nivarox équipe déjà la plupart de nos mouvements existants. Nivarox est également l’un des très rares fabricants disposant des technologies avancées requises ainsi que des systèmes de production et de qualité capables de fournir des composants de haute qualité dans les délais impartis.

4- Le Calibre 1887 sera-t-il en conformité avec les réglementations de l’appellation « Swiss-Made »  ?
Il va de soi que le Calibre 1887 respecte parfaitement les réglementations de l’appellation « swiss made » même si nous utilisons des composants fabriqués dans d’autres pays et qui ne représentent qu’une petite fraction des coûts de production.
Nous avons prévu différentes phases : en 2009/2010, TAG Heuer se concentrera sur la production de platines et de ponts ainsi que sur l’assemblage et les tests. Tout cela est réalisé en interne ce qui nous permet de garantir le plus haut niveau de qualité suisse aux clients achetant nos produits. Dans le futur nous prevoyons d’intégrer d’autres métiers ou composants.

5- Sera-t-il certifié COSC ?
Le mouvement est testé en interne. Les exigences de qualité de TAG Heuer sont extrêmes et le test de certification COSC est compris par défaut dans les tests de qualité de TAG Heuer. Le test COSC serait donc redondant. En effet, les performances des préséries du Calibre 1887 sont très proches des exigences du COSC.

Nous n’excluons néanmoins pas la certification COSC pour certains produits spécifiques si cela s’avère pertinent pour nos clients.

 PUBLICITÉ
  • TAG Heuer présente 3 nouveaux modèles femme de sa célèbre collection MONACO
  • Chopard montre Lotus Blanc
  • De nouvelles couleurs pour la collection Millenary d’Audemars Piguet
  • Van Cleef & Arpels Montre sautoir Cerf-Volant
  • CHANEL CODE COCO
  • Corum Heritage Sublissima
  • Girard-Perregaux Cat’s Eye La Fenice
  • Piaget Altiplano - 60 ans et toujours jeune
  • Promesse « Les Exceptionnelles » by Baume & Mercier
  • Van Cleef & Arpels Montre Papillon Secret
  • Breitling
  • Ferdinand Berthoud
  • Hublot
  • Vacheron Constantin
  • Ulysse Nardin
  • Audemars Piguet
  • Girard-Perregaux
  • Baume & Mercier
  • Bucherer
  • Girard-Perregaux
  • Hublot
  • Schwarz Etienne
  • Bell & Ross
  • Tag Heuer
  • Tag Heuer
  • Anonimo
  • Corum
  • Montblanc
  • Hublot
  • Girard-Perregaux
  • Hublot
  • Bell & Ross
  • F. P. Journe
  • Louis Vuitton
  • Vacheron Constantin
  • Richard Mille
  • Vacheron Constantin
  • Bell & Ross
  • Vacheron Constantin
  • Louis Vuitton
  • Tag Heuer
  • Maier
  • Zenith
  • Bucherer
  • Hublot
  • Rolex
  • Corum
  • Vacheron Constantin
  • Fondation Haute Horlogerie
  • Hublot
  • Zenith
  • Panerai
  • Cartier
  • Richard Mille
  • Bucherer
  • Tag Heuer
  • Richard Mille
  • Tag Heuer
  • Tudor
  • Girard-Perregaux
  • Hublot
  • MATWATCHES
  • Bucherer
  • Girard-Perregaux
  • Girard-Perregaux
  • Roger Dubuis
  • Bucherer
  • Richard Mille
  • Girard-Perregaux
  • Breitling
  • Richemont announces changes to its Senior Executive Committee
  • Nouveau réveil pour la marque historique Vulcain
  • Romain Réa nommé nouveau CEO d'Antiquorum Management Ltd
  • Bucherer annonce son acquisition du distributeur d’horlogerie The Watch Gallery LTD de Londres
  • La Maison Bucherer célèbre les Journées Européennes des Métiers d’Art les 31 mars et 1er avril
  • Jaeger-LeCoultre vous donne rendez-vous chez Bucherer
  • Girard-Perregaux au SIAR, Salón Internacional Alta Relojería pour la 4e année consécutive
  • Le Paris Saint-Germain se met au rythme de Richard Mille
  • Montres rares par Paul Miquel, la collection impossible
  • Julien Haenny, nouveau Directeur Général chez Anonimo
  • Exposition Passion for Watches pour les amateurs de belles montres
  • Richard Mille a été victime d’un cambriolage dans ses bureaux parisiens
  • Girard-Perregaux présente une exposition exclusive au Printemps du Louvre
  • F1 : Richard Mille félicite Romain Grosjean pour son exceptionnel début de saison
  • Bucherer remet le prix de la femme de l’année à Sophie Marceau !
  • M. Davide Cerrato rejoint Montblanc comme Directeur de la Division Montres
  • Soyez horloger, le temps d’un atelier !
  • Les Journées de la Passion® du 14 au 15/11/2015
  • Zenith est sur la ligne de départ du Castellet !
  • Audemars Piguet célèbre les succès de Serena Williams & Stan Wawrinka
  • Audemars Piguet accueille Freida Pinto comme ambassadrice
  • Audemars Piguet présente son Directeur de la Création Claude Emmenegger
  • Crésus, Carte Noire & La Revue des Montres lancent les « Rendez-vous haute précision »
  • A. Lange & Söhne parraine les Classic Days au Château de Dyck
  • Cresus ouvre une nouvelle boutique à Lille
  • Exposition « Stone in Store » de Thierry Courtadon chez Hublot Vendôme
  • Le Schneider Electric Marathon de Paris à l’heure TAG Heuer
  • L'artiste suisse Robin Meier sélectionné pour présenter la 1ère commission d'art Audemars Piguet
  • Corum « Bridging Art and Mechanics »
  • Serena Williams remporte son 19e Grand Chelem, équipée de son Audemars Piguet
  • Patek Philippe renforce sa présence à Genève
  • Jean-Sébastien Gerondeau nommé Directeur Général Montblanc France
  • Audemars Piguet présente sa nouvelle campagne publicitaire 2015
  • Jessica Chastain, nouvelle ambassadrice Piaget
  • Lettre ouverte à Thomas Jordan, président de la Banque Nationale Suisse
  • Hublot & Italia Independent annoncent une collaboration de trois ans
  • Perrelet : Tristan Boyer de Bouillane nommé Directeur Général
  • Cresus présente son nouveau site e-commerce et ouvre deux nouvelles boutiques
  • Audemars Piguet fête le succès de Stan Wawrinka, nouvel ami de la marque
  • Kering finalise l'acquisition de la marque de Haute horlogerie Ulysse Nardin
  • Hublot et l’Ajax prolonge leur partenariat
  • Une neuvième édition pour le salon Rocollection
  • Yann Guichard et Zenith arrivent second de la Route du Rhum
  • Passion for Watches : Le rendez-vous incontournable des passionnés de belles montres
  • JeanRichard partenaire du LOU Rugby
  • Soirée Bell & Ross aux Invalides
  • La Maison Louis Vuitton inaugure sa Manufacture Horlogère : La Fabrique du Temps
  • La boutique de Richard Mille Paris s'installe avenue Matignon
  • Le chef italien Carlo Cracco, nouveau partenaire Richard Mille
  • Walter Lange fête ses 90 ans
  •  PUBLICITÉ
      PUBLICITÉ
      Pages les plus consultées
    1 montres Rolex, 2 montres Audemars Piguet, 3 montres Richard Mille, 4 montres Patek Philippe, 5 montres Hublot, 6 montres Omega, 7 montres Cartier, 8 montres Vacheron Constantin, 9 montres Jaeger-LeCoultre, 10 montres IWC, 11 montres Breitling, 12 montres Tag Heuer, 13 montres Zenith, 14 montres Panerai, 15 montres Baume & Mercier, 16 montres A. Lange & Söhne, 17 montres Montblanc, 18 montres Breguet, 19 montres Chanel, 20 montres Chopard, 21 montres Tudor, 22 montres Girard-Perregaux, 23 montres Bell & Ross, 24 montres Blancpain, 25 montres Corum, 26 montres Louis Vuitton, 27 montres Piaget, 28 montres BRM, 29 montres Dior, 30 montres Roger Dubuis, 31 montres Ferdinand Berthoud, 32 montres Ebel, 33 montres L.Leroy, 34 montres Ulysse Nardin, 35 montres Bucherer, 36 montres Hermès, 37 montres Bulgari, 38 montres JeanRichard, 39 montres Anonimo, 40 montres Porsche Design, 41 montres Parmigiani, 42 montres Franck Muller, 43 montres Jaquet Droz, 44 montres Ange Barde, 45 montres Maier, 46 montres Van Cleef & Arpels, 47 montres Graham-London, 48 montres Oris, 49 montres F. P. Journe, 50 montres Giuliano Mazzuoli, 51 montres Yema, 52 montres Vulcain, 53 montres Harry Winston, 54 montres HYT, 55 montres Perrelet, 56 montres Chaumet, 57 montres MB&F, 58 montres Dodane, 59 montres Cabestan, 60 montres Ikepod,