Nouveauté décembre 2009

Silverstone

Le chronographe mécanique le plus branché des années soixante-dix est de retour !

La Cote des Montres™ le 04 décembre 2009



Afin de célébrer et rendre hommage à 150 ans de design innovant, TAG Heuer réédite aujourd’hui l’une de ses créations les plus emblématiques de tous les temps : le chronographe SILVERSTONE.

La SILVERSTONE : le chronographe de F1



Lancé initialement en 1974, le chronographe SILVERSTONE tire son nom du célèbre circuit de course éponyme. À une heure de route à l’ouest de Londres, entre Northampton et Oxford, le site de Silverstone est principalement connu pour le Grand Prix de Grande-Bretagne qu’il a accueilli pour la première fois en 1948. C’est le 13 mai 1950 qu’a eu lieu à Silverstone la course inaugurale du tout premier Championnat mondial de Formule 1 de la FIA.



Depuis lors, le circuit de course de Silverstone a accueilli à quarante trois reprises le Grand Prix de Formule 1 et est devenu le Grand Prix fétiche de McLaren avec 12 victoires en 35 ans.

Silverstone occupe une place particulière dans le cœur de TAG Heuer. En effet, c’est sur ce circuit que bon nombre de ses pilotes ambassadeurs et de ses partenaires de F1 ont obtenu des victoires déterminantes pour leurs carrières. D’Emmanuel de Graffenried, le tout premier ambassadeur, en 1949, à Mika Hakkinen en 2001 ou Lewis Hamilton avec Vodafone McLaren Mercedes Benz en 2008, en passant par Juan Manuel Fangio en 1956, Jo Siffert en 1968, Alain Prost en 1985 et 1989, Ayrton Senna en 1988, David Coulthard en 1999 et 2000, le circuit de course de Silverstone a incité les plus grands à tirer le meilleur d’eux-mêmes.

Lewis Hamilton sur le curcuit de Silverstone

Emmanuel de Graffenried, le tout premier ambassadeur de la marque en 1949

En 1974, année de lancement du modèle SILVERSTONE, Clay Regazzoni devint ambassadeur de TAG Heuer

En 1974, année de lancement du modèle SILVERSTONE, Emerson Fittipaldi devint ambassadeur de TAG Heuer

Les meilleurs pilotes des années 70 admiraient le chronographe SILVERSTONE pour son nom caractéristique, sa forme unique et son esthétisme d’avant-garde. Toute cette l'agitation a contribué à faire de ce modèle un emblème stylistique de l’époque. Durant cette décennie, TAG Heuer a été le chronométreur de Ferrari, sans oublier ses partenariats avec McLaren, BRM et Surtees-Ford. Chaque pilote de ces équipes portait une montre TAG Heuer. En 1974, année de lancement du modèle SILVERSTONE, Clay Regazzoni et Emerson Fittipaldi devinrent les ambassadeurs de TAG Heuer. Ces deux pilotes légendaires choisirent ce chronographe comme porte-bonheur personnel. Cette même année, Fittipaldi remporta son 2e Championnat du monde de F1 au volant de sa McLaren. Regazzoni gagna le Grand Prix de Silverstone, cinq ans plus tard, en 1979.


La TAG Heuer SILVERSTONE : un design classique et emblématique

Le design a toujours été un élément essentiel de l’ADN de TAG Heuer. L’entreprise est devenue le leader mondial des montres de sport et des chronographes prestigieux en faisant fi des règles stylistiques et en remettant en question les conventions esthétiques établies.
Le design caractéristique du chronographe SILVERSTONE, un boîtier carré aux bords arrondis en acier inoxydable poli, reposait sur une autre montre novatrice de l’époque, la Monaco de 1969 portée par Steve McQueen. Avec ses bords plus émoussés, son élégant cadran haut en couleurs, sa forme totalement nouvelle et ses nombreuses fonctions d’avant-garde, le chronographe SILVERSTONE constitue l’une des créations esthétiques les plus emblématiques de TAG Heuer.
Ce chronographe est devenu un symbole des années 70. Il est depuis lors toujours très recherché par les amateurs de design.


Un hommage à l’héritage unique de TAG Heuer
dans le domaine des chronographes

Le SILVERSTONE utilisait à l’origine le mouvement automatique Chronomatic Calibre 11, développé en coopération avec Dubois Dépraz, Breitling et Hamilton-Büren. Il s’agissait en 1969 du premier mouvement automatique de chronographe au monde avec micro-rotor. Les caractéristiques typiques du mouvement sont la fenêtre de date à 6 heures et les deux boutons poussoirs en renfoncement sur le côté opposé à la couronne.



Pour conserver la configuration de la Silverstone originale avec les compteurs, les boutons poussoirs et la couronne, Tag Heuer a opté, pour la ré-édition, pour le mouvement Calibre 11 et le module Dubois-Depraz.
La réédition est fidèle à l’original. Non seulement elle présente le même mélange audacieux de formes rondes et carrées ainsi que les fonctions techniques caractéristiques du précédent modèle mais elle reprend aussi le logo « HEUER » de l’époque et l’inscription « SILVERSTONE » à 12 heures et arbore un bracelet en alligator perforé de première qualité.
Avec son design résolument géométrique et le mariage inédit du sport et du style, le chronographe SILVERSTONE incarne parfaitement l’audace de TAG Heuer et la devise qui a fait le succès de la marque : « Swiss Avant-Garde Sinces 1860 ».

Tag Heuer Silverstone
 1     2     3     4     5   

Questions et réponses de Jack Heuer

Président d’Honneur de TAG Heuer

Jack Heuer, président d’honneur de TAG Heuer

1. Pourquoi avoir appelé ce chronographe Silverstone ? Quelle en a été l’inspiration ?
Le nom est tiré du circuit de course Silverstone en Angleterre où se court le Grand Prix de Grande-Bretagne. La course automobile est ma passion depuis toujours. Mon père me racontait que l’un de ses amis, le baron Emmanuel de Graffenried – qui fut du reste notre premier ambassadeur – avait remporté le Grand Prix de Silverstone en 1949, une année seulement après l’ouverture du circuit. En me livrant à quelques recherches j’ai pu constater que nos deux ambassadeurs suivants, Juan Manuel Fangio et Jo Siffert, avaient eux aussi atteint le podium à Silverstone. C’est pour rendre hommage à ces victoires impressionnantes que j’ai décidé de lancer une nouvelle série de chronographes, la Silverstone.

La forme de ce chronographe est née grâce à une caractéristique fondamentale de TAG Heuer : la volonté d’innover. C’est cette même volonté qui est à la base de deux autres modèles Heuer, icônes des années 60 et 70 : la Carrera et la Monaco. La Monaco, créée en 1969 représentait un concept horloger entièrement nouveau, du jamais vu. Nous étions bien entendu un peu nerveux au moment de son lancement, car comme pour toute nouveauté, il faut du temps pour que les gens s’y habituent. La Monaco avait un boîtier carré, présentant de nombreuses arrêtes tranchantes. Nous avons donc décidé de proposer une version alternative, tout en gardant le concept d’un chronographe carré, mais avec des arrêtes plus arrondies et un cadran polychrome. C’est cela le pari de la Silverstone – aboutir à un chef d’œuvre carré avec des arrêtes arrondies et polies qui réunit à la fois la forme carrée et ronde, un concept résolument nouveau !

2. Quelles caractéristiques de la Silverstone appréciez-vous le plus ?
Elle ne ressemble à aucune autre montre, elle est plus contemporaine que jamais. Cette série a plus de 40 ans et son design historique ne s’est pas démodé. J’aime le fait qu’elle s’inspire des courses automobiles et son look fort, inhabituel, qui s’inscrit parfaitement dans la philosophie de TAG Heuer : sortir des sentiers battus. Mais au-delà de son design avant-garde, la Silverstone a été l’un de nos premiers chronographes munis d’un mouvement automatique, le Chronomatic Calibre 11.

3. Pourquoi les pilotes de course, ambassadeurs de TAG Heuer portaient-ils une Silverstone ?
Dans les années 70, tous les pilotes de la Scuderia Ferrari portaient une montre TAG Heuer, car nous étions alors chronométreur officiel de l’écurie. Nous avions également conclu des partenariats avec McLaren, BRM et Surtees-Ford et leurs pilotes portaient eux-aussi des garde-temps TAG Heuer. Lorsque nous avons lancé la Silverstone en 1974 elle s’est tout de suite imposée chez les coureurs automobiles. Ils l’ont souvent choisie en raison de son look distinctif et de son esthétique d’avant-garde. Et elle était la montre préférée de deux de nos plus grands pilotes : Clay Regazzoni et Emerson Fittipaldi, qui sont devenu nos ambassadeurs en 1974. La Silverstone leur a porté bonheur : en 1974 Fittipaldi est devenu Champion du Monde en F1 sur McLaren arborant le logo de Heuer. Il portait une Silverstone au poignet, alors que Clay Regazzoni, portant également sa Silverstone, le suivait de quelques points seulement. En 1975, Fittipaldi a remporté le Grand Prix de Grande-Bretagne sur le circuit de Silverstone et 4 années plus tard, Regazzoni a réalisé le même exploit.

4. Vous faites partie de la saga Silverstone depuis le début. Vous l’avez créée il y a 40 ans et vous lui avez ensuite redonnée vie dans le cadre de la collection TAG Heuer. Cette re-édition fait aujourd’hui beaucoup de bruit. Quel est votre sentiment aujourd’hui ?
Je suis fier de savoir que nous avons eu le courage de lancer une pièce aussi révolutionnaire en 1974. Le look rétro de la Silverstone et sa géométrie audacieuse ont contribué à ouvrir la voie à des montres aux formes inhabituelles. Traditionnellement les chronographes étaient ronds. Se démarquer de cette tradition, créer une forme entièrement nouvelle tout en exploitant les multiples fonctionnalités d’un chronographe, cela est totalement en lien avec notre slogan « TAG Heuer, Swiss Avant-Garde since 1860 ». Son succès auprès du public d’aujourd’hui est surprenant. La forme et le concept sont audacieux et iconoclastes, ils correspondent entièrement au goût avant-garde de notre clientèle.

Questions et réponses de Jean-Christophe Babin

Président et CEO de TAG Heuer

Jean-Christophe Babin - Président et Directeur-Général de TAG Heuer

1. Pourquoi avez-vous décidé de relancer cette série ?
Lorsque nous avons réfléchi à la meilleure façon de célébrer notre 150e anniversaire, l’idée d’un nouveau lancement d’une édition limitée de la fameuse Silverstone s’est rapidement imposée. C’est une des séries TAG Heuer les plus renommées des années 70 et une des préférées des collectionneurs en raison de son design à couper le souffle. Il y a deux chronographes de la série Silverstone au Musée TAG Heuer 360 à la Chaux-de-Fonds, et les visiteurs les adorent. C’est là un des éléments qui a pesé dans notre décision, car lorsque l’on voit les gens se presser autour de la vitrine en rêvant de pouvoir porter un jour une montre d’une telle beauté, on ne peut pas leur refuser un tel rêve ! Nous suivons de près les sites et les blogs des collectionneurs Heuer, et nous avons compris que c’était la Silverstone que les gens souhaitaient le plus voir renaître. Elle s’est donc imposée tout naturellement comme la montre de choix pour notre 150e anniversaire.

2. Quelles sont les plus importantes caractéristiques de la Silverstone ?
Il y en a tellement ! Mais avant tout je citerai son concept unique, parfaitement original et audacieux. C’est un chronographe à part, qui reflète l’audace et le côté non-conventionnel de la personne qui le porte. Bien qu’il soit totalement différent du modèle Monaco, il constitue, lui aussi, une icône.

3. Quel client-cible visez-vous pour cette montre ?
Lorsque nous avons lancé la Silverstone en 1974, nous ne savions pas qui serait attiré par une telle montre. Nos premiers clients étaient des architectes et des acteurs, ensuite, lorsque Clay Regazzoni et Emerson Fittipaldi ont commencé à la porter, les pilotes et les fans de course automobile s’y sont ralliés. C’était probablement parce Fittipaldi la portait au poignet lorsqu’il remporta le Championnat du Monde de F1 en 1974 au volant de sa McLaren arborant le logo de « Heuer » !
Avec la nouvelle version, nous visons d’abord des connaisseurs, des grandes vedettes et des collectionneurs de montres. La nouvelle Silverstone s’adresse aux puristes et aux amateurs de formes fortes, non-conventionnelles. C’est une montre contemporaine, et déjà une nouvelle icône de la mode, mais elle s’appuie sur un passé riche et exceptionnel.

4. Pourquoi la Silverstone a-t-elle gardé son attrait d’après vous ?
D’abord parce que les montres « vintage » sont à la mode. La forme exceptionnelle de la Silverstone la place complètement en dehors des formes classiques en horlogerie. Cela, les gens le comprennent intuitivement et c’est ce qu’ils recherchent de nos jours. Ensuite, la Silverstone remporte le succès que l’on sait parce qu’elle est directement liée à nos racines historiques que les gens connaissent: la course automobile et le chronométrage sportif.

5. Quelles sont les éléments de la Silverstone que vous préférez personnellement ?
A mon avis, la Silverstone est un des plus beaux chronographes jamais conçus. Il est à la fois classique et contemporain, sportif et élégant, et il représente vraiment l’ADN et les valeurs de TAG Heuer. Il s’agit d’une TAG Heuer classique, c’est une des montres vintage les plus recherchées dans les ventes aux enchères horlogères.

6. Y a-t-il une différence entre la nouvelle Silverstone et la Silverstone de 1974 ?
Nous n’avions pas pour but de lancer une Silverstone totalement relookée, mais de redonner vie à une série qui avait vraiment imprégné l’histoire de notre marque. C’est également ce que nous avons fait au début de l’année pour la réédition de la Monaco Calibre 11.
Nous avions d’abord pensé changer quelques-unes des caractéristiques, mais en consultant les collectionneurs de la Silverstone et ses aficionados, leur réaction fut unanime : « Surtout ne touchez à rien ! On ne peut pas relooker une icône ! » Nous avons donc décidé de maintenir le logo Heuer sur le cadran, et nous utilisons le même fermoir et le même fond, afin de rester fidèle à l’original. Et aujourd’hui que le modèle est prêt et que j’ai pu voir la version finale, je constate que nous avons fait le bon choix.
La seule différence majeure par rapport à l’original, c’est le mouvement. La Silverstone de 1974 était entraînée par le Chronomatic Calibre 11 avec un micro-rotor, immédiatement reconnaissable par le positionnement de la couronne à 9 heures, ses deux petits compteurs et le guichet de la date à 6 heures. Aujourd’hui, pour pouvoir garder la même configuration que l’original, le mouvement choisi pour la Silverstone est le TAG Heuer Calibre 11.

 PUBLICITÉ
  • Girard-Perregaux Cat’s Eye La Fenice
  • Piaget Altiplano - 60 ans et toujours jeune
  • Promesse « Les Exceptionnelles » by Baume & Mercier
  • Van Cleef & Arpels Montre Papillon Secret
  • Panthère de Cartier par Sofia Coppola
  • Panthère de Cartier
  • Cartier Panthère Royale
  • Cuir Neonude sur Petite Promesse Baume & Mercier
  • Montre Papyrus de Cartier
  • Bell & Ross BR S Novarosa
  • Breitling
  • A. Lange & Söhne
  • Ralf Tech
  • Zenith
  • HYT
  • Hublot
  • Corum
  • Panerai
  • Breitling
  • Ulysse Nardin
  • Hublot
  • Hermès
  • Hublot
  • Audemars Piguet
  • IWC
  • Hublot
  • Urwerk
  • Omega
  • Richard Mille
  • Richard Mille
  • Ralf Tech
  • Bell & Ross
  • BRM
  • Oris
  • Louis Vuitton
  • Girard-Perregaux
  • Hublot
  • Bell & Ross
  • Ulysse Nardin
  • Hublot
  • Richard Mille
  • Bucherer
  • Tag Heuer
  • Richard Mille
  • Tag Heuer
  • Tudor
  • Girard-Perregaux
  • Hublot
  • MATWATCHES
  • Bucherer
  • Girard-Perregaux
  • Girard-Perregaux
  • Roger Dubuis
  • Bucherer
  • Richard Mille
  • Girard-Perregaux
  • Breitling
  • Hublot
  • Richard Mille
  • Breitling
  • Girard-Perregaux
  • Cartier
  • Rolex
  • Baume & Mercier
  • Cartier
  • Tudor
  • Girard-Perregaux
  • Baume & Mercier
  • Hublot
  • Richard Mille
  • Nouveau réveil pour la marque historique Vulcain
  • Romain Réa nommé nouveau CEO d'Antiquorum Management Ltd
  • Bucherer annonce son acquisition du distributeur d’horlogerie The Watch Gallery LTD de Londres
  • La Maison Bucherer célèbre les Journées Européennes des Métiers d’Art les 31 mars et 1er avril
  • Jaeger-LeCoultre vous donne rendez-vous chez Bucherer
  • Girard-Perregaux au SIAR, Salón Internacional Alta Relojería pour la 4e année consécutive
  • Le Paris Saint-Germain se met au rythme de Richard Mille
  • Montres rares par Paul Miquel, la collection impossible
  • Julien Haenny, nouveau Directeur Général chez Anonimo
  • Exposition Passion for Watches pour les amateurs de belles montres
  • Richard Mille a été victime d’un cambriolage dans ses bureaux parisiens
  • Girard-Perregaux présente une exposition exclusive au Printemps du Louvre
  • F1 : Richard Mille félicite Romain Grosjean pour son exceptionnel début de saison
  • Bucherer remet le prix de la femme de l’année à Sophie Marceau !
  • M. Davide Cerrato rejoint Montblanc comme Directeur de la Division Montres
  • Soyez horloger, le temps d’un atelier !
  • Les Journées de la Passion® du 14 au 15/11/2015
  • Zenith est sur la ligne de départ du Castellet !
  • Audemars Piguet célèbre les succès de Serena Williams & Stan Wawrinka
  • Audemars Piguet accueille Freida Pinto comme ambassadrice
  • Audemars Piguet présente son Directeur de la Création Claude Emmenegger
  • Crésus, Carte Noire & La Revue des Montres lancent les « Rendez-vous haute précision »
  • A. Lange & Söhne parraine les Classic Days au Château de Dyck
  • Cresus ouvre une nouvelle boutique à Lille
  • Exposition « Stone in Store » de Thierry Courtadon chez Hublot Vendôme
  • Le Schneider Electric Marathon de Paris à l’heure TAG Heuer
  • L'artiste suisse Robin Meier sélectionné pour présenter la 1ère commission d'art Audemars Piguet
  • Corum « Bridging Art and Mechanics »
  • Serena Williams remporte son 19e Grand Chelem, équipée de son Audemars Piguet
  • Patek Philippe renforce sa présence à Genève
  • Jean-Sébastien Gerondeau nommé Directeur Général Montblanc France
  • Audemars Piguet présente sa nouvelle campagne publicitaire 2015
  • Jessica Chastain, nouvelle ambassadrice Piaget
  • Lettre ouverte à Thomas Jordan, président de la Banque Nationale Suisse
  • Hublot & Italia Independent annoncent une collaboration de trois ans
  • Perrelet : Tristan Boyer de Bouillane nommé Directeur Général
  • Cresus présente son nouveau site e-commerce et ouvre deux nouvelles boutiques
  • Audemars Piguet fête le succès de Stan Wawrinka, nouvel ami de la marque
  • Kering finalise l'acquisition de la marque de Haute horlogerie Ulysse Nardin
  • Hublot et l’Ajax prolonge leur partenariat
  • Une neuvième édition pour le salon Rocollection
  • Yann Guichard et Zenith arrivent second de la Route du Rhum
  • Passion for Watches : Le rendez-vous incontournable des passionnés de belles montres
  • JeanRichard partenaire du LOU Rugby
  • Soirée Bell & Ross aux Invalides
  • La Maison Louis Vuitton inaugure sa Manufacture Horlogère : La Fabrique du Temps
  • La boutique de Richard Mille Paris s'installe avenue Matignon
  • Le chef italien Carlo Cracco, nouveau partenaire Richard Mille
  • Walter Lange fête ses 90 ans
  • Walter Lange fête ses 90 ans
  •  PUBLICITÉ
      PUBLICITÉ
      Pages les plus consultées
    1 montres Rolex, 2 montres Hublot, 3 montres Audemars Piguet, 4 montres Patek Philippe, 5 montres Richard Mille, 6 montres Cartier, 7 montres Omega, 8 montres Jaeger-LeCoultre, 9 montres Tag Heuer, 10 montres IWC, 11 montres Breitling, 12 montres Zenith, 13 montres Vacheron Constantin, 14 montres Panerai, 15 montres Montblanc, 16 montres A. Lange & Söhne, 17 montres Baume & Mercier, 18 montres Breguet, 19 montres Tudor, 20 montres Blancpain, 21 montres Chopard, 22 montres Chanel, 23 montres Bell & Ross, 24 montres Piaget, 25 montres Girard-Perregaux, 26 montres Corum, 27 montres BRM, 28 montres Roger Dubuis, 29 montres Dior, 30 montres Louis Vuitton, 31 montres Ebel, 32 montres Ralf Tech, 33 montres Bucherer, 34 montres Ulysse Nardin, 35 montres L.Leroy, 36 montres Hermès, 37 montres JeanRichard, 38 montres HYT, 39 montres Franck Muller, 40 montres Bulgari, 41 montres Oris, 42 montres Jaquet Droz, 43 montres Yema, 44 montres Porsche Design, 45 montres Chaumet, 46 montres Perrelet, 47 montres Christophe Claret, 48 montres Parmigiani, 49 montres Cresus, 50 montres H. Moser & Cie, 51 montres Van Cleef & Arpels, 52 montres A. Lange & Söhne, 53 montres MB&F, 54 montres Anonimo, 55 montres Alpina, 56 montres Romain Jerome, 57 montres Ressence, 58 montres Vulcain, 59 montres Dodane, 60 montres Ikepod,