La saga Fifty Fathoms

À l’instar de la plupart des grandes réussites, la Fifty Fathoms est le résultat d’une passion, en l’occurrence celle de Jean-Jacques Fiechter, président de Blancpain de 1950 à 1980.

L'histoire de la Fifty Fathoms

Le résultat d’une passion, à l’instar de la plupart des grandes réussites

La Cote des Montres™ le 30 octobre 2010

La montre de plongée Blancpain Fifty Fathoms - circa 1970

Comment Blancpain a-t-il créé la Fifty Fathoms, qui s’est propulsée presque aussitôt au rang d’icône et a défini depuis lors les caractéristiques des montres de plongée pour l’ensemble de l’industrie horlogère ? A l’instar des plus grandes réussites, la Fifty Fathoms est le résultat d’une passion. En ce cas, celle de Jean-Jacques Fiechter, PDG de Blancpain de 1950 à 1980. Comme il était lui-même plongeur, la création d’une montre aux performances sous-marines exceptionnelles représentait bien davantage que l’habituel lancement d’un nouveau produit - en l’occurrence, l’opportunité de réunir deux aspects essentiels de son existence, l’horlogerie et la mer. Ainsi, au moment où l’armée française l’a contacté, il a compris qu’elle lui apportait le projet qu’il attendait depuis longtemps.

Premier modèle de la Fifty Fathoms

Même si les montres de plongée rencontrent de nos jours un engouement qui s’étend bien au-delà du cercle des explorateurs des fonds sous-marins, leur origine remonte à des utilisations militaires réellement périlleuses. Peu de temps après la fin de la Seconde Guerre mondiale, à l’initiative de deux héros des Forces françaises libres, le capitaine Robert « Bob » Maloubier et le lieutenant Claude Riffaud, l’armée française fonde l’unité des Nageurs de combat, probablement son groupe le plus secret. La mission de ce corps d’élite consistait à conduire des activités d’espionnage sous-marin ainsi que de mener à bien des actes de sabotage tels que destructions de navires, attaques de ports, autant de hauts faits réalisés par des hommes-grenouilles qui œuvraient le plus souvent de nuit.


1953
Premier modèle de la Fifty Fathoms.
Ø 42 mm.

1953
Modèle LIP Fifty Fathoms.

1953
Modèle LIP Fifty Fathoms.
Ø 41 mm.

En plus des bouteilles, des détendeurs, des masques, des palmes et des combinaisons, Maloubier et Riffaud ont saisi l’importance de disposer de trois instruments robustes et fiables: la montre de plongée, la boussole et le profondimètre. La montre de plongée revêtait une signification particulière pour de nombreuses missions essentielles qui entraient dans leurs attributions, en premier lieu naturellement pour mesurer le temps de plongée (et ne pas dépasser la durée de la réserve en oxygène). Une autre caractéristique de ces garde-temps spécialisés résidait dans leur capacité à chronométrer le temps nécessaire afin d’atteindre des objectifs de navigation. Après avoir longuement testé les montres alors disponibles sur le marché, Maloubier et Riffaud parvinrent à la conclusion qu’aucune d’entre elles n’était à la hauteur de la tâche. Ils entrèrent alors en contact avec M. Fiechter. Plongeur et passionné par le monde sous-marin, il ne fut pas long à convaincre. Blancpain accepta rapidement de mettre au point ce garde-temps particulier destiné à l’École des Nageurs de combat, placée sous le commandement de Maloubier et de Riffaud.

« Bob » Maloubier vers 1955, avec sa Fifty Fathoms

Robert Maloubier décrit ainsi sa première rencontre avec Blancpain : « Finalement, une petite entreprise horlogère, Blancpain, accepta de développer notre projet qui prévoyait une montre avec un cadran noir, de grands chiffres et des indications claires sous la forme de triangles, cercles et carrés ainsi qu’une lunette extérieure pivotante qui reprenait les repères du cadran. Nous souhaitions au début d’une plongée être en mesure de positionner la lunette en regard de la grande aiguille des minutes afin d’indiquer le temps restant. Nous voulions enfin que chacun des repères soit aussi évident qu’une étoile pour un berger ».

Édition Anniversaire de la Fifty Fathoms de 2003, une pièce de collection très recherchée

Jean-Jacques Fiechter, plongeur expérimenté, avait également ses propres idées. En premier lieu, il décida que la lunette tournante dotée des spécifications indiquées devait connaître un perfectionnement essentiel et ne pouvoir tourner que dans une seule direction. Ainsi, à aucun moment un plongeur ne pourrait imprimer une rotation involontaire à la lunette de nature à lui faire croire que la plongée avait commencé plus tard que cela était le cas. De ce fait, toute erreur aurait pour conséquence de raccourcir le temps de plongée plutôt que de l’allonger au-delà de la réserve en oxygène disponible. À l’évidence, il savait que la montre devait être étanche. Afin d’assurer la meilleure imperméabilité possible du boîtier, il choisit de le doter d’un fond vissé. Pour contourner un brevet existant sur les couronnes vissées, il conçut un système de doubles joints toriques. Comme il se rendit ultérieurement compte qu’un remontage manuel ferait courir un risque d’usure non négligeable au système d’étanchéité de la couronne, il résolut d’équiper la montre d’un mouvement automatique pour réduire le nombre de fois où la couronne aurait besoin d’être dévissée. L’ensemble de ces éléments se conjugua pour garantir un niveau d’étanchéité exceptionnel. Finalement, il s’avisa qu’une protection contre les champs magnétiques était indispensable à un garde-temps destiné à être utilisé à des fins militaires. En associant ses propres caractéristiques à celles de Maloubier et de Riffaud, Jean-Jacques Fiechter poursuivait ses propres objectifs de conception.


1953-55
Modèle LIP Fifty Fathoms avec indicateur d’humidité sur le cadran.

1953-55
Modèle très rare de l’École française
des Nageurs de combat.

1960
Modèle de l’US Navy.

Il est extraordinaire de constater que l’ensemble des caractéristiques déterminées par Blancpain et la Marine française en 1953 ont défini dès lors toutes les montres de plongée modernes : une grande étanchéité, un système robuste de protection de la couronne, un remontage automatique, des cadrans noirs avec des indications luminescentes évidentes, des lunettes unidirectionnelles avec des repères horaires, une protection antimagnétique.

Il restait une dernière touche à ajouter à cette construction sans faille. Blancpain inséra un indicateur d’humidité à six heures. Sous la forme d’un petit cercle, il affichait une teinte bleue si l’air dans le boîtier était sec. À la moindre pénétration d’eau, la couleur passait au rose, en signal d’alarme.

Nageur de combat français au milieu des années 1960

Cette réalisation d’avant-garde fut baptisée par Blancpain du nom de « Fifty Fathoms », d’après la mesure britannique de 50 brasses, soit approximativement 91,45 mètres, considérée à l’époque comme la profondeur maximale que les plongeurs pouvaient atteindre compte tenu du mélange oxygène – azote alors en usage.

En raison de considérations à la fois commerciales et du secret défense, la Marine française souhaitait acquérir l’ensemble de ses équipements de plongée, y compris les montres Blancpain, par l’intermédiaire d’un unique fournisseur, la maison Spirotechnique, implantée à Paris, sur la rive gauche de la Seine. Cette société était liée à l’explorateur Jacques-Yves Cousteau et commercialisait ses inventions, parmi lesquelles son célèbre détendeur à valve. C’est par ce biais que Cousteau découvrit la Fifty Fathoms de Blancpain et qu’il la choisit pour ses plongées historiques immortalisées par le film « Le monde du silence », qui remporta un Oscar et la Palme d’Or au Festival de Cannes en 1956.


1960
Modèle Mil-Spec de l’US Navy.
Grande taille de 41 mm.

1960
Modèle civil de petite taille.
Ø 35 mm.

1960
Modèle civil vendu par LIP.

Il n’était pas toujours aisé de recueillir l’approbation des militaires. L’armée américaine par exemple posait une grande variété d’obstacles pour tout producteur horloger qui n’était pas implanté sur le sol des États-Unis. Selon les dispositions du « Buy American Act » alors en vigueur, les producteurs nationaux bénéficiaient d’un avantage de prix de 25% sur leurs concurrents étrangers, et les rubis utilisés dans la montre devaient être achetés auprès d’un fournisseur du Missouri. Heureusement pour Blancpain, la Fifty Fathoms disposait d’un partisan fermement convaincu des qualités de la montre en la personne d’Allen Tornek. Ce dernier avait fait la connaissance de Jean-Jacques Fiechter grâce à leur passion commune pour la plongée. Lorsqu’il apprit que l’armée des États-Unis avait mis au concours la fourniture de montres de plongée, il pensa immédiatement à Blancpain. Cependant, pour se conformer aux exigences du processus d’adjudication, il devait affronter un labyrinthe de dispositions, à l’instar de l’obligation d’acheter les rubis auprès du fournisseur établi dans le Missouri. Il en fallait cependant davantage pour détourner Allen Tornek de son objectif : il acheta les rubis du Missouri et, comme il les trouva de moins bonne qualité, il s’en débarrassa purement et simplement. Tornek finit ainsi par remporter la mise et livrer les montres de plongée à l’armée des États-Unis sous deux désignations : « Blancpain Tornek » et « Rayville Tornek » (Rayville était une désignation utilisée par Jean-Jacques Fiechter pour une partie de la production Blancpain).

Le président John F. Kennedy rencontre les US Navy Seals, équipés de Fifty Fathoms « Tornek Rayville »

Comme de nombreuses autres montres militaires, les séries Tornek observaient des spécifications particulières et portaient l’indication « Mil Spec 1 » sur leur cadran. Un élément essentiel habituellement contenu dans les listes des desiderata militaires concernait la luminosité des repères portés sur le cadran et la lunette. À cet effet l’armée américaine, ainsi que beaucoup d'autres, stipulait que Blancpain utilise sur la Fifty Fathoms du matériel radioactif, comme le tritium, afin que les indications restent parfaitement lisibles dans les conditions nocturnes prévues pour une grande partie des opérations sous-marines. Ces matériaux adaptés aux exigences militaires étaient effrayants, même au regard de la légèreté des normes qui s’appliquaient alors aux éléments radioactifs. Les boîtiers portaient une inscription qui disait « DANGER – EN CAS DE DÉCOUVERTE, RAPPORTER À L’ÉTABLISSEMENT MILITAIRE LE PLUS PROCHE ».


1965-70
Modèle civil de grand format.
Ø 41 mm.

1965-70
Modèle civil avec le symbole antiradiation
sur le cadran.

1965
Modèle de l’armée allemande.

Au fil des années, Blancpain a présenté une multitude de variations stylistiques sur le thème de la Fifty Fathoms

Blancpain décela la nécessité de disposer d’un moyen pour différencier la production des Fifty Fathoms militaires de leurs homologues civils, en particulier quant à l’utilisation d’un revêtement radioactif. Pour distinguer les montres à usage civil, dépourvues à l’évidence de tout élément radioactif, le constructeur retint l’idée d’un pictogramme particulier pour le cadran. L’insertion du symbole universel de la radioactivité, composé de trois motifs triangulaires disposés autour d’un cercle, barré et à une place bien en vue sur le cadran, juste au dessus du chiffre 6, permettait de signaler l’absence de tout danger lié à la radioactivité.


1968
Modèle civil de grand format, avec date.

1970
Modèle civil.
Ø 37 mm.

1965-70
Modèle civil de grand format,
avec contre-boîte interne.

Alors que la Fifty Fathoms s’imposait d’elle-même comme la référence mondiale pour les montres militaires de plongée, elle acquit un succès semblable dans le domaine civil. À cette époque, les montres de plongée n’attestaient nullement d’un quelconque luxe horloger et étaient ainsi vendues par les magasins d’équipement sous-marin. Ces articles arboraient fièrement le nom donné par Jacques Cousteau à son matériel de plongée, conçu pour s’adapter à la première valve à détendeur qui peut être légitimement considérée comme l’ancêtre des appareils de plongée moderne. Et les montres de plongée Blancpain vendues dans ces établissements portaient le label « Aqualung ».

La version de la Fifty Fathoms présentée à une exposition de matériel de plongée. Remarquez le symbole antiradiation sur le cadran

Si les Fifty Fathoms de Blancpain ont été source d’inspiration pour toutes les montres de plongée modernes qui ont reproduit leur liste de caractéristiques, elles sont également à l’origine de l’engouement indéfectible dont bénéficient de nos jours les montres de grande dimension. Et au fil des années, Blancpain a présenté une multitude de variations stylistiques sur le thème de la Fifty Fathoms. Certaines se distinguaient par des boîtiers au style de coussin, d’autres par des repères en forme de bâtons plutôt que de forme triangulaire, certaines par des aiguilles plus effilées. Toutes partageaient néanmoins le même patrimoine génétique et observaient fidèlement les spécifications formulées par Robert Maloubier et Jean-Jacques Fiechter en 1953.


1975
Modèle grand format, avec le mouvement automatique AS 2063.

1975
Modèle équipé du mouvement automatique
R 586.

1975
Modèle de grande taille avec fond de boîtier monobloc. 42 mm.


1975
Modèle équipé du mouvement automatique
AS 1902/03.

1975
Modèle de grand format Rayville
avec mouvement automatique CD 2873
et couronne de remontoir à 4 heures.

Il y a quelques saisons, Blancpain a présenté l’édition du 50e anniversaire de la Fifty Fathoms lors de la foire horlogère Baselworld 2003. Proposée en trois séries limitées de 50 pièces chacune, cette édition spéciale très recherchée a apporté une touche de luxe à la recette classique qui s’était imposée pendant un demi-siècle. Pour la première fois sur une montre-bracelet, la lunette était réalisée en saphir. Cette particularité lui conférait non seulement un éclat auquel aucun autre matériau ne pouvait prétendre, mais elle revêtait aussi un aspect pratique en raison de sa résistance élevée aux rayures. Le mouvement a également été modernisé par l’adoption du calibre 1150 qui offre 100 heures de réserve de marche. Finalement, Blancpain dévoilait un nouvel et ingénieux système de fixation du bracelet, tellement simple et fiable que Marc A. Hayek, président de Blancpain, a effectué un changement de bracelet sous l’eau lors d’une plongée avec Robert Maloubier en Thaïlande pour le lancement de la montre. Toutes les pièces de l’édition Anniversaire ont été vendues en un clin d’œil et certaines d’entre elles apparaissent aujourd’hui sur le marché des amateurs à un cours nettement plus élevé que leur prix d’origine.


1999
L’édition Fifty Fathoms « Trilogy »,
avec un bracelet en acier.

2000
La Fifty Fathoms « Concept ».

Inscrite dans le sillage d’une fabuleuse lignée qui s’étend sur plus d’un demi-siècle, la Fifty Fathoms de 2007 démontre que la passion à l’origine de ce garde-temps d’exception, conçu pour répondre aux nécessités des plongeurs les plus exigeants du monde, est restée en tous points intacte.


2007
La Fifty Fathoms Automatique,
dotée du nouveau et robuste calibre automatique 1315.

2007
La Fifty Fathoms Tourbillon en or
avec le calibre automatique 25A,
qui offre 8 jours de réserve de marche.

2007
La Fifty Fathoms Chronographe Flyback possède des poussoirs étanches.

En 2008, Blancpain revisite les règles qui définissent le genre des montres de plongée pour en offrir de nouvelles expressions, adaptées à la diversité des modes de vie contemporains. Historiquement masculine, car développée pour équiper l’Unité des Nageurs de combat lors de leurs périlleuses missions subaquatiques dans les années 50, la Fifty Fathoms se décline désormais au féminin. Blancpain a en effet toujours eu la conviction qu’une femme sait apprécier le savoir-faire et la magie de l’horlogerie mécanique.

2008 - La Fifty Fathoms au féminin

En 2009, Blancpain présente la « grande sœur » de sa désormais célèbre Fifty Fathoms : la toute nouvelle 500 Fathoms. Une montre de plongée toujours plus performante et plus technique, qui affiche un design sportif sans compromis. Etanche à 1000 mètres, elle est équipée d’une valve de décompression à hélium, indispensable lors d’une plongée en milieu clos. Virile, la 500 Fathoms se dote d’un boîtier en titane de 48 mm de diamètre, dimension inédite chez Blancpain.

La montre Blancpain Sport 500 Fathoms - 2009

Blancpain présente en 2009 une édition exclusive habillée d’un bleu profond qui célébre le lien indissociable qui unit la Manufacture du Brassus aux splendeurs des fonds marins et dont les nuances évoquent leurs mystères.

La montre Blancpain Fifty Fathoms couleur bleu océan - 2009

La collection Fifty Fathoms est le berceau des montres de sport les plus audacieuses de Blancpain. En 2010, la Manufacture du Brassus élargit encore l’éventail de ses créations sportives en intégrant la complication quantième complet et phases de lune au chronographe flyback, commandé par une roue à colonnes.

La montre Fifty Fathoms, Chronographe Flyback Quantième Complet et Phases de Lune - 2010

En 2010, afin de rendre un vibrant hommage à la Fifty Fathoms, Blancpain suspend le temps et présente la « Tribute to Fifty Fathoms », série limitée à 500 exemplaires, inspirée directement d’un modèle des années 1960.

Fifty Fathoms « Tribute to Fifty Fathoms » - 2010
 PUBLICITÉ
Toutes les nouveautés
Tous les événements
Toutes les brèves
 PUBLICITÉ

Vous aimez cette montre ?

beaucoup
passionnément
pas du tout

  PUBLICITÉ
L'ÉMOTION AUTOMOBILE AVEC
Mercedes Maybach G650 Landaulet
Ferrari 812 Superfast
  Pages les plus consultées
1 montres Rolex, 2 montres Hublot, 3 montres Audemars Piguet, 4 montres Patek Philippe, 5 montres Richard Mille, 6 montres Omega, 7 montres Jaeger-LeCoultre, 8 montres Cartier, 9 montres Breitling, 10 montres Tag Heuer, 11 montres Panerai, 12 montres Vacheron Constantin, 13 montres IWC, 14 montres Montblanc, 15 montres Breguet, 16 montres Zenith, 17 montres Baume & Mercier, 18 montres A. Lange & Söhne, 19 montres Bell & Ross, 20 montres Piaget, 21 montres Chopard, 22 montres Blancpain, 23 montres Chanel, 24 montres Girard-Perregaux, 25 montres Tudor, 26 montres Roger Dubuis, 27 montres Louis Vuitton, 28 montres Corum, 29 montres Ebel, 30 montres BRM, 31 montres Dior, 32 montres MB&F, 33 montres Bulgari, 34 montres Parmigiani, 35 montres L.Leroy, 36 montres Ulysse Nardin, 37 montres JeanRichard, 38 montres Ferdinand Berthoud, 39 montres Jaquet Droz, 40 montres Hermès, 41 montres Urwerk, 42 montres 29 Vendôme, 43 montres Porsche Design, 44 montres Ralf Tech, 45 montres Franck Muller, 46 montres H. Moser & Cie, 47 montres Bucherer, 48 montres Van Cleef & Arpels, 49 montres Vianney Halter, 50 montres Romain Jerome, 51 montres Christophe Claret, 52 montres Chaumet, 53 montres Ange Barde, 54 montres Anonimo, 55 montres Harry Winston, 56 montres Ressence, 57 montres Yema, 58 montres De Bethune, 59 montres Concord, 60 montres Rebellion,