L'Événement

Le Mans Classic 2010

Du 9 au 11 juillet 2010

La Cote des Montres™ le 08 juillet 2010



Cinquième !

Du 9 au 11 juillet 2010, Le Mans Classic va à nouveau dérouler ses 13 kilomètres et demie d'histoire, de passion et de furie mécanique. Cœur du spectacle, la course réunira près de 470 voitures réparties en 6 plateaux qui se relaieront sur la piste durant 24 heures. Les clubs européens de voitures anciennes feront leur cinéma au Mans Classic, et le village attend encore plus d'exposants et d'animations qu'en 2008. Cette édition sera l’occasion d’assister à la vente aux enchères Artcurial consacrée à des voitures d’exception. Tout est réuni pour offrir à cette cinquième édition le succès attendu, celui d'un événement incontournable non seulement pour les amateurs d’automobiles anciennes mais aussi ceux de grand spectacle.




Présentation

Les 24 Heures du Mans sont bien plus qu'une course automobile. C'est un mythe né à l'aube du XXe siècle et qui se perpétue aujourd'hui encore avec la même intensité. Les constructeurs du monde entier et les grandes figures du pilotage ont tous voulu inscrire l'épreuve mancelle à leur palmarès. 24 heures de course non-stop, sur un circuit long de 13 kilomètres inscrit depuis toujours au patrimoine du sport automobile… Ce format unique a fait la renommée mondiale de la course.

La montre Richard Mille RM 010 Le Mans Classic 2010

En 2002, Peter Auto et l'Automobile Club de l'Ouest s'associent pour offrir aux 24 Heures une grande rétrospective, avec l'ambition de créer l'un des plus beaux événements d'automobile ancienne au monde. Dès sa première édition, Le Mans Classic réunit tous les ingrédients du succès : les courses se disputent en effet sur le Grand Circuit du Mans, qui déroule ses 13 kilomètres incluant de larges portions de route fermées. A l'intérieur du circuit, l'immense espace permet d'accueillir les collectionneurs et leurs voitures venues de l'Europe entière ; elles étaient plus de 6500 en 2008, elles seront plus de 7000 en 2010.

Côté piste, l’histoire des 24 heures constitue un point capital : peuvent courir au Mans Classic toutes les voitures, ou les modèles du même type, qui ont disputé l'épreuve entre 1923 et 1979.

La sélection est rigoureuse, afin de favoriser la diversité et d'offrir au public un spectacle de la plus haute qualité possible. La plupart des voitures ont acquis, au fil des ans, une histoire d’une valeur inestimable. Bien que dotées d’une longue vie, leur mécanique a besoin d'être préservée et il n'est pas question de les faire courir 24 heures durant. Les concurrentes sont donc réparties en six plateaux, en fonction de leur âge -permettant ainsi d'éviter les trop grands écarts de performances- qui se relaient sur la piste durant… 24 heures. Chaque plateau compte 68 automobiles et 10 de réserve, au total le public peut admirer pas moins de 470 voitures d'une incroyable diversité. Des Bentley et Talbot d'avant-guerre aux Porsche 935 et Ferrari 512 BBLM de la fin des années soixante dix, l'âge d'or du sport automobile peut défiler sous ses yeux.

Chaque édition apporte son lot de nouveautés. En 2008, la piste s'ouvre à de nouvelles voitures… à l'échelle ½. Un plateau de 70 mini-voitures est en effet réuni avec des enfants de 6 à 13 ans à leur volant. Départ type Le Mans avant un tour complet du circuit Bugatti… Le public est conquis.




EN 2010…

  • L'ordre de départ de la compétition est modifié : le plateau 3 sera le premier à s'élancer, samedi 10 juillet à 16H00.
    
  • Après un succès mémorable en 2008, Little Big Mans est reconduit. Les pilotes en herbe ouvriront la pite samedi à 14H00.
    
  • Plusieurs anniversaires seront célébrés : les 100 ans d’Alfa Romeo; les 75 ans de la première victoire au Mans de Lagonda et les 40 ans de celle de Porsche. Quant à l'Aston Martin Owner’s Club, il fêtera ses 75 ans.
    
  • Les enchères sont de retour dès le vendredi 9 juillet. Artcurial Motorcars présentera des lots exceptionnels comme la Mc Laren F1GTR "Art Car" peinte par César et la CD Panhard victorieuse de l'indice de performance au Mans 1962.
    
  • Trois BMW Artcars seront exposées dans le village tout au long de week-end. La BMW M1 d’Andy Warhol et les 3.0 CSL de Frank Stella et Alexander Calder.
    
  • Sera aussi présent, le club des pilotes, réunis par Gérard Larousse. Ce club rassemblant 24 pilotes ayant pris le départ des 24 Heures du Mans rencontrera le public lors d’une séance de dédicaces.




En piste

Les six plateaux de compétition qui vont se relayer sur la piste durant 24 heures constituent le coeur du spectacle. On vient du monde entier pour participer au Mans Classic, près de 30 nationalités sont représentées parmi les pilotes. Toutes leurs voitures sont des modèles ayant participé aux 24 Heures du Mans entre 1923 et 1979. Beaucoup de châssis ex-Le Mans feront leur grand retour sur la piste mancelle pour l'occasion. Côté pilotes, le public aura le plaisir de retrouver de grandes figures du sport automobile et de l'endurance, comme Henri Pescarolo ou René Arnoux. En 2008, neuf anciens vainqueurs des 24 Heures étaient sur la ligne de départ. Ils seront au moins autant en 2010, réunis par Gérard Larrousse dans le Club des Pilotes des 24 Heures.
Au total : 468 voitures en piste, réparties en six plateaux selon leur âge. En cas de défaillance de l'une d'entre elles, une voiture de réserve prend immédiatement le relais. Les grilles de départ seront donc complètes jusqu'à la fin du week-end.




Plateau 1 (1923-1939)

Elles sont les pionnières des 24 Heures et ont traversé le XXème siècle pour venir en découdre à nouveau sur la piste mancelle. Parmi elles, des représentantes du luxe français d'avant-guerre : Bugatti Type 51, Delage D6, Delahaye 135S… Et leur rivales britanniques de l'époque: Bentley Blower, Lagonda V12, plusieurs Aston Martin, dont une "Ulster" qui a terminé 8ème des 24 Heures 1935 et une rare Riley MPH, arrivée seconde de l'édition 1934. Il y aura également une représentante de la première édition du Mans en 1923, une Chenard & Walker 2l. Belle initiative d'un équipage britannique 100% féminin : pour Le Mans Classic 2010, Antonia Loysen et Celia Stevens ont préparé une Citroën C4 roadster dans l'exacte configuration de celle qui a couru au Mans en 1932. Enfin, les amateurs de Talbot seront comblés : presque tous les modèles d'usine ayant couru à l'époque vont être réunis au Mans Classic.


Plateau 2 (1949-1956)

Les années cinquante sont marquées par le renouveau d'Aston Martin, sous l'égide de David Brown, le nouveau propriétaire de la marque qui concentre ses efforts sportifs sur les 24 Heures. Le Mans Classic accueillera une DB3 qui a couru l'épreuve reine de l'endurance en 1952 et 1954. La très prestigieuse marque française Talbot vit quant à elle ses dernières années de gloire, en témoigne le magnifique modèle Grand Sport inscrit au Mans Classic, identique au coupé des éditions 1949 et 1950.
Seront également présentes plusieurs Jaguar Type D, dont celle arrivée seconde en 1954, une Fiat 1500 Spéciale du Mans 1950 et une Cooper Jaguar T38 de l'édition 1955. Une modeste Renault 4CV sera également de la partie grâce à une autre initiative d'un équipage britannique.


Plateau 3 (1957-1961)

Prototype de transition entre la Type D et la future Type E, la Jaguar "E2A" fera sa réapparition au Mans en juillet. Elle fut engagée aux 24 Heures 1960, sous les couleurs de l'importateur américain Briggs Cunningham. Elle côtoiera, entre autres, une Ferrari 625 LM et la Tojeiro Climax du Mans 1958, une voiture remarquée au Mans Heritage Club en 2008 et qui a choisi, cette fois, de rejoindre la piste.


Plateau 4 (1962-1965)

Elle sera l'une des stars de cette édition 2010 : la Ferrari 330 TRI qui a remporté Le Mans en 1962 avec Olivier Gendebien et Phil Hill au volant. Pour contrer les Ferrari, Jaguar développe en 1962 une version allégée de sa Type E, avec une carrosserie plus aérodynamique: la "Low Drag". Inscrite au Mans Classic 2010, "49FXN" est certainement l'un des plus célèbres spécimens de cette Type E ultime. Elle retrouvera sur la piste deux Ferrari 250LM, une Aston Martin DP 212 mais aussi l'une des plus célèbres MG B : "DRX 255C", arrivée seconde de sa classe au Mans 1965.


Plateau 5 (1966-1971)

40 ans après le premier succès de Porsche au Mans, une 917, arrivée seconde au Mans 1971, revient sur le circuit avec son pilote de l'époque, Dick Attwood. Une splendide Alfa Romeo 33/2 qui a couru au Mans en 1968 et 1969 viendra célébrer le centenaire de la marque transalpine. A ses côtés sur la ligne de départ, une Porsche 908/2 au fabuleux palmarès, dont une troisième place -et victoire de classe- au Mans en 1970. Une autre célèbre Porsche 908 sera présente : celle que Steve Mc Queen mena à la seconde place des 12 Heures de Sebring en 1970 et qui servit au tournage du film Le Mans. Frank Costin est un aérodynamicien, qui s'est notamment illustré avec le dessin de nombreuses Lotus. De sa collaboration avec Roger Nathan est née la Costin-Nathan, une voiture de sport au profilage particulièrement soigné et doté d'un châssis bois qui en fait tout la singularité. Le Mans Classic accueillera avec plaisir la soeur jumelle de celle qui a couru les 24 Heures en 1967, avec le même petit moteur HIMP 1000cc. Autre rareté : l'unique Ligier JS3, pilotée au Mans 1971 par Guy Ligier.


Plateau 6 (1972-1979)

Traditionnellement, le plus récent et le plus rapide plateau du Mans Classic accueille un grand nombre de châssis ex-Le Mans. C'est le cas de la Cheetah G601 et de l’unique Duckhams, première voiture conçue par Gordon Murray, le père de la McLaren F1GTR, à l’instigation d’Alain de Cadenet qui l’engagera au Mans en 1972, 1973 et 1974. Impossible de ne pas revenir sur les 30 ans de la victoire au Mans de Jean Rondeau. Témoins de l'aventure mancelle du constructeur-pilote : l'Inaltera de 1976 qui sera pilotée par le grand Henri Pescarolo, et la Rondeau 379 C de 1979.

Les clubs

L'automobile fait son cinéma au Mans Classic

En cinq éditions, Le Mans Classic est devenu le rendez-vous immanquable des clubs européens. Ils étaient plus de 200 en 2008, avec près de 6500 voitures réparties dans l'enceinte du circuit. Sont admises toutes les voitures d'avant 1966 plus quelques modèles plus récents mais figurant déjà parmi les "classiques". Un état de présentation irréprochable constitue le sésame d'entrée à l'espace Clubs du Mans Classic. A noter : une présence renforcée des clubs de marque en 2010.
Des tours de piste seront bien entendu ouverts aux collectionneurs, l'occasion pour ces derniers de parcourir les 13 kilomètres du plus mythique des tracés.



Le concours des clubs récompensera leur présentation, sous le haut patronage de la FIVA et de la FFVE. Le thème de cette édition : l’Automobile et le Cinéma.

Le Mans Classic 2010 a choisi de rendre hommage aux voitures "stars": partenaires des plus grands héros du cinéma ou même "actrices" principales de grands classiques du septième art.

De la Ford T de Laurel et Hardy aux bolides tunés de Fast and Furious en passant par la De Lorean de Retour vers le Futur et l'Aston Martin DB5 de Goldfinger, l'automobile a toujours été omniprésente au cinéma. Actrice principale dans la Coccinelle ou dans Christine, elle complète la panoplie du héros dans un nombre incalculable de films, et dans tous les genres cinématographiques: Le grand public se souvient de la Cadillac Eldorado du Corniaud ou de la Ford Mustang d'Un Homme et une Femme ou de l'inspecteur Bullitt; les cinéphiles n'ont probablement pas oublié non plus la Rolls Royce Silver Cloud "Chinese Eyes" de Blow Up d'Antonioni et l'Alfa Romeo Giulietta de Michel Piccoli dans les Choses de la Vie de Claude Sautet.

Le cinéma n'a pas manqué d'exploiter le thème de la course automobile : les films Grand Prix et Le Mans sont les modèles du genre et plus récemment, en 2001, le film Driven avec Silverstone Stallone. Dans l'esprit du public, l'acteur Steve Mc Queen reste certainement la meilleure incarnation du Pilote; pour la bonne raison qu'il en fut un, et de talent. Il porta le projet du film "Le Mans" jusqu'au bout, avec pour résultat ce qui peut être considéré, encore aujourd'hui, comme le meilleur documentaire sur la course automobile.

Le thème du cinéma sera également omniprésent au Mans Classic 2010. D'abord à travers le thème du Concours des Clubs : cette année, les clubs de voitures anciennes sont en effet invités à ré-interpréter leurs plus grandes scènes du cinéma. Les plus beaux décors et mises en scènes seront départagés à l'issue du week-end par le jury du concours.

Le public pourra admirer, en outre, la Ferrari 250GT Spider California de La Lune dans le Caniveau, la Ford GT40 de Le Mans, la Jaguar Type E du détective Jerry Cotton ou la Ford T de Laurel et Hardy. Sur la piste, les passes d'armes attendues entre les Porsche 917 et Ferrari 512 ne manqueront pas de rappeler celles fixées sur pellicule, il y a 40 ans tout juste, lors du tournage du film Le Mans.


Le Mans Heritage Club

S'il est le plus éphémère -il ne se forme que pour Le Mans Classic- Le Mans Heritage Club est certainement le plus prestigieux. Il accueille en effet 24 voitures ayant participé aux 24 Heures du Mans entre 1923 et 2010. Un bel aperçu de l'histoire des 24 Heures, qui permettra aux passionnés de mesurer rapidement l'évolution des voitures de course durant – presque-tout le XXème siècle et le début du XXIe. Un jury d'une vingtaine de membres -journalistes spécialisés, designers, commissaires priseurs…- récompensera l'une d'entre elles selon différents critères (histoire, authenticité, palmarès, innovation, design, état de conservation ou de restauration…) dans le cadre du Concours Le Mans Heritage Club. A noter aussi que les 24 châssis ex-Le Mans retrouveront la piste de leurs exploits lors d'un tour d'honneur, samedi à 13h30.




24 voitures
6 périodes significatives de l'histoire de l'automobile
2 à 5 voitures par période

1ère Classe (1923-1939) L'ère des gentlemen drivers Avant d'être balayée par la seconde guerre mondiale, la firme allemande Adler se distingue dans les années 30 avec des solutions techniques très avant-gardistes pour l'époque. Il est facile d'imaginer aujourd'hui l'impact visuel que l'Adler Super Trumpf a pu provoquer chez le public des 24 Heures du Mans 1937, avec sa carrosserie à la ligne ponton ultra aérodynamique. Ce modèle à l'histoire mouvementée a terminé deux fois 6e aux 24 Heures (1937 et 1938).

2e Classe (1949-1957) Autrefois réservée à l'élite, la voiture se démocratise et la compétition automobile attire les foules. Premier modèle de l'ère David Brown -son nouveau propriétaire- l'Aston Martin DB2 signe le retour de la firme britannique sur le devant de la scène, y compris sportive. La DB2 présentée est une voiture d'usine qui compte deux participations au Mans à son actif, en 1950 et 1951. Elle y a en outre réalisé de très belles performances puisqu'elle a terminé respectivement 5e et 3e de ces deux éditions. Les connaisseurs apprécieront son état d'origine véritablement exceptionnel.

3e Classe (1958-1962) Les Ferrari font leur grande entrée au palmarès des 24H du Mans, même si Aston Martin parvient à s'imposer en 1959. D'autres constructeurs plus généralistes visent quant à eux des victoires de classe avec des voitures de plus faibles cylindrées. C'est le cas de MG qui se distingue avec différentes versions de la MGA, dont celle présentée, qui compte trois participations au Mans, en 1959, 1960 et 1961. D'abord carrossée en roadster, c'est sous la forme d'un coupé aérodynamique qu'elle remporte la classe deux litres en 1960.

4e Classe (1963-1971) Alors que le circuit du Mans subit ses premières modifications… La Ferrari 312 P signe en 1969 le retour du Cheval Cabré au Mans, après une pause en 1968. Vite remplacée par la 512S, la 312P, elle se distingue plus par sa rareté et sa beauté sculpturale que par son palmarès. Force est de reconnaître que le modèle présenté, qui a couru au Mans en 1969, 1970 et 1974, est certainement l'une des plus belles voitures de course jamais créées…

5e Classe (1972-1981) Les constructeurs français vivent leurs années glorieuses… Matra, d'abord, avec ses trois victoires d'affilée en 1972, 1973 et 1974. La Matra 670 inscrite au Mans Heritage Club est celle qui termina seconde en 1972, pilotée par François Cevert. La Rondeau M379 également présentée est celle qui permit au pilote constructeur Jean Rondeau de remporter les 24 Heures en 1980 avec Jean-Pierre Jaussaud.

6e Classe (après 1981) Les « Groupe C » font leur entrée et les Porsche entament une belle période de domination en endurance. La Lancia LC2 est restée dans les mémoires comme la seule tentative italienne dans le groupe C. Puissante et rapide avec son moteur d'origine Ferrari, son manque de fiabilité l'empêchera de briller au Mans. Dans sa livrée Martini, la voiture présentée a disputé les 24 Heures en 1984 et 1985.

Little Big Mans



Grande nouveauté de la dernière édition du Mans Classic en 2008, Little Big Mans a conquis le cœur du public et de ses jeunes participants. La parade des enfants, au volant de leurs minibolides, est bien sûr reconduite en 2010, et s'annonce déjà comme l'un des moments forts du week-end.

Juste avant le départ de la grande course, les pilotes en culottes courtes s'élanceront à l'assaut du circuit Bugatti, samedi à 14H00, avec un départ type Le Mans devant les tribunes. Little Big Mans n'est en aucun cas une compétition, les enfants ne sont pas chronométrés. Tenues d'époque et attitude de "gentlemen driver en herbe" seront en revanche récompensées par le jury. Pour participer : avoir entre 6 et 13 ans et s'inscrire avec une voiture thermique ou électrique à l'échelle ½ - environ.

Artisanales ou produites en série limitée, ces voitures pour enfant sont toutes très fidèles aux modèles dont elles reprennent les lignes. Parmi elles, une star : la Bugatti Baby Type 52, produite par la firme de Molsheim elle-même entre 1926 et 1930. L'une d'entre elles figurera sur la ligne de départ, une voiture ayant appartenu à la famille royale de Belgique. Morgan, Jaguar XK 120, Gordini, Aston Martin Volante… La liste des engagés Little Big Mans n'a rien à envier à celle "des grands" et parmi ces pilotes en herbe, on ne compte pas moins de 10 nationalités.

Programme

Vendredi
  • Accueil des enfants et de leurs parents
  • Mise en place des voitures dans le paddock dédié Little Big Mans

Samedi
  • Accueil des enfants et de leurs parents
  • Déjeuner au Junior Drivers' Club
  • 14H00 - Parade Little Big Mans sur la piste devant les tribunes et sur le circuit Bugatti

Dimanche
  • Remise des prix et parade Little Big Mans dans le village
  • Déjeuner au Junior Drivers' Club

Vente aux enchères



Artcurial fait monter les enchères au Mans Classic !
Le 9 juillet prochain, la Maison de Vente Artcurial inaugurera sa nouvelle enseigne Artcurial Motorcars avec une première vente événement qui présentera des lots exceptionnels dont deux voitures ayant disputé les 24 Heures du Mans : l'unique McLaren F1GTR peinte par le sculpteur César et la CD Panhard victorieuse de l'indice de performance en 1962. Seront également présentées deux collections privées dont celle d'un homme d'affaires parisien composée de neuf GT des années 60-70 incluant une Ferrari 275GTB/4 (740 000-850 000 €), une Lamborghini Miura SV (480 000-600 000 €), une AC Cobra 289 (330 000-360 000 €) et une plus récente Porsche 959 (180 000-200 000 €), toutes "matching numbers" avec pédigree.

Dirigé par Matthieu Lamoure, secondé de Pierre Novikoff et Iris Hummel, Artcurial Motorcars bénéficie d'une nouvelle équipe, expérimentée et entièrement dédiée à l'automobile. Maître Hervé Poulain tiendra bien entendu le marteau pour cette première vente Artcurial Motorcars au Mans Classic. Le commissaire-priseur, qui fait rimer depuis longtemps art et sport automobile, est l'instigateur des célèbres Art Cars décorées par des artistes de renom et inscrites à différentes éditions des 24 Heures du Mans. L'une des plus emblématiques est certainement la McLaren FIGTR peinte par César. Hervé Poulain fera monter les enchères pour cette voiture qu'il a lui-même pilotée au Mans en 1995. A noter que la même année, c'est une autre McLaren F1GTR qui a remporté les 24 Heures.

Plus ancienne, la CD Panhard également proposée à la vente est un modèle emblématique de l'aventure CD au Mans. En 1962, la voiture, portant le n°53 et pilotée par l'équipage Alain Bertaut-André Guihaudin remporte l'indice de performance à la moyenne de 142,793 km/h. Un bel exploit pour une voiture dont le moteur fait moins de 750 cm3, mais dont le profilage soigné permet une bonne vitesse de pointe dans la ligne droite des Hunaudières, longue de presque 6 kilomètres. Cet exemplaire au palmarès unique, dont le propriétaire actuel n'est autre que le directeur de l'écurie Panhard de l'époque, est un passeport d'entrée idéal pour les éditions futures du Mans Classic. Sera également présentée une autre collection privée de neuf voitures dont une Delahaye 135MS cabriolet Chapron ex Jacques Dumontant, une Aston Martin DBS Vantage en rare conduite à gauche, ainsi qu'une Ferrari 330GT 2+2 ayant appartenu au baron Empain.



Cette vente marque le retour d'une "tradition" au Mans Classic. En 2004, une Bentley Speed Six y fut adjugée plus de 4 millions d'euros, battant le record de la plus haute enchère pour une voiture de collection dans une vente européenne.

Inscriptions ouvertes – clôture du catalogue le 31 mai 2010

Le village

Au cœur du Mans Classic



Le pouls du Mans Classic bat au travers de son village, désormais facilement accessible grâce à la nouvelle passerelle qui le relie aux paddocks. C'est incontestablement là où il faut se rendre, que ce soit entre deux courses, deux visites de paddocks ou des clubs, ou bien encore pour rejoindre l'espace réservé aux visiteurs "Privilège".

Les exposants : L'automobilia entre présent et passé
Boutiques ou village de toile pour une centaine de professionnels qui présentent leurs dernières oeuvres, leurs ultimes publications, leurs antiquités automobiles et autres pièces rares....

Les expositions : Le village côté "People"
Le Mans Heritage Club : star system
Ce club des clubs ne pouvait installer sa pelouse et ses barrières blanches puis faire son show qu'au coeur du village, statut de star oblige !
L'Espace Supercars : en route pour le futur… passé ! Parce qu'elles seront les fleurons des voitures de collection de demain, le village du Mans Classic ouvre aussi son cœur aux Supercars qui s'exposent au nombre de… 24 !

Le Welcome : Le club VIP du Mans Classic
Le village est le point de ralliement de tout spectateur ayant choisi le "Package Privilège". Dés le jeudi, le public pourra découvrir les 12 boutiques créées spécialement pour Le Mans Classic ainsi que les 170 exposants répartis dans le village.

 PUBLICITÉ
  • Chopard
  • Breguet
  • Tudor
  • Zenith
  • Hublot
  • Tag Heuer
  • Rolex
  • Ulysse Nardin
  • Jaeger-LeCoultre
  • Panerai
  • Montblanc
  • Tag Heuer
  • Bulgari
  • De Bethune
  • Zenith
  • IWC
  • A. Lange & Söhne
  • Louis Vuitton
  • Bell & Ross
  • Roger Dubuis
  • Tag Heuer
  • Ulysse Nardin
  • Hublot
  • Anonimo
  • Bulgari
  • Ulysse Nardin
  • Girard-Perregaux
  • Piaget
  • Zenith
  • Tag Heuer
  • Tag Heuer
  • Bucherer
  • Rolex
  • Richard Mille
  • Tag Heuer
  • Montblanc
  • Richard Mille
  • Tag Heuer
  • Ralf Tech
  • Salon de Genève
  • H. Moser & Cie
  • Breitling
  • Bucherer
  • Tag Heuer
  • Piaget
  • Tag Heuer
  • Tag Heuer
  • Vacheron Constantin
  • Richard Mille
  • Bucherer
  • Bucherer
  • Hublot
  • Girard-Perregaux
  • Girard-Perregaux
  • Tag Heuer
  • Zenith
  • Tag Heuer
  • Bucherer
  • Breguet
  • Richard Mille
  • La Maison Bucherer célèbre les Journées Européennes des Métiers d’Art les 31 mars et 1er avril
  • Jaeger-LeCoultre vous donne rendez-vous chez Bucherer
  • Girard-Perregaux au SIAR, Salón Internacional Alta Relojería pour la 4e année consécutive
  • Le Paris Saint-Germain se met au rythme de Richard Mille
  • Montres rares par Paul Miquel, la collection impossible
  • Julien Haenny, nouveau Directeur Général chez Anonimo
  • Exposition Passion for Watches pour les amateurs de belles montres
  • Richard Mille a été victime d’un cambriolage dans ses bureaux parisiens
  • Girard-Perregaux présente une exposition exclusive au Printemps du Louvre
  • F1 : Richard Mille félicite Romain Grosjean pour son exceptionnel début de saison
  • Bucherer remet le prix de la femme de l’année à Sophie Marceau !
  • M. Davide Cerrato rejoint Montblanc comme Directeur de la Division Montres
  • Soyez horloger, le temps d’un atelier !
  • Les Journées de la Passion® du 14 au 15/11/2015
  • Zenith est sur la ligne de départ du Castellet !
  • Audemars Piguet célèbre les succès de Serena Williams & Stan Wawrinka
  • Audemars Piguet accueille Freida Pinto comme ambassadrice
  • Audemars Piguet présente son Directeur de la Création Claude Emmenegger
  • Crésus, Carte Noire & La Revue des Montres lancent les « Rendez-vous haute précision »
  • A. Lange & Söhne parraine les Classic Days au Château de Dyck
  • Cresus ouvre une nouvelle boutique à Lille
  • Exposition « Stone in Store » de Thierry Courtadon chez Hublot Vendôme
  • Le Schneider Electric Marathon de Paris à l’heure TAG Heuer
  • L'artiste suisse Robin Meier sélectionné pour présenter la 1ère commission d'art Audemars Piguet
  • Corum « Bridging Art and Mechanics »
  • Serena Williams remporte son 19e Grand Chelem, équipée de son Audemars Piguet
  • Patek Philippe renforce sa présence à Genève
  • Jean-Sébastien Gerondeau nommé Directeur Général Montblanc France
  • Audemars Piguet présente sa nouvelle campagne publicitaire 2015
  • Jessica Chastain, nouvelle ambassadrice Piaget
  • Lettre ouverte à Thomas Jordan, président de la Banque Nationale Suisse
  • Hublot & Italia Independent annoncent une collaboration de trois ans
  • Perrelet : Tristan Boyer de Bouillane nommé Directeur Général
  • Cresus présente son nouveau site e-commerce et ouvre deux nouvelles boutiques
  • Audemars Piguet fête le succès de Stan Wawrinka, nouvel ami de la marque
  • Kering finalise l'acquisition de la marque de Haute horlogerie Ulysse Nardin
  • Hublot et l’Ajax prolonge leur partenariat
  • Une neuvième édition pour le salon Rocollection
  • Yann Guichard et Zenith arrivent second de la Route du Rhum
  • Passion for Watches : Le rendez-vous incontournable des passionnés de belles montres
  • JeanRichard partenaire du LOU Rugby
  • Soirée Bell & Ross aux Invalides
  • La Maison Louis Vuitton inaugure sa Manufacture Horlogère : La Fabrique du Temps
  • La boutique de Richard Mille Paris s'installe avenue Matignon
  • Le chef italien Carlo Cracco, nouveau partenaire Richard Mille
  • Walter Lange fête ses 90 ans
  • Walter Lange fête ses 90 ans
  • JeanRichard lance le compte à rebours rugbistique
  • TAG Heuer optimise son outil de production
  • Richard Mille félicite le Manchester City Football Club
  •  PUBLICITÉ

    Vous aimez cette montre ?

    beaucoup
    passionnément
    pas du tout

      PUBLICITÉ
      Pages les plus consultées
    1 montres Rolex, 2 montres Patek Philippe, 3 montres Audemars Piguet, 4 montres Hublot, 5 montres Richard Mille, 6 montres Omega, 7 montres Tag Heuer, 8 montres Cartier, 9 montres Jaeger-LeCoultre, 10 montres IWC, 11 montres Breitling, 12 montres Panerai, 13 montres Zenith, 14 montres Vacheron Constantin, 15 montres Montblanc, 16 montres Breguet, 17 montres Baume & Mercier, 18 montres Bell & Ross, 19 montres Piaget, 20 montres Chopard, 21 montres A. Lange & Söhne, 22 montres Tudor, 23 montres Blancpain, 24 montres Chanel, 25 montres Girard-Perregaux, 26 montres Corum, 27 montres Roger Dubuis, 28 montres Louis Vuitton, 29 montres BRM, 30 montres Bulgari, 31 montres Ulysse Nardin, 32 montres Ebel, 33 montres Dior, 34 montres L.Leroy, 35 montres Jaquet Droz, 36 montres JeanRichard, 37 montres Parmigiani, 38 montres Franck Muller, 39 montres Harry Winston, 40 montres De Bethune, 41 montres MB&F, 42 montres Bucherer, 43 montres Hermès, 44 montres HYT, 45 montres Porsche Design, 46 montres Ange Barde, 47 montres Christophe Claret, 48 montres Chaumet, 49 montres Perrelet, 50 montres Eterna, 51 montres Van Cleef & Arpels, 52 montres H. Moser & Cie, 53 montres Frédérique Constant, 54 montres Graham-London, 55 montres Yema, 56 montres Anonimo, 57 montres Rebellion, 58 montres Vulcain, 59 montres Romain Jerome, 60 montres Bombardier,