La Saga Breguet

Quelle marque pourrait mieux symboliser aujourd’hui la haute horlogerie, puisqu’elle est la "Haute Horlogerie" ?

Breguet, le génie horloger

Sans les innombrables inventions d’Abraham-Louis Breguet nous ne serions pas là à parler de montres et à nous passionner pour elles, elles n’existeraient pas.

Abraham-Louis Breguet,

un homme à l’origine de deux siècles et demi de passion.


Entrons dans l’histoire

Abraham-Louis Breguet naît en Suisse à Neuchâtel en 1747.

Il est orphelin à l’age de onze ans et voit sa mère se remarier avec un cousin de son père, horloger et commerçant de métier.
En affaires à Paris, son beau-père le place chez un ami horloger de Verrières.
A 15 ans, Le jeune Breguet entre en apprentissage à Versailles et c’est au cours des dix années qui vont suivre que trois rencontres vont sceller à tout jamais son destin.

  • L’Abbé Joseph-François Marie (professeur de mathématiques à Paris) qui lui enseigna la physique, l’optique, l’astronomie et la mécanique ;
  • Ferdinand Berthoud (horloger de haut niveau, horloger de la Marine) qui l’accueillit dans son atelier pour le former aux techniques horlogères de haut niveau et
  • Jean-Antoine Lépine (Maître Horloger de génie, dont les inventions techniques sont encore d’actualité dans l’horlogerie moderne) avec lequel il travailla en étroite collaboration.
En 1775, il vole de ses propres ailes et s’établit à son compte.

L’aventure BREGUET démarre à Paris en 1775.


Abraham-Louis Breguet ouvre son atelier quai de l’Horloge sur l’Ile de la Cité à Paris en 1775.

La première invention qui le fait connaître est la montre dite perpétuelle ou automatique qu’il livre au Duc d’Orléans en 1780.

Deux ans après, il réalise pour la Reine de France Marie-Antoinette la montre perpétuelle à répétition et quantième n°2 10/82.

En 1783, Breguet reçoit une commande étonnante et mystérieuse :
Il s’agit de réaliser pour le compte d’un officier des gardes de la Reine, une montre incorporant toutes les complications et tous les perfectionnements connus à l’époque. Aucune limite de délai et de prix n’est imposée.
Malheureusement la Reine de France s’éteindra avant de voir terminée la fabuleuse montre n°160, dite Marie-Antoinette (cette pièce extraordinaire fût volée en 1968, au MAYER MEMORIAL MUSEUM de Jérusalem et reste depuis disparue à jamais).

Abraham-Louis Breguet est officiellement reconnu Maître Horloger en 1784.

Pendant la révolution française il regagne la Suisse et s’installe au Locle.

Abraham-Louis Breguet est fait citoyen français en 1792, il se réinstalle à Paris dès l’année suivante.

Horloger de génie, il s’avère également un commerçant hors pair et très en avance sur son temps. Dès 1796, il invente une solution marketing révolutionnaire en créant la Montre de Souscription.
Il s’agit d’une montre simple à une aiguille dont le quart du prix est payé par le client à la commande et dont les livraisons se font selon l’ordre des souscriptions.
Grâce à cette idée les ateliers du quai de l’Horloge tournent à plein régime.

En 1798, le Général Napoléon Bonaparte achète à la maison BREGUET trois pièces importantes :

  • Une montre à répétition,
  • une pendulette de voyage à almanach
  • et une montre perpétuelle à répétition.
Abraham-Louis Breguet invente le chronomètre musical, mouvement d’horlogerie faisant office de métronome, présenté sur le champs de Mars à Paris, lors de l’Exposition de l’An II, ce qui fait de lui le père du métronome.

Régulateur à tourbillon
En 1801, le Régulateur à Tourbillon est une invention BREGUET, il sera dévoilé au public en 1806.

Abraham-Louis Breguet crée la première montre-bracelet de l’histoire en 1810 pour la Reine de Naples Caroline Murat (sœur de l’Empereur Napoléon 1er).

Il devient Membre du Bureau des longitudes,.puis Horloger de la Marine Royale, entre à l’Académie des Sciences et reçoit la Légion d’Honneur des mains du Roi Louis XVIII.

Abraham-Louis Breguet s’éteint en 1823.

Passations de pouvoir…


Au décès de son père en 1823, Antoine-Louis, fils d’Abraham-Louis Breguet reprend le flambeau de la maison BREGUET.
Formé à bonne école, il poursuit l’œuvre horlogère de son père mais ne possède pas ses talents commerciaux.
Les ventes et prises de commandes vont commencer à décliner jusqu’à faire défaut à l’économie de l’entreprise.
Les précieux collaborateurs BREGUET quittent uns à uns le navire.
En 1833, La célèbre maison est au plus mal, les ventes sont tombées à moins de cinquante pièces par an, la déroute de la manufacture est annoncée.
Antoine-Louis Breguet prend la décision de transmettre la société familiale à son fils Louis-Clément.
La société BREGUET, NEVEU et Compagnie est crée.

Physicien et horloger, Louis-Clément Breguet se passionne pour les applications de l’électricité et va développer les premières horloges électriques et breveter la pendule à diapason.

Il abandonne l’horlogerie pour se consacrer pleinement aux télégraphes électriques et aux télécommunications en 1870.

Télégraphes électriques

La reprise de la maison BREGUET se fait tout naturellement et sans heurts par son Contre-Maître et Chef d’atelier Edward Brown.
L’entreprise restera aux mains de sa famille pendant 100 ans.

La période difficile

La première guerre mondiale passée, la période qui s’en suivra et la crise de 1929 pousse l’entreprise à produire des montres d’une qualité non conforme aux standards de la marque et ce jusqu’après la seconde guerre.

Ce n’est qu’à partir des années 1950 que Breguet renoue avec le grand luxe.
De nouvelles montres-bracelets sont crées, elles reprennent toutes les caractéristiques d’autrefois, si chères à la clientèle Breguet (boîtes, cadrans, aiguilles).

Le renouveau BREGUET


La marque est reprise par les joailliers parisiens Pierre et Jacques Chaumet en 1970.

François Bodet, jeune cadre de la maison CHAUMET va se révéler l’artisan du renouveau pour la marque bi-centenaire et repositionner BREGUET dans le segment très haut de gamme des complications horlogères.
Il insuffle son énergie à l’entreprise et ouvre un nouvel atelier BREGUET au Brassus en 1976.

En 1987, BREGUET passe aux mains de la société INVESTORS CORPORATION.
La marque voit s’ouvrir le marché asiatique et renoue définitivement avec la pleine croissance.

Les ateliers du Sentier et du Brassus sont surchargés et ne parviennent plus à honorer les commandes, une toute nouvelle manufacture ouvre à l’Abbaye en 1994.

En 1997, BREGUET fête les 250 ans de la naissance d’Abraham-Louis Breguet dans un contexte d’euphorie.

En 1999, contre toute attente, le Groupe Horloger BREGUET est racheté par le SWATCH GROUP / SMH et change une nouvelle fois de mains.

BREGUET confirme le statut leader qu’elle aurait toujours dû occuper dans le segment horloger de très haut de gamme.

Aujourd’hui, les collections et les créations BREGUET sont aussi déterminantes sur le marché du plus que parfait horloger que l’ont été en leur temps les inventions d’Abraham-Louis BREGUET au regard de ses prestigieux commanditaires, tant au niveau esthétique que technologique.

Les clients célèbres de la Maison Breguet


S’entend une liste non exhaustive, mais représentative d’une clientèle symbole d’exigence et de perfection.

• 1780-Le Duc d’Orléans
• 1782-La Reine de France Marie-Antoinette
• 1783-Le Roi de France Louis XVI
• 1787-Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord
• 1792-La Marquise de Condorcet
• 1798-Napoléon Bonaparte
• 1801-Le Général Leclerc
• 1803-Le Prince de Galles
• 1805-Le Prince de Wurtemburg
• 1806-L’Impératrice Joséphine
• 1806-Le Sultan de l’Empire Ottoman Selim III
• 1807-La Reine de Naples Caroline Murat, sœur de l’Empereur Napoléon 1er
• 1809-Le Tsar de Russie Alexandre I
• 1810-Le Roi d’Angleterre George III
• 1810-Le Prince Orloff
• 1811-Le Prince Poniatowski
• 1812-Le Prince Ferdinand d’Espagne
• 1812-Le Prince Charles d’Espagne
• 1812-Le Baron Hottinguer
• 1812-L’Observatoire de Florence
• 1813-L’Impératrice Marie-Louise
• 1813-Le Général Ney
• 1814-Le Général Davidoff
• 1815-Le Baron Rothschild
• 1818-Le Duc de Marlborough
• 1818-Le Duc de Wellington
• 1821-Le Duc de Norfolk
• 1825-Le Roi de France Louis XVIII
• 1835-Le Comte Axel von Fersen
• 1841-Le Duc de Morny
• 1863-Le Comte de Paris
• 1901-Sir Winston Churchill
• 1930-Arthur Rubinstein
• 1931-Ettore Bugatti
• 1931-Sergueï Rachmaninoff
• 1934-Le Prince George de Grèce
• 1950-Le Roi Farouk d’Egypte
• 1950-Le Duc de Windsor

Les montres Breguet au destin extraordinaire ou anecdotique.


Marie-Antoinette
En 1783, Breguet reçoit une commande étonnante et mystérieuse :
Il s’agit de réaliser pour le compte d’un officier des gardes de la Reine, une montre incorporant toutes les complications et tous les perfectionnements connus à l’époque. Aucune limite de délai et de prix n’est imposée.
Breguet mettra 37 années pour réaliser un chef d'œuvre, et malheureusement la Reine de France s’éteindra avant de voir terminée la fabuleuse montre n°160, dite Marie-Antoinette. Cette pièce extraordinaire fût volée en 1968, au MAYER MEMORIAL MUSEUM de Jérusalem et reste depuis disparue à jamais.

En 1822, une histoire quelque peu singulière naît autour d’une très célèbre montre, portée beaucoup plus tard par Arthur Rubinstein : Breguet fabrique une boîte de forme ovale, sans mécanisme ni cadran, simplement destinée à recevoir un portrait pour un aristocrate russe, le Comte Panin.
En 1884 cette boîte revint à la manufacture Breguet qui fût chargée d’y mettre un mouvement et lui donner sa configuration actuelle : la montre n°1682 avec date et thermomètre.

En 1890, le Duc de Marlborough achète la Breguet n°765, un exceptionnel chronographe à répétition minutes et seconde rattrapante ; cette montre sera portée plus tard, toute sa vie durant par Sir Winston Churchill.

Les principales inventions Breguet


• Le Ressort-timbre pour les montres à répétition
• La Clef Breguet à Cliquet
• L’Echappement naturel sans huile
• Le dispositif anti-choc Pare-chute
• La Pendule sympathique
• Le Calendrier perpétuel
• Le Spiral Breguet
• Le Cylindre de rubis
• La Montre simple à une aiguille dite Montre de Souscription
• L’Echappement à force constante
• Le Chronomètre Musical
• La Montre à Tact
• Le Régulateur à Tourbillon
• La Première montre-bracelet de l’histoire
• La Montre à doubles secondes
• La Première montre à Remontoir sans Clef
• La Première horloge électrique
• La Pendule à Diapason
• Le Garde-temps sidéral…

 PUBLICITÉ
Tous les shooting
Toutes les nouveautés
Tous les événements
Toutes les brèves
 PUBLICITÉ

Vous aimez cette montre ?

beaucoup
passionnément
pas du tout

  PUBLICITÉ
L'ÉMOTION AUTOMOBILE AVEC
Audi Prologue Concept
Rolls-Royce Drophead Coupé
  Pages les plus consultées
1 montres Rolex, 2 montres Hublot, 3 montres Patek Philippe, 4 montres Omega, 5 montres Audemars Piguet, 6 montres Tag Heuer, 7 montres Breitling, 8 montres Cartier, 9 montres Panerai, 10 montres Richard Mille, 11 montres IWC, 12 montres Jaeger-LeCoultre, 13 montres Vacheron Constantin, 14 montres Zenith, 15 montres Breguet, 16 montres Baume & Mercier, 17 montres Chopard, 18 montres Bell & Ross, 19 montres Chanel, 20 montres A. Lange & Söhne, 21 montres Montblanc, 22 montres Piaget, 23 montres Tudor, 24 montres Blancpain, 25 montres Dior, 26 montres Girard-Perregaux, 27 montres BRM, 28 montres Louis Vuitton, 29 montres Corum, 30 montres Bulgari, 31 montres Roger Dubuis, 32 montres Ebel, 33 montres L.Leroy, 34 montres Jaquet Droz, 35 montres Parmigiani, 36 montres JeanRichard, 37 montres Perrelet, 38 montres Ulysse Nardin, 39 montres Glashütte, 40 montres Chaumet, 41 montres Hermès, 42 montres MB&F, 43 montres Porsche Design, 44 montres Eterna, 45 montres Ralf Tech, 46 montres Wyler Genève, 47 montres Urwerk, 48 montres Frédérique Constant, 49 montres Graham-London, 50 montres Franck Muller, 51 montres Romain Jerome, 52 montres De Bethune, 53 montres Christophe Claret, 54 montres S.T. Dupont, 55 montres Alpina, 56 montres Vianney Halter, 57 montres Harry Winston, 58 montres Cabestan, 59 montres Bovet, 60 montres HYT,