L'Événement


Baromètre

Hygromètre

Thermomètre

Horloge murale

Panerai pour Eilean

Eilean, dont le nom signifie « petite île » en gaélique,
a vu le jour en 1936…

La Cote des Montres™ le 14 décembre 2009



Officine Panerai a fabriqué, en exclusivité pour Eilean, plusieurs instruments de navigation en édition unique: baromètre, hygromètre, thermomètre, horloge murale et chronomètre marin.

Baromètre : Boîtier en acier satiné, Cadran noir, Dimensions : 14 cm x 14 cm.
Hygromètre : Boîtier en acier satiné, Cadran noir, Dimensions : 14 cm x 14 cm.
Thermomètre : Boîtier en acier satiné, Cadran noir, Dimensions : 14 cm x 14 cm.
Horloge murale : Boîtier en acier satiné, Cadran noir, Dimensions : 14 cm x 14 cm.
Chronomètre marin : Mouvement mécanique manuel Panerai OP calibre XX, Boîtier en acier satiné, Lunette en acier satiné et tranches polies, Réserve de marche 52 heures, Coffret en teck.

La cérémonie de passation


Eilean 1939

Eilean 1956

Eilean 1970

Eilean, ketch bermudien de 22 mètres dessiné et construit en 1936 dans les légendaires chantiers écossais Fife, a recouvré sa splendeur, au terme de plus de deux ans et demi de travaux. La cérémonie de passation s’est déroulée le 22 octobre 2009 à la Section voile de la Marine Militaire de la Spezia, au cours de laquelle les chantiers Francesco del Carl o ont remis Eilean à Officine Panerai, entreprise de haute horlogerie italienne et sponsor déjà très actif du plus important circuit de régates internationales pour voiliers classiques et d’époque : le Panerai Classic Yachts Challenge.



La passation, qui a été précédée en septembre par la mise à l’eau technique et une série de tests en mer, a eu lieu dans les espaces mis à disposition par la Marine militaire italienne, en présence de l’Amiral d’escadre Franco Paoli, Commandant en chef du Département militaire maritime Alto Tirreno de la Marine militaire. Une exposition photographique organisée pour l’occasion retraçait, au fil d’images historiques, le long parcours qui a abouti au sauvetage et à la renaissance d’Eilean. Les photographies de la restauration sont l’œuvre de Francesco Rastrelli.

May Kohn

La rénovation d’Eilean a permis d’arracher le voilier à l’état de délabrement qui le gagnait lorsqu’il fut retrouvé en 2006 sur l’île d’Antigua, aux Caraïbes, et racheté par Officine Panerai. Ramené en Italie par cargo en 2007, Eilean a fait l’objet d’une restauration intégrale qui en a préservé les formes et les caractéristiques, ainsi qu’une grande part des matériaux d’origine. Les travaux ont mobilisé pendant plus de deux ans et demi une équipe d’artisans du chantier Francesco Del Carlo, à Viareggio, en collaboration avec le directeur des travaux Enrico Zaccagni.



Caractérisées par des lignes d’eau dont les proportions en exaltent la beauté, Eilean est un voilier grée en ketch bermudien – à deux mâts sur lesquels sont hissées deux puissantes grand voiles – fait de matériaux composites: le bordé en teck Burma est en effet soutenu par une charpente métallique en fer zingué. Sobre et épuré dans ses lignes et son gréement, le bateau n’a pas été conçu expressément pour la course de voile. Eilean, au contraire, n’a rien perdu de son esprit authentique, d’une grande élégance parfaitement accordée à la fonctionnalité de ses caractéristiques, et, au cours de sa longue histoire, a déjà été le protagoniste de 36 traversées de l’Atlantique. Le ketch a également eu son heure de gloire, en 1982, lorsqu’il a été choisi par le groupe de pop anglaise Duran Duran alors au zénith, pour le tournage du clip de sa chanson « Rio ».



« Voir Eilean restitué à sa splendeur passée est une source d’émotion forte, partagée, j’en suis sûr, par tous les amoureux de la voile d’époque », a déclaré Angelo Bonati, CEO d’Officine Panerai. « Avec son élégance sobre et ses lignes impeccables, Eilean ne donne pas seulement un extraordinaire exemple de savoir faire artisanal et d’authenticité, c’est aussi un symbole de cet amour de la mer que seule la voile réussit à exprimer ».



Les liens noués entre la Marine militaire italienne et Officine Panerai plongent leurs racines dans l’histoire : l’entreprise de haute horlogerie florentine a en effet produit en 1936, année de naissance d’Eilean, le premier prototype de plongée utilisé pour les expéditions du Commandement du Primo Gruppo Sommergibili (Premier corps des forces sous-marines) de la Marine royale italienne. En témoignage de son histoire et des nombreux parallélismes touchant le savoir-faire artisanal commun à la voile classique et à la haute horlogerie, Officine Panerai promeut depuis des années la culture de la voile d’époque, à travers le Panerai Classic Yachts Challenge.



Eilean entamera sa première traversée de l’Atlantique depuis sa restauration dans les premiers mois de 2010 et, en avril de la même année, prendra part à l’Antigua Classic Week, première régate du 2010. À l’issue du circuit, Eilean sera au centre d’initiatives de solidarité sociale, pour la diffusion de la culture de la navigation et des voiliers classiques et d’époque.

La restauration



Eilean a vu le jour dans un lieu d’Écosse évocateur de l’une des plus grandes légendes de l’architecture navale mondiale: les chantiers navals Fife. Le prestige des bâtiments construits au sein de cette institution est resté intact jusqu’à nos jours. À cheval entre le XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle, trois générations de Fife, répondant aux noms de William I, William II et William III ont conçu et réalisé quelques-unes des plus belles embarcations du monde, pour nombre d’entre elles encore en activité aujourd’hui et conservées en parfait état de marche. Ces yachts – qu’ils se nomment Cambria (1928), Mariquita (1923), Cintra et Tuiga (1909 tous deux), Moonbeam III et Moonbeam IV, The Lady Anne (1912) ou Latifa (1936) sont bien connus des passionnés, grâce à leur participation aux rendez-vous de la voile d’époque organisés depuis une vingtaine d’années. Eilean vient aujourd’hui grossir leurs rangs, fort de ses caractéristiques exceptionnelles.



Coque

La coque d’Eilean est construite en composite: « épiderme » de l’embarcation, le bordé en teck de Burma exempt de défauts, est soutenu par un squelette composé de membrures, varangues, barrots et renforts en fer zingué. Au cours des travaux de restauration, la technique de construction d’origine a été reprise à la lettre et malgré l’état de délabrement où se trouvait Eilean avant 2006, il a été possible de récupérer la quasi-totalité du bordé d’origine, de quatre centimètres d’épaisseur. Les barrots, les membrures et les varangues ont été assemblés selon la technique de rivetage à chaud, exactement comme dans les années 1930.

À chaque extrémité de la coque, sur l’étrave, à la proue, et sur l’étambot, à la poupe, les dragons de Fife, symbole historique des chantiers, ont été redessinés et sculptés à l’identique (la tête des dragons à la proue et leur queue à la poupe). Le nom d’Eilean, gravé dans le bois sur le tableau arrière, est d’origine ; il signifie « petite île » en gaélique.



Pont principal et superstructure

À la poupe d’Eilean a été récrée un puits en teck de mêmes dimensions que dans le projet d’origine, sur lequel ont été montées des pièces originales, comme le gouvernail à roue en bois et l’habitacle du compas de route en cuivre. Le système à crémaillère d’origine, en bronze, a lui aussi été remonté en liaison avec la mèche du gouvernail, pour transmettre les changements de cap.

De la proue, on domine l’ensemble du pont d’Eilean, qui s’étend sur 50 mètres carrés et se compose de lattes en teck. Toute la quincaillerie et le gréement y ont été remis en place, dont sept guindeaux en bronze tout neufs, tous manuels et à deux vitesses, sans aucun servomécanisme électrique ou hydraulique. Autour de la gorge de ces précieux objets s’enroule une partie des kilomètres de cordage en fibre textile indispensables pour mettre Eilean sous voile.

Le puissant capon de la proue, lui aussi fabriqué à neuf mais d’après un modèle ancien, est relié à l’ancre d’origine de type Amiral, que l’on hisse sur le pont ou jette à la mer selon les besoins, à l’aide d’un bossoir.



Le rouf

Sur Eilean, le rouf, tout en teck Burma, situé à l’avant du puits, est d’origine. Il a été démonté pendant les travaux et soigneusement restauré, dans le respect des formes et du bouge de 1936. Les quatre hublots d’origine, en bronze, ont eux aussi été démontés, remis à neuf et réinstallés; l’ensemble des vitrages a de même été remplacé par des vitres incassables de 6 mm d’épaisseur.



Actuellement, ce réduit d’environ 3 m , aux volumes réagencés, peut accueillir quatre personnes assises, sans gêner l’accès à la descente menant sous le pont. Les deux banquettes peuvent se transformer en autant de confortables couchettes de quart, déjà dotées de fargues anti-roulis en bois, ou faire office de table à cartes ou de table d’appoint recevant objets et habits. Dans la partie centrale du rouf se trouve l’escalier d’accès, chevillé à la base, qui peut être ouvert pour laisser entrer la lumière du jour dans la salle des machines en contrebas et permettre l’évacuation immédiate d’éventuelles fumées. Les deux moteurs et le générateur peuvent également être débarqués depuis cette ouverture, pour leur remplacement ou leur entretien.



Aménagements

Il n’existe pas de cabine réservé à l’usage de l’armateur à bord d’Eilean : ce ketch a été pensé pour des voyages au long cours et, de ce point de vue, la couchette simple, équipée d’une toile anti-roulis, est de loin préférable.

Les spacieux volumes à bord d’Eilean ont permis d’y aménager trois confortables cabines doubles, dotées de lits muraux superposés et disposés en étage. Les deux cabines de la poupe sont identiques et toutes deux munies d’un cabinet de toilette. La troisième cabine, qui comprend elle aussi une salle d’eau, avec lambris vernis d’acajou blanc, a été aménagée à la proue à tribord, en face de la cuisine. Viennent s’y ajouter deux cabines destinées à accueillir le commandant et l’équipage, ce qui porte à dix personnes les capacités de couchage totales.



Il a fallu six mètres cubes d’acajou d’Afrique pour aménager t out l ’ i nt ér i eur d’ Ei l ean, une es s ence caractérisée par sa dureté et sa densité, qui garantit une meilleure stabilité et réduit le jeu des panneaux.
Chaque cloison s’encastre en effet dans un montant d’acajou massif, donnant forme à l’élégante boiserie caractéristique. Les cloisons qui compartimentent les différents emménagements sont doubles, renfermant un vide qui assure l’isolation thermique et acoustique et permet d’y faire courir des fils électriques.

C’est sans conteste dans le vaste salon central, ou « carré », que bat le cœur d’Eilean. On croirait presque pénétrer dans la bibliothèque d’une demeure ancienne où la beauté des veinures du bois d’acajou est exaltée au voisinage des livres. Ici, comme d’ailleurs dans tout le voilier, chaque recoin est mis à profit, tandis que la technologie, qu’elle prenne la forme d’une chaîne stéréo ou d’un téléviseur, se dissimule opportunément aux regards.



Mâture

La mâture d’Eilean a été intégralement reconstruite. Il a fallu six mètres cubes de spruce pour réaliser les deux mâts, les deux bômes et le beaupré. Tout le bois, originaire d’Alaska, a été tiré du même arbre et parfaitement séché. Le spruce est notamment connu pour être un bois élastique, léger et droit de fil, dans lequel il est possible de découper des planches de longueur conséquente.

Le nouveau grand-mât mesure 28,5 mètres et pèse quelque 800 kilogrammes, le mât d’artimon atteint 18,3 mètres de haut et pèse environ 300 kilogrammes. Réalisés en bois que l’on a contrecollé jusqu’à obtention d’une section carrée puis arrondi à la main, les mâts ont une section en poire et sont tous deux creux. Toute la quincaillerie d’origine, des années 1930, en fer zingué, a été remontée sur la mâture.

La bôme du grand-mât mesure 9 mètres de long, celle de l’artimon 6 mètres. Le beaupré fait 5,5 mètres et, à l’instar des deux bômes, a été réalisé en bois massif. Le bâtiment est également muni d’une bôme de misaine, que l’on monte lors des navigations au long cours.



Salle des machines

Le compartiment moteurs d’Eilean a été aménagé dans la zone de la poupe : tout y est et chaque emplacement y a été savamment pensé. On y trouve deux propulseurs Yanmar de 100 chevaux chacun, qui transmettent leur mouvement à autant d’hélices Max Prop, toutes trois tripales et à pas variables. Les pots et systèmes d’échappement ont été gainés pour améliorer l’isolation acoustique et thermique.

Sont également regroupés dans la salle des machines l’autoclave, les pompes à incendie et les pompes d’assèchement des cales. Le système anti-incendie emploie un gaz qui laisse les moteurs et les installations intacts et empêche la propagation des flammes. Le générateur de 6 KW assure l’alimentation des batteries et permet l’usage à bord d’un courant de 220 volts. Un système de chauffage au gazole Webasto est également présent. Deux extracteurs, l’un d’aspiration, l’autre d’extraction, réglables et interchangeables, maintiennent la ventilation de la salle des machines à un niveau constant. Toutes les installations à bord d’Eilean sont conformes aux normes RiNa (Registro Navale Italiano).



Eilean n’a pas de pilote automatique. Outre que le voilier dispose d’un équipage permanent, on sait que le précédent armateur pouvait parcourir des milles et des milles et garder parfaitement le cap, simplement en agissant sur la voilure. Une nouvelle preuve de la qualité de la carène conçue par William Fife.

Les curiosités

2:Mâts
3:Mètres cubes à l’intérieur du roof
4:Centimètres d’épaisseur des planches du bordé en teck de la coque
6:Mètres cubes d’acajou utilisés pour les emménagements intérieurs
18:Mètres de hauteur du mât d’artimon
28:Mètres de hauteur du grand-mât
36:Traversées de l’Atlantique dans la carrière passée d’Eilean
38:Millimètres d’épaisseur du pont principal
50:Mètres carrés de surface du pont principal
50:Tonnes pour le poids de l’embarcation
60:Pour cent du bordé d’origine récupéré
100:Chevaux développés par chacun des deux moteurs montés sur Eilean
300:Kilogrammes de mât d’artimon
301:Mètres carrés de surface de voilure exposée au vent par Eilean
400:Litres de capacité pour chacun des deux réservoirs de gazole embarqués
500:Mètres linéaires de teck utilisés pour le revêtement du pont principal
600:Litres de capacité pour le réservoir d’eau embarqué
800:Kilogrammes de grand-mât
1 000:Mètres linéaires de planches du bordé en teck de la coque
5 000:Vis en bronze de silicium fixant les planches du bordé
5 000:Caches taillés dans le bois du pont d’origine pour recouvrir les vis
40 000:Heures de travail fournies par les ouvriers
150 000:Milles parcourus dans la carrière passée d’Eilean (estimation).

L'histoire

Angelo Bonati CEO Officine Panerai

Eilean, dont le nom signifie « petite île » en gaélique, a vu le jour en 1936 dans les chantiers écossais Fife, à Fairlie et a été réalisé d’après les plans de William Fife III, alors octogénaire.

Étroit à la flottaison et avec une coupe au maître très en retrait, Eilean arborait des lignes d’eau issues de l’étude des classes J utilisés dans les années 1930 pour la Coupe de l’America. Les premiers propriétaires du bateau ont été les frères James V. et Robert W. Fulton de Greenock, membres du Royal Gourock Yacht Club.

Le destin a voulu que les frères Fulton n’aient la jouissance de leur bateau que quelques années, jusqu’à leur départ pour le front, où ils combattront et laisseront prématurément la vie. On sait peu de choses des pérégrinations d’Eilean ou de ses ports de destination, à partir de ce moment et jusqu’au milieu des années 1970. Seule nous est connue la liste de ses armateurs. D’après le registre Lloyds, le ketch appartient en 1951 à P.H.N. Ulander Busby Lanarkshire, en 1952 à Jack Salem, du Cheshire. En 1955, il passe au nom de la Yacht Eilean Ltd du colonel Frank Louis, qui le conserve jusqu’en 1963. L’année suivante, Lord Shawcross Q.C. en devient propriétaire, puis, en 1968, Ernest et Richard Cuckson.



Dans les années soixante-dix, Eilean est racheté par un architecte du nom de John Shearer, qui avait navigué à son bord dans son enfance, alors qu’un de ses oncles en était commandant. L’architecte y élit domicile, transformant Eilean en l’un des plus élégants bateaux de charter de la mer des Caraïbes. Niché dans une anse de l’île caribéenne d’Antigua, English Harbour devient son porte d’attache.

En 1982, les images d’Eilean font le tour du monde. Cette année-là le bateau est en effet loué au célèbre groupe pop Duran Duran, pour le tournage du clip de la chanson Rio, tiré de l’album du même nom, qui sera l’un des plus vendus du groupe.

John Shearer effectuera à bord d’Eilean non moins de 14 traversées de l’Atlantique entre les Caraïbes et l’Europe, bien des fois en solitaire. Au cours de l’un de ces voyages, le bateau, parti de Porto Cervo, est percuté par un ferry en avarie dans le port de Malaga. Le voilier endommagé parvient malgré tout à destination, aux Caraïbes, mais il est impossible de remettre plus longtemps le moment d’une sérieuse restauration. John Shearer remet à flot un vieux remorqueur qui a coulé près de l’île de Montserrat, le conduit jusqu’à Antigua, et y accoste Eilean. Équipé de soudeuses, de tours et de fraises, le remorqueur devient son nouveau toit et son atelier flottant personnel. Ainsi débute la restauration qui, en 1993, fera même l’objet d’un documentaire français intitulé « Les derniers pirates de la liberté ».



Au cours des années suivantes, les travaux se poursuivent par à coups et différentes péripéties manquent d’avoir raison d’Eilean: la rupture d’une prise d’eau fait partiellement sombrer le bateau, une invasion de termites abîme le beaupré, la moitié du grand-mât et le mât d’artimon, mais le bordé en teck résiste, protégé par les propriétés oléagineuses de son bois.

Les caractéristiques

Année de conception:1936
Année de lancement:1937
Architecte:William Fife III
Chantier:William Fife & Son – Fairlie (Écosse)
Nationalité:Italienne
Matériaux:Composite (bordé en teck sur charpente en acier)
Longueur hors armement:27,70 mètres
Longueur hors tout:22,20 mètres
Longueur à la flottaison:15,52 mètres
Largeur:4,65 mètres
Tirant d’eau:3,25 mètres
Déplacement:50 tonnes
Gréement:Ketch bermudien
Surface de voilure:301 m – Zaoli Sails (Sanremo)
Réservoir gazole:2 x 400 litres
Réservoir eau:600 litres
Motorisation:2 x 100 chevaux Yanmar diesel
Cabine:8
Chantier de restauration:Chantier naval Francesco Del Carlo, Viareggio (Italie)
Commandant:Andrew Cully

Panerai Classic Yachts Challenge



Avec le rachat et la restauration conservatoire d’Eilean s’est ouvert un nouveau chapitre de l’histoire d’Officine Panerai, une histoire depuis toujours liée au monde de la mer. Les attaches maritimes de la marque de haute horlogerie florentine remontent au début du siècle dernier et demeurent très vives, perpétuées non seulement par les montres Panerai, fidèles aujourd’hui encore à l’esprit des premiers prototypes réalisés pour la Marine royale italienne, mais aussi par le rôle de soutien actif que joue Panerai envers la culture de la voile d’époque.

Depuis 2005, Officine Panerai est sponsor du Panerai Classic Yachts Challenge, le plus prestigieux circuit international de régates réservées aux voiliers classiques et d’époque, qui réunit les plus belles dames de la mer dans des décors où s’est écrite l’histoire de la voile.

Chaque année, Panerai décerne une montre réalisée en édition spéciale aux vainqueurs des différentes étapes et remet le Trophée Panerai Classic Yachts Challenge aux embarcations qui, dans leur catégorie, se rangent à la meilleure place du classement récapitulatif de toutes les régates auxquelles elles ont participé.



Le Trophée Panerai Classic Yachts Challenge est décerné lors des Régates Royales de Cannes, dernière étape du circuit, programmée fin septembre. Les participants du circuit 2009 en Méditerranée ont également fait étape à Antibes et à Porto Rotondo (Vele d’Epoca a Porto Rotondo), un rendez-vous biennal qui se déroule en alternance avec la régate d’Imperia (Vele d’Epoca a Imperia).

Avant de regagner la Méditerranée au cours de l’été 2010, Eilean fera ses débuts dans les régates du Panerai Classic Yachts Challenge en avril 2010, à Antigua, lieu passé d’une longue villégiature où le retour du voilier aujourd’hui restauré est donc attendu avec beaucoup d’impatience. Moment incontournable de la saison caribéenne des voiles d’époque, la Classic Week d’Antigua prend place sur le calendrier du PCYC à côté d’autres rendez-vous pris dans l’Océan Atlantique : les régates de Newport (Museum of Yachting Classic Yacht Regatta et Robert Tiedmann Classic Week End) et de Nantucket (The Opera House Cup), aux États-Unis.

Captain Andrew Cully

L’organisation des régates du Panerai Classic Yachts Challenge en Méditerranée, placées sous l’égide du CIM (Comité international de la Méditerranée), fait intervenir les principales associations nationales de voiles d’époque, comme l’Aive, en Italie (Associazione Italiana Vele d’Epoca, fondée en 1982) et l’Afyt en France (Association Française des Yachts de Tradition, créée en 1994).

 PUBLICITÉ
  • TAG Heuer présente 3 nouveaux modèles femme de sa célèbre collection MONACO
  • Chopard montre Lotus Blanc
  • De nouvelles couleurs pour la collection Millenary d’Audemars Piguet
  • Van Cleef & Arpels Montre sautoir Cerf-Volant
  • CHANEL CODE COCO
  • Corum Heritage Sublissima
  • Girard-Perregaux Cat’s Eye La Fenice
  • Piaget Altiplano - 60 ans et toujours jeune
  • Promesse « Les Exceptionnelles » by Baume & Mercier
  • Van Cleef & Arpels Montre Papillon Secret
  • Vacheron Constantin
  • Ulysse Nardin
  • Audemars Piguet
  • Girard-Perregaux
  • Baume & Mercier
  • Bucherer
  • Girard-Perregaux
  • Hublot
  • Schwarz Etienne
  • Bell & Ross
  • Tag Heuer
  • Tag Heuer
  • Anonimo
  • Corum
  • Montblanc
  • Hublot
  • Girard-Perregaux
  • Hublot
  • Bell & Ross
  • F. P. Journe
  • Louis Vuitton
  • Vacheron Constantin
  • Richard Mille
  • Vacheron Constantin
  • Bell & Ross
  • Vacheron Constantin
  • Louis Vuitton
  • Tag Heuer
  • Anonimo
  • Bell & Ross
  • Maier
  • Zenith
  • Bucherer
  • Hublot
  • Rolex
  • Corum
  • Vacheron Constantin
  • Fondation Haute Horlogerie
  • Hublot
  • Zenith
  • Panerai
  • Cartier
  • Richard Mille
  • Bucherer
  • Tag Heuer
  • Richard Mille
  • Tag Heuer
  • Tudor
  • Girard-Perregaux
  • Hublot
  • MATWATCHES
  • Bucherer
  • Girard-Perregaux
  • Girard-Perregaux
  • Roger Dubuis
  • Bucherer
  • Richard Mille
  • Girard-Perregaux
  • Breitling
  • Hublot
  • Richemont announces changes to its Senior Executive Committee
  • Nouveau réveil pour la marque historique Vulcain
  • Romain Réa nommé nouveau CEO d'Antiquorum Management Ltd
  • Bucherer annonce son acquisition du distributeur d’horlogerie The Watch Gallery LTD de Londres
  • La Maison Bucherer célèbre les Journées Européennes des Métiers d’Art les 31 mars et 1er avril
  • Jaeger-LeCoultre vous donne rendez-vous chez Bucherer
  • Girard-Perregaux au SIAR, Salón Internacional Alta Relojería pour la 4e année consécutive
  • Le Paris Saint-Germain se met au rythme de Richard Mille
  • Montres rares par Paul Miquel, la collection impossible
  • Julien Haenny, nouveau Directeur Général chez Anonimo
  • Exposition Passion for Watches pour les amateurs de belles montres
  • Richard Mille a été victime d’un cambriolage dans ses bureaux parisiens
  • Girard-Perregaux présente une exposition exclusive au Printemps du Louvre
  • F1 : Richard Mille félicite Romain Grosjean pour son exceptionnel début de saison
  • Bucherer remet le prix de la femme de l’année à Sophie Marceau !
  • M. Davide Cerrato rejoint Montblanc comme Directeur de la Division Montres
  • Soyez horloger, le temps d’un atelier !
  • Les Journées de la Passion® du 14 au 15/11/2015
  • Zenith est sur la ligne de départ du Castellet !
  • Audemars Piguet célèbre les succès de Serena Williams & Stan Wawrinka
  • Audemars Piguet accueille Freida Pinto comme ambassadrice
  • Audemars Piguet présente son Directeur de la Création Claude Emmenegger
  • Crésus, Carte Noire & La Revue des Montres lancent les « Rendez-vous haute précision »
  • A. Lange & Söhne parraine les Classic Days au Château de Dyck
  • Cresus ouvre une nouvelle boutique à Lille
  • Exposition « Stone in Store » de Thierry Courtadon chez Hublot Vendôme
  • Le Schneider Electric Marathon de Paris à l’heure TAG Heuer
  • L'artiste suisse Robin Meier sélectionné pour présenter la 1ère commission d'art Audemars Piguet
  • Corum « Bridging Art and Mechanics »
  • Serena Williams remporte son 19e Grand Chelem, équipée de son Audemars Piguet
  • Patek Philippe renforce sa présence à Genève
  • Jean-Sébastien Gerondeau nommé Directeur Général Montblanc France
  • Audemars Piguet présente sa nouvelle campagne publicitaire 2015
  • Jessica Chastain, nouvelle ambassadrice Piaget
  • Lettre ouverte à Thomas Jordan, président de la Banque Nationale Suisse
  • Hublot & Italia Independent annoncent une collaboration de trois ans
  • Perrelet : Tristan Boyer de Bouillane nommé Directeur Général
  • Cresus présente son nouveau site e-commerce et ouvre deux nouvelles boutiques
  • Audemars Piguet fête le succès de Stan Wawrinka, nouvel ami de la marque
  • Kering finalise l'acquisition de la marque de Haute horlogerie Ulysse Nardin
  • Hublot et l’Ajax prolonge leur partenariat
  • Une neuvième édition pour le salon Rocollection
  • Yann Guichard et Zenith arrivent second de la Route du Rhum
  • Passion for Watches : Le rendez-vous incontournable des passionnés de belles montres
  • JeanRichard partenaire du LOU Rugby
  • Soirée Bell & Ross aux Invalides
  • La Maison Louis Vuitton inaugure sa Manufacture Horlogère : La Fabrique du Temps
  • La boutique de Richard Mille Paris s'installe avenue Matignon
  • Le chef italien Carlo Cracco, nouveau partenaire Richard Mille
  • Walter Lange fête ses 90 ans
  •  PUBLICITÉ
      PUBLICITÉ
      Pages les plus consultées
    1 montres Rolex, 2 montres Audemars Piguet, 3 montres Hublot, 4 montres Patek Philippe, 5 montres Richard Mille, 6 montres Jaeger-LeCoultre, 7 montres Omega, 8 montres Cartier, 9 montres Vacheron Constantin, 10 montres IWC, 11 montres Breitling, 12 montres Zenith, 13 montres Tag Heuer, 14 montres Baume & Mercier, 15 montres Breguet, 16 montres Montblanc, 17 montres A. Lange & Söhne, 18 montres Panerai, 19 montres Chanel, 20 montres Girard-Perregaux, 21 montres Chopard, 22 montres Tudor, 23 montres Bell & Ross, 24 montres Roger Dubuis, 25 montres Louis Vuitton, 26 montres Blancpain, 27 montres Corum, 28 montres Piaget, 29 montres Ulysse Nardin, 30 montres BRM, 31 montres Dior, 32 montres Ebel, 33 montres Bucherer, 34 montres Jaquet Droz, 35 montres Bulgari, 36 montres L.Leroy, 37 montres Anonimo, 38 montres Parmigiani, 39 montres Franck Muller, 40 montres Maier, 41 montres Porsche Design, 42 montres Hermès, 43 montres JeanRichard, 44 montres MB&F, 45 montres Yema, 46 montres Cresus, 47 montres Harry Winston, 48 montres Ikepod, 49 montres Oris, 50 montres Schwarz Etienne, 51 montres Perrelet, 52 montres S.T. Dupont, 53 montres Chaumet, 54 montres Christophe Claret, 55 montres Urwerk, 56 montres Vianney Halter, 57 montres Romain Jerome, 58 montres H. Moser & Cie, 59 montres HYT, 60 montres Ange Barde,