L’Événement

Polo Tourbillon Relatif dédié à Venise

Une pièce unique en hommage à la Tour de l’Horloge
de Venise

La Cote des Montres™ le 29 janvier 2007



La Manufacture de haute horlogerie Piaget et la cité des Doges ont tissé des liens étroits. Mécène et acteur de la rénovation de la Tour de l’Horloge qui surplombe la place Saint-Marc, Piaget a, par son savoir-faire traditionnel, contribué à redonner à ce monument son lustre d’antan. Inaugurées l’an dernier après 10 ans d’une rénovation dans les règles de l’art, la Tour et son horloge s’offrent à nouveau aux regards des millions de visiteurs qui, chaque année, viennent admirer à Venise ce remarquable patrimoine.



Pour commémorer cette restauration, la Manufacture de haute horlogerie Piaget présente un exemplaire unique de son modèle Polo Tourbillon Relatif. Par cette création exceptionnelle, l’horloger concrétise une nouvelle fois sa volonté de mettre toujours la technique au service de l’esthétique. Pour le plaisir des yeux, exprimant la magie d’un équilibre parfait, cette pièce unique assemblée par un seul horloger égrène le temps au rythme du calibre manufacture 608P, mouvement tourbillon volant mécanique à remontage manuel.

  Emaillage & Gravure


Suspendue à l’extrémité de l’aiguille des minutes, la cage de ce tourbillon volant paraît visuellement non solidaire du mécanisme de base qui l’entraîne, abrité naturellement sous le cadran. La lecture des heures s’effectue par un disque central tandis que l’aiguille des minutes emporte dans sa rotation horaire la cage de ce tourbillon volant.

  Montage

Démonstration de virtuosité et de complexité extrême, ce mécanisme trouve ici un habillage à sa mesure. Le boîtier en or blanc – la lunette, le fond et les profils – ainsi que le cadran sont décorés d’émail grand feu, une exigence requérant un savoir-faire très spécifique. Réalisés selon la technique du champlevé, les éléments en or blanc sont gravés à la main. Les motifs : lion, étoiles, signature « Pièce unique », apparaîtront au final en or blanc. Les alvéoles gravées deviennent les réceptacles de l’émail grâce à des pigments préalablement concassés, appliqués par l’émailleuse à l’aide d’un fin pinceau en couches successives. Ce procédé exige de nombreux passages au four à plus de 800º,soit autant de risques de voir l’ouvrage réduit à néant par défaut de la matière ou de l’exécution. Une fois réalisé, ce délicat travail se poursuit par une gravure fine des motifs en or blanc – à l’image du lion – qui n’aurait pu résister au polissage de l’émail. D’où la nécessité d’une exécution sur la pièce déjà émaillée, avec pour corollaire le risque d’écorcher le précieux ouvrage.

S’inspirant de la couleur bleue et des motifs de la Tour de l’Horloge, le boîtier de cette pièce unique révèle le savoir-faire de Piaget dans l’art de l’émail. A l’image de la tour vénitienne, les étoiles en or blanc scintillent dans un ciel bleu, la couronne rayonne d’un soleil stylisé. Sur le profil du boîtier, le fameux Lion ailé de Saint-Marc, symbole de la cité, est gravé dans de l’or blanc.

Cette pièce, est produite en exemplaire unique, pour le plus grand plaisir des collectionneurs.

Piaget Polo Tourbillon Relatif dédié à Venise
 1     2     3     4     5   

Piaget Polo Tourbillon Relatif dédié à Venise

Réf. : G0A31164


 Grand modèle
Réf. :G0A31164
Boîte en or blanc 18 carats et émail grand feu selon la technique du champlevé
Cadran en or blanc 18 carats, émail bleu grand feu et marqueterie de nacre
Mouture Piaget 608P
Hauteur de :3.28 mm
Hauteur de mouvement y.c. aiguillage:9.14 mm
Dimension d'encageage:11 1/2''' (ø 25.60 mm)
Nombre de rubis:27 rubis
Alternance:21'600 alt/heure
Organe oscillant - diamètre balancier:7.75 mm
Réserve de marche d'environ 70 heures
Tourbillon volant:l'aiguille des minutes, qui a son centre de rotation au centre de la montre, effectue une rotation par heure. La cage de tourbillon, suspendue sur l'aiguille des minutes, effectue une rotation sur elle-même par minute.
Cage tourbillon:3 ponts en titane
Masse de la cage tourbillon:0.2 gr
Platine, ponts et cage anglés et étirés à la main
Finitions:Côtes de Genève circulaires, vis bleuies
Fond en or blanc 18 carats et émail bleu gravé « Unique Piece »
Bracelet cuir en alligator bleu
Boucle déployante en or blanc 18 carats

Torre dell’orologio à Venise
Piaget mécène de la Restauration de l’Horloge

L’horloge a quitté sa tour après 240 années de fonctionnement en mai 1997. Pilotés par la Manufacture Piaget, les travaux ont été supervisés par une Commission de Restauration.

La Restauration de l’Horloge

mai 1997 - février 1999

Cette Commission de Restauration est composée de :

M. Yves PIAGETPrésident de PIAGET INTERNATIONAL
M. Gabriel PIAGETDirecteur Général de COMPLICATIONS SA PIAGET La Côte-aux-Fées
M. Giandomenico ROMANELLIDirecteur des Musées de Venise
Mme Daniela ANDREOZZIArchitecte aux Musées de Venise
M. Giuseppe BRUSAHistorien d’art spécialiste d’horlogerie anciennne
M. Alberto GORLAFerronnier d’art spécialiste en restauration d’horlogerie ancienne




Piaget remercie avec chaleur le Maire de Venise, M. Massimo Cacciari, dont la bienveillance enthousiaste aura contribué au fonctionnement efficace de la Commission de Restauration.

C’est dans un dossier technique, véritable bible des interventions de réparation, qu’ont été précisées les directives de travail. La Manufacture PIAGET et la Commission de Restauration ont oeuvré à l’élaboration de ce document, garant du bien-fondé des choix de restauration et de la documentation historique.Ce document décrit l’état des pièces mécaniques, il précise les interventions de réparation ou de remplacement des pièces mécaniques, dans les limites fixées par la commission de restauration.



La philosophie générale de ce projet a été de procéder à une restauration dite conservatrice, en ne supprimant ou en ne rajoutant aucune fonction au système actuel.
Cependant, en relation avec les réserves de marche (temps de fonctionnement), la décision a été prise d’automatiser la remontée des poids sans intervenir sur le fonctionnement normal de l’horloge.

Ces postulats ont donc fixé les choix de restauration, et les interventions peuvent sommairement se classer en six groupes :

  1. Les pièces qui n’ont nécessité qu’un brossage comme traitement de surface.
  2. Les pièces qui ont nécessité un polissage, comme par exemple les axes et les pivots.
  3. Les pièces qui ont nécessité une réparation, notamment, les leviers et les dentures fortement usés.
  4. Les pièces qui ont nécessité un remplacement (de tous les paliers, des galets de sonneries, des renvois d’engrenage, des cylindres de pignons à barillet).
  5. Les systèmes existants qui ont nécessité une étude et des réalisations nouvelles: la commande du mécanisme de l’heure numérique, et l’échappement et la suspension du balancier.
  6. Les systèmes nouveaux, c'est à dire l’automatisation de la remontée des poids.

Les poids ne sont plus reliés à des câbles, mais à des chaînes qui passent sur les tambours modifiés. Elles transmettent l’énergie nécessaire au fonctionnement de l’horloge en prenant appui sur une roue à chaîne. Les moteurs sont montés à l’intérieur des poids. Au repos, ils descendent avec ceux-ci en agissant comme des forces motrices. En fonction, ils avalent les chaînes, agissant toujours comme des forces motrices. Le problème de l’énergie temporaire durant le remontage est réglé et le circuit des chaînes est simple.




Fiche signalétique de l’horloge


Inventeurs
  • Horloge de 1499 : Gian Paolo Rainieri
  • Horloge de 1759 : Bartolomeo Ferracina

    Dimensions [cm]
  • mécanisme principal : 156x200x280
  • minuterie, zodiaque et lune : 240 (diamètre)
  • mécanisme des Rois Mages : 90x79,5x140

    Fonctions
  • Heure analogique
  • heure numérique
  • minute numérique
  • phase de lune
  • signe du zodiaque
  • sonnerie des heures en alterné, par deux marteaux
  • répétition des sonneries des heures
  • 132 coups sur cloche avant midi et avant minuit (système désactivé depuis 1916)
  • procession des trois Rois Mages

    Affichages façade sud
  • aiguille des heures, un tour en 24 heures
  • heures numériques, sautantes par heure
  • minutes numériques, sautantes par 5 min.
  • zodiaque, phases de lune

    Affichages façade nord
  • aiguille des heures, un tour en 24 heures

    Construction
  • 4 corps, de types verticaux, placés en croix

    Energie motrice
  • poids de plomb
  • hauteur de chute d’environ 15 mètres
    (la masse des poids est déterminée par calcul densité x volume)
  • mécanisme du temps : ~40 [kg]
  • mécanisme sonnerie 1er Maure : ~80 [kg]
  • mécanisme sonnerie 2ème Maure : ~70 [kg]
  • mécanisme heures numériques : ~25 [kg]
  • mécanisme des Rois Mages : ~100 [kg]
  • mécanisme des 132 coups : disparu


    Réserve de marche
  • 22 heures pour le mouvement du temps
  • 20 heures pour les sonneries des Maures
  • 1 sonnerie pour le mécanisme des 132 coups
  • 1 jour pour les heures numériques
  • 1 sortie pour le mécanisme de Rois Mages

    Energie temporaire
  • pierre sur levier accroché sur denture tambour

    Echappement
  • à chevilles cylindriques, plans d’impulsions arrondis

    Période de 4 [s]
  • Balancier

    Suspension
  • de type couteau

    Conditions de fonctionnement
  • température de 10 à 30 °C
  • humidité de 40 à 90 %

  • L’histoire brève des horloges successives de la Tour


    La tour a toujours été occupée par une horloge, le fonctionnement des différents mécanismes étant assuré par des gardiens qui habitaient également dans la tour.

    1 4 9 9

    La première horloge date de 1499, fabriquée par Gian Paolo Rainieri et son fils Gian Carlo. L’horloge et sa tour sont construites en même temps. Dans cette exécution, l’horloge est dite astronomique, car sur le cadran principal la lune ainsi que cinq planètes, représentées par de petits globes dorés, tournent autour de l’hémisphère terrestre. Ce système, où la terre est le centre de l’univers, correspond au modèle calculé par Ptolomée, astronome de l’antiquité grecque.
    Cette première horloge possède un échappement à folio et comme toutes les constructions de ce type, elle nécessite d’énormes poids pour en assurer le fonctionnement. La rumeur dit qu’en 1549, soit 50 ans plus tard, le gardien de l’horloge vend des pièces du mécanisme, provoquant ainsi l’arrêt de l’horloge, mais il est bien probable qu’il s’agisse d’un arrêt provoqué par l’état d’usure du mécanisme (correspondant ainsi à des durées de fonction communément rencontrées à l’époque).

    1 5 5 1

    En 1551 Giuseppe Mazzoleni remet l’horloge en état de marche. Il réalise une restauration de très grande envergure, peut-être s’agit-il même d’une nouvelle horloge. La qualité de son intervention va permettre un fonctionnement de plus de deux cents ans.

    1 7 5 9

    De 1750 à 1759 une nouvelle horloge est créée par Bartolomeo Ferracina. Les planètes sont remplacées par l’actuel disque lunaire. Les systèmes d’échappement à roue de rencontre et de régulateur à folio sont également remplacés par un oscillateur à pendule et vraisemblablement par un échappement de Graham (l’échappement à cheville étant inventé par Lepaute en 1753, il est improbable que Ferracina ait pu l’implanter dans sa construction).
    Les indications astronomiques disparaissent, les connaissances de l’époque relevant certainement l’inexactitude de celles-ci, et sont remplacées par les phases de la lune.
    Une sonnerie de 132 coups avant midi et minuit est également installée.
    Le mécanisme des Rois-Mages est entièrement restauré.

    1 8 5 8

    En 1858 Louis de Lucia, à l’occasion d’une réparation à fond de l’horloge :
    • installe un échappement à cheville, change le pendule, change la suspension du pendule, change la fréquence de battement
    • crée un nouveau mécanisme qu’il place au-dessus de l’horloge et qui permet l’affichage numérique des heures et des minutes au moyen de tambours.
    Ces modifications peuvent être jugées rétrospectivement comme peu positives; certaines sont illogiques et inefficaces...
    L'affichage numérique quant à lui, est une nouveauté pour Venise et ses habitants, et valorisera l'esthétisme de la façade tournée vers la Place Saint Marc.


    Architecture et sonneries symboliques

    En 1759, Bartoloméo Ferracina installe ce qui est l'horloge actuelle dans la Tour de la place Saint-Marc à Venise. Il remplace l’ancien mécanisme astronomique à folio par une horloge qu’il construit, selon toute vraisemblance, avec un échappement « Graham ». Celui-ci sera à son tour changé, le siècle suivant, par un échappement à cheville.

    L’architecture de cette horloge est exceptionnelle et peu courante, car elle est construite en forme de croix.
    Vue de dessus, l’horloge ressemble à un pendentif.
    Cette impression est donnée par la structure porteuse des rouages et est renforcée par la disposition les tambours, ces énormes cylindres, également disposés en croix.
    La construction en double croix confère au mécanisme une force et un caractère peu commun.

    C’est dans la symbolique qu’il faut rechercher les mobiles de l'horloger. Une disposition plus classique, où les tambours sont alignés, est plus aisée à mettre en œuvre ; elle permet plus facilement l’assemblage et l’entretien du mécanisme. C'est donc vraisemblablement mû par un esthétisme inspiré du christianisme, que Ferracina décide de disposer les éléments de son horloge en croix.

    Ferracina installe également un mécanisme supplémentaire, qui permet de frapper 132 coups avant midi et avant minuit. Ces sonneries sont symboliques, car elles tentent de rappeler le travail des deux Maures, durant les 12 heures qui viennent de s'écouler.

    Ferracina sait que les lectures des cadrans et les sonneries des heures n’indiquent que l’instant, qu’elles ne définissent que le présent. Il essaye alors, selon toute vraisemblance, de saisir le temps sous la forme d’un rappel du travail des sonneries. Il met en image sonore le temps écoulé, il symbolise une fraction d’éternité, par un espace où se mélangent le temps et le travail.

    La Tour et ses affichages


    Située sur la place Saint-Marc, le niveau inférieur de la tour est un passage traversant, chemin obligé entre le port et la « Merceria », et la voie la plus rapide pour se rendre au Rialto: c’est dire l’importance de l’emplacement de cet édifice.
    Orientée sud-nord, la façade sud de la tour donne sur la place Saint-Marc alors que la façade nord fait face au Rialto.

    La façade sud est subdivisée en trois grands panneaux.
    L’inférieur est entièrement occupé par le cadran de 4,5 mètres de diamètre, composé de quatre parties concentriques ;

    1. sur la bande extérieure se trouvent les indications de l’heure, en chiffres romains de I à XXIIII, devant lesquelles un disque solaire décrit une révolution en 24 heures.
    2. à l’intérieur de ces chiffres horaires, tourne en un jour sidéral, une couronne sur laquelle figurent les douze signes du zodiaque.
    3. à l’intérieur de la couronne des zodiaques, tourne en un jour lunaire, un disque d’environ 1,5 mètre de diamètre. Sur ce disque se trouve une sphère, mi-dorée et mi-noire, qui décrit une révolution autour de son axe dans un mois lunaire afin de représenter les phases de la lune.
    4. au centre du cadran se trouve un globe doré qui symbolise la terre.

    Dans le panneau au-dessus du cadran, une statue de la Sainte-Vierge trône avec l'enfant Jésus sur ses genoux. Deux portes sont situées à gauche et à droite de la statue. Ces portes permettent aux trois Rois Mages de venir saluer la Vierge et l'Enfant, ou sont remplacées par deux guichets. Celui de droite indiquant les heures en chiffres romains et celui de gauche les minutes en chiffres arabes.

    Le panneau supérieur de la tour est orné d'un Lion ailé avec l’Evangile. Il est le symbole pacifique de Saint-Marc.

    Sur la terrasse surmontant la tour, les deux « Maures », statues en bronze de 2,7 mètres de haut, sonnent alternativement les heures et la répétition sur une cloche de 1,5 mètre de diamètre.

    Sur la façade nord du bâtiment, se trouve un deuxième cadran de 4,4 mètres de diamètre, muni de deux séries de douze chiffres romains devant lesquels un disque solaire décrit une révolution en 24 heures.

    Chronologie

    Travaux de restauration de l’horloge et de des organes

    1493
    Gian Paolo Ranieri, originaire d’Emilie - Romagne, et son fils Gian Carlo sont chargés par le Doge de Venise, Agostino Barbarico, de fabriquer une horloge qui se dressera sur la Place Saint-Marc, à Venise.

    1er février 1499
    La Tour et l’Horloge sont inaugurées le même jour. Les Ranieri deviennent les gardiens-horlogers de la Tour.

    1549
    Girolamo Ranieri, fils de Giancarlo, quitte Venise. Son successeur vend une partie des pièces du mécanisme et l’horloge cesse de fonctionner.

    1551
    Giuseppe Mazzoleni, originaire de Padoue, remet l’horloge en état de marche.

    1757
    D’importants travaux de réfection sont menés par Bartolomeo Ferracina, originaire de Bassano, qui remplace le mécanisme d’origine, d’échappement à cylindre et à roue, par un échappement à chevilles. L’horloge est désormais dotée d’un pendule.

    1858
    Luigi de Lucia entreprend de nouveaux travaux de réfection de grande envergure et renforce considérablement le mécanisme du pendule, remanié de façon à indiquer l’heure exacte. L’Horloge est érigée en référence horaire pour toutes les horloges de Venise.

    1916
    Emilio Peratoner est nommé gardien-horloger de la Tour. La municipalité de Venise décrète le couvre-feu et le désarmement du mécanisme des 132 carillons, qui retentissait à midi et minuit. Le mécanisme n’a depuis lors jamais été remis en marche.

    1936-1945
    À la mort d’Emilio Peratoner, sa veuve Béatrice assure la relève, jusqu’au retour de son fils cadet Giovanni, fait prisonnier en Pologne.

    1945
    Giovanni Peratoner, horloger spécialisé dans la réparation d’horloges à pendule, reprend l’activité familiale.

    1950
    Giovanni Peratoner perfectionne la suspension du pendule de l’horloge et se lance dans une révision générale du mécanisme, longue de plusieurs années.

    1986
    À la mort de Giovanni, son fil unique Alberto, diplômé de la faculté de philosophie, lui succède au poste de gardien-horloger.

    1996
    La Ville de Venise décide de procéder à la restauration générale de l’Horloge et choisit la maison Piaget comme maître d’œuvre.

    1997
    Piaget dirige la réfection du mécanisme de l’horloge : la maison Cav. Alberto Gorla se charge du démontage des engrenages ; les organes principaux sont rénovés.

    1998
    Les éléments des heures et les cadrans en émaux (cadrans nord et sud de l’horloge, tambours de défilement des heures, portes métalliques décorées) sont restaurés, ainsi que les éléments métalliques (les jacquemarts maures en bronze, la cloche) et les sculptures en bois polychromes (les rois mages et l’ange à la trompette).

    Septembre 1998
    Le projet de réalisation des travaux de la Tour rédigé par les architectes Giorgio Gianighian, Matteo Pandolfo et Alberto Torsello est approuvé par arrêté municipal GC n°1570/11193.
    Le règlement des litiges nés avec les différents propriétaires des bâtiments adjacents entrave pendant longtemps la poursuite du projet.

    1er février 1999
    La Tour fête ses 500 ans et la ville rentre en possession de l’Horloge, elle sera déposée et remontée au Palais des Doges, le temps que s’achève la restauration.

    Juin 2003
    Les travaux reçoivent une nouvelle approbation.

    Octobre 2003
    Un nouvel appel d’offres est publié par la direction des Affaires générales, des Marchés publics et Contrats, qui fixe au mois de mai 2004 la mise à disposition du site et l’ouverture du chantier.

    Août - septembre 2004
    Début des travaux : création d’un dépôt de matériaux derrière le campanile, dépose du pavage, terrassement et coulage des fondations.

    Octobre 2004
    Construction d’une structure sur pilotis qui accueillera les bureaux de la direction du chantier ainsi que les locaux provisoires du bureau de change. Début des travaux de dépose des huisseries.

    Novembre - décembre 2004
    Réalisation de sondages stratigraphiques sur les enduits, endoscopie des piliers du portique : renforcement des piliers et réalisation de carottages dans les soubassements. Renforcement de la voûte du portique par l’insertion de cales en acier.

    Janvier - mars 2005
    Décapage et restauration d’enduits intérieurs ; renforcement structurel des planchers du 4e étage et du 4e étage intermédiaire ; élimination du vernis couvrant les poutres apparentes du plafond, dans le local du mécanisme de l’horloge et des tambours. Renforcement des maçonneries par ceinturage et reprise partielle des maçonneries.

    Avril - juin 2005
    Réalisation des enduits intérieurs, pose des huisseries. Remplacement du plafond dans le local du mécanisme de l’horloge.

    Juillet - septembre 2005
    Restauration des sols à la veneziana et à la palladiana, en brique et en bois. Début des travaux de remplacement des installations techniques.

    Octobre 2005
    Début des travaux de restauration des surfaces décorées : nettoyage d’échantillonnages de façades en marmorino.

    Octobre - décembre 2005
    Restauration et vernissage de l’escalier en fonte. Restauration des éléments en pierre et des mosaïques du cadran de la façade nord. Début des travaux de restauration et de repose au sol des dalles de pierre, aux 4e et 5e étages. Poursuite des travaux de réfection de la couverture de l’édifice.

    Janvier - mai 2006
    Restauration de la Madone et du lion. Dépose et repose des parapets et des colonnes de la couverture. Restauration des façades latérales et des terrasses, pose en surface d’un enduit protecteur. En février, début des opérations de remontage de l’horloge et des différents mécanismes liés au transport de tous les engrenages entre le Palais des Doges et la Tour.

    27 mai 2006
    L’Horloge revient dans la Tour, la ville de Venise retrouve sa Tour de l’Horloge.
    Grande célébration, spectacle de sons et lumières orchestré par Marco Balich, enfant de Venise et organisateur du spectacle des JO de Turin.

    Nouvelle restauration de Piaget

    L’horloge du Palais des Doges



    Après 1070 années d'indépendance, la République de Venise, fut conquise par les armées napoléoniennes en 1797. Ceci mit ainsi un terme au rayonnement de la Cité devenue la ville européenne la plus élégante et raffinée du XVIIIe siècle, avec une forte influence sur l'art, l'architecture et la littérature. Le Palais des Doges, véritable centre politique, administratif et juridique de la république fut construit entre 1340 et 1441. Le doge qui était élu à vie parmi les plus grandes familles nobles avait ses appartements au 1er étage. Il était assisté et surveillé dans sa gestion de la République par le Grand Conseil qui comptait environ 2000 membres. Seules les plus riches familles de Venise participaient à la vie politique de la cité-Etat .



    Le système de mesure du temps de l’époque à Venise ne se limitait pas à l’antique horloge de San’Alipio installée à l’angle nord ouest de la basilique, ni à la gigantesque machine de la Tour de l’horloge ou aux carillons de la cloche du campanile. Au cœur même du pouvoir politique, qu’était le Palais des Doges, les machines à compter le temps, ne manquaient pas. Avec la reconstruction du palais, suite aux grands incendies de la décennie 1570, on monta une grande horloge possédant plusieurs fonctions et divers cadrans, qui servait aux organes politiques réunis dans les diverses salle du palais.
    Avec la démolition de l’escalier extérieur dit « du plomb », l’architecte Bartolomeo Manopola trouva au tout début du XVII ème une solution très intéressante. Il remplaça l’escalier par une nouvelle façade tournée vers la cour, qu’il transforma en une scénographie baroque, éclectique et singulière et y installa en son cœur une horloge. Cette horloge et sa cloche (dont la lenteur extrême de son tintement lui valu le surnom humoristique « d’agonie ») scandaient la mesure du temps dans cette sorte de place ouverte, qui n’était autre que la cour intérieure du palais.
    Il s’agit bien d’une machine d’horlogerie exemplaire par sa simplicité et sa qualité et dont les contrepoids se perdaient dans les abîmes mystérieux du Palais pour effleurer l’eau d’un antique canal aujourd’hui enterré. Les opérations de rénovation aujourd’hui entreprises par Piaget ont permis de retrouver l’inscription suivante gravée sur un des supports du mécanisme "Johan Slim - juillet 1614 - Aug.". Il s’agit du nom de l’horloger, (probablement allemand) qui l’a construite. Le mécanisme aujourd’hui rénové est donc celui d’origine, contemporain de la construction de la façade.



    Cependant les caractéristiques de ce mécanisme, par leurs formes et leurs solutions techniques renvoient à Bartolomeo Ferraccina ( Horloger du mécanisme de l’horloge de la Tour de l’Horloge) : cela bien entendu, tendrait à dire, que ce dernier a quelque peu modifié le mécanisme à la moitié du XVIIIème, en conservant bien sur, les espaces et les passages de la version d’origine, respectant surtout l’étrange cellule suspendue derrière le cadran, une des principales raisons de la fascination qu’exerce toujours l’horloge de la cour.

    La restauration de l’horloge de la cour du Palais des Doges est ainsi l’occasion de renouveler une précieuse collaboration entre la ville de Venise et la Maison Piaget qui propose sa candidature comme « Horloger de Venise.

     PUBLICITÉ
  • Van Cleef & Arpels Montre sautoir Cerf-Volant
  • CHANEL CODE COCO
  • Corum Heritage Sublissima
  • Girard-Perregaux Cat’s Eye La Fenice
  • Piaget Altiplano - 60 ans et toujours jeune
  • Promesse « Les Exceptionnelles » by Baume & Mercier
  • Van Cleef & Arpels Montre Papillon Secret
  • Panthère de Cartier par Sofia Coppola
  • Panthère de Cartier
  • Cartier Panthère Royale
  • Hublot
  • Bell & Ross
  • F. P. Journe
  • Louis Vuitton
  • Vacheron Constantin
  • Richard Mille
  • Vacheron Constantin
  • Bell & Ross
  • Vacheron Constantin
  • Louis Vuitton
  • Tag Heuer
  • Anonimo
  • Bell & Ross
  • Ulysse Nardin
  • Bulgari
  • Anonimo
  • Roger Dubuis
  • IWC
  • Hublot
  • Breitling
  • A. Lange & Söhne
  • Ralf Tech
  • Zenith
  • HYT
  • Hublot
  • Corum
  • Panerai
  • Breitling
  • Ulysse Nardin
  • Hublot
  • Corum
  • Vacheron Constantin
  • Fondation Haute Horlogerie
  • Hublot
  • Zenith
  • Panerai
  • Cartier
  • Richard Mille
  • Bucherer
  • Tag Heuer
  • Richard Mille
  • Tag Heuer
  • Tudor
  • Girard-Perregaux
  • Hublot
  • MATWATCHES
  • Bucherer
  • Girard-Perregaux
  • Girard-Perregaux
  • Roger Dubuis
  • Bucherer
  • Richard Mille
  • Girard-Perregaux
  • Breitling
  • Hublot
  • Richard Mille
  • Breitling
  • Girard-Perregaux
  • Cartier
  • Rolex
  • Nouveau réveil pour la marque historique Vulcain
  • Romain Réa nommé nouveau CEO d'Antiquorum Management Ltd
  • Bucherer annonce son acquisition du distributeur d’horlogerie The Watch Gallery LTD de Londres
  • La Maison Bucherer célèbre les Journées Européennes des Métiers d’Art les 31 mars et 1er avril
  • Jaeger-LeCoultre vous donne rendez-vous chez Bucherer
  • Girard-Perregaux au SIAR, Salón Internacional Alta Relojería pour la 4e année consécutive
  • Le Paris Saint-Germain se met au rythme de Richard Mille
  • Montres rares par Paul Miquel, la collection impossible
  • Julien Haenny, nouveau Directeur Général chez Anonimo
  • Exposition Passion for Watches pour les amateurs de belles montres
  • Richard Mille a été victime d’un cambriolage dans ses bureaux parisiens
  • Girard-Perregaux présente une exposition exclusive au Printemps du Louvre
  • F1 : Richard Mille félicite Romain Grosjean pour son exceptionnel début de saison
  • Bucherer remet le prix de la femme de l’année à Sophie Marceau !
  • M. Davide Cerrato rejoint Montblanc comme Directeur de la Division Montres
  • Soyez horloger, le temps d’un atelier !
  • Les Journées de la Passion® du 14 au 15/11/2015
  • Zenith est sur la ligne de départ du Castellet !
  • Audemars Piguet célèbre les succès de Serena Williams & Stan Wawrinka
  • Audemars Piguet accueille Freida Pinto comme ambassadrice
  • Audemars Piguet présente son Directeur de la Création Claude Emmenegger
  • Crésus, Carte Noire & La Revue des Montres lancent les « Rendez-vous haute précision »
  • A. Lange & Söhne parraine les Classic Days au Château de Dyck
  • Cresus ouvre une nouvelle boutique à Lille
  • Exposition « Stone in Store » de Thierry Courtadon chez Hublot Vendôme
  • Le Schneider Electric Marathon de Paris à l’heure TAG Heuer
  • L'artiste suisse Robin Meier sélectionné pour présenter la 1ère commission d'art Audemars Piguet
  • Corum « Bridging Art and Mechanics »
  • Serena Williams remporte son 19e Grand Chelem, équipée de son Audemars Piguet
  • Patek Philippe renforce sa présence à Genève
  • Jean-Sébastien Gerondeau nommé Directeur Général Montblanc France
  • Audemars Piguet présente sa nouvelle campagne publicitaire 2015
  • Jessica Chastain, nouvelle ambassadrice Piaget
  • Lettre ouverte à Thomas Jordan, président de la Banque Nationale Suisse
  • Hublot & Italia Independent annoncent une collaboration de trois ans
  • Perrelet : Tristan Boyer de Bouillane nommé Directeur Général
  • Cresus présente son nouveau site e-commerce et ouvre deux nouvelles boutiques
  • Audemars Piguet fête le succès de Stan Wawrinka, nouvel ami de la marque
  • Kering finalise l'acquisition de la marque de Haute horlogerie Ulysse Nardin
  • Hublot et l’Ajax prolonge leur partenariat
  • Une neuvième édition pour le salon Rocollection
  • Yann Guichard et Zenith arrivent second de la Route du Rhum
  • Passion for Watches : Le rendez-vous incontournable des passionnés de belles montres
  • JeanRichard partenaire du LOU Rugby
  • Soirée Bell & Ross aux Invalides
  • La Maison Louis Vuitton inaugure sa Manufacture Horlogère : La Fabrique du Temps
  • La boutique de Richard Mille Paris s'installe avenue Matignon
  • Le chef italien Carlo Cracco, nouveau partenaire Richard Mille
  • Walter Lange fête ses 90 ans
  • Walter Lange fête ses 90 ans
  •  PUBLICITÉ
      PUBLICITÉ
      Pages les plus consultées
    1 montres Rolex, 2 montres Hublot, 3 montres Audemars Piguet, 4 montres Richard Mille, 5 montres Patek Philippe, 6 montres Omega, 7 montres Jaeger-LeCoultre, 8 montres Cartier, 9 montres Tag Heuer, 10 montres Vacheron Constantin, 11 montres IWC, 12 montres Breitling, 13 montres Zenith, 14 montres Panerai, 15 montres Baume & Mercier, 16 montres A. Lange & Söhne, 17 montres Breguet, 18 montres Montblanc, 19 montres Girard-Perregaux, 20 montres Bell & Ross, 21 montres Chopard, 22 montres Blancpain, 23 montres Chanel, 24 montres Piaget, 25 montres Tudor, 26 montres Corum, 27 montres Roger Dubuis, 28 montres Louis Vuitton, 29 montres Dior, 30 montres BRM, 31 montres L.Leroy, 32 montres Ebel, 33 montres Bulgari, 34 montres Ulysse Nardin, 35 montres F. P. Journe, 36 montres Jaquet Droz, 37 montres Hermès, 38 montres Perrelet, 39 montres Porsche Design, 40 montres JeanRichard, 41 montres Anonimo, 42 montres Yema, 43 montres Franck Muller, 44 montres Parmigiani, 45 montres Christophe Claret, 46 montres Urwerk, 47 montres Ralf Tech, 48 montres MB&F, 49 montres Oris, 50 montres Greubel Forsey, 51 montres Graham-London, 52 montres Harry Winston, 53 montres Bucherer, 54 montres Bombardier, 55 montres S.T. Dupont, 56 montres Ange Barde, 57 montres H. Moser & Cie, 58 montres Romain Jerome, 59 montres Chaumet, 60 montres HYT,