News mars 2008

Pour célébrer son soixantième anniversaire, Yema Maison Horlogère Française 1948 lance un modèle exclusif, édité en série numérotée, limitée à 60 exemplaires pour le monde : la Master Elements. Symbiose des trois éléments - air, terre, mer - propres à l’histoire de la marque, ce précieux garde-temps automatique, made in France, est doté de quatre lunettes ! Une première mondiale…

Master Elements

Une édition limitée pour 60 ans de passion horlogère

La Cote des Montres™ le 30 mars 2008



Hautement technique, puissamment masculine, intensément sportive, totalement polyvalente, cette montre à complications vous accompagnera fidèlement dans toutes vos passions…



4 lunettes sinon rien !

Faire cohabiter, dans un seul et même boîtier, quatre lunettes distinctes, pour réunir les trois éléments (air, terre, mer) piliers de la marque : tel est le défi ambitieux relevé par les horlogers de Yema. Après deux ans d’une recherche technologique poussée, la Master Elements est née…

Toute l’ingéniosité de la marque horlogère française a été de changer le fonctionnement traditionnel des lunettes de plongée et d’aviation. Réglées classiquement de façon manuelle, ces lunettes sont, dans le cas présent, actionnées chacune respectivement par une couronne : une roue à dents, positionnée à l’extrémité de la lunette et de la couronne, active le système du réglage. La difficulté ? Intégrer au boîtier deux couronnes supplémentaires en respectant un impératif d’étanchéité totale tout en miniaturisant l’ensemble, pour atteindre un équilibre esthétique harmonieux et assurer un port confortable au poignet.

Singulier dans sa forme, le boîtier en acier abrite le calibre Valjoux 7750. Très recherché aujourd’hui, ce mouvement chronographe à remontage automatique est reconnu pour la fiabilité de ses performances. Le fond de boîte en verre saphir, imprimé bleu au nom de la montre, dévoile, aux férus d’horlogerie, le mécanisme du mouvement, propulsé par un rotor sur roulement à billes.
Le cadran en fibre de carbone affiche, à 3 heures, un guichet jour/date pensé jusque dans les moindres détails : changement instantané des informations par une simple action de la couronne (correcteur) ; affichage du jour dans la langue de son choix (disque français/anglais).

Parfait reflet du savoir-faire horloger de Yema, la Master Elements offre, en une seule montre, une polyvalence sportive, très pratique pour les amateurs de sensations fortes…



Un instrument à calcul de vitesse…

Plus que jamais dans la course, la Master Elements est dotée d’une échelle tachymétrique de précision. Graduée de 400 à 60 km , sur une lunette fixe en acier plaqué noir située à l’intérieur du cadran, elle permet de déterminer la vitesse moyenne sur une distance donnée. Il suffit d’appuyer sur le poussoir, en haut à droite du boîtier, pour déclencher l’aiguille centrale bleue du chronographe. . . Une compagne précieuse pour permettre aux plus rapides de prendre le temps de vitesse !

Un instrument de navigation aérienne…

La Master Elements est équipée d’un système de règles à calcul de navigation, composé de deux lunettes en acier. L’une, interne au cadran, est rotative via le poussoir positionné en bas à gauche du boîtier. L’autre, externe au cadran et fixe, affiche une échelle logarithmique et différentes échelles de conversion (distances, carburant, poids). Complémentaires, ces deux lunettes permettent des calculs de navigation poussés pour estimer le temps de vol, connaître la consommation horaire en carburant ou encore calculer l’altitude à atteindre avec le taux et la durée ascensionnelle. Mais pas seulement ! Elles offrent aussi la possibilité de résoudre des calculs ordinaires : multiplication, division, règle de trois, racine carrée. Le fonctionnement ? Une superposition des deux échelles, effectuée selon les informations demandées, affiche le résultat souhaité. Une complice fidèle pour piloter avec succès le quotidien des chevaliers du ciel !



Un instrument de plongée…

La Master Elements affiche une lunette de plongée unidirectionnelle, en acier plaqué noir, placée à l’extrémité externe du cadran. Le règlage du temps de plongée s’effectue par une action de la couronne, située en haut à gauche du boîtier. Etanche à 300 mètres, la Master Elements bénéficie du savoir-faire Yema, reconnue depuis 1953 pour son expertise dans l’étanchéité horlogère. Le fond de boîte ainsi que l’ensemble des couronnes et poussoirs, équipés chacun d’un double joint, sont vissés pour assurer une étanchéité parfaite à la montre et renforcer la sécurité du plongeur. Et pour ceux qui oublieraient de visser les couronnes et poussoirs, la Master Elements reste étanche à 50 mètres ! A noter : recouverts de Superluminova, les aiguilles et index offrent une lisibilité maximale. Une alliée sûre pour découvrir, en toute quiétude, les fonds marins…



Un design « carrément » sportif  !

Ingénieuse dans sa conception, la Master Elements se distingue par son allure imposante. Exclusivement masculin, le boîtier acier aux proportions généreuses (48 mm de diamètre) est prolongé par des cornes courbées permettant d’épouser la morphologie du poignet d’où, un meilleur confort au porter. Contrasté par la blancheur des aiguilles stylisées et des index bâton, le cadran en fibre de carbone arbore trois compteurs uniformément noirs pour une lecture immédiate des données. Rehaussé d’un bracelet cuir noir façon carbone coupé, la Master Elements conjugue, au plus-que-parfait, l’harmonie des matières, dans un style sobrement racé. Sa seule fantaisie ? Le bleu, colorant l’aiguille centrale du chronographe ainsi que le liseré des couronnes et poussoirs, pour souligner ses racines françaises. . . Passionnément sportive, esthétiquement forte, la Master Elements est le fer de lance de « Time of Heroes », la toute nouvelle collection Yema Maison Horlogère Française, qui sera lancée au salon mondial de l’horlogerie à Bâle.

60 exemplaires pour 60 ans !

Créée en 1948 par Henry Louis Belmont, Yema marque, par son savoir-faire, son innovation et sa créativité, l’histoire de l’horlogerie pendant plusieurs décennies. Elle est rachetée à Seiko Watch Corporation, en 2004, par Louis-Eric Beckensteiner. Souhaitant lui redonner ses lettres de noblesse, il la rebaptise « Yema Maison Horlogère Française 1948 », une signature annonçant clairement son retour aux valeurs, aux origines, et au style français qui ont fait son succès.
A l’occasion de son 60ème anniversaire, Yema Maison Horlogère Française lance le coup d’envoi de cette renaissance, en éditant un garde-temps automatique, en série limitée numérotée à 60 exemplaires : la Master Elements. Vendue dans un magnifique coffret en cuir noir lui-même numéroté, cette montre, imprimée sous le verre saphir du nombre 60 à 12 heures, symbolise définitivement les 60 ans de la marque. Avis aux collectionneurs !

Prix de vente public conseillé :
  • Version automatique : 3 950 €


Yema Master Elements
 1     2     3     4     5   

Yema Master Elements

Edition limitée


Boîtier:Acier inoxydable (316 L)
Verre saphir anti-reflet avec impression par sérigraphie blanche
du nombre 60 à 12h
Diamètre : 48 mm / épaisseur : 18 mm
Couronnes et poussoirs vissés et équipés de doubles joints
Fond de boîte vissé, verre saphir teinté bleu avec impression
par sérigraphie bleue de « Master Elements » et « French made »
Etanche à 300 mètres
Numéroté individuellement de 1 à 60
Cadran:Fibre de carbone
Index et aiguilles luminescents en Super Luminova blanc
Guichet jour et date à 3 heures, avec correcteur
Echelle tachymétrique  en acier plaqué noir
Lunette de plongée en acier plaqué noir
Règles à calcul en acier inoxydable
Bracelet:Veau matrix noir façon carbone coupé
Double couture
Bombage central 7 mm
Mouvement:Automatique, calibre ETA 7750
28 800 alternances / heure ; 4 Hz
25 rubis
Heures, minutes, petite seconde
Dispositif top seconde
Compteurs 30 minutes et 12 heures
Chronographe 60 secondes

Yema Maison Horlogère Française 1948

1948 – 2008 : 60 ans de passion horlogère

1948 : naissance de Yema

Yema est créée à Besançon, en 1948, par Henry Louis Belmont et une équipe de jeunes techniciens horlogers. Leur volonté ? Penser, créer, assembler et produire des modèles de haute qualité.
Sans le savoir, l’élève ou le lycéen remportant le concours lancé par le fondateur de l’entreprise, a réussi un coup de maître que nombre de grands concepteurs modernes lui envieraient. Le défi ? Trouver un nom à consonance grecque sans signification particulière. La réponse gagnante, sortie de l’esprit visionnaire d’un adolescent hélas anonyme aujourd’hui, fut… Yema.

1950 – 1969 : Yema laisse son empreinte dans l’histoire horlogère

Avant-gardiste dès son origine, Yema fonde sa réputation en proposant des montres fiables, audacieuses et de grande qualité, illustrant la philosophie de la marque : offrir ce qu’il y a de meilleur ! La création de la montre anti-choc sera la première innovation d’une longue série

1952… La société se distingue en créant les premières séries de chronomètres automatiques de fabrication entièrement française.

1953… Yema prend le pari de proposer des montres 100% étanches, résistant à des profondeurs supérieures à 200 mètres ! Une véritable révolution dans le monde de l’horlogerie... La montre devient à la fois instrument technologique, outil à fonctions multiples et accessoire de mode.

Les ventes augmentant rapidement, Yema s’équipe d’un système de montage à la chaîne, via la création de la filiale SORMEL. Celle-ci nécessite l’installation, à Besançon, de Bureaux d’Etudes et de Services Micromécaniques chargés de l’élaboration et de la construction de lignes d’assemblages de mouvements mécanisés et des études d’engineering.

1956… Création de la Sous-Marine, une montre de plongée automatique.

Yema Sous Marine - 1956


1957… Création des premiers chronographes.

Yema Montre Or - 1957


1958… Les efforts fournis par l’association Yema/Sormel portent très vite leurs fruits permettant d’obtenir les ressources, la capacité de production et les moyens nécessaires à l’exportation. L’introduction réussie sur les marchés américain et canadien vaut à Yema de recevoir des mains d’Antoine Pinay, Ministre des Finances de l’époque, l’Oscar de l’exportation.

1959… Yema démarre ses premières annonces publicitaires dans la presse écrite.

La marque s’affiche dans Paris Match avec l’accroche « Exactitude précision », insistant sur la fiabilité, la robustesse mais aussi sur la technicité de ses montres.
Le journal Elle dévoile son slogan évocateur : « La mode Yema, c’est la couleur ! Oui, Yema vous apporte maintenant toute une gamme de modèles nouveaux, jeunes, gais : les montres en couleur ». La marque dévoile, à cette occasion, 9 modèles féminins très colorés – turquoise, rouge, bleu roi, blanc, vert, noir, rouge… – parce que « Même en couleur, une YEMA c’est une vraie montre ».

1960… Les ventes ne cessent de progresser, la production annuelle s’élevant à 300 000 exemplaires.

1961… Yema se diversifie en fabricant des pendulettes. Deux lignes sont proposées. La « bijou », principalement en or plaqué, offre un look très raffiné et arrondi. Rectangulaire, la « réveil » joue la parfaite élégance.

1963… Yema sort la «Superman», une montre étanche à 300 mètres, dédiée aux professionnels de la plongée. Ce modèle a été baptisé ainsi pour rendre hommage aux sportifs de haut niveau comme en témoignent les slogans publicitaires de l’époque : « Yema the time of heroes. Extraordinary watches for extraordinary men »., en anglais même sur les publicités françaises. Cette montre a été choisie notamment pour et par de grandes expéditions françaises (Serge Debru, globe-trotter ; Lionel Terray et Robert Paragot, alpinistes de haut niveau).

Désormais, Yema appuie sa communication sur le caractère sportif de ses montres. Pour la « Superman » par exemple, Yema est très explicite sur le message, présentant ce modèle comme un véritable instrument technologique, à la fois précis et esthétique : « Pourquoi une montre de professionnel de la plongée au poignet d’un homme d’affaires ? (…) Etanche à 300 m de profondeur, insensible aux chocs, à la poussière, à la chaleur ou au froid, ‘Superman’ n’est pas du tout le genre de montre que l’on a besoin de protéger. Imperturbablement fidèle au plus fort de l’action, votre ‘Superman’ se jouera aussi des petits risques que vous lui ferez courir… tous les jours ».

Yema Superman - 1963


1966 - 1967… Yema dépasse le cap des 400 000 montres vendues !
Ces performances propulsent l’entreprise au rang de premier exportateur au Palmarès Officiel du CETEHOR, et ce, pendant plusieurs années.

L’usine s’agrandit, le rendement est multiplié par deux et la marque poursuit son ascension… en inaugurant, notamment, la distribution sur le marché japonais.

1968… Yema s’équipe du contrôleur d’étanchéité 20Atm.
Ce nouvel appareil à pression est doté d’une précision absolue pour contrôler les montres destinées aux grandes profondeurs, pour une immersion jusqu’à 200 mètres.

Pouvoir contrôler un tel niveau d’étanchéité représente une innovation sans précédents dans le secteur de l’horlogerie. Mais pas seulement ! Il permet aussi la conception de montres sportives d’une technologie incomparable…

Yema Yachtingraf - 1968

La même année, Yema crée la Yachtingraf, spécialement destinée au monde de la voile. Ce chronographe automatique (mouvement Valjoux), étanche à 200 mètres, indique le temps de régate.

Côté esthétique, Yema prend le contre-pied de l’époque, où fleurs et couleurs se côtoient, pour miser sur le noir chic et classique, tant pour le cadran que pour le bracelet. De nouvelles formes apparaissent dans la collection avec l’arrivée de boîtes carrées, rectangulaires et ovales.

Yema JO Grenoble - 1968


1969… Yema met en route la fabrication du calibre HP 60 (désignant les dimensions d’un mouvement), étudié dans le but d’obtenir les meilleurs résultats de réglage et de robustesse. Au palmarès du 64ème concours chronométrique de l’observatoire de Besançon, le HP 60 est la première ébauche française à accéder à la catégorie chronomètre bracelet.

Réputée pour la fiabilité de ses modèles, la notoriété de la marque se développe à vitesse grand V au rythme des ventes : 500 000 montres vendues dans 50 pays ! Toujours plein d’idées, Yema lance «Communions», une collection destinée exclusivement aux enfants âgés de 7 à 9 ans. Parce qu’ils ont aussi le droit de porter une vraie montre !

1970 -1987 : passionnément sportive, Yema part à la conquête du monde

1970… Yema lance trois nouveaux modèles.
A la fois citadines et sportives, la«Wristmaster» et la «Wristlady» allient esthétisme et qualité technique, présentant la particularité d’avoir un boîtier monocoque ( boîte dont la carrure, le fond et la lunette sont réalisés d’une seule pièce) en acier brossé qui s’adapte parfaitement au poignet.

Yema Rallygraf - 1970

La «Rallygraf», quant à elle, est créée spécialement pour les passionnés de sports automobiles. Innovant pour l’époque, son design reste toujours d’actualité.

La marque se distingue par sa communication en réalisant trois affiches sur le thème : « Les montres Yema donnent rendez-vous au sport et à la mode ». Son idée ? Un duo de montres mettant en valeur des modèles pour femmes citadines et pour hommes sportifs : Yachtingraf Croisière/Pretty Girl, Superman/Blue Note, Meangraf/Amazone.

Yema Sous Marine - 1970


1971… La marque s’impose comme le spécialiste de l’étanchéité avec une ligne de produits élégants et fonctionnels, dont certains sont garantis jusqu’à 300 mètres sous l’eau et 10 000 mètres d’altitude !

Durant cette période florissante, Yema s’associe au puissant groupe Fairchild (le plus grand fournisseur de dispositif LED de l’époque), leader de la production mondiale de quartz numérique. Un accord est conclu afin de développer une collaboration étroite sur le nouveau monde, les Etats-Unis, et la Vieille Europe (Suisse, Allemagne, France).

1974… Lancement du quartz. Souhaitant être en phase avec les évolutions du secteur, Yema investit massivement en R&D pour développer des modèles à quartz qui deviendront des références…

Yema Quartz - 1974

Pour promouvoir ses collections de 1974, Yema a sélectionné 15 produits, destinés à des médias de la presse audiovisuelle et écrite. Plusieurs thèmes ont été choisis : « les idées folles », illustré par un dessin aux lignes épurées d’une femme qui rappelle la mode des années 20 ; « l’intimisme », avec des photos de couples en couleurs ; le « sport » imagé par des clichés de l’évènement sportif que représente la montre. Chaque sujet évoque un profil particulier : l’originalité, la sensibilité ou l’aventure… auquel va pouvoir s’identifier le consommateur.

Yema Quartz - 1974


1976… Yema atteint son apogée avec ses modèles sportifs, produisant jusqu’à 850 000 exemplaires. La marque horlogère poursuit sa politique d’innovation… et lance l’appareil universel Wicometre 30 S servant à optimiser le contrôle des montres mécaniques, électroniques et à quartz.

Les recherches dans le domaine du quartz se poursuivant, Yema s’impose comme la référence avec ses modèles analogiques à trimmer, dotés d’un micromoteur, et ses montres digitales à diodes électroluminescentes (LED). N’offrir que ce qu’il y a de meilleur, telle est la philosophie de Yema.

1977… Yema produit plus d’1 million de montres dont plus de 50% sont exportées vers les différents continents, dans 60 pays (Angleterre, Pays Bas, Australie, Algérie, Japon, Canada, Etats-Unis, etc.). La mode est à l’extra plat ! Yema s’adapte en proposant des «extra plates» déclinées en gris et noir, au féminin comme au masculin. D’une parfaite élégance, ces montres s’adressent aux sportifs, aux classiques et aux raffinés.

Yema Navygraf - 1977

La Yema se fait sportive. Après le franc succès des modèles conçus spécialement pour le yachting, l’aviation, la plongée, l’automobile et la moto, Yema lance une deuxième génération de montres plus modernes, plus plates et plus performantes. Parmi elles, la «Rallygraf 2» et la «Meangraf 2», étudiées pour la compétition automobile ou de moto ; la «Flygraf 2» conçue pour la navigation aérienne, la «Yachtingraf 2» spécialement adaptée au yachting et à la plongée, la «Worldgraf 2» taillée pour l’aventure et la «Nautigraf 2» idéale pour les plongeurs.

Yema Rallygraf - 1977

Sur le plan publicitaire, Yema annonce dans des magazines de grande renommée comme L’Express, Le Point et Le Nouvel Observateur. Tous les slogans commencent par « Yema l’odyssée de… ». Par exemple pour la « Navygraf 2 » :« Yema l’odyssée sous-marine » ; pour la « Flygraf » : « Yema l’odyssée du ciel » ; pour les Quartz : « Yema l’odyssée du Quartz »… soulignant ainsi les grandes aventures de la marque. Deux ans plus tard, un film réalisé pour la télévision affirmera les performances des montres phares de la marque. Idem pour la presse sportive où les messages s’adresseront plus précisément aux plongeurs, amateurs de voiles et de bateaux à moteur, rallymen, aviateurs, motards, footballeurs...

Yema Yachtingraf - 1977


1978… Yema fête ses 30 ans de succès. Le chiffre d’affaires consolidé est de 134,3 millions de francs, la production atteint 1,3 millions d’exemplaires et l’entreprise compte 490 collaborateurs.

1982… Après plus de 30 ans à la tête de Yema, Henry Louis Belmont cède sa place à son fils John Henry Belmont Jr, qui devient PDG.

Ayant d’autres ambitions que celle de reprendre l’entreprise familiale, il décide de la vendre. Sous l’impulsion du gouvernement français, Matra (Groupe Lagardère) prend alors le contrôle de Yema dans le but de créer avec Thomson un mouvement horloger français. La marque produit alors 2 millions de montres.

C’est à partir de cette année que Yema souhaite relever des défis audacieux en s’associant aux exploits sportifs d’hommes à la recherche de sensations fortes…

Montre Yema Spationaute 1 - 1982

En juin, eut lieu le premier vol orbital français du spationaute Jean-Loup Chrétien. A son poignet ? La «Spationaute I». Créée spécialement pour l’occasion (mouvement quartz, double affichage, boîtier et lunette en acier inoxydable), elle sera la première montre française à voler dans l’espace. Yema devient, alors, le fournisseur officiel du CNES (Centre National d’Etudes Spatiales).

1985…. Yema lance la montre Spationaute II (mouvement quartz, double affichage, boîtier et lunette en acier inoxydable) qui sera portée par Patrick Baudry du CNES lors du premier vol orbital franco-américain en juin.Yema commence à communiquer sur les modèles liés aux évènements auxquels la marque s’associe (Spationaute I, II puis plus tard la spationaute III, North Pole, Odyssée, Bipôle etc.) et remporte un succès extraordinaire en raison de l’originalité de l’association montres/exploits.

Montre Yema Spationaute 2 - 1985


1986… Yema s’associe à des évènements sportifs et culturels. En mai, Yema crée la «North Pole» pour l’explorateur Jean-Louis Etienne, qui partait pour une ascension pédestre de 800 kms vers le Pôle Nord. Cet instrument de pointe représentait une véritable révolution technologique ! En effet, à proximité du Pôle Nord, les boussoles ne tournent plus rond, perturbées par le nord magnétique. Il était donc nécessaire de concevoir une montre pouvant pallier ce phénomène.

Montre Yema North Pole - 1986

La réponse Yema ? Les quatre points cardinaux étaient déterminés en fonction de la position du soleil, avec comme point de repère l’heure du soleil local. . . Cette montre devait également résister aux conditions météorologiques les plus extrêmes. Elle a donc été réalisée dans un boîtier en titane pour résister au froid et stopper les effets magnétiques. De même, le mouvement a été inséré dans un container en fibre de carbone, toujours pour la préserver du froid.

1987… Nicolas Hulot et Hubert De Chevigny réussissent l’exploit d’atteindre le Pôle Nord en ULM. Ils sont équipés du modèle «Odyssée» de Yema, «montre instrument de navigation».

Modèle ODYSSEE / Caractéristiques techniques
  • Combinaison 3 mouvements : 2 mouvements à affichage horaire pour la lecture des heures locales et GMT ; 1 mouvement à affichage 24h, 12h, et minutes, et petites secondes.

  • L’aiguille des 24h permet le repérage des points cardinaux par rapport au déplacement du soleil.
  • Bracelet en Kevlar, soie et cuir avec passants et attache velcro. Il est doté, suivant une formule de cartouchière, de containers de survie.

  • Poussoirs à 12h permettant de soulever la partie supérieure de la montre et de découvrir le bloc bas renfermant une boussole.

  • Miroir pour signaux de détresse.


1988 – 2003 : Yema passe à l’heure japonaise

Yema entre dans un cycle plus incertain avec plusieurs rachats successifs…

1988… Matra revend Yema au groupe Hattori qui crée la Compagnie Générale Horlogère pour la distribution des marques Seiko, Pulsar, Lassale, Lorus, Jaz et Yema. Dès le mois de janvier, Yema rend hommage aux journalistes en créant la «Grand Reporter». Chronographe précis au 1/10e de secondes, doté d’une minuterie programmable, cette montre a été inventée pour répondre à l’impérative exigence de ces aventuriers aux rendez-vous de l’actualité : maîtriser le temps.

Modèle GRAND REPORTER / Caractéristiques techniques
  • Mouvement à quartz à affichage analogique
  • Cadran rotatif de sélection des fonctions
  • Chronomètre au 1/10e de secondes
  • Alarme par cycle de 24h
  • Minuterie à décompte programmable
  • Aiguille multi – fonctions AM/PM

Fournisseur des deux premiers vols spatiaux, Yema se voit de nouveau confier la responsabilité de réaliser la montre de Jean-Loup Chrétien pour la mission franco-soviétique «Aragatz». La «Spationaute III» naît en novembre. Elle garantit fiabilité, ergonomie et sécurité.

Montre Yema Spationaute 3 - 1988

Modèle SPATIONAUTE III / Caractéristiques techniques
  • Boîtier titane très léger mais surtout très résistant aux variations detempérature de l’ordre de 100°.
  • Verre réalisé en hésalite, une matière spéciale, incassable.
  • Bracelet en Kevlar recouvert d’un composite de soie garni de velcro.
  • Fonction chronographe 5/100e de secondes.
  • Fonction chronographe permettant la lecture d’un temps intermédiaire sans interruption du chronométrage, rattrapage du temps écoulé pendant cette lecture, mesure par accumulation du temps écoulé, mesure continue du temps de deux concurrents.
  • Compte à rebours.
  • Fond de boîtier gravé : «Vol longue durée ARAGATZ, CCCP France».

Montre Yema Flygraf - 1989

1989... Yema parraine «Transantartica», la plus grande traversée de l’Antarctique d’un océan à l’autre en passant par le Pôle Sud, organisée par Jean-Louis Etienne. Celui-ci fait de nouveau confiance en la technologie de la marque et portera la «Bipole» lors de cette expédition qui dura du 1er août 1989 à fin février 1990 (date de la traversée du pôle sud).

Modèle BIPOLE / Caractéristiques techniques

Montre Yema Bi-Pole - 1990

  • Vision en transparence des aiguilles par rapport à la position du soleil permettant exactitude et précision de la lecture de l’heure.
  • Lecture de l’heure inversée dans le Pôle Sud (contrairement à l’hémisphère Nord, dans l’hémisphère Sud, le soleil effectue 360° de droite à gauche).
  • Insertion du mouvement dans un container en fibres de carbone.
  • Attache pivotante permettant l’utilisation de la montre, une face dans l’hémisphère Nord, une face dans l’hémisphère Sud.
  • Poids : 60 grs.
  • Boîtier titane.

La même année, Yema lance la Flygraf. Sur la base du modèle spationaute III, ce nouveau modèle est équipé d’une règle à calcul pour les pilotes d’aviation…

1990… Yema est au poignet de Marc Pajot et de toute l’équipe du Défi Français pour une nouvelle aventure : l’America’s Cup. Le modèle ? La «Régate», une montre adaptée à une utilisation en milieu marin.

Montre Yema America’s Cup - 1991

Modèle REGATE / Caractéristiques techniques
  • Mouvement quartz 2,6 mm d’épaisseur.
  • Affichage des heures et des minutes (fonction «time»).
  • 3 comptes à rebours à durée pré-programmée 5, 10 et 15 minutes.
  • Décompte par bip sonore à haute résonance.
  • Boîtier / bracelet inoxydable.
  • Lunette tachymètre.
  • Fond de boîte à haute résonance.
  • Aiguilles et index luminescents.
  • Durée de vie de pile : 2 ans et demi.
  • Etanchéité 100 m fond vissé.

1991 … Les ventes annuelles s’élèvent à 220 000 montres. En octobre, Yema relève un nouveau challenge en sortant une montre spécialement conçue pour le «Raid Gauloises», taillée pour la découverte d’horizons inconnus en Nouvelle Calédonie : la «Bipole Raid Gauloises».

Modèle BIPOLE RAID GAULOISES / Caractéristiques techniques
  • Résistante aux chocs, anti-magnétique.
  • Boîtier transparent donnant une nouvelle dimension aux boussoles.
  • Détermination des 4 points cardinaux en fonction de la position du soleil.
  • Mouvement analogique.
  • Cadran gradué en degré jusqu’à 360° pour permettre une lecture avec l’aiguille des heures.
  • Verre «Saphir», anti-reflet de face, anti-buée, anti-rayure.
  • Etanchéité 100 m, couronne vissée.
  • Boîtier en fibres de carbone et titane.
  • Bracelet en cuir résistant à l’eau.
  • Attache pivotante pour l’utilisation réversible de la montre.
  • Durée de vie de pile : 2 ans.
  • Etanchéité 100 m fond vissé.

1992… La station MIR part en juillet pour le 3 ème vol habité dans le cadre de la coopération franco-soviétique. Le spationaute Michel Tognini du CNES porte le modèle «Antares». Pour saluer cet évènement, Yema conçoit une ligne ville et sport baptisée Baikonour.

Modèle ANTARES / Caractéristiques techniques
  • Mouvement quartz analogique.
  • Lunette tournante à cliquet.
  • Fonctions : heure / minute, plus trotteuse centrale chronographe.
  • Compteur de secondes continue à 9 heures.
  • Compteur cumule minute chronographe (30 mn).
  • Compteur double fuseaux ou alarme sur 12 heures.
  • Baguette tachymètre.
  • Bracelet en toile indéchirable.
  • Etanche 100 m.
  • Editée en série limitée à 500 exemplaires.

1993… Yema affiche une nouvelle personnalité ! La marque dévoile les secrets d’une collection de 68 montres, nouvelles dans leur esprit et déclinées en plusieurs couleurs : vert pour la ville, doré pour le sport, blanc pour l’exploration et le sport de haut niveau. Depuis 1982, Yema communique sur les modèles liés aux évènements auxquels elle s’associe (Spationaute I, II et III, North Pole, Odyssée, Bipôle, etc.). La marque va d’ailleurs profiter de l’originalité de cette association montres/exploits pour organiser une exposition, à l’espace Brother (Paris), du 5 mai au 5 juin. «Le temps, L’espace, L’exploit» rend hommage à tous ces hommes de courage que Yema soutient depuis 10 ans. A cette occasion, le docteur Jean-Louis Etienne, Patrick Baudry, Michel Tognini, Nicolas Hulot et bien d’autres confient leurs réflexions sur le temps à de jeunes artistes peintres ou sculpteurs qui créent des oeuvres pour l’évènement. C’est alors la réunion de deux mondes opposés mais complémentaires : l’art et l’innovation technique.

Montre Yema Mission Altair - 1993

En juillet, Yema fournit la «Altair» à l’ensemble de l’équipage franco-soviétique pour sa nouvelle mission avec le spationaute Jean-Pierre Haignèrie du CNES.

1995… Yema devient une filiale d’Hattori et s’appelle Yema SA. Partie intégrante de ce groupe, Seiko fait alors appel à Louis Eric Beckeinsteiner pour relancer le marché français.

1996… La Compagnie Générale Horlogère s’arrête.

1997… 140 000 montres ont été vendues.

2000… Les ventes annuelles continuent de baisser : 100 000 montres.

2001… Louis-Eric Beckensteiner, nommé Directeur Général de la Yema Sa, dispose alors des pouvoirs lui permettant d’engager une étude de repositionnement de la marque.

2002 … Yema distribue les montres Dolce & Gabana, Breil et Nike.

2003… Les ventes annuelles baissent toujours : 85 000 montres.

2004 : naissance de Yema Maison Horlogère Française 1948

Louis-Eric Beckensteiner rachète, le 22 octobre 2004, la marque horlogère et son fonds de commerce à Seiko Watch Corporation pour un million d’euros avec la volonté de lui redonner la place qu’elle mérite. Yema devient alors Yema Maison Horlogère Française 1948, une signature qui marque clairement le retour aux valeurs, aux origines et au style français qui ont fait son succès.

Avec des objectifs de vente fixés à 50 000 exemplaires en 2005, le double en 2008, Yema Maison Horlogère Française 1948 mise sur des collections s’articulant autour de trois idées forces : audace, bon sens et savoir-faire. Les nouveaux modèles sont élaborés par des designers reconnus dans le domaine de l’horlogerie tandis que la marque choisit de rééditer des modèles de légende.

Yema Maison Horlogère Française 1948 crée trois lignes différentes. Axée sur la tradition, «Yema classique» est le patrimoine de la marque. Elle offre confort et qualité. Orientée vers la recherche, «Yema Lab» est la vitrine technologique. Elle propose des produits audacieux, innovants pour répondre aux besoins d’une clientèle avertie et exigeante. Très image, la ligne «Yema Création» est l’atelier créatif. Elle touche une cible urbaine à la recherche de montres « tendance » et fonctionnelles.

Yema Maison Horlogère Française 1948 mise sur une vaste opération de séduction du réseau de distribution et des consommateurs, en s’appuyant sur des collections de caractère et des rééditions célèbres.

2005… Yema Maison Horlogère Française 1948 inaugure la première montre à aiguilles avec une fonction indépendante permettant au cadran de s’éclairer : la Radicale.

Yema Maison Horlogère Française 1948 révèle la première réédition d’un modèle lancé dans les années 1970 : la «Rallygraf» version 2005. Présentée dans un élégant coffret cuir, édité en série limitée et numérotée à 200 exemplaires, elle reste fidèle au concept d’origine, s’adressant spécialement aux passionnés de sports automobiles.

En septembre, seulement un an après son rachat, la marque horlogère saisit l’opportunité de collaborer avec la holding « PeaceMark Limited » - leader de la distribution de marques horlogères de prestige en Chine, avec plus de 600 points de vente - afin de diffuser ses collections auprès de la population chinoise. A la fin de l’année, une campagne nationale d’affichage, au visuel rouge sang éclatant, fait la part belle à la marque, avec une accroche-signature « conformément différent » faisant écho à la philosophie de la maison horlogère qui souhaite incarner « audace, bon sens et savoir-faire » à travers ses modèles.

Déclinée sur 2 750 panneaux nationaux dans 56 villes de plus de 160 000 habitants, cette première prise de parole publicitaire compte bien redonner à la marque la place qu’elle mérite sur le marché de l’horlogerie.

2006/ 2007… L’équipe de Yema Maison Horlogère 1948 s’investit dans la Recherche et le Développement. Elle retravaille sur les fondamentaux de la marque présentée dans cette saga pour préparer les 60 ans de celle-ci et lui redonner ses lettres de noblesse…


2008 : la marque Horlogère Française fête ses 60 ans

Yema Maison Horlogère 1948 revient sur le devant de la scène… Elle sera présente à Baselworld dans le hall 1 pour présenter sa toute nouvelle collection « Time of heroes », composée de 48 modèles dont la pièce maîtresse est la Master Elements, un chronographe automatique doté de quatre lunettes ! Une première mondiale...

La marque horlogère déménagera dans ses nouveaux locaux du parc Lafayette à Besançon.

Louis-Eric Beckensteiner

Président de Yema Maison Horlogère Française 1948

Un self made man… au parcours atypique

Né à Lyon le 6 octobre 1960, Louis-Eric Beckensteiner est le vilain petit canard d’une famille de trois enfants où il est le seul garçon. Au plus grand regret de ses parents, il passe son temps à s’amuser au détriment de ses études. . . Un baccalauréat de gestion en poche, il relève le défi lancé par son père excédé : rester un an en Angleterre pour devenir totalement bilingue. A 18 ans, il part comme jeune homme au pair, puis se frotte au métier de palefrenier pour finir par trouver une place d’aide-cuisinier dans un restaurant français à Londres… A peine 4 mois plus tard, il postule comme chef cuisinier. Le charme et l’audace aidant, il devient « the french chief » du comté de Warwick ! Ce sera la révélation…

De la restauration…

De retour à Lyon, Louis-Eric Beckensteiner s’inscrit à un CAP de cuisine et travaille chez les plus grands comme Bocuse, Le Bernardin, Vettard et à la Tour Rose. A 22 ans, il ouvre un restaurant pour… femmes d’affaires. Innovant dans son concept, le tout Lyon se précipite au « Jardin des Gones ». De Gainsbourg  à Max Chaoul en passant par Balavoine, toutes les personnalités de passage dans la capitale de la soie font un crochet par son établissement ouvert tard dans la nuit. Une réussite qui lui vaut d’être élu « Révélation de l’année » en 1982 par la radio RTL. Deux ans plus tard, Louis-Eric Beckensteiner abandonne sa carrière de cuisinier. Il repart à zéro en entrant chez Bernard Julhiet Conseil. Plein de ressources et d’énergie, il décide de donner un sens à cette expérience : ce sera son « école de commerce » ! De démonstrateur d’hydro-nettoyeurs sur les parkings de super-marchés à la vente des premiers téléphones portables - le Radiocom 2000 -, il gravit progressivement les échelons.

…à l’horlogerie !

En 1989, Louis-Eric Beckensteiner a pour mission de restructurer la force de vente de la société COBRA, alors leader mondial de la fabrication de bracelets cuirs pour montres. A peine avait-il fini de présenter sa recommandation que le Directeur lui lance « Puisque vous êtes si malin, vous n’avez qu’à le faire » !!! Louis-Eric Beckensteiner accepte ce nouveau challenge. Il quitte le cabinet Bernard Julhiet Conseil pour prendre la direction commerciale france de COBRA, société côtée à la bourse de Lyon et employant 1 200 personnes. Il vient de mettre un premier pas dans le monde horloger . . . pour son plus grand plaisir. Initié dès son plus jeune âge à la belle horlogerie par ses parents, l’emmenant une fois par an en Suisse pour choisir une montre, Louis-Eric Beckensteiner est devenu un véritable passionné de montres.
En 1995, la CGH (Compagnie Générale Horlogère regroupant les marques Seiko, Pulsar, Lassale, Lorus, Jaz et Yema) débauche Louis-Eric Beckensteiner pour qu’il s’occupe de la direction générale de la société Yema S.A. A ce titre, il assurera également le lancement, sur le marché français, des marques Dolce Gabbana, Nike, Agnés b, et Breil. Neuf ans plus tard, Seiko Watch Corporation vend Yema S.A. pour se recentrer sur ses marques japonaises. Après une consultation de plusieurs dossiers, le groupe propose à Louis-Eric Beckensteiner de racheter la société. Un nouveau challenge qu’il relève le 22 octobre 2004 en achetant, pour 1 million d’euros, exclusivement la marque Yema avec une équipe de 24 collaborateurs. Yema S.A. devient alors « Yema, Maison Horlogère Française 1948 ». Une nouvelle ère débute !
Convaincu du potentiel de la marque, il investit quatre ans dans la Recherche et le Développement pour réveiller « la belle au bois dormant » et lui redonner ses lettres de noblesse. Mission accomplie ! A 60 ans, Yema Maison Horlogère Française revient sur le devant de la scène avec une collection totalement nouvelle. S’appuyant sur les trois piliers historiques de la maison - audace, bon sens, savoir-faire -, ces nouveaux garde-temps traduisent, haut et fort, la renaissance de la marque partie résolument en reconquête…

Un homme de challenges !

Pilote de courses automobiles à ses heures (Trophée Andros, Championnat français de Rallycross, Funcup) et golfeur passionné, Louis-Eric Beckensteiner est un homme que rien n’arrête. Il fait confiance à son intuition pour relever les défis qui se présentent à lui. Volontaire et travailleur, il arrive toujours à ses fins ! Attachant par sa sincérité, charmeur par son sens de l’humour, il séduit tout un chacun par la noblesse de son savoir-vivre…

 PUBLICITÉ
  • Breguet Reine de Naples 8918 en Émail « Grand Feu »
  • Breitling Navitimer Automatic 35
  • La Montre Maillon de Cartier
  • Vacheron Constantin Égérie
  • Égérie automatique
  • Égérie phase de lune
  • Égérie phase de lune pavé diamants
  • Zenith DEFY Midnight
  • MAI TROPPO Bvlgari
  • Over The Moon, a short film by CHANEL
  • Jaeger-LeCoultre
  • Jacob & Co.
  • Breitling
  • Panerai
  • Hublot
  • Chanel
  • TAG Heuer
  • IWC
  • Hublot
  • Bulgari
  • Zenith
  • Piaget
  • Bell & Ross
  • Cartier
  • Hermès
  • Roger Dubuis
  • Panerai
  • Montblanc
  • Panerai
  • Hublot
  • Vacheron Constantin
  • A. Lange & Söhne
  • Vacheron Constantin
  • Breitling
  • Jacob & Co.
  • Hublot
  • Chanel
  • LVMH
  • Watches & Wonders
  • Fondation Haute Horlogerie
  • Hublot
  • Panerai
  • Bucherer
  • Hublot
  • Les Ambassadeurs
  • Richard Mille
  • Cartier
  • Bucherer
  • Bucherer
  • Panerai
  • Bulgari
  • Roger Dubuis
  • Vacheron Constantin
  • Hublot
  • Grand Prix de Genève
  • Fondation Haute Horlogerie
  • Bucherer
  • A. Lange & Söhne
  • Watches & Wonders Geneva annule son édition
  • LVMH annonce la première exposition de ses marques horlogères suisses à Dubai
  • CHANEL prend une participation dans la Manufacture KENISSI
  • Le SIHH et Baselworld harmonisent leurs dates à partir de 2020
  • La Fondation de la Haute Horlogerie accueille Breitling comme nouvelle marque partenaire
  • Richard Mille annonce son retrait du SIHH
  • CHANEL prend une participation dans Montres Journe SA
  • Kering nomme Patrick Pruniaux directeur général de ses maisons horlogères suisses
  • Swatch Group a décidé de quitter Baselworld
  • Hublot nomme Benoit Lecigne comme directeur général de tous les pays sous sa responsabilité
  • Bucherer annonce l'acquisition de Tourneau LLC
  • La Fondation de la Haute Horlogerie accueille Zenith comme nouvelle marque partenaire
  • Richemont announces changes to its Senior Executive Committee
  • Nouveau réveil pour la marque historique Vulcain
  • Romain Réa nommé nouveau CEO d'Antiquorum Management Ltd
  • Bucherer annonce son acquisition du distributeur d’horlogerie The Watch Gallery LTD de Londres
  • La Maison Bucherer célèbre les Journées Européennes des Métiers d’Art les 31 mars et 1er avril
  • Jaeger-LeCoultre vous donne rendez-vous chez Bucherer
  • Girard-Perregaux au SIAR, Salón Internacional Alta Relojería pour la 4e année consécutive
  • Le Paris Saint-Germain se met au rythme de Richard Mille
  • Montres rares par Paul Miquel, la collection impossible
  • Julien Haenny, nouveau Directeur Général chez Anonimo
  • Exposition Passion for Watches pour les amateurs de belles montres
  • Richard Mille a été victime d’un cambriolage dans ses bureaux parisiens
  • Girard-Perregaux présente une exposition exclusive au Printemps du Louvre
  • F1 : Richard Mille félicite Romain Grosjean pour son exceptionnel début de saison
  • Bucherer remet le prix de la femme de l’année à Sophie Marceau !
  • M. Davide Cerrato rejoint Montblanc comme Directeur de la Division Montres
  • Soyez horloger, le temps d’un atelier !
  • Les Journées de la Passion® du 14 au 15/11/2015
  • Zenith est sur la ligne de départ du Castellet !
  • Audemars Piguet célèbre les succès de Serena Williams & Stan Wawrinka
  • Audemars Piguet accueille Freida Pinto comme ambassadrice
  • Audemars Piguet présente son Directeur de la Création Claude Emmenegger
  • Crésus, Carte Noire & La Revue des Montres lancent les « Rendez-vous haute précision »
  • A. Lange & Söhne parraine les Classic Days au Château de Dyck
  • Cresus ouvre une nouvelle boutique à Lille
  • Exposition « Stone in Store » de Thierry Courtadon chez Hublot Vendôme
  • Le Schneider Electric Marathon de Paris à l’heure TAG Heuer
  • L'artiste suisse Robin Meier sélectionné pour présenter la 1ère commission d'art Audemars Piguet
  • Corum « Bridging Art and Mechanics »
  • Serena Williams remporte son 19e Grand Chelem, équipée de son Audemars Piguet
  • Patek Philippe renforce sa présence à Genève
  • Jean-Sébastien Gerondeau nommé Directeur Général Montblanc France
  • Audemars Piguet présente sa nouvelle campagne publicitaire 2015
  • Jessica Chastain, nouvelle ambassadrice Piaget
  • Lettre ouverte à Thomas Jordan, président de la Banque Nationale Suisse
  • Hublot & Italia Independent annoncent une collaboration de trois ans
  • Perrelet : Tristan Boyer de Bouillane nommé Directeur Général
  • Cresus présente son nouveau site e-commerce et ouvre deux nouvelles boutiques
  •  PUBLICITÉ

    Vous aimez cette montre ?

    beaucoup
    passionnément
    pas du tout

      PUBLICITÉ
      Pages les plus consultées
    1 montres Rolex, 2 montres Audemars Piguet, 3 montres Cartier, 4 montres Omega, 5 montres Patek Philippe, 6 montres Jaeger-LeCoultre, 7 montres Vacheron Constantin, 8 montres Richard Mille, 9 montres Hublot, 10 montres TAG Heuer, 11 montres Baume & Mercier, 12 montres IWC, 13 montres Zenith, 14 montres Breitling, 15 montres Panerai, 16 montres Chanel, 17 montres Chopard, 18 montres A. Lange & Söhne, 19 montres Bell & Ross, 20 montres Blancpain, 21 montres Girard-Perregaux, 22 montres BRM, 23 montres Tudor, 24 montres Corum, 25 montres Roger Dubuis, 26 montres Piaget, 27 montres Montblanc, 28 montres Jacob & Co., 29 montres Breguet, 30 montres Hermès, 31 montres Ebel, 32 montres L.Leroy, 33 montres Dior, 34 montres Jaquet Droz, 35 montres Porsche Design, 36 montres Bulgari, 37 montres Louis Vuitton, 38 montres Ikepod, 39 montres RJ, 40 montres Ange Barde, 41 montres F. P. Journe, 42 montres Reservoir, 43 montres Wyler Genève, 44 montres Bucherer, 45 montres Yema, 46 montres JeanRichard, 47 montres Rebellion, 48 montres Anonimo, 49 montres Van Cleef & Arpels, 50 montres LVMH, 51 montres De Bethune, 52 montres MB&F, 53 montres Bombardier, 54 montres Greubel Forsey, 55 montres Chaumet, 56 montres Franck Muller, 57 montres Ralf Tech, 58 montres Christophe Claret, 59 montres Romain Gauthier, 60 montres Ralph Lauren Watch & Jewelry,